En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Et si Trump avait raison sur la Chine

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

05.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

01.

Le médicament qui tue

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 27 min 32 sec
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 1 heure 12 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 3 heures 55 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 4 heures 45 min
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 7 heures 23 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 8 heures 51 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 9 heures 51 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 10 heures 45 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 12 heures 5 min
décryptage > Europe
Avenir de l'Union européenne

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

il y a 12 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 52 min 30 sec
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 1 heure 43 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 4 heures 20 min
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 6 heures 27 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 8 heures 17 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 9 heures 28 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 10 heures 33 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 11 heures 10 min
décryptage > Economie
Crise de défiance

Casse-tête de la reprise : les entreprises face à la destruction de confiance massive générée par les pouvoirs publics

il y a 12 heures 36 min
décryptage > France
Chute libre

Apocalypse zéro, suite : les fausses prédictions sur le chaos dans les banlieues plus démenties que jamais

il y a 13 heures 58 sec
© EMMANUEL DUNAND / AFP
© EMMANUEL DUNAND / AFP
Divergences

Europe : le grand saut dans l’inconnu pour Emmanuel Macron

Publié le 17 avril 2018
Alors que le chef de l'Etat consacrera ce mardi 17 avril au lancement des consultations citoyennes sur l'Europe au Centre des Congrès d’Épinal, un fossé d'incompréhension semble se creuser entre Berlin et Paris.
Jérôme Vaillant est professeur émérite de civilisation allemande à l'Université de Lille et directeur de la revue Allemagne d'aujourdhui. Il a récemment publié avec Hans Stark "Les relations franco-allemandes: vers un nouveau traité de l'Elysée" dans le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Vaillant
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Vaillant est professeur émérite de civilisation allemande à l'Université de Lille et directeur de la revue Allemagne d'aujourdhui. Il a récemment publié avec Hans Stark "Les relations franco-allemandes: vers un nouveau traité de l'Elysée" dans le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le chef de l'Etat consacrera ce mardi 17 avril au lancement des consultations citoyennes sur l'Europe au Centre des Congrès d’Épinal, un fossé d'incompréhension semble se creuser entre Berlin et Paris.

Atlantico : Olaf Scholz, nouveau ministre des finances allemand a pu déclarer que toutes les réformes proposées par Emmanuel Macron n'étaient pas "possibles", une position qui semble commune avec les membres de la CDU/CSU. De la même façon, l'annonce préventive de Berlin sur sa non-participation aux frappes en Syrie a pu consolider, notamment, la relation entre Paris et Londres. Comment Emmanuel Macron peut-il intégrer ces différents éléments pour la suite de son ambition européenne alors qu'il l'avait envisagé sous l'angle du couple franco-allemand ? 

Jérôme Vaillant : Alors qu’Emmanuel Macron rappellera son projet de réforme pour l’Europe ce mardi 17 avril, la chancelière exposera devant le groupe parlementaire CDU-CSU les premiers pas à faire pour réformer l’Europe. Angela Merkel est manifestement obligée de tenir compte des réserves formulées au sein de son propre parti, tout particulièrement de la part des spécialistes des questions budgétaires qui s’appuient sur le jugement du Tribunal fédéral constitutionnel de Karlsruhe soucieux de préserver la souveraineté du Bundestag en matière de budget (cf. entre autres son jugement de septembre 2012). Certains députés chrétiens-démocrates, dont Ralph Brinkhaus, vice-président du groupe parlementaire, doutent qu’il soit possible d’aboutir à une position franco-allemande commune lors du sommet européen du mois de juin. Mais la nouvelle secrétaire générale de la CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer, a fait savoir pour sa part que s’il fallait aborder les réformes avec le sérieux nécessaire, le faire savoir « n’avait rien à voir avec un blocage de l’Europe ». Elle ajoutait que chancelière disposait au Bundestag de la marge de manœuvre nécessaire pour convaincre le groupe parlement chrétien-démocrate. Le porte-parole du gouvernement, Steffen Seibert, a en même temps insisté sur le fait que la chancelière partait de l’idée d’un accord franco-allemand d’ici fin juin et indiqué que « la volonté commune d’aboutir était là », ajoutant que A. Merkel et E. Macron « se trouvaient dans un processus intensif de discussion et de travail sur toutes les facettes de la réforme de la zone euro et qu’il y avait certes à ce propos des concordances comme des divergences. »

Quant à Olaf Scholz, ministre des Finances, il n’a lors de son entretien avec la Frankfurter Allgemeine Zeitung du 14 février, rien dit d’autre que la chancelière. Après avoir rappelé le geste fort qui a consisté  pour la chancelière, le ministre des Affaires étrangères et lui-même à se rendre à Paris  aussitôt après la formation du nouveau gouvernement, il estime que les discussions avec Paris vont être menées à un bon rythme et que l’on peut s’attendre à des résultats  sur la question de l’union bancaire, une fois réglées quelques questions ardues de crédits.

Faut-il voir la situation actuelle sous l'angle d'une crise plus profonde qui révélerait des intérêts divergents entre les deux pays ? Dans un climat de crise européenne qui perdure, quels sont les risques d'une telle ambition déçue ? 

Jérôme Vaillant : La France et l’Allemagne se trouvent à la veille de négociations difficiles mais la volonté politique de ne pas décevoir les attentes existe bien. Les deux pays se trouvent dans une situation relativement classique pour leurs relations. A mettre en avant les oppositions, on s’interdit de les dépasser alors que la volonté d’aboutir peut permettre de passer outre à ces divergences pour faire faire avancer les choses. Le résultat ne pourra être qu’un compromis qui conciliera plus ou moins les intérêts des deux pays au service de l’Europe. Que le plan Macron ne soit pas appliqué tel quel ne signifierait pas pour autant que ce soit un échec, l’Allemagne lui est déjà reconnaissante d’avoir ouvert de nouvelles perspectives.

Où le bât blesse-t-il le plus? Il apparaît à la CDU-CSU peu sensé d’introduire au sein de l’Union européenne un deuxième budget réservé à la seule zone euro alors qu’il faut commencer par régler les conséquences budgétaires du Brexit. Il lui semble également qu’il ne convient guère de lier le parlement européen qui sera issu des élections de mai 2019.  Derrière ces réticences, on retrouve la question du droit constitutionnel du Bundestag à décider du budget allemand et à ne pas laisser la Commission européenne disposer librement des nouvelles ressources budgétaires que créerait la transformation d’un fonds européen de stabilité en un fonds monétaire européen. Pour aboutir, ce projet implique que l’Allemagne obtienne des garanties et le Bundestag un droit de regard.

Quels sont encore les points de convergence qui mériteraient d'être mis en avant pour donner forme à une nouvelle ambition européenne que voulait incarner Emmanuel Macron ? Ceux-ci sont-ils encore suffisants pour faire face à la déception qui s'annonce ?

Jérôme Vaillant : Réformer l’Europe avec l’Allemagne ne peut que prendre du temps. E. Macron ne se heurte pas à un mur d’incompréhension. Bon connaisseur des rouages allemands, il sait ce qui est et ce qui n’est pas possible avec elle. Au demeurant, il est aussi des publications en Allemagne, ne serait-ce que la FAZ, pour souhaiter que le gouvernement fédéral aille plus vite et fasse une réponse aussi sérieuse que possible aux propositions françaises. Enfin, on en saura un peu plus non pas seulement ce mardi 17, journée au cours de laquelle E. Macron et A. Merkel exposeront leurs points de vue comme base de départ de leurs négociations, mais ce jeudi 19 avril quand ils se rencontreront à Berlin. Et puis, il ne faut jamais perdre de vue ce que la chancelière a dit de sa façon de travailler : elle prend son temps pour décider, mais une fois la décision prise, elle s’y tient.

Il n’en va pas autrement pour la politique étrangère de l’Allemagne et les opérations extérieures auxquelles elle peut accepter de participer. Rien n’est possible sans l’aval du parlement, l’armée fédérale étant dans sa nature même, pour tirer les leçons de l’histoire, une « armée du parlement ». Cela lui ôte la capacité de réagir vite comme c’est le cas pour la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis. Mais sur l’intervention en Syrie, ni le ministre social-démocrate des Affaires étrangères, Heiko Maas, ni la chancelière n’ont laissé planer un quelconque doute sur le soutien politique de l’Allemagne à l’intervention en Syrie. Dans la ligne de sa politique de retenue plus favorable à la diplomatie qu’aux actions militaires, l’Allemagne est en train de prendre avec la France une initiative diplomatique sur la Syrie. Pour le Mali, elle a apporté en son temps un soutien logistique, mais elle est plus à l’aise encore quand il s’agit de former militaires ou policiers, une fois la paix rétablie. En matière de défense, les problèmes sont plus profonds : il faut que l’Allemagne entretienne son armée de façon à la rendre opérationnelle, il faut ouvrir avec elle plus grande la porte déjà entrouverte par la chancelière quand celle-ci a estimé que désormais on ne pouvait plus compter sur les Etats-Unis tout en sachant qu’il faudra trouver à la défense européenne sa place davantage au sein de l’OTAN qu’à côté de celle-ci. Il faut enfin mettre concrètement en œuvre dans le cadre de coopérations européennes le programme annoncé d’équipements militaires lourds.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Et si Trump avait raison sur la Chine

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

05.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

01.

Le médicament qui tue

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gilbert perrin
- 18/04/2018 - 10:20
MACRON, TA SOIF de POUVOIR va t'eliminer !!!!
M. le président de l'EUROPE attention, tu ferais mieux de t'occuper de la FRANCE, dans la justice et l'égalité....
Labarthe
- 17/04/2018 - 19:50
Don quichotte suite...
est certainement souhaitable. Cette Europe n’existera sans doute jamais car elle est contraire aux priorités de l’Allemagne, des lobbyistes américains et autres, et des grands intérêts du capitalisme financier. Ces forces ont dominé l’Europe depuis les années 80 et n’ont surtout pas envie de l’Europe telle que la voie Macron. Ils ne veulent pas d’une Europe puissance politique et économique indépendante, mais d’une Europe au service de la puissance Allemande et complémentaire de l’économie Américaine. D’où la collections de médiocres sans aucune ambition ni vision placés aux commandes de l’Europe depuis 30 ans. En même temps l’Allemagne a peur d’une France la laissant seule en face des USA, de la GB et de la Russie aussi je pense que Angela Merkel va essayer de jouer avec notre Président. Je crois qu’il est temps pour notre Pays de définir une politique qui soit indépendante de L’Europe car celle ci dans sa conception actuelle va devenir de plus en plus un frein et même un danger.
Labarthe
- 17/04/2018 - 19:46
Macron...Don Quichotte de l’Europe
Macron a certainement raison. Vu le monde tel qu’il est en train de devenir, une Europe sociale et économique puissante, avec des projets et des initiatives scientifiques et technologiques à la pointe de la recherche, prenant en charge la lutte contre l’immigration illégale avec les moyens nécessaire, luttant contre les paradis fiscaux et l’optimisation fiscale, ayant l’equivalent Européen de Google, Amazone etc... ( á l’exemple des chinois pour ceux qui disent que ce n’est pas possible)