En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

02.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

03.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

04.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

05.

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

06.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

07.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 11 heures 23 min
pépites > Santé
Santé
Que contient l'accord du Ségur de la Santé signé aujourd'hui ?
il y a 13 heures 11 sec
light > France
After Party
Les participants de la rave-party dans la Nièvre pourront aller se faire dépister gratuitement
il y a 14 heures 31 min
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 16 heures 39 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 18 heures 26 min
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 18 heures 53 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 19 heures 45 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 20 heures 28 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 1 jour 5 heures
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 1 jour 6 heures
light > Justice
Sérial-équidé
Depuis novembre 2018, rien n'arrête le gang des tueurs de chevaux
il y a 12 heures 7 min
light > Insolite
Bal mortel au Texas
Invité à une "Covid party", un trentenaire meurt du virus
il y a 13 heures 47 min
pépites > France
Le retour du masque
Jean Castex : le port du masque dans les lieux clos est "à l'étude"
il y a 14 heures 55 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 17 heures 30 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 18 heures 38 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 19 heures 9 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 20 heures 11 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 20 heures 39 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 1 jour 6 heures
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 1 jour 7 heures
© GERARD JULIEN / AFP
© GERARD JULIEN / AFP
Drame français

Réforme de la SNCF, nouvel échec de l’élite politique à la française

Publié le 11 avril 2018
Avec les grèves actuelles, grèves déclenchées pour des réformes pourtant superficielles, nous payons au prix fort ce travers typique de la France, ce pays qui, à chaque élection présidentielle ou presque met son avenir entre les mains d’un « haut fonctionnaire » qui lui-même s’entoure de ses semblables pour former son gouvernement.
Claude Robert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claude Robert est consultant international en organisation d’entreprise et auteur du blog http://www.eradiquons.fr,
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec les grèves actuelles, grèves déclenchées pour des réformes pourtant superficielles, nous payons au prix fort ce travers typique de la France, ce pays qui, à chaque élection présidentielle ou presque met son avenir entre les mains d’un « haut fonctionnaire » qui lui-même s’entoure de ses semblables pour former son gouvernement.

Avec la grève de la SNCF et les mouvements observés à la fois dans les universités et certains services publics, flotte comme une odeur de mai 68. Certes, s’il y a des mouvements sociaux, c’est parce qu’il y a des projets de réforme serait-on tenter d’espérer. Or, les  réformes en cours n’ont rien de radical, elles ont juste été amenées avec cette maladresse technocratique qui caractérise la plupart des gouvernements, maladresse due à l’inexpérience et à l’immodestie habituelles de notre classe politique.

Des « change-managers expérimentés », tel est le profil qui devrait peupler le gouvernement à la place de ces indéboulonnables hauts fonctionnaires, tous très diplômés mais à peu près vierges de la moindre pratique du management des hommes. Michel Crozier, sociologue des organisations, ancien juré de l’ENA, militait pour la fermeture de cette école et pestait contre cette fameuse « sélection de l’élite à la française ». Avec les grèves actuelles, grèves déclenchées pour des réformes pourtant superficielles, nous payons au prix fort ce travers typique de la France, ce pays qui, à chaque élection présidentielle ou presque met son avenir entre les mains d’un « haut fonctionnaire » qui lui-même s’entoure de ses semblables pour former son gouvernement. Si la France était une entreprise privée, et que les élections étaient remplacées par un recrutement sur profil à partir d’objectifs précis, nos gouvernants seraient tellement différents ! Mais restons factuels et analysons le douloureux cas de la SNCF…

Reformer la SNCF : comment des spécialistes du change-management auraient procédé ?

La règle de base du change-management réside dans la gestion des oppositions, ces fameuses inerties que tout un chacun oppose consciemment ou inconsciemment à toute évolution de son travail. Le meilleur moyen d’utiliser ces forces d’inerties et de les transformer en une adhésion constructive autour d’améliorations pertinentes consiste bien évidemment à déterminer ces améliorations avec le personnel lui-même. Mais il y a tout un cheminement à respecter par ailleurs, ne serait-ce que par respect des susceptibilités :

1-Consultation de l’ensemble des acteurs

A l’inverse des réformes claironnées du sommet de la hiérarchie, de type top-down, le change-manager va tout d’abord consulter l’ensemble des directions, fonctions, personnels et organisations syndicales pour prendre le pouls de la situation et relever les dysfonctionnements les plus handicapants.

2-Communication de l’état des lieux et des objectifs visés

Au lieu de prendre en traître le personnel ou de lui raconter des histoires, le plus efficace consiste à faire en sorte que celui-ci soit informé des dysfonctionnements qui ont été remontés. A ce stade-là, la direction a également tout intérêt à annoncer clairement, et de façon aussi diplomatique que factuelle, la nature des objectifs qu’elle envisage de son côté. A elle de faire en sorte que ses objectifs coïncident, ne serait-ce que partiellement, avec les améliorations que le personnel appelle de ces vœux. Mais il est encore trop tôt pour présenter la moindre solution car c’est avec lui que cela doit se préparer

3-Elaboration avec le personnel des changements à opérer

Il ne s’agit pas de laisser le personnel s’exprimer de façon illimitée et irrationnelle. Pour autant, rien n’est plus apprécié par celui-ci que d’être convié à des groupes de travail thématiques, domaine par domaine, afin de trouver les solutions dont chacun a besoin. D’ailleurs, les change-managers le savent : personne n’est mieux placé pour améliorer un processus que les cadres ou employés qui le pratiquent quotidiennement. C’est à ce moment-là qu’en fonction des thèmes prévus pour chaque groupe de travail, le personnel le plus pertinent doit plancher sur les réformes souhaitées par la direction. Ces réformes ne sont certes pas forcément celles auxquelles il aurait pensé (surtout lorsqu’il s’agit d’un changement de statut et de pertes d’avantages) mais celles-ci sont d’autant moins rejetées qu’elles s’appuient sur des analyses objectives et chiffrées indiscutables. Il incombe donc à la direction d’informer le personnel de façon transparente et détaillée, en tablant sur sa compréhension des enjeux et sur sa responsabilisation. Surtout, les ateliers constituent le lieu idéal pour trouver des accords en prévenant les conflits sociaux par le dialogue et la recherche commune de solutions. En général, ils permettent de procéder à des négociations de type gagnant-gagnant : un accord qui satisfait un objectif de la direction compense un accord en faveur du personnel sur un autre domaine, et ainsi de suite. Et plus le personnel aura été consulté et sera à l’origine des changements décidés, et plus il mettra de l’ardeur à les mettre en place. Telle est la règle d’or de toute transformation.

4-La validation et l’information en temps réel du personnel

Chaque avancée sur chacun des thèmes doit être validée par le personnel et ses représentants. Des rapporteurs doivent être choisis de façon représentative et doivent continuellement tenir informé le personnel via des réunions de restitution régulière. Tant que chaque étape est officiellement validée, le projet avance de façon consensuelle et le risque de dérapage est faible. Les organisations syndicales font bien évidemment partie intégrante du dispositif, et des groupes de travail spécifiques les concernant permettent de s’assurer qu’elles ne jouent pas un double jeu. L’idéal est de faire en sorte qu’elles soient motrices dans les étapes clé du projet, et ce pour un double avantage évident : elles en sortent valorisées aux yeux du personnel ce qui souvent leur permet de se passer de leur rôle d’opposant stérile toujours à la recherche de la surenchère. Un projet bien géré permet en général de maintenir les différents acteurs à leur juste place.

5-La communication

L’erreur que doit éviter toute direction est de claironner à l’avance son projet de réforme en donnant le détail des transformations qu’elle veut imposer. Au début du projet, la communication doit rester exclusivement en interne à l’organisation. Ce n’est qu’à la fin du projet, lorsque les changements souhaités à la fois par la direction et par le personnel ont été déterminés dans le détail, puis validés par chacun, que le projet peut-être communiqué à l’extérieur. Ainsi, cela permet d’éviter qu’il y ait officiellement un gagnant qui a imposé ses choix (la direction) et un perdant ulcéré par la perte de ses avantages (le personnel).

Telles sont les règles des techniques de transformation des entreprises : pragmatisme, respect du personnel et modestie. C’est un métier en tant que tel qui, comme le management, s’apprend sur le tas, à partir de cycles d’échecs et de réussites à la hauteur des responsabilités que l’on acquiert progressivement dans toute entreprise. L’exact inverse de cette maudite sélection de l’élite politique à la française.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Rocla
- 11/04/2018 - 15:31
Réponse à Pale rider (2) : oui mais
Tout à fait d'accord, seule la force à la Thatcher peut réformer la SNCF. Mais l'auteur que je suis ne rêve pas du tout : n'oubliez pas que le gouvernement a choisi d'éviter la radicalité des réformes telles qu'il la stigmatisait dans le programme de Fillon. Or, à partir du moment où le gouvernement refuse de passer en force, il ne lui reste plus que la méthode que les spécialistes de la transformation utilisent pour changer les entreprises
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/reforme-sncf-nouvel-echec-elite-politique-francaise-3360081.html#Rxo4htqSdQ2ASLht.99
Rocla
- 11/04/2018 - 15:30
Réponse à Pale rider : oui mais...
Tout à fait d'accord, seule la force à la Thatcher peut réformer la SNCF. Mais l'auteur que je suis ne rêve pas du tout : n'oubliez pas que le gouvernement a choisi d'éviter la radicalité des réformes telles qu'il la stigmatisait dans le programme de Macron. Or, à partir du moment où le gouvernement refuse de passer en force, il ne lui reste plus que la méthode que les spécialiste de la transformation utilisent pour changer les entreprises
pale rider
- 11/04/2018 - 13:29
Brillante analyse mais totalement inapplicable au public
L'auteur rêve. Je n'apprécie pas particulièrement les énarques ni Macron mais la vérité est que seule la force brute à la Tatcher permettra de réformer la SNCF , EDF, L ed nat .