En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© www.flickr.com/photos/mindonfire/5024261419
Bonnes feuilles
Humanisation du vrai, pragmatisme, culot : les causes principales de la disparition de la vérité
Publié le 29 avril 2018
Bertrand Vergely poursuit sa réflexion stimulante sur le transhumanisme et montre la dangerosité totalitaire que le désir d'immortalité fait peser sur la société humaine toute entière. Il poursuit sa réflexion amorcée dans La Tentation de l'homme-Dieu sur le désir d'immortalité, désir proprement totalitaire de faire advenir une société parfaite. Extrait de "La destruction du réel La fin programmée de l'humain a-t-elle commencé ?" de Bertrand Vergely publié aux Editions Le Passeur. (2/2)
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely poursuit sa réflexion stimulante sur le transhumanisme et montre la dangerosité totalitaire que le désir d'immortalité fait peser sur la société humaine toute entière. Il poursuit sa réflexion amorcée dans La Tentation de l'homme-Dieu sur le désir d'immortalité, désir proprement totalitaire de faire advenir une société parfaite. Extrait de "La destruction du réel La fin programmée de l'humain a-t-elle commencé ?" de Bertrand Vergely publié aux Editions Le Passeur. (2/2)

25 JANVIER 2018. Dans une tribune publiée dans un hebdomadaire, Jacques Rougeot, professeur émérite de langue française à l’université de Paris IV-Sorbonne, écrit : « Dans un théâtre de Florence en Italie, Carmen de Georges Bizet a été représentée avec une fin qui contredit totalement le texte du livret. Au lieu que ce soit l’héroïne qui meurt, tuée par son amant délaissé, c’est elle qui retourne la situation et qui abat celui qui devait être son meurtrier. La femme reste maîtresse du terrain. Ce dénouement falsifié est le produit de la mode idéologique qui fait fureur depuis quelque temps, le féminisme exacerbé. Interrogé à ce sujet, le directeur du théâtre de Florence a déclaré : “À notre époque marquée par le fléau des violences faites aux femmes, il est inconcevable que l’on applaudisse le meurtre de l’une d’elles.” »

Cet incident survenu à Florence est révélateur. Dans un monde où le réel entendu comme manifestation de l’Autre à travers la matière, la vie, les hommes, l’histoire et la métahistoire tend à disparaître, il n’y a pas que l’origine qui tend à s’estomper ou bien encore l’humain. Le vrai entendu comme fait tend à s’effacer lui aussi. La cause principale d’une telle disparition ? Il y en a plusieurs.

La principale relève de ce que l’on peut appeler l’humanisation du vrai. On parle de vérité. Mais n’est-ce pas abstrait ? questionnent ceux que la vérité dérange. La première des vérités n’est-elle pas la vérité des hommes ? Il n’y a pas de discours sans un sujet humain à sa base. Ni sans les destinataires humains de ce discours. En ce sens, le discours de vérité passe par l’humanité de ce discours. Comme le soulignent les sciences humaines, quand on parle on ne peut négliger les conditions sociales et historiques dans lesquelles cette parole se tient. Dans le cas de l’affaire Carmen à Florence, cet accent mis sur l’humain, le social, le sociétal, l’historique, est flagrant. Pourquoi la fin de la pièce a-t-elle été changée ? Parce que ce qui compte a résidé dans le contexte humain, social, sociétal et historique. La vérité de la pièce ? Quand il s’agit du sociétal, du politique et des hommes, qu’importe. Le sociétal, le politique et les hommes doivent passer d’abord. Ils sont plus vrais que la vérité et doivent le demeurer.

Le pragmatisme explique aussi le changement de rapport à l’égard de la vérité. Si un mensonge permet d’arranger les choses, après tout, ne soyons pas trop regardants. Ne commençons pas à nous lancer dans d’inutiles croisades au nom de la vérité en jouant les redresseurs de torts et les pères la vertu. Dans le cas de l’affaire Carmen à Florence, là encore, ce pragmatisme est flagrant. Certes, la fin de la pièce est malmenée. Mais si c’est pour la bonne cause ? Si, en bousculant les codes qui font de l’œuvre d’art quelque chose d’intouchable, on permet de sortir de l’image de la femme victime, n’est-ce pas une bonne chose ? Faire progresser la cause des femmes n’est-il pas bien plus important que la vérité de l’art ?

Enfin, le culot explique le changement à l’égard de la vérité. Il est courant aujourd’hui d’entendre dire : « À chacun sa vérité. » En apparence, cette formule parle de subjectivité à propos du vrai. En vérité, elle marque l’ouverture au droit de se donner tous les droits. Ainsi, lors d’un échange avançons que la vérité est subjective. On devient intouchable. La discussion s’arrête. Ce qui est logique. Quand, pour ne pas changer d’avis, quelqu’un qui a tort se retranche derrière le droit à l’existence et la liberté d’expression, on est coincé. Que dire à quelqu’un qui protège son opinion fausse en faisant de celle-ci une affaire d’existence ou bien encore de droit ? On ne va pas l’empêcher d’exister et le contraindre par la force de reconnaître son erreur. Quand dans une situation on en arrive au « parole contre parole », la discussion est close. Quand on en arrive au « à chacun sa vérité », il en va de même. Dans l’affaire Carmen à Florence, ce procédé n’est pas ouvertement utilisé. En arrière-fond toutefois, c’est lui qui est mis en œuvre. Quand le directeur du théâtre est interrogé, pour se justifier, que dit-il sinon : « Et si cela nous plaît que Carmen se termine ainsi ? » Que dire ? Que faire ? On ne va pas mettre ce directeur en prison parce qu’il lui plaît de déformer Carmen !

Humanisation du vrai. Pragmatisme. Culot. Mettons tous ces éléments côte à côte. On a les ingrédients qui permettent, en s’arrangeant avec tout, de faire disparaître non seulement le réel mais la vérité. Ce qui interroge. Plus de réel, plus de vrai, pour faire bouger les choses, les faire avancer, les faire progresser, les améliorer, est-ce une bonne idée ? Pour qu’il y ait progrès encore faut-il que ce progrès soit réel et qu’il soit vrai, afin d’être un progrès réel et vrai. S’il n’y a plus ni réel ni vrai, comment le progrès va-t-il s’y prendre pour devenir un progrès réel et vrai ?

Dans le Carmen qui a été représenté à Florence, la femme de tuée est devenue tueuse. Cette mutation libère-t-elle la femme ? Ce qui libère l’humanité n’est-il pas qu’il n’y ait plus de tueurs et non qu’il y ait des femmes tueuses et pas simplement tuées ? Le machisme explique depuis toujours qu’il faut tuer pour vivre. En faisant de la femme une tueuse, la production du Carmen de Florence a-t-elle servi la cause des femmes ? N’a-t-elle pas entretenu le machisme archaïque de l’humanité en faisant de la femme une femme masculine aussi violente que ceux qui n’aspirent qu’à être des mâles dominants ?

L’origine est aujourd’hui malmenée pour des raisons politiques et sociétales. L’humain est malmené pour des raisons de profit financier. Le vrai est malmené non par la politique ou la finance mais par nous tous. Par souci effréné de préserver notre confort nous avons tendance à nous arranger avec tout. Résultat, non seulement nous nous mentons à nous-mêmes mais le mensonge est devenu un mode d’être. « La vérité vous rendra libres », est-il dit dans l’Évangile de Jean2. « La vérité est révolutionnaire », rappelle Gramsci3. « Il faut arrêter de mentir », souligne Soljenitsyne dans son discours de Stockholm4. Si nous voulons ne pas nous faire laminer par le totalitarisme soft qui menace, il va falloir retrouver la puissance de ces enseignements.

Pour acheter ce livre, cliquez sur l'image ci-dessous :

 
"La destruction du réel La fin programmée de l'humain a-t-elle commencé ?" de Bertrand Vergely
 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Attention danger politique pour Emmanuel Macron : voilà pourquoi l’électorat en marche est à manier avec grande précaution
05.
Cancer : Non, on ne peut pas affamer les cellules malades, mais il est possible d’optimiser son alimentation
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
07.
Une directrice de collège alerte sur "l'hypersexualité" des élèves de 6e et de 5e
01.
La fin des fringales
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
06.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 29/04/2018 - 13:28
L’orgueil extrême de ce directeur florentin...
est symptomatique d’une société en déconfiture, dirigée par des directeurs de conscience ultra-minoritaires et limite fascistes dans leurs comportements: féministes hystériques, LGBT destructeurs de noyau familial, écolo-réactionnaires, theatreux subventionnés qui se prennent pour le phare du monde, journaleux d’information manipulateurs, associations immigrationnistes...ces pseudo-élites auto-proclamées ont remplacé d’anciennes élites plus modestes et plus sûres. Grâce à ces nouveaux sectaires, l'idéologie a remplacé le pragmatisme, et ces neo-fascistes n'hésitent pas à réécrire l’histoire et les livres, inverser la nature, et dicter la morale publique, pour affirmer leur petit égo malsain...tout cela mènera où?...Relisez l’histoire, et comprenez qu’à chaque fois qu’une petite minorité sectaire a voulu dicter sa loi au peuple, elle a fait éclore la haine (on y est...) puis la guerre (on s’en approche)...résistance!