En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Coronavirus : l’après crise sera violente

05.

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

06.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

07.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Boussole" de Mathias Enard : un livre d’une érudition éblouissante

il y a 41 min 36 sec
pépites > International
Bataille de chiffres
Coronavirus : les autorités américaines estiment que la Chine a menti sur le nombre de morts et falsifié les chiffres
il y a 1 heure 22 min
pépites > Economie
Nouvelles demandes
Les Etats-Unis comptabilisent désormais 6,6 millions de chômeurs de plus en une semaine
il y a 3 heures 7 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
La droite réfléchit à sa stratégie de rebond, Valeurs Actuelles l’enfonce (en même temps que les autres); Marine Le Pen surfe sur la colère des réseaux sociaux, le gouvernement balance sur elle; Tracer sans fliquer ?; Tensions sur l’approvisionnement
il y a 4 heures 33 min
pépite vidéo > Politique
Scénarios du déconfinement
Mission d’information : retrouvez l’intégralité de l’audition d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 5 heures 39 min
décryptage > Défense
Soutien

Covid-19 : la garde nationale aux abonnés absents

il y a 7 heures 7 min
décryptage > Media
Candidats

France Télévisions : la bataille pour la présidence de l’audiovisuel public se lance (timidement)

il y a 7 heures 44 min
décryptage > Economie
Cicatrices

Coronavirus : l’après crise sera violente

il y a 8 heures 17 min
décryptage > Politique
Des habits neufs

Et Emmanuel Macron endossa la marinière Armor Lux d'Arnaud Montebourg !

il y a 8 heures 58 min
décryptage > Politique
Atout majeur

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

il y a 9 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le grand écart, Chronique d’une démocratie fragmentée" de Pascal Perrineau : une analyse en profondeur des revendications et colères sociales

il y a 56 min 46 sec
pépites > Défense
Ennemi invisible
Opération Barkhane : quatre soldats français ont été contaminés par le coronavirus
il y a 2 heures 41 min
pépites > Europe
"Mea Culpa"
Coronavirus : la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'excuse auprès de l'Italie
il y a 4 heures 12 min
pépites > Santé
Chiffres inquiétants
Covid-19 : 570 décès auraient déjà été enregistrés dans les Ehpad depuis le début de l'épidémie dans le Grand Est
il y a 5 heures 4 min
décryptage > International
Cavalier seul ?

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

il y a 6 heures 51 min
décryptage > International
Cité de Dieu

Brésil : les gangs remplacent l’Etat

il y a 7 heures 32 min
décryptage > Société
Confinement

Inquiétudes sur le monde qui vient

il y a 7 heures 59 min
décryptage > Politique
Brouillage sur la ligne

Rhétorique officielle et officieuse au temps du corona

il y a 8 heures 39 min
décryptage > People
Miroir des réseaux sociaux

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

il y a 9 heures 8 min
décryptage > Europe
Solidarité européenne ?

Euro-panique ? L’Europe du Sud montre les dents, l’Europe du Nord tente de déminer, Bruxelles menace

il y a 9 heures 53 min
© VALERIE MACON / AFP
© VALERIE MACON / AFP
Les séries aux USA

Roseanne, very politically uncorrect : cette Amérique qui fait un triomphe au retour de la sitcom 0% bobo

Publié le 10 avril 2018
20 ans après la diffusion de son dernier épisode, la série "Roseanne" a fait son retour à la télévision américaine, fin mars. Un programme à nouveau plébiscité par le public et dont les thématiques se rapprochent des chevaux de bataille de la droite conservatrice américaine.
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
20 ans après la diffusion de son dernier épisode, la série "Roseanne" a fait son retour à la télévision américaine, fin mars. Un programme à nouveau plébiscité par le public et dont les thématiques se rapprochent des chevaux de bataille de la droite conservatrice américaine.

Atlantico : Au regard de l'univers de la série Roseanne et des thèmes sociétaux qu'elle aborde, peut-on faire un parallèle entre son immense succès et les clivages sociétaux et politiques actuels aux États-Unis ?

Jean-Erik Branaa : Oui, absolument. On a une vraie division dans la société américaine aujourd'hui : deux Amérique qui, en réalité, n'arrivent plus à se comprendre. Et c'est ce qu'on retrouve dans Roseanne. Vous savez, en 1968, il y avait eu un rapport gouvernemental disant que la société allait être divisée entre Noirs et Blancs, deux groupes qui n'allaient plus se parler dans l'avenir. Et en réalité, ce n'est pas ce qui s'est passé, la division s'est faite entre les plus riches et les plus pauvres, ou pire encore, entre les villes et les campagnes. Et c'est vrai que cette Amérique des campagnes, cette Amérique qu'on a souvent appelé "déclassée", ou cette Amérique des ouvriers, se retrouve dans cette série. Et c'est ce qui explique le gros succès de Roseanne, parce qu'effectivement, les gens ont l'impression de voir leur vie quotidienne représentée à la télévision.

Peut-on voir dans ce retour en trombe de Roseanne, mais aussi dans l'élection de Donald Trump, une sorte de revanche d'une catégorie d'Américains sur une autre ?

Je ne sais pas si l'on peut parler de revanche. Je crois que l'on peut parler de réalisation. Parce que cette Amérique dont on parle, qui est, pour faire simple, en dehors des deux côtes américaines (atlantique et pacifique), a des préoccupations qui sont bien différentes de cette Amérique plus privilégiée. Et en réalité, Roseanne transporte également des thèmes dont cette Amérique-là a envie de parler : la famille, la religion, le mariage, la lutte des classes, l'armée aussi. Ce sont des thèmes très populaires dans les campagnes américaines et ce sont exactement ceux qui sont abordés dans cette série, contrairement à d'autres séries beaucoup plus légères dans lesquelles on trouve d'habitude ce qu'on appellerait en France des bobos, des gens de classes supérieures qui vont avoir d'autres préoccupations et dans lesquelles on trouve surtout des avocats, des médecins, des ingénieurs ou des gens qui ont fortement réussi dans l'industrie ou dans le commerce. Là, c'est vraiment cette coupure-là qui se fait. En ce sens, on pourrait dire qu'il y a une régression, puisque c'est ce qu'on retrouvait dans l'Amérique des années 50, aux débuts de la télévision. Aujourd'hui, beaucoup de séries apparaissent en prenant ces thèmes-là, il n'y a pas que Roseanne, même si elle a beaucoup de succès. Il y a aussi des séries comme The Middle, Malcolm, Modern Family, qui portent exactement sur les mêmes thèmes. C'est davantage une télé-miroir, qui fonctionne parfaitement bien.

Le programme est aux antipodes de la mentalité hollywoodienne, dont les représentants sont très critiques à l'égard de Donald Trump. Peut-on alors parler d'une fracture entre l'élite culturelle américaine et la population ?

Alors oui et non. En réalité, c'est vrai que l'élite d'Hollywood est opposée à Donald Trump. Mais cette élite se méfie quand même, elle sait bien que le pouvoir décide un peu de tout. On a ainsi vu des personnalités très critiques à l'égard de Donald Trump, par exemple pendant la campagne présidentielle - je pense à Robert De Niro qui avait dit qu'il voulait frapper Donald Trump, à Stephen King, qui avait beaucoup tweeté contre Donald Trump-, mettre beaucoup d'eau dans leur vin : on ne les entend plus. Alors, on entend toujours, c'est vrai, Georges Clooney ou d'autres, mais il y a eu un recul par rapport à tout cela. Mais je me situe un petit peu dans la même mouvance que Michael Kranish et Marc Fisher, qui ont écrit un très beau livre : Trump Revealed. Comme eux, je dis que ces valeurs plus traditionnelles américaines vont être récupérées par Hollywood. Car Hollywood est aussi un miroir de la société dans un deuxième temps, en ayant plus un côté mythique, et donc c'est plutôt dans la traduction du rêve américain, ou de l'American way of life, que l'on devrait très vite avoir des films qui vont refléter cette préoccupation de la population. Car quand on a 50% de la population qui met ces valeurs-là en avant, il est évident que le cinéma hollywoodien ne pourra pas faire l'impasse sur cette Amérique-là et devra également leur parler.

En France, on assiste à un intérêt grandissant pour des programmes comme TPMP, alors même que des émissions plus sérieuses et axées sur l'actualité, comme "Quotidien", ont aussi le vent en poupe. Il y a-t-il un parallèle à faire avec les États-Unis, avec un clivage entre le peuple et ses élites ?

C'est une question existentielle de toute l'élite intellectuelle depuis de nombreuses années. Je crois, à titre personnel et en sortant un petit de mon rôle d'observateur uniquement des États-Unis, que la condescendance habituelle des élites font que certains regardent de très haut ceux qui ne possèdent pas la connaissance élitiste. Et c'est, à mon sens, une erreur, puisque l'un ne se construit pas sans l'autre et le contraire est également vrai. On apprend énormément de la discussion, quel que soit l'interlocuteur. Personnellement, j'apprends énormément de mes étudiants, qui ont des expériences que je n'ai pas et qui sont encore sur le chemin de la construction. On pourrait considérer que, par rapport à eux, je suis une élite, mais au bout de quelques années, ils m'ont rattrapé et j'espère bien qu'ils vont me dépasser. Tout cela, c'est l'ambition ultime de tout un chacun. Quand on n'a pas eu la chance de faire des études - car faire des études est une chance, j'en suis absolument persuadé -, ca ne veut pas dire qu'on ne se projette pas dans ses enfants pour qu'eux-mêmes fassent des études. Donc, cette condescendance élitiste est certainement malvenue. Et je ne pense pas que quelqu'un qui regarde un programme comme TPMP soit quelqu'un qu'il faille dévaloriser : on a le droit de se détendre devant la télévision et à côté de cela, lire un livre très ambitieux ou avoir une conversation qui l'est tout autant. Et se détendre devant Quotidien ne pose également aucun problème. On peut regarder Quotidien et s'amuser beaucoup de ce qui est raconté, de la façon dont l'information est traitée - d'autant plus qu'elle est généralement très sérieuse - et porter un regard critique, également, sur ce qui nous est proposé. Donc cela, le jugement qui est porté sur le divertissement à la télévision, est souvent à prendre avec un petit peu de hauteur et un petit peu de recul et je crois que tout le monde s'en porterait mieux.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Coronavirus : l’après crise sera violente

05.

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

06.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

07.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ikaris
- 10/04/2018 - 19:36
Intéressant comme toujours !
je crois que la "récupération" par Holywood de thèmes de valeurs traditionnelle (l'argument de M. Branaa est bon) est un pronostic qui ne vaut que pour le cinéma US : en France le cinéma est en circuit fermé avec un CNC subventionne les thèmes qui correspondent à sa manière de penser et des films qui font leur bénéfice même avec des salles vides.