En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

03.

Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel

04.

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

05.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

06.

Gouvernement de Jean Castex : "le remaniement est bouclé", selon un dirigeant de l'exécutif

07.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les secrets de la Maison Blanche" de Nicole Bacharan et Dominique Simonnet : Lincoln, incroyable !

il y a 10 heures 44 min
light > Culture
Joie des touristes
Post-Covid-19 : le Musée du Louvre va réouvrir ce lundi 6 juillet
il y a 11 heures 32 min
pépite vidéo > Politique
Nouveau Premier ministre
Retour sur le parcours politique de Jean Castex
il y a 12 heures 41 min
light > High-tech
Game over
Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel
il y a 16 heures 26 min
pépites > Politique
Fin du suspense
Michèle Rubirola est élue maire de Marseille
il y a 17 heures 19 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le courage du personnel soignant face au Covid-19 : une médecine de guerre sans protection

il y a 19 heures 47 min
décryptage > Politique
Choix stratégique

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

il y a 22 heures 15 min
décryptage > Politique
Campagne électorale

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

il y a 23 heures 15 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée
il y a 1 jour 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 1 jour 10 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Peau d'homme" de Zanzim et Hubert : une fable "genrée"

il y a 11 heures 12 min
pépites > Santé
Négociations
Le Ségur de la santé a été prolongé en l’absence d’un accord
il y a 12 heures 4 min
pépites > Politique
Plus que quelques heures à patienter ?
Gouvernement de Jean Castex : "le remaniement est bouclé", selon un dirigeant de l'exécutif
il y a 13 heures 58 min
pépites > Politique
Première visite officielle
Le nouveau Premier ministre, Jean Castex, effectue son premier déplacement sur le site de production de X-Fab
il y a 16 heures 57 min
pépite vidéo > International
Campagne électorale
Donald Trump estime que l'Amérique doit être fière de son histoire
il y a 18 heures 35 min
décryptage > Santé
Trop, c’est trop

Si la pandémie vous a rendu maniaque de la propreté, voilà ce que vous devriez savoir pour tempérer vos ardeurs

il y a 20 heures 18 min
décryptage > Politique
Suite de "Passions"

Exclu Atlantico : Nicolas Sarkozy devrait publier le tome 2 de ses mémoires dès ce mois de juillet

il y a 22 heures 43 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

il y a 23 heures 48 min
décryptage > Politique
Premier ministre

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

il y a 1 jour 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 1 jour 10 heures
© François NASCIMBENI / AFP
© François NASCIMBENI / AFP
Tu bluffes !

Frappes en Syrie : l’Occident a-t-il perdu son pouvoir de dissuasion ?

Publié le 14 avril 2018
Au cours de la nuit, France, Etats-Unis et Royaume Uni ont procédé à des frappes contre le régime syrien. Une action qui s’incrit dans le processus de la dissuasion.
Bruno Tertrais
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Directeur-adjoint à la Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS).Spécialiste des questions stratégiquesDernier ouvrage paru : La revanche de l'Histoire, aux Editions Odile Jacob 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au cours de la nuit, France, Etats-Unis et Royaume Uni ont procédé à des frappes contre le régime syrien. Une action qui s’incrit dans le processus de la dissuasion.

Atlantico : Comment la crise actuelle autour de la question syrienne peut-elle s'inscrire dans la question de la dissuasion et de la crédibilité de l'occident depuis 1945 ? Comment évaluer la question des frappes à l'aune de cette notion de crédibilité de la parole ?

Bruno Tertrais : C’est une dimension majeure de ce qui est en train de se jouer. Surtout pour Emmanuel Macron, qui s’est avancé publiquement sur cette affaire très fortement et très tôt, dès l’été 2017. Engagement qu’il a confirmé à plusieurs reprises depuis lors. Ce faisant, il se démarquait d’ailleurs de François Hollande, qui refusait que la France agisse seule – pour des raisons politiques, estimant qu’une action en solitaire n’aurait pas la légitimité suffisante.

C’est une affaire qui dépasse effectivement le seul cadre des armes chimiques. Ce qui est en jeu, c’est rien moins que la détermination des pays occidentaux à tenir leur parole dans un monde dans lequel les rapports de forces sont, encore plus qu’à l’accoutumée, l’élément déterminant des relations internationales. 

La détermination des dirigeants français sur ce dossier est d’autant plus forte que leur inaction a été critiquée ces derniers mois lors d’attaques chimiques de plus faible ampleur. En fait, Français et Américains s’étaient entendus pour n’agir que dans le cas d’une attaque chimique caractérisée contre la population civile, et à caractère létal. Mais on ne l’a su publiquement qu’au mois de février.   

Ce n’est pas, contrairement à ce que je lis parfois ici ou là, une manière de « sauver la face ». En tout cas sûrement pas pour les dirigeants français. Est-ce différent pour Trump ? Il semble qu’en 2017 – c’était ce que des témoignages directs avaient rapporté – il avait été très touché par les photos des victimes de Khan Sheykhoun. On peut ainsi lui laisser le bénéfice du doute. 

Sa pratique de la dissuasion mériterait d’ailleurs un commentaire plus long. D’un côté, il est capable de raconter absolument n’importe quoi et de changer d’avis sans vergogne d’un jour à l’autre. Ce qui n’est pas bon pour la crédibilité de son pays. Et certains de ses tweets font peur, à juste titre. D’un autre, il faut reconnaître qu’il introduit un élément d’incertitude et de doute dans l’esprit de ses adversaires. Et qu’il parle un langage inhabituel – sur la Corée du nord, il parle comme Pyongyang le fait habituellement! Cela peut avoir ses vertus. Car les pays occidentaux sont souvent perçus comme étant très prévisibles. Et faibles.   

Rappelons tout de même que la motivation principale des dirigeants occidentaux sur ce sujet, c’est d’essayer de mettre un terme à l’horreur chimique. Les Syriens sont amers de voir l’Occident se mobiliser pour quelques dizaines de morts alors qu’ils ont fait si peu après plusieurs centaines de milliers. On peut parfaitement les comprendre. Mais l’enjeu dépasse la Syrie : il s’agit, en faisant un exemple, de diminuer le risque que le gazage des populations civiles devienne un mode normal de gestion des rébellions au 21ème siècle.  

2- En partant du principe que la dissuasion repose évidemment sur sa crédibilité, peut-on en déduire que le franchissement de ligne rouge sur la question chimique peut conduire à une remise en cause de la crédibilité occidentale sur la question de la dissuasion ?

Oui si l’on entend la notion de dissuasion au sens le plus large du terme. En d’autres termes, si l’adversaire décide de relever le défi parce qu’il estime que vous bluffez, et que vous ne réagissez pas, votre capacité à l’impressionner, et à en impressionner d’autres, va nécessairement diminuer. Cette question que les politistes appellent celle de la « réputation » a été très discutée ces dernières années. Mais les tous derniers travaux académiques sur le sujet apportent plutôt de l’eau au moulin à ma thèse.   

Montrer, de temps à autres – si c’est pour une bonne cause ! – que vous êtes fidèles à vos engagements est donc important. La dissuasion est aussi une pratique vivante. Les Israéliens utilisent une image très cynique, mais pas totalement absurde, pour décrire cela : il faut de temps en temps « tondre la pelouse ».  

Mais la dissuasion n’est pas une science, c’est un art. Qui se pratique tout en finesse, car elle suscite de nombreux dilemmes qu’il faut gérer au mieux. L’expression « ligne rouge » peut être contestée, mais le concept qu’elle recouvre est consubstantiel à la dissuasion. C’est ce que j’avais appelé « L’art de la ligne rouge ».   

Comment peut-on évaluer la crédibilité de la parole des Etats-Unis sur ces questions comparativement à celle des européens ?

Il y avait eu un vrai choc à l’été 2013, car le retournement d’Obama était inattendu et surtout, s’inscrivait dans le contexte plus général d’une perte de crédibilité de la protection américaine. De ce fait, l’Amérique d’Obama fut alors perçue, notamment dans le monde arabe, comme une puissance pusillanime. La France en bénéficia : les pays du Golfe la virent comme un Etat fiable, qui tient sa parole. 

L’opération conduite par les trois principales puissances militaires cette nuit restaure une forme de cohérence dans la détermination occidentale. Tout en refusant d’entrer en confrontation avec la Russie ou de procéder à une opération dite de « changement de régime ». 

Il reste qu’il y a un héritage historique qui pèse très lourd : en Europe centrale, l’Amérique est encore souvent vue comme celle qui a sauvé le continent dans les années 1940. Dans la mémoire collective polonaise et tchèque, Munich semble peser plus lourd que l’entrée en guerre de la France et de la Grande-Bretagne. Même si le problème ne fut pas que les garanties octroyées aux pays européens ne furent pas honorées : c’est que ces pays n’avaient pas à eux seuls la capacité de résister à Hitler.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (45)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 15/04/2018 - 16:47
Assougoudrel
Dans le même sens que ce que vous dites, le père d’un soldat stationné au Mali m’a dit que le ravitaillement alimentaire a été déficient et que les soldats comptaient sur la population (sic) pour suppléer à cette rupture d’approvisionnement. Que les pannes de véhicules de patrouille très anciens étaient fréquentes. Qu’on laissait peu de latitude aux militaires pour se défendre. Il semble que la situation s’améliore depuis que le Général De Villiers a rué dans les brancards avec les conséquences personnelles qu’on connaît de la part du roitelet
assougoudrel
- 15/04/2018 - 11:26
ajm 6 suite
extraire des dents. Le dentiste m'a dit que c'était le scorbut à cause du manque de vitamine C. Mes deux dernières années de carrière, j'ai effectué trois Opex de 4 mois en Ex-Yougoslavie, sans compter diverses missions en Afrique. Alors, quand on voit que nos militaires, actuellement, sont beaucoup moins bien lotis que nous dans des territoires hostiles, il y a de quoi se mettre en colère et traiter nos dirigeants de tous bords de malpropres. L'Armée française n'a même pas le minimum vital pour effectuer les missions qu'on lui donne. Quand le Général de Villiers l'a dit au jeune nouveau président, chef des Armées, on a vu ce qui s'en est suivi.
assougoudrel
- 15/04/2018 - 11:16
ajm
Dès que Jospin est passé, j'ai perdu environ 10 000 francs (1500 e) par mois en Opex. Quand les américains s'installent, ils construisent une petite ville avec tout comme chez eux, puis les troupes arrivent. Quand les français se sont installés à Mostar, en Bosnie, ils ont loué un bâtiment (très cher) pour l'Etat-major et tout autour, il y avait un immense terrain pour les troupes; de la boue l'hiver et la poussière l'été. Ce n'est qu'au 3ème mandat (4 mois) qu'on pouvait avoir un minimum de "confort". Comme c'était multinational, on pouvait voir la différence. Comme nous étions, à l'époque les mieux payés, nous ne disions rien et, de plus nous étions habitués. Dans le magasin français (PX), nous étions attendus; les produits de première nécessité comme le savon, le shampoing, le dentifrice coûtaient un bras, alors nous allions les acheter chez les autres nations. J'avais la chance de circuler beaucoup de par ma spécialité en Croatie et en Bosnie, par route ou en hélico et je pouvais manger de bon repas chez les américains, les anglais, les espagnols etc...Chez les français, on nous gavait de conserves, si bien qu'après mes Opex, j'ai perdu mes couronnes et j'ai dû me faire