En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

ça vient d'être publié
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 3 heures 34 min
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 4 heures 36 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 5 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 7 heures 47 min
décryptage > Culture
7ème art

Soubresauts, horreurs et beauté du monde à Saint-Jean de Luz

il y a 9 heures 21 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 13 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 34 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Cette semaine l’Europe joue son destin sur le Brexit

il y a 10 heures 12 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Stadia : Google mise sur la latence négative pour s’imposer dans l’univers des jeux vidéos. Décisif ou moufte aux yeux ?
il y a 10 heures 43 min
décryptage > Economie
Incompréhension

L’étrange capacité du capitalisme financiarisé à perdurer envers et contre tout

il y a 11 heures 18 min
décryptage > International
Opération "printemps de la paix"

Syrie : multi jeux de dupes autour des Kurdes (et des djihadistes de Daesh)

il y a 11 heures 34 min
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 3 heures 54 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 4 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 7 heures 37 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 7 heures 59 min
décryptage > Social
Exercices de coloriage

Il est beaucoup question du "vieux mâle blanc". Mais pourquoi ne parle-t-on jamais du " vieux mâle noir" ?

il y a 9 heures 29 min
décryptage > Religion
Loi de 1905

Pourquoi la laïcité ne devrait pas être invoquée dans la lutte contre l’islamisme

il y a 10 heures 4 min
décryptage > Politique
Conceptuel

Le populisme, phénomène bien plus fondamental que le simple fruit de l’épuisement de la démocratie représentative ou de l’hystérisation des classes moyennes

il y a 10 heures 38 min
décryptage > Economie
Courage!

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

il y a 11 heures 13 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

il y a 11 heures 23 min
décryptage > Politique
Lourde tâche

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

il y a 11 heures 48 min
© FRANCOIS GUILLOT / AFP / POOL
© FRANCOIS GUILLOT / AFP / POOL
Dans l'arène

Macron face à Bourdin et Plenel : un président plus "puncher"... mais a-t-il vraiment convaincu les Français sur les sujets qui comptent ?

Publié le 16 avril 2018
Dimanche soir, le chef de l'Etat s'est livré à un exercice plus pugnace que d'habitude. Mais certaines de ses réponses pourraient avoir déçu de nombreux téléspectateurs.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dimanche soir, le chef de l'Etat s'est livré à un exercice plus pugnace que d'habitude. Mais certaines de ses réponses pourraient avoir déçu de nombreux téléspectateurs.

Atlantico : Alors que l’intervention d’Emmanuel Macron, le 12 avril dernier au JT de 13h, n’avait pas permis de provoquer un mouvement dans l’opinion, comme le révélait un sondage Odoxa publié le 13 avril, comment analyser le résultat de la seconde étape de son périple médiatique de la semaine, ce dimanche 15 avril sur BFMtv, RMC et Mediapart? L’objectif de conviction a-t-il été atteint? 

Éric Verhaeghe : Il me semble qu'il est encore un peu tôt pour le dire. Il faudra voir les réactions de l'opinion dans les prochains jours. Mais on peut d'ores et déjà affirmer que le Président s'est livré à un exercice moins complaisant et plus pugnace que d'habitude. Les questions étaient directes, posées sans fard et avec une volonté nette de passer outre la courtisanerie habituelle pour établir une certaine forme de vérité. Elles ont permis au Président de la République de montrer son implication dans les dossiers. Faut-il aller jusqu'à penser qu'il a été persuasif? A ce stade, je serais plus réservé sur cette idée car certaines de ses réponses sont à la fois compliquées et déceptives. Le long passage sur la fraude fiscale a probablement manqué d'un certain nombre de mots-clés. Le Président a en effet semblé justifier les fraudes, ou les nier, en ramenant l'essentiel à l'optimisation fiscale. Sa position sur ce sujet très sensible était fortement défensive. On aurait pu attendre un engagement plus marqué, plus binaire contre les fraudeurs, et moins technique, plus global sur la question de la fiscalité sur le capital. Bref, la séquence n'était probablement pas très bonne pour un Président qui est taxé d'être le Président des riches. Il ne s'est pas départi hier soir de cette image et beaucoup de ceux qui l'ont regardé auront sans doute trouvé qu'il manquait de compassion pour les "petites gens".

C'est probablement sur ce point qu'il faut insister. Emmanuel Macron s'adresse à l'intelligence de ses interlocuteurs, et à celle des téléspectateurs. Il n'est pas sûr qu'il sache trouver les mots pour toucher leur cœur. Et cela demeure un point de faiblesse dans sa communication. 

Quelles ont été les différences d’approche du Président? A-t-il adapté son discours en fonction des catégories de public? A-t-il « enrichi » son discours entre les 2 étapes?

Éric Verhaeghe : Emmanuel Macron a d'abord adapté son discours en fonction de ses interlocuteurs directs, de ses interviewers. Il ne s'est pas adressé à Jean-Pierre Pernot comme à Jean-Jacques Bourdin, et il n'a pas traité Jean-Jacques Bourdin comme Edwy Plenel. De ce point de vue, la relation entre l'interviewé et l'interviewer est une opération difficile à négocier. L'objectif de l'interview est en effet d'expliquer sa politique aux Français, et surtout de les convaincre qu'on fait les bons choix. L'enjeu est de les convaincre eux, pas les intervieweurs. Le jeu de l'interview peut prêter à confusion sur ces points. L'interviewé peut se focaliser (comme Macron l'a fait avec Plenel en partie) sur sa relation avec le journaliste et ainsi polluer négativement son discours. Il n'est pas exclu que les remarques acides de Macron à Plenel l'aient d'ailleurs desservi à plusieurs reprises en donnant le sentiment d'un Président agressif ou désagréable.

Sur le fond, l'interview de dimanche était en effet plus politique, plus argumentée et plus serrée que celle de jeudi. Elle a aussi porté sur des sujets différents, plus fouillés, comme l'évasion fiscale. Elle était plus longue. Elle a permis de camper le Président en chef de guerre, ce qui plaît toujours et donne l'occasion d'une déclinaison classique et vertueuse sur la silhouette martiale de l'homme qui unit la nation derrière un drapeau. En revanche, elle a mieux dévoilé des côtés auxquels les Français sont rétifs, notamment sur la question du Président des riches.

Près d’une année après son élection, quels sont les traits marquants de ces interventions? Quels sont les décalages les plus notables en comparaison du candidat Macron à l’élection présidentielle?

Éric Verhaeghe : Deux traits me paraissent devoir être soulignés ici.

Le premier tient à la personnalité et à l'art de gouverner propre à Emmanuel Macron. Le personnage est beaucoup plus autoritaire, beaucoup plus solitaire et beaucoup moins bienveillant que l'image fabriquée de toute pièce durant la campagne électorale. Souvenez-vous du modèle quasi-collaboratif dont En Marche prétendait s'inspirer, du côté débat permanent que le Président prétendait porter. On est désormais loin de tout ça. L'exercice du pouvoir par Emmanuel Macron est beaucoup plus solitaire et vertical qu'il ne l'avait prétendu. On voit désormais un Président qui décide, qui tranche, et qui n'hésite pas à tacler les journalistes lorsqu'ils posent des questions qui lui déplaisent. On a ici en tête les remarques très directes contre Plenel, qui n'ont pas toutes été bienveillantes. Le changement est très marqué entre les deux visages présidentiels.

Le second tient à la capacité à moderniser le pays et à l'ampleur des réformes. Dans la pratique, Emmanuel Macron a perdu de son enthousiasme, de son envie de faire, et se recentre insensiblement mais sûrement, sur une espèce d'entre-deux un peu pâteux. Prenez la dépense publique. Macron n'a repris aucune promesse de modernisation de l'Etat ni de diminution de la dépense. On est déjà dans un discours de la prudence, alors que les dépenses publiques continuent à augmenter. On dira la même chose des banlieues, qui n'ont pas été évoquées hier. Macron semble en retrait sur ces sujets, de même que sur l'Europe où les grands projets du début de quinquennat semblent oubliés.

De ce point de vue, la contestation à laquelle le gouvernement se heurte fait déjà son œuvre. Elle assèche l'envie d'agir !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

Commentaires (32)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 17/04/2018 - 11:36
Plenel a changé d'avis?
http://www.valeursactuelles.com/societe/mediapart-plenel-sen-ira-en-2017-49533
moneo
- 17/04/2018 - 11:15
ça fait désordre pour nos journalistes moralisateurs
http://www.lesenquetesducontribuable.fr/2015/03/25/labattement-fiscal-des-journalistes/48940
assougoudrel
- 16/04/2018 - 22:52
@Gerint
J'avais un copain douanier, ancien militaire de carrière qui avait fait l'Indochine. Il m'a montré un petit livre rouge, la bible du douanier. Il y a un passage où on peut lire qu'il est interdit à ce dernier de contrôler les ministres, les députés, sénateurs et autres diplomates. C'est un monde à part où tout est permis. Les journalistes ne sont pas prêt de perdre leur 30% d'abattement, car il y a tant à cacher.