En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© FRANCOIS GUILLOT / AFP / POOL
Mission accomplie ?

Bourdin – Plenel : c'est Macron qui a tout fait pour être leur tête de Turc !

Publié le 16 avril 2018
Il savait quand même à quoi s'attendre le président de la République. C'était voulu ?
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il savait quand même à quoi s'attendre le président de la République. C'était voulu ?

Bourdin a été fidèle à lui-même : grossier et irrespectueux. Plenel n'a pas fait injure à sa réputation : agressif et hargneux. Rien à voir avec les joutes raffinées du Moyen Âge. Une bagarre où, comme au catch, tout est permis.

Emmanuel Macron les avait choisis. Certainement en connaissance de cause. Et de cette mêlée, il est sorti gagnant. A force de prendre des coups, il en est devenu sympathique. Un martyr est plus attachant que ses bourreaux. 

Roué de coups, Macron s'est bien tenu. Il a été pugnace, dit la presse. Bourdin et Plenel étaient les méchants. Il était le bon. Une distribution des rôles qui interroge. Il n'y a pas eu de KO. Plenel lui a servi la soupe, même si c'était une soupe à la grimace. Bourdin l'a fait gouter à un potage aux orties qui brulent. 

C'était gagnant-gagnant. Emmanuel Macron a ramassé des points à droite où l'on déteste Bourdin et Plenel. Il suffit pour s'en convaincre de regarder le sondage effectué auprès des lecteurs du Figaro. Bourdin et Plenel ont raflé la mise à gauche où Macron est exécré. 

Le chef de l'État a été poli avec ses adversaires. Ceux=ci ont été normaux dans la goujaterie. Pas une seule fois ils l'ont appelé "Monsieur le Président" comme le rappellent, scandalisés, des députés LREM. Macron s'est juste permis un "Je suis le président, vous êtes les interviewers".

Pas de quoi désarçonner les deux tueurs qui en voulaient. Ça s'est passé dans le cadre beau et élégant du Palais de Chaillot. Un endroit, transformé, pour les besoins de l'affaire, en bistro. Dans les bistros, quand on a un pu bu, on se fout sur la gueule. Après on boit un coup et on rigole.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Lapalatine
- 18/04/2018 - 19:14
Ben voilà...
..J'ai fui et apparemment: j'ai bien fait!
Borgowrio
- 17/04/2018 - 08:31
Débat de cons
Raté gros malin ... L'audience a été minable , on ne saura pas qui de Plenel , Bourdin ou Macron ( ou les trois ) à fait fuir les téléspectateurs . Je me pose des questions sur ce maitre es communication qui est Macron , d'avoir invité de tels grossiers personnages ( qualificatif emprunté à monsieur Rayski )
gilbert perrin
- 17/04/2018 - 07:43
PLENEL BOURDIN ... heureusement vous étiez 2 ???
un seul subissait le même sort que PERNAULT : le "maitre injuste" allait lui couper le bec en permanence... ce BONIMENTEUR en CHEF a encore MENTI et aujourd'hui qui conteste véritablement ses propos : l'animateur ? WAUQUIEZ a bien essayé sur la 2, mais sa prestation s'est terminée bizarrement : je soupçonne qu'il a été CENSURE sur ordre !!! c'est devenu celà la FRANCE ... d'EN FORCE ?