En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > International
Résolution ?

Fin de crise en Israël

il y a 5 heures 2 min
pépites > International
Israel
Coronavirus: Benjamin Netanyahu placé en quarantaine
il y a 10 heures 49 min
décryptage > International
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

Les Virus, l’économie, les politiques et la mort. Premières leçons de la gestion de la pandémie

il y a 11 heures 40 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Contes de la rue Broca

il y a 12 heures 23 min
pépites > France
Un transfert pas comme les autres
Coronavirus: le transfert de patients s'accélère, l'épidémie aussi
il y a 12 heures 52 min
pépite vidéo > Insolite
"Pour Corona"
Les hymnes du confinement
il y a 13 heures 44 min
décryptage > France
En finir avec les pythies de mauvaises aventures

Étatisation et protectionnisme : les deux maux qui nous menacent probablement plus qu’une répétition de 1929

il y a 14 heures 17 min
décryptage > Economie
En espérant en tiré des leçons

COVID-19 : la pandémie sanitaire et financière en 5 tableaux

il y a 15 heures 1 min
décryptage > International
Alternative

La santé ou l’économie ? Petites réflexions philosophiques sur un vrai dilemme

il y a 15 heures 44 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

il y a 16 heures 38 min
pépites > France
Un boost pas comme les autres
Le confinement dynamise les révisions du Code de la route
il y a 10 heures 6 min
Les marques sont elles aussi solidaires
Coca-Cola et d'autres marques créent des logos de «distance sociale»
il y a 11 heures 1 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Le cauchemar

il y a 12 heures 17 min
pépites > Santé
Une nouvelle pénurie à cause du Covid-19
Vers une pénurie mondiale de préservatifs ?
il y a 12 heures 35 min
light > Insolite
Une perte musicale
Alan Merrill, auteur-compositeur " I Love Rock 'N' Roll '', décède du coronavirus à 69 ans
il y a 13 heures 23 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Les applications qui peuvent vous aider à supporter le confinement
il y a 14 heures 13 min
décryptage > France
Coronavirus

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

il y a 14 heures 30 min
décryptage > Economie
Contre-intuitif

Coronavirus : pourquoi la mondialisation est le meilleur remède pour nous sortir de la crise

il y a 15 heures 35 min
décryptage > International
Choix cornélien

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

il y a 16 heures 6 min
décryptage > International
Superpuissance en construction

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

il y a 17 heures 3 min
© JACQUES DEMARTHON / AFP
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Une bonne question

Mais quel pouvoir a vraiment un ministre en France ?

Publié le 12 avril 2018
On est intéressé, convaincu par un ministre. On l'écoute ou on le lit égrener au fil des textes et des émissions son projet et pour peu qu'il ait du talent, de la sincérité et de la cohérence, on lui prête petit à petit une omnipotence qui va de pair avec l'espérance qu'il suscite.
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il a été amené à requérir dans des grandes affaires qui...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il a été amené à requérir dans des grandes affaires qui...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
On est intéressé, convaincu par un ministre. On l'écoute ou on le lit égrener au fil des textes et des émissions son projet et pour peu qu'il ait du talent, de la sincérité et de la cohérence, on lui prête petit à petit une omnipotence qui va de pair avec l'espérance qu'il suscite.

Un ministre peut tout. On en est persuadé, au moins durant le temps où, ayant succédé à une personnalité au bilan médiocre, il fait feu de tout bois, propose à tout-va, semble, par sa seule présence, améliorer l'état du présent et garantir un futur rassurant.

Je songe par exemple à Jean-Michel Blanquer.

Puis, soudain, on découvre l'enfer du lycée polyvalent Maurice-Utrillo à Stains où à sa sortie, à cause de la guerre des bandes, "des jeunes essuient des menaces et des coups de marteau". Où étudier et enseigner relèvent d'un tour de force, presque d'un admirable masochisme. Où professeurs, élèves et parents sont perdus et se demandent si la France, l'Education nationale, ne les ont pas oubliés (Le Parisien). Parce que Stains est, dans le meilleur des cas, à leur périphérie. Comme un furoncle gênant, rien de plus, telle une anomalie qui ne bousculerait pas l'harmonie de l'ensemble !

Et je suis scandalisé. Ainsi un ministre ne peut rien.

On pourrait multiplier les exemples de ce gouffre entre des désastres ponctuels, concrets et quotidiens et des fonctions ministérielles dont on attend tout. Ce qui rend encore plus intolérables ces abstentions alors que le commun des citoyens les imagine capables du meilleur, même dans l'urgence.

Je sais bien que "de minimis non curat praetor" mais tout de même ! J'ai du mal à supporter que l'abstraction rutilante des programmes dissimule l'impuissance à l'égard des mille lieux où la démocratie, la tranquillité et l'école sont bafouées.

J'entends bien qu'il y a la pompe, la généralité, la gloire qui surgissent d'autant plus qu'on a su s'éloigner de la vulgarité de l'immédiateté et des proximités délétères.

On me rétorquera que la gestion des concepts et la préparation de l'avenir par un ministre représentent la meilleure méthode pour prévenir et apaiser, demain, les plaies effroyables du quotidien de Stains ou d'ailleurs. On sait bien que non en vérité. On les oublie, on les néglige.

En revanche prendre en charge ces dernières comme on peut n'interdirait pas de construire des "châteaux en France" et de s'enivrer de la pureté des idées formidables élaborées dans des bureaux qui ont chassé peu ou prou le souffle de la vraie vie. Parce que celle-ci ne laisserait plus la moindre place aux songes mais contraindrait à l'action brute, simple, efficace.

Je me souviens du très bon garde des Sceaux qu'a été Jean-Jacques Urvoas, avant l'intempestive immixtion de Thierry Solère, et de sa réaction quand je me suis indigné de ces matelas sur lesquels couchaient des détenus en lui prêtant toute latitude pour faire cesser cette indécence. Sa réponse revenait à me signifier qu'il partageait mon sentiment mais que le poids des structures, de la bureaucratie et des hiérarchies rendait impossible la moindre amélioration sur ce plan.

Un ministre peut tout, un ministre ne peut rien ?

Ni l'un ni l'autre apparemment.

Mais peut-être, plus désespérante pour la République, la certitude qu'il y a souvent la bonne volonté des ministres mais le constat triste de leur impuissance.

Qu'il y a la rue de Grenelle et Jean-Michel Blanquer mais aussi et en même temps Stains.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires