En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© SAUL LOEB / AFP
Finances

Vers une périlleuse bataille entre Trump et la Fed ?

Publié le 23 avril 2018
Trump contre Powell ? Du jamais vu, qui choquerait profondément les marchés, au risque de faire baisser le dollar et monter les taux longs ! Mais ce qui se passe aux États-Unis, depuis quelques mois, est déjà du jamais vu, dira-ton. Oui, mais cette fois c’est le dollar qui est en jeu.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Trump contre Powell ? Du jamais vu, qui choquerait profondément les marchés, au risque de faire baisser le dollar et monter les taux longs ! Mais ce qui se passe aux États-Unis, depuis quelques mois, est déjà du jamais vu, dira-ton. Oui, mais cette fois c’est le dollar qui est en jeu.

Tout se prépare en effet pour que la Fed (la banque centrale américaine) monte ses taux le 2 mai, puis deux autres fois cette année, face à la force de la reprise américaine et à l’accélération en cours de l’inflation. Trois mesures de l’inflation confirment en effet la nouvelle. L’inflation sous-jacente, hors nourriture et énergie, monte de 2,9% sur les trois derniers mois (annualisés) et de 2,1% sur un an. Les prix à la production montent de 3% sur un an et de 3,5% sur les trois derniers mois (annualisés). Les prix à la consommation augmentent de 2,4% sur un an (même si mars enregistre une baisse de 0,1%, pour des raisons liées alors au prix de l’énergie).

Au total, les taux courts américains, actuellement à 1,5-1,75% passeraient ainsi à 2,5% en fin d’année. Les marchés financiers commencent à se tendre, mais ils n’ont pas tout intégré, puisque les taux à deux ans sont encore à 2,4% et ceux à dix ans à 2,9%. « Normalement », ils devront monter, ce qui pèsera sur la bourse. Et s’ils ne montent pas, alors la courbe des taux se renversera, les taux longs étant plus bas que les taux courts, ce qui voudra dire que les investisseurs sont inquiets et voient une récession ! Ce qui pèsera encore plus sur la bourse.

Ajoutons que, pendant ce temps, les taux courts japonais resteraient à -0,1% et ceux de la zone euro à 0%. Jamais l’écart de rémunération ne sera aussi élevé, ce qui renforcera le dollar.

Mais c’est l’inverse de ce que veut Donald Trump : une croissance au-delà de 3% avec un taux de chômage qui irait vers 3,5%, grâce à des taux bas qui soutiendront la croissance et la bourse, et un dollar faible qui aidera les exportations et freinera les importations !

Trump contre Fed ? C’est inévitable, non seulement parce que Donald Trump n’aime pas qu’on lui résiste, pire qu’on soit indépendant de lui (ce qui est la nature du Poste de Président de la Fed, occupé actuellement par Jerome Powell), pire encore qu’on aille contre lui. Or c’est bien ce qui se passe entre la stratégie de soutien à la croissance qu’il mène et qui conduit à la surchauffe, et la politique de lutte contre l’inflation que mène la Fed. Son double mandat est impératif : le plus d’emploi possible compatible avec la stabilité des prix (autour de 2%). Le plus d’emploi, on y est ; la stabilité des prix, on s’en éloigne.

Donald Trump a commencé les hostilités par un tweet le 16 avril : « La Russie et la Chine jouent au jeu de la dévaluation alors que les États-Unis continuent à monter leurs taux d’intérêt ? Pas acceptable ! »  Qu’est-ce donc qui n’est « pas acceptable » : la dévaluation du Rouble ou du Yuan, la montée des taux US, les deux ?

Déjà, Peter Navarro, le Conseiller commerce du Président Trump avait indiqué sur CNBC qu’il était « un peu troublé quand la Fed annonçait trois hausses de taux avant la fin de l’année ». En mars, Steven Mnuchin Secrétaire au Trésor avait précisé qu’il respectait l’indépendance de la Fed et « pensait » qu’elle était soucieuse de croissance… « donc » qu’elle ne la réduirait pas (en montant trop les taux) ! Avant sa prise de poste comme Economiste du Président, Larry Kudlow indiquait sur Fox News que, selon lui, plus de croissance ne causerait pas d’inflation, la courbe de Phillips, liant chômage à inflation n’existant pas, toujours selon lui.

Or, dans une récente conférence, le 6 avril à Chicago, Jerome Powell a repris cette courbe de Phillips, qui est en fait la base de la politique monétaire de la Fed ! Et Robert Kaplan, Président de la Fed de Dallas, a précisé lundi 16 avril qu’il ignorerait d’éventuelles pressions.

De fait, la Fed est habituée aux critiques des politiques et du Congrès. Le Président l’influence en nommant ses responsables, qui doivent être approuvés par le Sénat. Actuellement, sur sept postes du Board, un seul vient de l’ancienne administration et est clairement démocrate (Mme Lael Brainard). Jerome Powell préside, républicain modéré. Son vice-président chargé de la supervision financière est aussi un républicain modéré. Richard Clarida, économiste prévu au poste de vice-président, est aussi un républicain modéré, tout comme Michelle Bowman (régulatrice qui vient de la Fed du Kansas). Sur sept postes prévus au Board des Gouverneurs, cinq sont républicains, une démocrate et deux sont à pourvoir. Ce devrait suffire pour accompagner au mieux la politique de Donald Trump !

Sauf si Donald Trump en rajoute : nouvelles baisses d’impôts et dépenses publiques, autrement dit s’il cherche la bagarre. Il a, déjà, envoyé ses messagers et ses tweets : les risques de collision sont donc considérables, bien plus financiers que politiques.

 


 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

06.

Donald Trump réfléchirait à acheter le Groenland : l'île répond qu'elle n'est pas à vendre

07.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 24/04/2018 - 08:17
Selon moi, Donald gagnera!
Car les USA sont une vraie démocratie, où le pouvoir des élus supplante le pouvoir des technocrates. Si Macron-Rothschild pouvait en prendre de la graine...