En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
Attention, danger
Ces esclaves modernes que risque de créer la Loi asile et immigration via un statut d’emploi au pair
Publié le 24 avril 2018
Un amendement proposé par le Parti communiste relatif à un meilleur encadrement de l'article 22 de la loi relatif aux "jeunes au pair" a été soutenu par les députés LR Claude Goasguen et Fabien Di Filippo.
Claude Goasguen est député LR de la 14ème circonscription de Paris à l'Assemblée Nationale.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabien Di Filippo est député de la Moselle et secrétaire général adjoint des Républicains.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claude Goasguen
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claude Goasguen est député LR de la 14ème circonscription de Paris à l'Assemblée Nationale.
Voir la bio
Fabien Di Filippo
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabien Di Filippo est député de la Moselle et secrétaire général adjoint des Républicains.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un amendement proposé par le Parti communiste relatif à un meilleur encadrement de l'article 22 de la loi relatif aux "jeunes au pair" a été soutenu par les députés LR Claude Goasguen et Fabien Di Filippo.

Atlantico : A l'occasion des débats relatifs au vote de la loi asile immigration, vous avez soutenu un amendement proposé par le parti communiste relatif à un meilleur encadrement de l'article 22 de la loi, relatif aux "jeunes au pair". Selon le dispositif voté, ​la nouvelle loi autorise ainsi de faire travailler ces jeunes au pair (jusqu'à l'âge de 30 ans) contre le versement "d'argent de poche". Un dispositif que vous, Claude Goasguen et Fabien Di Filippo, avez dénoncé, notamment au travers de mots comme "servage inadmissible". Quels sont les effets que pourraient avoir un tel article 22 ?

Claude Goasguen : L'effet est simple. C'est qu'il ne faut pas pousser les gens vers leurs mauvais penchants. Je suis maire du XVIe arrondissement et je ne sais que trop ce qu'il se passe dans un certain nombre de familles et la manière dont souvent, les gens de maison, sont traités. Qu'ils soient Philippins ou Sri-lankais, dans des situations qui ne sont d'ailleurs pas toujours régulières mais même lorsqu'elles le sont, ils sont très mal traités. Et là, très franchement, je trouve quand même que la jeunesse jusqu'à 30 ans, cela fait quand même une "vieille" jeunesse et que cela peut pousser à accentuer encore un peu ce type de défauts qui consiste à prendre les jeunes au pair comme, au fond, des gens auquel on fait faire n'importe quoi pour des salaires qui sont souvent des salaires de misère et qui sont logés dans des conditions épouvantables. Je le dis d'autant mieux que j'ai essayé de lutter, et je continue de le faire, contre une tendance tout à fait regrettable d'un certain nombre de gens à les traiter, pas comme des esclaves, mais en les considérant comme une main d'œuvre un peu servile, et j'ai donc fait voter le groupe, qui a compris ces éléments. D'autant plus que l'amendement du parti communiste ne voulait pas supprimer les jeunes au pair, mais simplement donner la possibilité de contrôler la façon dont cela se passe. Sinon on fera n'importe quoi. Mais nous n'avons pas été entendus parce que cela a été voté. Et franchement, je le regrette. Il faut toujours essayer d'éviter les abus en poussant les mauvais penchants.

Fabien Di Filippo : On le voit immédiatement dans la manière dont est rédigé l'article. En premier lieu, le fait d'octroyer des titres de séjour automatiques est, pour nous, déjà quelque chose de gênant. Puis, en second lieu, on voit bien la relation asymétrique qui est introduite par rapport à ce titre de séjour entre la famille qui reçoit et le jeune en question. Et la manière dont est rédigé l'article est extrêmement floue. On parle de "tâches ménagères" ou de "garde d'enfants" sans véritablement définir de limites, et on ne parle même pas de rémunération en contrepartie, mais simplement "d'argent de poche". Cela veut dire que cet article laisse la porte ouverte à tous les abus. Cet amendement auquel vous faites référence, qui provient des communistes et des insoumis, proposait au moins d'encadrer le contenu de ces missions et le statut des personnes en question. Parce que l'on sait très bien qu'il y a des endroits ou le statut de jeunes au pair donne lieu à des abus. Ce serait la porte ouverte à une main d'œuvre à très bon marché en échange de titres de séjour. Ce sont des choses qui nous paraissent à nous absolument pas acceptables, ni sur le principe, ni sur le non-encadrement des missions.

​Comment comprenez-vous la surdité du gouvernement sur les points que vous, ainsi que les députés de l'opposition de gauche, ont pu pointer ?

Fabien Di Filippo : Il faut savoir que pendant les débats, aucun amendement, en tout cas des oppositions et surtout des Républicains, n'a été adopté. Donc à la base, le gouvernement avait décidé de verrouiller complètement le texte et de ne pas faire preuve d'ouverture, et ce, malgré toutes ses faiblesses. Ce point n'est donc qu'un exemple parmi d'autres de la surdité du gouvernement et de sa volonté de continuer d'avancer de manière complètement froide et sourde. Sur ce cas précis, le gouvernement n'a pas été, ni le rapporteur, ni le ministre, capable de nous donner des éléments explicatifs sur la manière dont allait être encadré ce statut. Et quand on voit que cela va de 18 à 30 ans, on peut quand même se poser certaines questions sur la manière dont vont être hébergés les jeunes au pair, sur le contenu précis de leur mission une fois qu'ils seront dans les familles. Outre le fait que l'on ne prévoit pas de rémunération, il y a quand même ce titre de séjour qui vient quand même peser lourd dans la balance, et le gouvernement n'apporte aucune réponse. Alors je ne sais pas quelle est l'intention, mais nous sommes dans une vision de la société, avec ce gouvernement, qui est complètement boboïsée. Et cela se traduit effectivement une volonté de développer ce type d'échange qui aboutir à un véritable abus, et à une exploitation de la personne qui se met en place avec un chantage au titre de  séjour qui est incontrôlable.

Quelles sont selon vous les intentions du gouvernement en la matière ? Sous entendez-vous que les effets d'asymétrie que vous redoutez pourraient être les effets recherchés par le gouvernement ?

Claude Goasguen : Non. Je crois que tous les moyens sont bons pour le gouvernement de donner des possibilités d'accès à l'immigration, et c'est d'ailleurs la signification de cette loi qui renforce beaucoup les possibilités d'accès à l'immigration et la question de l'insertion. Cet article fait partie de ce schéma mais je ne crois pas qu'il y ait de mauvaises pensées. Je crois qu'ils n'étaient visiblement pas au courant. De toute façon, tout ce qui était proposé par le gouvernement était considéré comme la Bible et il n'était pas question d'y toucher.

Fabien Di Filippo : Non. Je ne peux pas croire qu'ils soient cyniques à ce point. Mais l'absence de justification et de compréhension sur ce point-là par rapport aux arguments que nous avons soulevé, cette fermeture totale m'interroge. Quels que soient les bons sentiments qu'ils pouvaient avoir, sur l'ouverture culturelle etc…, l'absence d'encadrement ouvre la porte à des dérives et à des abus graves concernant le statut de ces personnes. C'est cela que nous souhaitions dénoncer. Et comme tous les risques que nous avons pu soulever pendant ce débat, sur le dévoiement de la procédure d'asile, ou du regroupement familial, sur les abus en matière d'aide médicale d'État, sur tous ces points-là, ils ne voient qu'au travers du prisme de leurs bons sentiments, sans voir les risques qu'il y a derrière et qui se matérialisent très concrètement dans la vie quotidienne des gens et de nos territoires.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
02.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
03.
Comment on a tué les centre-villes de ces villes moyennes où une majorité de Français voudraient pourtant vivre
04.
Maltraitance dans les Ehpad : pourquoi des formations des personnels soignants peuvent faire une grande différence pour les personnes âgées
05.
14 tonnes d’aide humanitaire française pour le Venezuela confisquées à Caracas par la Garde nationale
06.
Un officier de renseignement de l'US Air Force trahit au profit de l’Iran : quand la réalité dépasse la fiction
07.
La métamorphose déroutante et préoccupante du paysage médiatique
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
04.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gilbert perrin
- 24/04/2018 - 11:03
esclavagisme en FRANCE pour les autochtones !!!!!
1 pièce jointe

diffuser au maximum : depuis le temps que je parle de l'esclavagisme pour les français de base .....



Ecoutez bien braves gens...et accrochez vous !

> > Celle-là, je vais l'envoyer plusieurs fois pour être certain que tout le monde l'aura regardée et entendue....... Que va devenir notre descendance ??? !!! ...

En novlangue, cela s'appelle la discrimination positive.

ajm
- 24/04/2018 - 10:22
Noyvelle filière d'immigration.
En réalité, il s'agit de créer une nouvelle filière d'immigration illégale-légale Après tout, faire garder sa maison par un ancien de Daesh ou de boko machin comme jeune garçon au pair c'est peut-être dissuasif.