En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 1 heure 51 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 4 heures 22 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 6 heures 25 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 8 heures 33 sec
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 8 heures 9 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 8 heures 31 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 8 heures 48 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 8 heures 50 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 8 heures 51 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 8 heures 56 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 2 heures 19 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 6 heures 9 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 7 heures 44 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 8 heures 5 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 8 heures 16 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 8 heures 36 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 8 heures 49 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 8 heures 51 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 8 heures 52 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 8 heures 56 min
© JACQUES DEMARTHON / AFP
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Enjeux

Présidence du Medef : élection décisive entre David et Goliath à l’UIMM

Publié le 13 avril 2018
La fédération de la métallurgie cherche un remplaçant à Alexandre Saubot. Deux candidats, que tout oppose, sont en lice. Du résultat de ce scrutin, plus ouvert qu’il n’y paraît, dépendra aussi l’élection à la présidence du Medef.
Jeff Dentreprise
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jeff Dentreprise est un fin connaisseur des arcanes du Medef souhaitant garder son anonymat sous peine de ne plus l’être
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La fédération de la métallurgie cherche un remplaçant à Alexandre Saubot. Deux candidats, que tout oppose, sont en lice. Du résultat de ce scrutin, plus ouvert qu’il n’y paraît, dépendra aussi l’élection à la présidence du Medef.

À l'Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM), les grandes manœuvres ont commencé. La puissante fédération va élire son futur président le 19 avril.

Alexandre Saubot, à la tête de l'UIMM depuis 2015, renonce à se présenter à sa propre succession, tout absorbé qu'il est par sa campagne pour ravir le fauteuil de Pierre Gattaz à la tête du Medef. Deux candidats se sont lancés dans la course, Paul Rolland et Philippe Darmayan. Deux profils que tout oppose.

Paul Rolland, l’autodidacte des territoires

Sur le papier, Paul Rolland n’a rien d’une « star ». Dirigeant d’une PME familiale de 25 salariés, dans le département du Rhône, il préside aussi, depuis 2012, l’antenne lyonnaise de l’UIMM. Autodidacte – il détient plusieurs CAP, dont celui de fraiseur et de mécanicien tourneur –, attaché à son territoire, on le dit très apprécié localement. Sa très bonne connaissance du tissu industriel régional n’est pas pour rien dans cette bonne impression. Soutien de la première heure de Pierre Gattaz en 2013, Paul Rolland incarne le profil type des adhérents de l’UIMM, majoritairement issus de PME.

Alors certes, Paul Rolland fait un peu figure de Petit Poucet. Il ne ressemble en rien à ces technocrates ou patrons de grands groupes, bardés de diplômes prestigieux, qui accèdent traditionnellement aux commandes de la fédération de la métallurgie. Mais ce défaut pourrait se retourner à son avantage, compte tenu du système électoral en cours à l’UIMM. Les deux tiers des voix du conseil de l’organisation patronale (soit 70 votants) appartiennent, en effet, à des chefs d’entreprise issus, comme lui, des territoires. Une confortable réserve de voix, donc, qui pourrait faire basculer le scrutin en sa faveur.

Philippe Darmayan, le technocrate parisien

De son côté, Philippe Darmayan affiche le profil type des dirigeants de la métallurgie hexagonale. Pur produit de la méritocratie à la française, ce diplômé d’HEC est passé par la crème des groupes industriels du pays : Péchiney, Framatome, Arcelor puis ArcelorMittal, dont il préside les activités françaises depuis 2015. Dans la plus pure tradition technocratique, il cumule ces fonctions avec la vice-présidence de France Industrie, tout en étant administrateur du Conseil national de l’industrie. Un homme très occupé, en somme. 

Philippe Darmayan a d’autres atouts dans sa manche. A commencer par sa proximité affichée avec Alexandre Saubot, qui le considère comme son dauphin légitime. En revanche, s’il fréquente les hauts responsables du Medef, sa connaissance de l’appareil reste lacunaire. Et c’est là où le bât blesse. Comme on l’a vu, le Conseil de l’UIMM est sociologiquement très marqué : l’entregent et les réseaux parisiens de Philippe Darmayan lui seront de peu d’intérêt pour convaincre les petits patrons, issus des territoires, de lui accorder leur confiance.

Si Darmayan venait à perdre son pari, sa défaite rejaillirait indiscutablement sur son mentor, Alexandre Saubot, dont la position au Medef – dont il vise la présidence – s’en trouverait très affaiblie. La chute de son poulain viendrait confirmer ce que beaucoup d’observateurs disent à voix basse, à savoir que sa présidence de l’UIMM a été un semi-échec. En interne, Philippe Darmayan a été vertement critiqué pour sa complaisance dans certaines négociations sociales (compte pénibilité, UNEDIC, etc.), de même que pour son style parfois arrogant et sa volonté de tout centraliser autour de lui. 

Vers un séisme à la tête de l’UIMM ?

Minces sur le papier, les chances que Paul Rolland soit élu à la tête de l’UIMM sont, dans les faits, loin d’être négligeables. Sa seule candidature témoigne de ce qu’une page se tourne peut-être dans la métallurgie française. Les électeurs ne veulent plus de ces scrutins pipés, dont les vainqueurs sont désignés en petit comité par les sortants et les apparatchiks du système. Ils veulent de vrais patrons, des chefs d’entreprise qui leur ressemblent. Un séisme est donc possible à la tête de l’UIMM. Avec, comme lors de tout séisme, des répliques : si son poulain venait à perdre l’élection de l’UIMM, la candidature d’Alexandre Saubot pour la présidence du Medef aurait du plomb dans l’aile.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zelectron
- 14/04/2018 - 03:47
Vive les PMI de l'UIMM !
Espérons que ce sera Paul Rolland.