En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité

04.

Grèves : les "blacks blocs" blancs, ça ne serait pas un peu du blackface ?

05.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

06.

Jeanne Balibar critique violemment la politique d’Emmanuel Macron, qui avait été "bouleversé" par "Les Misérables" de Ladj Ly

07.

Ce nouvel espace politique qu’ouvrent Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen (mais pas pour eux…)

01.

La thérapie de choc grecque, en trois minutes

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

04.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

05.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

06.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

05.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

06.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Vrai combat

Fini de rire, la République s'attaque à la Haine

il y a 27 min 31 sec
décryptage > Politique
Pour une nuit, pour la vie ?

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

il y a 57 min 31 sec
rendez-vous > People
Revue de presse people
La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex
il y a 1 heure 31 min
décryptage > Sport
Bonnes feuilles

Le sportif, ce nouveau héros de temps de paix

il y a 2 heures 29 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Elections 2020 : les enjeux du combat face à Donald Trump

il y a 2 heures 29 min
décryptage > Economie
Paroxysme

Services publics paralysés et pression fiscale record : tous les symptômes d’une faillite programmée du système français

il y a 2 heures 29 min
light > Culture
Classe politique
Jeanne Balibar critique violemment la politique d’Emmanuel Macron, qui avait été "bouleversé" par "Les Misérables" de Ladj Ly
il y a 11 heures 33 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 5 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 18 min
pépite vidéo > Europe
Auschwitz
Angela Merkel déclare que la mémoire des crimes nazis est "inséparable" de l'identité allemande
il y a 16 heures 42 min
pépites > France
Pédagogie
Retraites : Edouard Philippe présentera "l'intégralité du projet du gouvernement" mercredi prochain
il y a 17 heures 51 min
décryptage > International
Election présidentielle américiane

Joe Biden, fantôme poids plume d'Obama ?

il y a 46 min 42 sec
décryptage > France
Et pendant ce temps-là...

Les infos importantes que la crise des retraites vous a probablement fait zapper

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le jour où de Gaulle est tombé sous le charme de Jackie Kennedy

il y a 2 heures 28 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le débat public peut-il se passer des Libéraux ?

il y a 2 heures 29 min
décryptage > France
Il n'est pas trop tard

Contre la pensée bourgeoise – celle du politiquement correct – osons être révolutionnaires !

il y a 2 heures 29 min
pépites > Justice
MoDem
François Bayrou a été mis en examen pour complicité de détournement de fonds publics
il y a 11 heures 10 min
Madrid
COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité
il y a 12 heures 40 min
light > Culture
The White House Plumbers
HBO prépare une série télévisée sur le scandale du Watergate
il y a 16 heures 13 min
pépite vidéo > International
Incendies
Les images impressionnantes du ciel orange à Sydney
il y a 17 heures 26 min
pépites > Société
#UberCestOver
Uber reconnaît que 6.000 agressions sexuelles ont été signalées en deux ans aux Etats-Unis
il y a 19 heures 8 min
© VALERIE MACON / AFP
© VALERIE MACON / AFP
Les séries aux USA

Roseanne, very politically uncorrect : cette Amérique qui fait un triomphe au retour de la sitcom 0% bobo

Publié le 10 avril 2018
20 ans après la diffusion de son dernier épisode, la série "Roseanne" a fait son retour à la télévision américaine, fin mars. Un programme à nouveau plébiscité par le public et dont les thématiques se rapprochent des chevaux de bataille de la droite conservatrice américaine.
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
20 ans après la diffusion de son dernier épisode, la série "Roseanne" a fait son retour à la télévision américaine, fin mars. Un programme à nouveau plébiscité par le public et dont les thématiques se rapprochent des chevaux de bataille de la droite conservatrice américaine.

Atlantico : Au regard de l'univers de la série Roseanne et des thèmes sociétaux qu'elle aborde, peut-on faire un parallèle entre son immense succès et les clivages sociétaux et politiques actuels aux États-Unis ?

Jean-Erik Branaa : Oui, absolument. On a une vraie division dans la société américaine aujourd'hui : deux Amérique qui, en réalité, n'arrivent plus à se comprendre. Et c'est ce qu'on retrouve dans Roseanne. Vous savez, en 1968, il y avait eu un rapport gouvernemental disant que la société allait être divisée entre Noirs et Blancs, deux groupes qui n'allaient plus se parler dans l'avenir. Et en réalité, ce n'est pas ce qui s'est passé, la division s'est faite entre les plus riches et les plus pauvres, ou pire encore, entre les villes et les campagnes. Et c'est vrai que cette Amérique des campagnes, cette Amérique qu'on a souvent appelé "déclassée", ou cette Amérique des ouvriers, se retrouve dans cette série. Et c'est ce qui explique le gros succès de Roseanne, parce qu'effectivement, les gens ont l'impression de voir leur vie quotidienne représentée à la télévision.

Peut-on voir dans ce retour en trombe de Roseanne, mais aussi dans l'élection de Donald Trump, une sorte de revanche d'une catégorie d'Américains sur une autre ?

Je ne sais pas si l'on peut parler de revanche. Je crois que l'on peut parler de réalisation. Parce que cette Amérique dont on parle, qui est, pour faire simple, en dehors des deux côtes américaines (atlantique et pacifique), a des préoccupations qui sont bien différentes de cette Amérique plus privilégiée. Et en réalité, Roseanne transporte également des thèmes dont cette Amérique-là a envie de parler : la famille, la religion, le mariage, la lutte des classes, l'armée aussi. Ce sont des thèmes très populaires dans les campagnes américaines et ce sont exactement ceux qui sont abordés dans cette série, contrairement à d'autres séries beaucoup plus légères dans lesquelles on trouve d'habitude ce qu'on appellerait en France des bobos, des gens de classes supérieures qui vont avoir d'autres préoccupations et dans lesquelles on trouve surtout des avocats, des médecins, des ingénieurs ou des gens qui ont fortement réussi dans l'industrie ou dans le commerce. Là, c'est vraiment cette coupure-là qui se fait. En ce sens, on pourrait dire qu'il y a une régression, puisque c'est ce qu'on retrouvait dans l'Amérique des années 50, aux débuts de la télévision. Aujourd'hui, beaucoup de séries apparaissent en prenant ces thèmes-là, il n'y a pas que Roseanne, même si elle a beaucoup de succès. Il y a aussi des séries comme The Middle, Malcolm, Modern Family, qui portent exactement sur les mêmes thèmes. C'est davantage une télé-miroir, qui fonctionne parfaitement bien.

Le programme est aux antipodes de la mentalité hollywoodienne, dont les représentants sont très critiques à l'égard de Donald Trump. Peut-on alors parler d'une fracture entre l'élite culturelle américaine et la population ?

Alors oui et non. En réalité, c'est vrai que l'élite d'Hollywood est opposée à Donald Trump. Mais cette élite se méfie quand même, elle sait bien que le pouvoir décide un peu de tout. On a ainsi vu des personnalités très critiques à l'égard de Donald Trump, par exemple pendant la campagne présidentielle - je pense à Robert De Niro qui avait dit qu'il voulait frapper Donald Trump, à Stephen King, qui avait beaucoup tweeté contre Donald Trump-, mettre beaucoup d'eau dans leur vin : on ne les entend plus. Alors, on entend toujours, c'est vrai, Georges Clooney ou d'autres, mais il y a eu un recul par rapport à tout cela. Mais je me situe un petit peu dans la même mouvance que Michael Kranish et Marc Fisher, qui ont écrit un très beau livre : Trump Revealed. Comme eux, je dis que ces valeurs plus traditionnelles américaines vont être récupérées par Hollywood. Car Hollywood est aussi un miroir de la société dans un deuxième temps, en ayant plus un côté mythique, et donc c'est plutôt dans la traduction du rêve américain, ou de l'American way of life, que l'on devrait très vite avoir des films qui vont refléter cette préoccupation de la population. Car quand on a 50% de la population qui met ces valeurs-là en avant, il est évident que le cinéma hollywoodien ne pourra pas faire l'impasse sur cette Amérique-là et devra également leur parler.

En France, on assiste à un intérêt grandissant pour des programmes comme TPMP, alors même que des émissions plus sérieuses et axées sur l'actualité, comme "Quotidien", ont aussi le vent en poupe. Il y a-t-il un parallèle à faire avec les États-Unis, avec un clivage entre le peuple et ses élites ?

C'est une question existentielle de toute l'élite intellectuelle depuis de nombreuses années. Je crois, à titre personnel et en sortant un petit de mon rôle d'observateur uniquement des États-Unis, que la condescendance habituelle des élites font que certains regardent de très haut ceux qui ne possèdent pas la connaissance élitiste. Et c'est, à mon sens, une erreur, puisque l'un ne se construit pas sans l'autre et le contraire est également vrai. On apprend énormément de la discussion, quel que soit l'interlocuteur. Personnellement, j'apprends énormément de mes étudiants, qui ont des expériences que je n'ai pas et qui sont encore sur le chemin de la construction. On pourrait considérer que, par rapport à eux, je suis une élite, mais au bout de quelques années, ils m'ont rattrapé et j'espère bien qu'ils vont me dépasser. Tout cela, c'est l'ambition ultime de tout un chacun. Quand on n'a pas eu la chance de faire des études - car faire des études est une chance, j'en suis absolument persuadé -, ca ne veut pas dire qu'on ne se projette pas dans ses enfants pour qu'eux-mêmes fassent des études. Donc, cette condescendance élitiste est certainement malvenue. Et je ne pense pas que quelqu'un qui regarde un programme comme TPMP soit quelqu'un qu'il faille dévaloriser : on a le droit de se détendre devant la télévision et à côté de cela, lire un livre très ambitieux ou avoir une conversation qui l'est tout autant. Et se détendre devant Quotidien ne pose également aucun problème. On peut regarder Quotidien et s'amuser beaucoup de ce qui est raconté, de la façon dont l'information est traitée - d'autant plus qu'elle est généralement très sérieuse - et porter un regard critique, également, sur ce qui nous est proposé. Donc cela, le jugement qui est porté sur le divertissement à la télévision, est souvent à prendre avec un petit peu de hauteur et un petit peu de recul et je crois que tout le monde s'en porterait mieux.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité

04.

Grèves : les "blacks blocs" blancs, ça ne serait pas un peu du blackface ?

05.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

06.

Jeanne Balibar critique violemment la politique d’Emmanuel Macron, qui avait été "bouleversé" par "Les Misérables" de Ladj Ly

07.

Ce nouvel espace politique qu’ouvrent Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen (mais pas pour eux…)

01.

La thérapie de choc grecque, en trois minutes

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

04.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

05.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

06.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

05.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

06.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ikaris
- 10/04/2018 - 19:36
Intéressant comme toujours !
je crois que la "récupération" par Holywood de thèmes de valeurs traditionnelle (l'argument de M. Branaa est bon) est un pronostic qui ne vaut que pour le cinéma US : en France le cinéma est en circuit fermé avec un CNC subventionne les thèmes qui correspondent à sa manière de penser et des films qui font leur bénéfice même avec des salles vides.