En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Macron skie français

03.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

04.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

05.

Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie

06.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

07.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

05.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

06.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Brut.
Emmanuel Macron : « Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis »
il y a 1 heure 15 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les bracelets se noient dans le marc de raisin et quand les tortues ont l’accent italien : c’est l’actualité décembriste des montres
il y a 2 heures 44 min
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 5 heures 16 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 7 heures 19 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 7 heures 47 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 8 heures 30 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 8 heures 47 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 8 heures 57 min
décryptage > Politique
Héritage politique

Mort de VGE : mais qu’est devenue la droite libérale en France ?

il y a 9 heures 34 min
décryptage > Religion
Séparatisme

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

il y a 10 heures 12 min
pépites > International
Rebondissement
Ziad Takieddine a été arrêté au Liban
il y a 2 heures 23 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 4 heures 12 min
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 7 heures 11 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 7 heures 39 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 8 heures 23 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 8 heures 42 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 8 heures 56 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 9 heures 14 min
décryptage > High-tech
Course aux vaccins

IBM détecte des cyber-attaques en cours contre la distribution des vaccins anti-Covid dans le monde : alerte écarlate ou rouge pâle ?

il y a 9 heures 55 min
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 20 heures 30 min
© Bryan R. Smith / AFP
© Bryan R. Smith / AFP
Casse-tête

Entre soutien aux réformes en Arabie saoudite et soutien à l’accord sur le nucléaire avec l’Iran : quelle ligne stratégique pour la France ?

Publié le 14 avril 2018
A l’occasion de la visite de Mohamed Bin Salman, nous avons interviewé Emmanuel Razavi, grand reporter spécialiste du golfe Persique, à l’origine d’une nouveau site d’informations géopolitiques sur abonnement : Globalgeonews (en ligne le 20 avril). Sur fond de crise dans le golfe, il nous a livré son analyse sur ce que doit être la ligne diplomatique de la France face aux rivalités inquiétantes qui opposent Saoudiens et Iraniens.
Emmanuel Razavi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômé de Sciences politiques, Emmanuel Razavi est grand reporter. Spécialiste du golfe persique, il a notamment collaboré avec Planète, Arte, M6, France 24, Valeurs Actuelles, le Figaro Magazine, le Spectacle du Monde et Paris Match. Il est auteur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l’occasion de la visite de Mohamed Bin Salman, nous avons interviewé Emmanuel Razavi, grand reporter spécialiste du golfe Persique, à l’origine d’une nouveau site d’informations géopolitiques sur abonnement : Globalgeonews (en ligne le 20 avril). Sur fond de crise dans le golfe, il nous a livré son analyse sur ce que doit être la ligne diplomatique de la France face aux rivalités inquiétantes qui opposent Saoudiens et Iraniens.

Mohamed Bin Salman était en visite à Paris. Pour vous qui connaissez bien le golfe Persique où vous avez vécu, est-il le réformateur que l’on présente ? Peut-on lui faire confiance ?

Bin Salmane est assurément un réformateur, dans le sens où il a impulsé une nouvelle donne politique, sociale et économique en Arabie Saoudite. Il n’a pas eu peur de faire tomber la vieille garde saoudienne, même s’il l’a fait de façon extrêmement violente.

Il a pris conscience qu’il fallait préparer la jeunesse, et les élites du royaume en général, à l’après pétrole. Il a aussi conscience que les aspirations d’une partie de sa population sont en train de changer. La jeunesse saoudienne veut plus d’ouverture, et moins de rigorisme.

Il a développé des fondations comme MISK qui proposent une vision intéressante de ce que doit devenir son pays à l’horizon 2030. Toutefois, il faut se méfier du terme « réforme », qui va rarement de pair avec le progressisme au Moyen-Orient. Bin Salmane a beau vouloir permettre aux femmes de conduire, ouvrir des salles de cinéma ou autoriser des concerts, il n’en reste pas moins un prince qui emprisonne ou élimine ses opposants, et verrouille toute forme réelle de liberté d’expression. Il mène une guerre par procuration contre l’Iran au Yémen qui est meurtrière et qui a fait des milliers de victimes. MBS est donc un prince va-t’en guerre, qui contribue à déstabiliser sa région, en même temps qu’il veut réformer son pays , dans lequel il fait d’ailleurs face à plusieurs formes d’opposition, ce que personne ne dit. Sa volonté d’isoler le Qatar voisin, et de tout faire pour faire vaciller le régime Qatari, me paraît enfin très dangereuse à moyen terme. Son impulsivité pourrait bien être la source d’un engrenage terrible dans le golfe Persique, où les tensions sont bien réelles. Il faut donc avoir conscience qu’il sera un partenaire très difficile à « cadrer » pour la France, même s’il faut lui laisser l’opportunité de faire ses preuves. En clair, évitons toute forme d’angélisme vis-à-vis de MBS.

Comment la France peut-elle gérer sa relation avec l’Iran et l’Arabie Saoudite, deux pays qui se détestent ?

Les marges de manoeuvre sont étroites pour le président Macron, car il doit gérer des relations diplomatiques et commerciales avec deux pays antagonistes, qui se vouent une haine tenace.

Comme l’Arabie saoudite, l’Iran est à la croisée des chemins et cherche à s’ouvrir. Toutefois, contrairement à l’Arabie saoudite, l’Iran, puissance régionale, n’a cessé de constituer des élites solides dans bien des domaines, malgré la révolution, une guerre avec l‘Irak, et 39 ans de régime islamique. C’est également un pays en phase avec la modernité. Le niveau de formation dans les universités est bon, la compétence est réelle dans de nombreux secteurs économiques, et le peuple iranien est globalement doté d’une fibre nationaliste forte, ce qui constitue un élément important à prendre en compte.

Contrairement à ce que semble croire le président Donald Trump, l’Iran n’est pas un pays dangereux pour l’Occident, pour autant qu’on ne l’accule pas au pire. Il ne faut donc pas chercher à l’isoler davantage. Poursuivre dans cette voie serait déraisonnable pour la stabilité du golfe Persique, car cela aurait des conséquences désastreuses. Bien sûr l’Iran - comme l’Arabie saoudite - a de nombreux défis à relever, à commencer par les défis environnementaux et sociétaux. Le régime doit de fait répondre aux préoccupations croissantes de la population, usée par un chômage endémique, les problèmes d’accès à l’eau, et les fractures qui opposent les tenants d’une ligne progressiste aux conservateurs.

Mais je crois résolument que la France - comme ses entreprises - peut accompagner ce pays sur la voie de l’ouverture. La diplomatie française doit donc faire son œuvre, et je la crois largement capable, sous l’impulsion d’Emmanuel Macron, de trouver une ligne d’approche qui nous permette de considérer l’Iran comme un partenaire sur le long terme, tout en travaillant avec les saoudiens par ailleurs. Cela dit, il ne faut pas être dupe. Si la France fait du business avec l’Arabie saoudite, le partenaire économique le plus important des Saoudiens, ce sont les Etats-Unis. La France a donc, de fait, une vraie carte à jouer avec L’Iran.

C’est cette approche française de la géopolitique que vous défendez avec votre site Globalgeonews ?                         

Globalgeonews est un site internet d’informations géopolitiques et d’analyses risques pays et secteurs, destiné aux entreprises internationales qui ont besoin d’informations, de prospectives sur les pays de la Méditerranée, le Moyen-Orient ou l’Asie. C’est un site lancé par notre agence d’informations, BEW, auxquels collaborent des grands reporters, et des experts reconnus.

Alors que le monde connaît une accélération de l’histoire et d’importants bouleversements géopolitiques, nous défendons un point de vue alternatif à celui des grandes agences anglo-saxonnes, car nous sommes convaincus qu’il y a une approche européenne de la stratégie géopolitique, qui doit être à la fois pragmatique, et qui défende des valeurs qui nous sont propres. Notre site donnera donc accès, via un menu déroulant et interactif, et une cartographie, à des grands reportages vidéos de 3 mn environ et des analyses risques sur tout le pourtour méditerranéen et le grand Moyen-Orient.

La géopolitique ne doit pas être quelque chose de figée. Il ne faut pas avoir peur de deviner ce que sera le monde de demain. Il faut aussi qu’elle ait une application réelle pour les entreprises, qui ont pour habitude de penser le risque investissement à travers le prisme de la finance. Or c’est la géopolitique qui permet de penser le monde et d’établir les scénarios à risque. Prenez le cas de la Libye que nous traiterons dès le lacement. On sait que le chaos règne là-bas. Mais nous, à travers Globalgeonews, ce qui nous intéresse, c’est de montrer quels sont les scénarios qui déterminent son avenir et les opportunités – ou les risques - qu’elle peut offrir aux entreprises et aux différents acteurs qui misent sur son rétablissement.

Il en va de même de la Turquie, pays auquel nous nous intéressons particulièrement, en tentant de répondre à des questions précises. Par exemple,  quelle est la stratégie d’Erdoghan, qui a pour volonté de rétablir un califat ? Sa politique répressive va-t-elle fragiliser à long terme les investissements en Turquie ? Comment est-il vraiment perçu par la société civile, qui reste imprégnée par l’histoire du Kémalisme ? La Turquie a-t-elle encore sa place au sein de l’OTAN ?

Pour nous, le fait d’analyser ces ensembles de données nous permet d’imaginer des scénarios qui doivent aider les états ou les entreprises à faire des choix stratégiques.

Globalgeonews a reçu plusieurs distinctions, comme BEW, votre agence d’informations. C’est le signe d’un savoir faire français  en matière d’information géopolitique ?

Le projet a entre autre reçu pour cela le label de la French Tech, et notre agence, plusieurs distinctions. Nos productions sont régulièrement diffusées sur Arte ou France 24, deux chaines qui ont un savoir faire et un regard exceptionnels en matière d’info et de décryptage de l’actualité géopolitique. Enfin, oui, il y a un savoir faire français. En matière de grand reportage, d’une part, mais aussi en matière d’analyse, car l’école de géopolitique française fait référence dans le monde entier. Au sein de BEW, nous avons par ailleurs démontré en quelques années que nous savions allier 3 compétences : le grand reportage, l’analyse géopolitique et l’image, puisque nous produisons la plupart de nos reportages en vidéos. En résumé, notre axe principal est de montrer, grâce aux images de nos reporters, ce que nos experts décryptent, et inversement, de se servir des images pour analyser.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deneziere
- 15/04/2018 - 08:47
Un savoir faire Français... oui, si on veut
Dans, l’analyse géopolitique, c’est possible, mais dans l’action ? Combien de succès diplomatiques dans la région depuis de Gaulle ? Aucun, si on excepte l’ouverture de la base d’ Al Dhafra par Sarko.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 14/04/2018 - 18:52
Faut faire comme les
Faut faire comme les américains............Aucun sentiment: Tu achètes des armes, parfait, on te soutient, tu ne nous en achète pas, va te faire foutre on en vendra a l'Iran. Point barre ! de toute façon ils soutiennent tous deux les terroristes.