En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© REUTERS/Philippe Wojazer
L'odeur du sang
Hollande-Macron : Règlement de comptes à OK-Elysée
Publié le 11 avril 2018
Dans son dernier livre, l'ancien chef de l'État travaille son successeur au couteau. On attend avec espoir une réponse saignante du président de la République.
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son dernier livre, l'ancien chef de l'État travaille son successeur au couteau. On attend avec espoir une réponse saignante du président de la République.

Si Hollande était un peu féru d'antiquité romaine, il aurait choisi comme titre : "Tu quoque Brutus". S'il avait un certain goût pour l'histoire plus récente, il aurait opté pour "Macron m'a tuer". Ni l'un ni l'autre. Le livre s'appelle Les leçons du pouvoir. Ce qui est assez plat.

Le contenu l'est beaucoup moins. On sent l'homme blessé, se vidant de son sang, meurtri à jamais. Et l'assassin, le traître, c'est Macron. Enfin, nous allons savoir tout le mal que l'actuel chef de l'État a fait à celui qui l'a précédé.

Pourtant, j'ai eu tort d'écrire : Hollande travaille Macron au couteau.  C'est malvenu. Ca fait Tontons flingueurs. Et c'est d'un vulgaire… Hollande, en homme raffiné, a choisi le stylet, la dague, le poignard. Et il s'en sert comme s'il avait fait ça toute sa vie.

Le stylet. À l'été 2015, le jeune ministre a pris de l'assurance et s'aventure sur un terrain plus politique. Dans un hebdomadaire, il affirme que la France vit dans une nostalgie implicite de la monarchie, que la disparition du roi a laissé une place vide au sommet de l'État. Je n'y vois pas de malice. Je ne crois pas que la France ait besoin d'une nouvelle monarchie, serait-elle élective. Je mets cette idée sur le compte de son goût pour les débats d'idées. Pourtant, rétrospectivement, cette dissertation éclaire bien la pratique du pouvoir qu'il met en avant depuis son élection.

La dague. Je l'exhorte à démentir au plus vite la rumeur (celle de sa candidature, NDLR). Sa réponse est nette : il n'y aurait que 'de la malveillance'. Et il ajoute dans son message : 'Mes soutiens diront demain que le 12 (juillet 2016) ne sert ni à démissionner ni à annoncer ma candidature. Grotesque. Bises'. Mais à la Mutualité, en présence d'une foule qui scande des 'Macron président!', il s'écrie: 'Plus rien n'arrêtera le mouvement de l'espoir. Nous le porterons ensemble jusqu'en 2017 et jusqu'à la victoire!' Le doute n'est plus permis, même s'il m'assure, imperturbable, qu'il n'a pas 'personnalisé' la victoire, laquelle pourrait donc être la mienne. Toujours cette façon de nier l'évidence avec un sourire.

Le poignard. Il m'annonce qu'il veut retrouver sa liberté. Je lui demande ce qu'il fera si je me déclare. Il entre dans un développement emberlificoté sur une 'offre politique' qui exprime bien plus la gêne que l'ambiguïté. Sa non-réponse en est une. Qu'a-t-il à perdre ? Je comprends ce jour-là qu'Emmanuel Macron ne s'inscrit pas dans l'histoire de la gauche, pas davantage dans celle de la social-démocratie, ni même dans une recomposition qui pourrait préfigurer une coalition progressiste. Il est à son compte. Il a créé une entreprise ; il entend la mener le plus loin possible.

On imagine une confrontation entre les deux hommes. Un duel comme dans les westerns. Avec les armes choisies par Hollande (c'est normal, il est l'aîné de Macron). Mais ça ne se passerait pas à l'Élysée. Revenir dans cette demeure qui fut la sienne remplirait Hollande d'une triste nostalgie qui lui enlèverait tous ses moyens. L'imposteur, l'usurpateur serait là chez lui, hautain et ricanant. Le Faubourg-Saint-Honoré ou une rue de Tulle seraient des endroits plus acceptables.

Que François Hollande ait envie de hacher menu Emmanuel Macron n'est pas un problème. Ce qui pose problème, c'est Hollande lui-même. Qui a fait de Macron un conseiller à l'Élysée ? Qui de ce conseiller a fait un ministre ? Qui l'a fait roi en renonçant à se présenter à l'élection présidentielle ?

On le voit bien : Macron, c'est le Brutus de Hollande. Mais Jules César avait eu, lui, le bon goût de mourir…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
06.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
07.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
06.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 12/04/2018 - 09:13
RÉFÉRENCES
On a bien Macron en Brutus, mais Hollande en César, cela fait rigoler tout le monde qui se souvient plutôt de Hollande en scooter...
cremone
- 11/04/2018 - 19:17
Un président Oublié
De Gaulle, Pompidou, Giscard d’Estaing, Mitterand, Chirac, Sarkozy, Macron. Voici les Présidents qui se sont succédés à la tête de la République Française.
- Mais, après Sarkozy et avant Macron, il y a eu qui ?
- Ben personne ! Macron a succédé à Sarkozy !
- T’es sûr ? Il me semble bien qu’il y a eu quelqu’un entre les deux …
- Non non, je t’assure
- Mais Taubira, Najat, Sapin, c’était pas sous Sarkozy ?
- Heu … Ah oui, c’est vrai … Tiens ! Bizarre, ça ne me revient pas …
- Mmh, Valls peut-être ?
- Ah ouiiiii, c’est çaaaa, c’était bien lui !
Bien entendu, ces deux amis sont dans l’erreur. Et vous, chers lecteurs, savez-vous, sans aller chercher sur Wikipédia, qui a été Président de la République après Sarkozy et avant Macron ?
cremone
- 11/04/2018 - 19:16
Un président oublié ?
>
Bien entendu, ces deux amis sont dans l’erreur. Et vous, chers lecteurs, savez-vous, sans aller chercher sur Wikipédia, qui a été Président de la République après Sarkozy et avant Macron ?