En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Ami Macron, entends-tu le cri sourd...?

Dans la tête des Français (et le creux des sondages) : ces questions que se posent ceux qui doutent

Publié le 12 avril 2018
C’est une séquence d’explication particulièrement périlleuse qui s’annonce pour le Président de la République. Après le passage au JT de Jean-Pierre Pernault, jeudi, Emmanuel Macron descendra dans l’arène dimanche face à Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin.
Matthieu Chaigne est directeur associé chez BVA. Il est aussi co-fondateur de l'observatoire des sondages et tendances émergentes Délits d'Opinion, chargé de cours à l'INSEEC et à la Sorbonne-CELSA.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Matthieu Chaigne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Matthieu Chaigne est directeur associé chez BVA. Il est aussi co-fondateur de l'observatoire des sondages et tendances émergentes Délits d'Opinion, chargé de cours à l'INSEEC et à la Sorbonne-CELSA.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C’est une séquence d’explication particulièrement périlleuse qui s’annonce pour le Président de la République. Après le passage au JT de Jean-Pierre Pernault, jeudi, Emmanuel Macron descendra dans l’arène dimanche face à Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin.

Derrière les questions des journalistes, il y aura en toile de fond les doutes des Français. A travers les verbatims du baromètre Harris Interactive / Délits d’Opinion et du baromètre BVA, nous avons dressé les principales récriminations de ces Français mécontents. Ceux que le Président veut reconquérir. 

Emmanuel Macron : un Président au service de qui ? 

« Il fait le boulot pour les riches ». « Il fait les lois pour les riches au détriment des pauvres».

Président des riches : déjà présente lors de son élection, cette critique est encore montée d’un cran parmi les opposants et les déçus d’Emmanuel Macron. L’angle d’attaque n’est pas neuf : on le retrouvait également à l’encontre de Nicolas Sarkozy et dans une moindre parmi les opposants de François Hollande qui l’accusaient d’avoir trahi la cause. 

Mais ici, l’attaque prend un résonnance particulière : OVNI politique, qui a débarqué il y a 4 ans dans la vie publique, Emmanuel Macron s’est affranchi des filtres partisans, empêchant d’inscrire son action dans un corpus idéologique plus grand que lui. 

Conséquence logique, c’est à travers son passé de banquier que son action est de plus en plus lue : « En tant que banquier, il ne peut pas comprendre les souffrances des Français ». « Ayant toujours vécu dans le luxe, il est pour les grandes fortunes. » La critique acerbe laisse supposer que le Président serait prisonnier de son passé. Un filtre puissant que réactivent à l’envi ses opposants politiques.

Est-ce qu’il écoute les Français ? 

« Il manque de démocratie. Il musèle l’opposition et utilise les ordonnances ».  Au diapason avec d’autres critiques, cet habitant du sud qui a voté pour François Fillon reproche au Président son mode de gouvernance. 

D’autres attaques, émanant le plus souvent du Front de gauche et du FN sont moins nuancées : « c’est un dictateur ». Le jugement se fonde tant sur sa pratique du pouvoir que sur ce que l’homme dégage. Car les critiques font la part belle au ressenti : 

« Il fait trop attention à l’image qu’il renvoie. C’est trop sur lui ». « Quand on donne plus d’importance à son nombril qu’à son pays, on ne mérite pas la confiance des Français ». Le contrôle de son image installe une distance, une forme d’insincérité. Comme si la mise en scène et l’aisance indiscutable du Président cassaient paradoxalement le lien aux Français.

Est-ce que les retraités sont les sacrifiés du quinquennat ? 

Dernière question majeure qui sera sûrement au menu des interview, les retraités : la hausse de la CSG, pourtant annoncée, est très largement restituée dans les commentaires hostiles : 

« Il nous pique du fric » 

« 800 euros de prélèvement de CSG en plus :  En marche = Et Mer… »

« Je suis un sacrifié du système, exécuté par un petit chef sans que je sache pourquoi ».

Ce type de critiques est doublement préjudiciable pour le Président : car il s’agit d’abord d’une catégorie sur-mobilisée lors des élections et qui pèse donc plus que son seul poids démographique. Car c’est surtout une critique très concrète et tangible. Souvent « les défiants » s’en remettent à un ressenti, un sentiment pour marquer leur désaccord. Ici, une coagulation s’opère.  Le Président des riches et des plus forts s’en prend aux plus fragiles : les vieux qui prennent de plein fouet la hausse de la CSG. CQFD.

Et, le fait d’avoir annoncé cette hausse lors de la campagne présidentielle ne change rien à l’affaire. Le moment de vérité, c’est l’argent qui manque sur le compte en banque. Une exaspération doublée par le manque ressenti de considération. Dans les critiques affleure le sentiment non seulement de payer, mais aussi d’être méprisé.  En creux il semblerait que le Président dispose d’un levier émotionnel à activer : et si la hausse de la CSG n’était pas une preuve supplémentaire que les ainés sont décidemment les piliers indispensables de la solidarité nationale ? 

Retraités qui payent pour les autres, riches contres pauvres, villes contre territoires :  en toile de fond émerge une société fissurée où chacun se sent potentiellement lésé, où les antagonismes se renforcent, faute de clé de voute capable d’unir les Français. 

La nature a horreur du vide. Sans matrice claire, les réflexes sont réactivés. Ceux du vieux monde peut-être, mais ceux d’un monde où les choses avaient le mérite d’être encodées. A l’inverse, le « en même temps » est d’un équilibre précaire, qui fait toujours peser la menace d’un retour aux filtres partisans d’hier ; C’est d’ailleurs ce qui semble se passer. La critique du libéralisme continue de nourrir les critiques. Le mot apparait à de nombreuses reprises pour justifier la critique du Président Macron.  

Un angle d’attaque bien compris par les syndicats de la SNCF qui tentent de reprendre la main et mettent en scène d’un côté les défenseurs du service public contre les partisans de la  privatisation qui seraient motivés par la seule logique financière.  Les signaux faibles sont à prendre au sérieux. Car d’ici pourrait venir la convergence tant redoutée. 

Etudiants en grève, zadistes, cheminots en colère : dans ce marigot de revendications parfois partisanes ou farfelues émerge une question plus profonde : celle de l’homme.  Quelle place de l’humain dans l'économie de marché, quel rythme de travail pour les cadres rincés par un productivisme à tout crin, quel avenir pour les moins éduqués et les plus fragiles dans le tsunami de la robotique et de l’IA, quelle répartition des richesses pour éviter une paupérisation des classes moyennes ? 

Face à ces questions, deux émissions ne seront pas de trop.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

04.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

05.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

06.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

07.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 12/04/2018 - 11:54
Voici ce qu'il va dire
Un politicien pense toujours pouvoir s'en sortir et convaincre avec du baratin: promesses démagogiques qu'il ne tiendra pas, dénis de réalité, brosse à reluire sur sa cible électorale, simulacre de fermeté et de maîtrise pour bien masquer faiblesses et lâchetés, rejet méprisant des critiques, dénigrement des prédécesseurs, revendication de ce qui va mieux bien qu'il n'y soit pour rien, attente de lendemains qui chanteront grâce à lui. Voilà, inutile de l'écouter, vous savez déjà tout.
Citoyen-libre
- 12/04/2018 - 11:53
Que la fête commence !
Je vais regarder Macron. Je pense que le spectacle me divertira plus que celui de Julien Dray qui fait tous les plateaux de télé avec sa bouche sirupeuse et ses montres à remonter le temps, que les pseudos problèmes de laïcité du Walls et des états d'âme du pitre sur son scooter.
Ganesha
- 12/04/2018 - 11:22
Débat ''râté'' du second tour !
Connaissez-vous le GHB ? C'est ce qu'on appelle la ''drogue du viol'' : un monsieur verse cette substance dans le verre d'une dame, et celle-ci se réveille le lendemain matin, seule dans dans son lit, n'ayant pas des souvenirs très précis sur ce qui s'est passé durant la nuit... L'élection présidentielle de 2017 correspond exactement à cette description, la propagande des médias ayant joué le rôle du GHB. La différence, c'est, qu'en général, le violeur disparaît, se cache et nie lorsqu'on l'accuse ! Macron, lui, se retrouve sous le feu des projecteurs ! Tel Nordahl Lelandais, il va être interrogé et réinterrogé sans relâche ! Et quand on aura retrouvé une trace Adn, il sera enfin obligé d'avouer : comme Marine Le Pen l'avait brillamment exprimé au cours du fameux débat du second tour : Oui, Macron est bien le président des ultra-riches ! Mais, ce jour là, les français avaient trop cons pour la croire ! Quant aux momies fillonistes sur Atlantico... ils et elles votent suivant les directives de mr. le curé, le dimanche à la messe !