En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

04.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

La Panthère rose jaune

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 16 min 57 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 2 heures 57 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 4 heures 5 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 4 heures 41 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 6 heures 10 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 6 heures 36 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 7 heures 20 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 7 heures 44 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 7 heures 51 min
décryptage > Economie
Espoir dans la lutte contre le virus

Vaccins contre Covid-19

il y a 8 heures 3 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 2 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 3 heures 19 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 4 heures 25 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 5 heures 30 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 6 heures 23 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 6 heures 47 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 7 heures 26 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 7 heures 50 min
décryptage > Environnement
On tremble

Un nouveau délit va être créé : celui "d'écocide"

il y a 7 heures 59 min
décryptage > Politique
Education nationale

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

il y a 8 heures 21 min
© EMMANUEL DUNAND / AFP
© EMMANUEL DUNAND / AFP
Nouvelle Europe

La Confédération proposée par Valéry Giscard d’Estaing pour relancer l’Europe peut-elle rencontrer plus d’adhésion ailleurs dans l’Union que les projets d’Emmanuel Macron ?

Publié le 13 avril 2018
Dans les colonnes de L'Opinion, l'ancien président, Valéry Giscard d'Estaing, plaide en faveur d'une Confédération européenne, organisée autour du noyau dur européen. L'objectif : retrouver du leadership en Europe, notamment par le biais d'une convergence fiscale et et sociale.
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans les colonnes de L'Opinion, l'ancien président, Valéry Giscard d'Estaing, plaide en faveur d'une Confédération européenne, organisée autour du noyau dur européen. L'objectif : retrouver du leadership en Europe, notamment par le biais d'une convergence fiscale et et sociale.

Atlantico : Dans une interview à L'Opinion, Valéry Giscard d'Estaing évoque "un groupe d'États qui accepteront de se dessaisir d'un certain nombre de compétences pour les confier à des organisations communes qui agiront pour leur compte". Il plaide pour que les pays qui intègrent la confédération soient les nations fondatrices de la Communauté européenne : l'Allemagne et la France, rejoints par l'Italie et le Benelux, l'Espagne et le Portugal. Est-ce une idée, dans son ensemble, qui vous paraît réaliste ?

Florent Parmentier : Le terme de « confédération européenne » n’est pas nouveau dans les débats européens en France : on se souvient notamment de la proposition de François Mitterrand lors de sa cérémonie de vœux du 31 décembre 1989. A l’époque, l’idée est d’assurer la stabilité du continent, afin de permettre les échanges, la paix et la sécurité sur le continent européen. Mal ficelé, le projet était mort-né suite aux pressions américaines, au recul allemand et aux réticences centre-européennes, la Mitteleuropa craignant que cette opération ne serve qu’à retarder un élargissement qu’elle souhaitait rapide.

Naturellement, les débats ont depuis grandement évolué, puisque l’élargissement a été l’horizon indépassable des années 1990 et 2000, concentrant une bonne partie de l’attention des observateurs. La tension mainte fois relevée entre les dynamiques d’élargissement et d’approfondissement de l’Europe, autre débat en vogue jusqu’aux années 2000, est également derrière nous. Au-delà de la fin de l’élargissement, la question est également celle du reflux de l’Etat de droit en Europe Centrale, avec l’érosion des institutions en Pologne et en Hongrie, mais également au-delà. Cette nouvelle géographie politique interne, couplée au reflux de l’Europe au niveau international, amènent les Européens à douter de leur modèle.

Telle que présentée par VGE, la confédération est un mélange d’Europe carolingienne autour d’une vision française : elle revient à conserver les six fondateurs, auxquels s’ajoutent deux Etats méditerranéens, l’Espagne et le Portugal. Quid des pays d’Europe du Nord, dont certains respectent mieux les directives européennes que la France ? Tous les Etats font partie de la zone euro, mais que faire des Etats utilisant l’euro et qui ne seraient pas membre de la confédération – la Slovaquie, la Grèce… ? Comment couper l’Allemagne de deux de ses proches voisins, l’Autriche et la Pologne ?

Et enfin, demeure une question de fond : pour faire avancer l’Europe, doit-on s’appuyer sur un noyau dur – le même – ou une Europe à géométrie variable, en fonction des sujets – ce qui peut faire perdre en cohérence. Le débat en Europe est loin d’être tranché…

VGE propose de débuter cette confédération par un "système appliqué en commun" en ce qui concerne la fiscalité, à la fois des entreprises et de l’impôt sur le revenu. Quelles sont les limites actuelles à ce principe d'une fiscalité commune aux pays de cette confédération ?

L’idée d’une convergence fiscale n’est pas nouvelle, mais elle ne peut vraisemblablement pas de se réaliser selon le modèle français. Un certain nombre d’Etats vont s’estimer plus avantagé dans une compétition fiscale, quitte à distordre des règles de concurrences et à accueillir des géants du net américain dont la capacité à contourner la fiscalité européenne est forte.

Comme avant le projet de confédération européenne de Mitterrand, Emmanuel Macron a lancé, lors de son discours de la Sorbonne, sa proposition de créer un budget pour une zone euro renforcée et davantage de convergence sociale et fiscale. Hélas, ces propositions, faites sans consulter préalablement ses collègues européens, n’a que peu de chances d’aboutir notamment du fait des pays d’Europe du Nord, plus intransigeant que l’Allemagne en la matière.

VGE a également expliqué que face aux turbulences actuelles dans le monde, l'UE doit devenir une puissance économique capable de protéger ses citoyens et ses États membres, et les représenter dans le monde au même niveau que la Chine et les États-Unis. Sur ce point, la proposition de l'ancien président pourrait-elle constituer une vraie solution au "manque total de leadership" qu'il dénonce dans l'UE d'aujourd'hui ?

Le Président Giscard d’Estaing a raison de souligner les turbulences actuelles qui entourent l’Europe, aussi bien dans son voisinage géographique immédiat (Syrie, Libye) que dans ses relations avec les grandes puissances. Région plus âgée et moins dynamique, ayant du mal à conserver ses champions technologiques, l’Europe souffre de retards dans les technologies cruciales d’avenir (intelligence artificielle, biotechnologies, etc.) et doute d’elle-même, comme en témoigne le repli du consensus politique modéré et pro-européen dans de nombreux pays.

Pour autant, l’idée d’une Europe qui protège peut s’avérer populaire ; ce qui est sûr, c’est que l’Europe, qui était en pointe dans la lutte contre le dérèglement climatique, n’incarne plus la même forme de leadership. Elle doit s’imposer dans la lutte pour une intelligence artificielle responsable, un modèle de développement économique alternatif et répondant aux attentes populaires, mais elle ne peut rester sans leadership et cause à porter autre que son propre maintien. Si le leadership franco-allemand ne suffit plus, cela implique que la France doit prendre davantage en compte les positions de ses partenaires si elle veut convaincre du bienfondé de ses positions, sans quoi le leadership français ressenti ces derniers mois ne serait que de courte durée.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
GP13
- 14/04/2018 - 10:57
L'abaissement de la France n'est pas la solution.
Il faudrait toujours renoncer à la souveraineté de la France pour que ce pays retrouve son dynamisme et son influence en Europe et dans le monde.
Qui peut croire que ça pourrait marcher ?
Anouman
- 13/04/2018 - 21:32
Avenir
Pierre Dac disait dans un sketch: Monsieur a son avenir devant lui et à chaque fois qu'il se retournera il l'aura dans le dos. L'Europe de Maastricht c'est exactement le contraire.
Deudeuche
- 13/04/2018 - 19:59
On passerait de l’union à la confédération
Un truc pour sudistes...Européens bien sûr.