En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© FRANCOIS GUILLOT / POOL / AFP
Le ring
Interminable match de catch sur BFM ...mais Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin seront-ils vraiment les adversaires d'Emmanuel Macron en 2022 ?
Publié le 16 avril 2018
Pendant trois heures, le locataire de l'Elysée a justifié l'intervention en Syrie, annoncé que l'Etat va reprendre la dette de la SNCF, et renouvelé son credo, réformer le pays, mais aussi "réconcilier et unir". Trois heures qui s'apparentaient plus à une longue joute qu'à une interview...
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pendant trois heures, le locataire de l'Elysée a justifié l'intervention en Syrie, annoncé que l'Etat va reprendre la dette de la SNCF, et renouvelé son credo, réformer le pays, mais aussi "réconcilier et unir". Trois heures qui s'apparentaient plus à une longue joute qu'à une interview...

Invité de BFMTV et de Mediapart, Emmanuel Macron a, pendant trois heures, justifié l'intervention en Syrie pour détruire des usines d'armes chimiques, annoncé que l'Etat va reprendre la dette de la SNCF et renouvelé son credo, réformer le pays, mais aussi "réconcilier et unir" le pays. Trois heures  qui s'apparentaient plus à une longue joute qu'à une interview ...

Emmanuel Macron dans la fosse aux lions, qui résiste aux fauves. La comparaison est hasardeuse mais il y avait un peu de cela. Ayant choisi de se faire interviewer par deux confrères censés incarner la quintessence du" journalisme sans concession", les deux media organisateurs (BFM et Mediapart), ayant mis les petits plats dans les grands pour aménager un  décor dans un lieu prestigieux, la communication élyséenne ayant scénarisé l'arrivée du chef de l'Etat main dans la main avec son épouse, les téléspectateurs qui ont sacrifié le film du dimanche soir, ou  le match PSG-Monaco pour suivre l'interview présidentielle, pouvaient s'attendre à une interview modèle du genre. Le résultat n'a pas été à la hauteur de leurs espérances. Il y a bien eu du spectacle mais il s'apparentait davantage à un match qu'à une interview fut-elle serrée. C'était le bourreau de Béthune, et l'Ange Blanc contre Kid Marcel... Au mieux on parlera de débat, parfois de procès d'intention...L'accusé Emmanuel Macron, jamais nommé "Président de la République" a été prié répondre des cadeaux fiscaux, la crise dans les hôpitaux, de l'évacuation de la ZAD de Notre Dame des Landes et de l'intervention en Syrie. Emmanuel Macron (-à l'inverse de ses contradicteurs), n'avait pas la moindre note devant lui  et n'a pas  été pris en défaut.

- A propos de  la Syrie, où on lui reprochait d'être intervenu hors mandat de l'ONU, il a répliqué" "nous avons la pleine légitimité internationale pour intervenir" soulignant que la résolution de l'ONU contre l'utilisation des armes chimiques n'avait pas été respectée par le régime de Bachar El Assad. Quant à l'intervention avant un débat du Parlement, Emmanuel Macron a rappelé à son contradicteur que la Constitution ne dit pas qu'il faut une autorisation du Parlement pour mener une opération. "On ne va pas changer la Constitution parce qu'elle ne vous plaît pas. Si elle ne vous plaît pas, vous pouvez proposer de la changer, et vous présenter devant le peuple pour la changer", avant d'ajouter que ceux qui le proposaient dans leur programme électoral n'ont pas été élus...Avis à Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin.

-Emmanuel Macron ne croit pas  à la" coagulation des mécontentements", qualification macronienne de la convergence des luttes espérée par Jean-Luc Mélenchon. Mais il ne sous-estime pas " les colères" des Français.  La SNCF? L’Etat va reprendre la dette à partir de 2020. C'était  inéluctable, mais encore fallait-il l'expliciter. C'est fait.

- Les impôts, la suppression de l'ISF? Il l'assume pour "garder les talents", mais assure :" Nous serons intraitables sur la fraude fiscale", dit le Chef de l'Etat accusé de faire des cadeaux à ses  "amis" milliardaires... Indignation, empoignade verbale, et cacophonie, mais, admoneste le Président  "il ne faut pas confondre fraude et optimisation fiscale"...la première tombe sous le coup de la loi. La seconde est légale même si elle n'est pas morale ...Emmanuel Macron a une nouvelle justifié la hausse de la CSG, promis que la baisse de la taxe d'habitation compenserait cette hausse pour les retraités, assuré que lui est son gouvernement oeuvrent à l'amélioration du pouvoir d'achat des achat des travailleurs, et promis qu'il n'y aura pas de nouvel impôt local ou national pendant son mandat. En revanche l'instauration d'une deuxième "journée de solidarité" n'est pas exclue pour financer le futur cinquième risque, la dépendance qui nécessite une réorganisation totale des EHPAD.

-la ZAD de Notre-Dame-des-Landes sera évacuée et il récuse la démarche des occupants récalcitrants au nom de  projets alternatifs: "Je vais m'installer dans votre salon et dire que c'est un projet agricole alternatif ! Pour nos concitoyens les plus modestes, celui qui paie ses impôts, je peux lui expliquer que des gens ont eu une idée formidable, ne pas payer les terres, ne pas respecter les règles. Je peux les regarder en face ? Vous n'êtes pas sérieux".

-Intraitable, Emmanuel Macron assure qu'il le sera également avec  l'islamisme radical, mais reconnait que "nous avons aujourd'hui des femmes et hommes qui, au nom de la religion, proposent de sortir de la République... nous avons échoué dans le travail de la République dans ces quartiers difficiles .Il faut les remettre dans la République"... c'est " l’un des plus grands défis de notre nation". Quant au port du voile, il veut être sûr que "c'est le choix" de celles qui le portent mais admet qu'on ne peut pas interdire le voile dans la rue.

On retiendra encore qu'Emmanuel Macron  se défend de duplicité à l'égard de François Hollande :" je suis parti quand j'étais en désaccord et j'ai été rappelé"...et qu'il espère refonder l' Europe avec ceux qui le voudront (-sous entendu, pas avec les pays "illibéraux, ex-communistes qui  versent dans le populisme); en matière d'immigration, " la France ne peut pas prendre toute la misère du monde"...En décryptant l'interview du Président de la République, on note qu'il s'inscrit dans un temps long qui n'est pas celui du quinquennat, mais de deux mandats. 2022, avec Bourdin et Plenel ? Ils ne seront peut-être pas encore à la retraite (- la longévité est grande dans la profession de journaliste).En attendant il leur a dit "chiche" pour l'année prochaine ...Bon courage ....pour les téléspectateurs ...Encore un mot : qu'aurait-on dit si cette interview avait été menée de cette manière par des femmes ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Pourquoi la trahison d'Emmanuel Macron envers François Hollande pourrait bien lui revenir en boomerang le jour où il aura besoin d'appuis...
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Attention danger (politique) : les gilets jaunes, une crise pour rien ?
06.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
07.
Céline Dion a refait 2 fois sa vie... en même temps; Laura Smet, mariée & heureuse, Karine Le Marchand seule mais heureuse, Charlotte C.&Dimitri, ni seuls ni mariés; Gala nous dit tout sur la vie sexuelle de Houellebecq, Match sur le divorce de Jeff Bezos
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 17/04/2018 - 01:14
En même temps...
si Macrouille voulait faire comprendre aux Français quIl aurait abandonné les grosses ficelles de la communication qui l’ont fait élire...c’est totalement raté!
jc0206
- 16/04/2018 - 21:47
Raté !
Ces deux minables n'ont pas réussi à me faire changer d'avis sur Choupinet 1er.
mymi
- 16/04/2018 - 17:59
Complètement d'accord avec Platypus
Je suis convaincue que, là encore, c'est une stratégie de communication pour faire semblant d'être victime de l'acharnement de ces deux journaleux.. lesquels en choisissant des attitudes extrêmes lui ont finalement servi la soupe tel qu'il le souhaitait. En effet, Plenel par ses excès trotskystes perd toute crédibilité et on connaît les grandes affinités de gourdin avec les marcheurs qu'il traite avec beaucoup de bienveillance dans ses interviews.
Là encore Macron cherche à nous enfumer par la Grande Comédie pour faire admirer sa capacité de résistance face aux 2 bouledogues de pacotille.
Enfin concernant l'immigration il s'est bien gardé de rappeler la dernière position de l'Union européenne qui préconise que chaque enfant mineur en Europe puisse demander le rattachement de l'ensemble de sa famille sur le territoire européen.
j'ai franchement peur du monde dans lequel vivront nos enfants