En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Capture d'écran
Orientalisme

Xavier Bertrand mise sur la Chine plutôt que Paris pour développer sa région

Publié le 23 avril 2018
Xavier Bertrand, président de la région des Hauts-de-France, a annoncé qu'il comptait sur des investisseurs chinois pour relancer l'activité économiques dans sa région. Une stratégie discutable.
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Bertrand, président de la région des Hauts-de-France, a annoncé qu'il comptait sur des investisseurs chinois pour relancer l'activité économiques dans sa région. Une stratégie discutable.

Atlantico : La stratégie de Xavier Bertrand qui consiste à nouer des partenariats économiques avec la Chine pour rehausser la compétitivité des Hauts-de-France peut-elle avoir un réel impact sur la région? 

Laurent Chalard : Tout d’abord, il convient de rappeler que les Hauts-de-France sont une région, qui a beaucoup souffert de la désindustrialisation, avec un chômage de masse et une précarité importante, même s’il existe quelques réussites locales. Ancienne région phare de l’économie européenne, elle est désormais à la traîne, malgré sa localisation géographique privilégiée entre  deux des grands pôles de richesse du continent, que sont la dorsale européenne au nord et la métropole parisienne au sud.

Dans ce cadre, la volonté d’ouverture, affichée par l’exécutif régional dirigé par Xavier Bertrand, à des partenaires économiques étrangers, en l’occurrence chinois, ne peut être considéré comme une mauvaise chose, dans un contexte de concurrence exacerbée entre les territoires consécutive de la mondialisation. En effet, l’attractivité auprès des investisseurs étrangers constitue un des facteurs de renouveau d’une économie locale, le principal objectif étant de créer le maximum d’emplois possible, quel que soit leur niveau de qualification.

Cependant, si cette stratégie se limite uniquement à l’accueil d’investisseurs étrangers, elle possède deux principales limites. La première limite est que le dynamisme n’apparaisse qu’exogène et nullement endogène. Or, ce dernier est extrêmement important pour relancer une économie locale. Les investissements étrangers, aussi importants soient-ils, ne peuvent être suffisants pour relancer l’économie d’un territoire. Il y a aussi un besoin de dynamisme entrepreneurial local important, ce qui constitue à l’heure actuelle un point faible de la région Hauts-de-France, les mentalités des habitants n’étant pas (encore) en adéquation avec la nouvelle donne économique internationale. La seconde limite de cette stratégie est le risque des effets d’opportunités. En effet, le recours massif à des investisseurs étrangers ne constitue pas une nouveauté en soi pour le nord-est de la France, la même politique ayant déjà été menée dans années 1980, qui avaient vu l’arrivée de nombreux repreneurs étrangers, européens, américains ou japonais, avec parfois des déconvenues, certaines entreprises « chasseuses de primes » mettant la clé sous la porte une fois les primes encaissées...

Cette stratégie  économique peut-elle se transformer en argument  politique en vue de la présidentielle de 2022, si Xavier Bertrand décidait de se présenter?

A une époque où une « bonne » communication est plus importante que les résultats concrets sur le terrain, la stratégie défendue par Xavier Bertrand peut effectivement se transformer en stratégie politique pour un éventuel candidat à la présidentielle, en particulier vis-à-vis de son concurrent de droite, Laurent Wauquiez, plus tenté par un certain souverainisme économique. Cependant, la stratégie de Xavier Bertrand ne diverge guère de celle prônée par la république en Marche et le laps de temps d’ici 2022 paraît bien court pour pouvoir arguer du succès ou non de cette politique vis-à-vis des électeurs. En outre, cette stratégie économique n’a rien de spécifique aux Hauts-de-France, toutes les régions d’Europe se battant pour accueillir des investisseurs étrangers. 

Dans un contexte économique fragile, comment pensez-vous que la population reçoit l'implantation chinoise dans de nombreux secteurs d'activités?

Dans une région telle que les Hauts de France, où le nationalisme et le souverainisme ont le vent en poupe, dans un contexte de perception par les populations locales d’être les perdants de la mondialisation, il est peu probable que cette stratégie soit bien perçue par une majorité de la population. Au contraire, elle risque de renforcer leur animosité vis-à-vis d’une mondialisation, qui conduit à l’instauration d’une dépendance vis-à-vis de donneurs d’ordre extérieurs, qui plus est chinois, un pays à la mauvaise image. Pour beaucoup, cette stratégie serait beaucoup plus perçue comme un signe supplémentaire du déclin français que comme un renouveau. Si l’expérience du japonais Toyota à Onnaing est un succès, il n’est pas sûr que cela puisse se reproduire avec les chinois, dont les méthodes de management ne sont pas ceux d’une démocratie !

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

02.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

05.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

06.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

07.

Les relations entre frères et soeurs : un lien primordial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 23/04/2018 - 22:47
vangog
Comme je te l'ai dit et répété, les chinois sont pas si lobotomisés que ça puisqu'ils peuvent fabriquer ça ewww.exdoll.com: depuis qu' il en a une Ah2boue a revendu sa mobylette sur le bon coin! C'est quand même mieux que de tondre les femmes comme les résistants de la dernière heure!
vangog
- 23/04/2018 - 20:44
Moi, je dis aux Picards et aux Chtis « résistez ! »
Laurent Chalard tente une analyse binaire très insuffisante. D’un côté il y aurait les mondialistes, ouverts, tolérants, acceptant les investissements étrangers et, de l’autre, il y aurait les nationalistes, intolérants, refusant tout investissement étranger...pourquoi? Le Front est National, pas nationaliste! il ne s’embarasse pas de d’idéologie révolue comme la gauche et le centre, et il est pragmatique. Si les politiques précédentes ont appauvri et desindustrialisé cette région, ce n’est pas irréversible... par des resistants nationaux convaincus comme le sont les Picards. Il suffit de le vouloir et d’y croire pour reconquérir son passé. Et si les investissements chinois peuvent y contribuer, tant mieux! Mais rappelons que si la Chine socialiste possède de tels investissements en Euros, c’est pour deux raisons principales. Parce que les politiciens du passé français (Macron inclus) ont aggravé le déficit budgétaire avec la Chine, et parce que la Chine socialiste a furieusement besoin de la créativité française, ayant lobotomisé celle de son peuple, par idéologie rétrograde...
cloette
- 23/04/2018 - 20:27
En tout cas
l'article est bon .