En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

05.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

06.

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

07.

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 7 min 53 sec
pépites > Politique
"Agir ensemble"
Création d’un 10e groupe politique, situé dans la majorité, à l’Assemblée nationale
il y a 43 min 59 sec
pépites > High-tech
Atout contre le virus
StopCovid : la Cnil autorise l’application de traçage pour lutter contre le coronavirus
il y a 1 heure 59 min
décryptage > France
Monde d'après

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

il y a 4 heures 15 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

La BCE et la Cour de Karlsruhe

il y a 5 heures 4 min
décryptage > Economie
Disparition

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

il y a 5 heures 51 min
décryptage > France
Danger public

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

il y a 6 heures 28 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les entreprises aspirent à plus de Made in France, moins de CO2... mais surtout pas à la décroissance

il y a 7 heures 8 min
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 17 heures 46 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 20 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’empreinte du dieu" (Tome 4 de la saga "Gens du Nord") de Maxence Van der Meersch : cet été 2020 marchez en Flandres dans les empreintes du dieu

il y a 23 min 41 sec
pépites > Politique
Bataille pour Paris
LREM : Agnès Buzyn annonce qu'elle est toujours candidate pour le second tour des municipales à Paris
il y a 1 heure 21 min
pépite vidéo > International
Menace pour les récoltes
L’Inde fait face à une invasion de criquets
il y a 2 heures 29 min
décryptage > Economie
Politique industrielle

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

il y a 4 heures 26 min
décryptage > Sport
Activité physique

L’avenir en demi-teinte pour le sport en ville par temps de pandémie

il y a 5 heures 21 min
décryptage > Economie
Génération Covid-19

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

il y a 6 heures 31 sec
décryptage > International
Stratégie

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

il y a 6 heures 47 min
décryptage > Santé
Réforme

Ségur de la santé : voilà pourquoi l’argent seul ne réglera pas les problèmes des hôpitaux français

il y a 7 heures 37 min
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 18 heures 1 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 21 heures 12 min
© STRINGER / AFP
© STRINGER / AFP
Opérations

Attaque chimique en Syrie : pourquoi la bonne relation Macron Trump pourrait peut-être changer les choses

Publié le 10 avril 2018
Le régime syrien est de nouveau soupçonné d'avoir utilisé des armes chimiques lors de raids à Douma, dans la Ghouta orientale.
Henri de Loubressac est le pseudonyme d’un haut fonctionnaire expert en géopolitique.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri de Loubressac
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri de Loubressac est le pseudonyme d’un haut fonctionnaire expert en géopolitique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le régime syrien est de nouveau soupçonné d'avoir utilisé des armes chimiques lors de raids à Douma, dans la Ghouta orientale.

Atlantico : Après la première utilisation de l'arme chimique contre le peuple syrien, en 2013 par Bachar al-Assad, François Hollande avait pressé son allié américain d'effectuer conjointement avec la France des raids aériens contre le régime syrien. Il avait finalement dû se résigner face au renoncement de Barack Obama. Aujourd'hui, Donald Trump semble-t-il près à participer à une telle opération, au vu de ses récentes déclarations ? Et si les États-Unis se refusent encore à intervenir, la France peut-elle envisager d'intervenir seule ?

Henri de Loubressac : Je pense que, techniquement, ce serait quand même compliqué pour la France d'intervenir seule parce que depuis 2013, la situation sur le terrain a évolué dans le sens où les Russes ont déployé des systèmes antimissiles S-300 qui verrouillent le ciel syrien et les avions occidentaux qui volent au-dessus de ce ciel syrien doivent obtenir l'autorisation des Russes pour cela. En 2017, les États-Unis avaient frappé une base syrienne à la suite de l'utilisation de gaz à Khan Cheikhoun, dans le nord de la Syrie, mais ils avaient obtenu au préalable que les Russes n'utilisent pas leurs systèmes antimissiles. Donc il faudrait obtenir ce même type d'autorisation, ce qui parait peut-être plus compliqué quand la demande vient de Paris que de Washington. 

De quels autres moyens disposerait Emmanuel Macron, sur les plans diplomatique, économique, par exemple, pour dissuader Bachar al-Assad, si cela est possible, d'effectuer de nouvelles attaques chimiques ?

On a très peu de leviers aujourd'hui, puisque nous n'avons plus de relations diplomatiques avec la Syrie depuis 2011, les relations économiques sont au point mort. Il y a un levier, quand même, qui est le fait que la Syrie est complètement détruite aujourd'hui, donc demain, le régime aura besoin de l'aide occidentale pour reconstruire une économie, pour reconstruire le pays. Donc il y a un levier de négociation dans le déboursement ou pas de cette aide. Et puis, il y a aussi la relation privilégiée que Macron entretient avec Donald Trump, qui fait que si la France veut intervenir, je pense qu'elle trouvera une oreille plus attentive à Washington que lorsque c'était François Hollande qui demandait à Barack Obama.

Après les frappes de dimanche dans la Ghouta orientale, les Américains ont publiquement accusé la Russie de porter la responsabilité de ces attaques. Peut-on imaginer que la France durcisse encore le ton face à la Russie ? Avec quels leviers ?

L'ambiance internationale est quand même marquée par un durcissement très net vis-à-vis de la Russie. Et dans le domaine chimique, ces attaques interviennent à un mauvais moment, puisqu'il y a eu l'affaire Skripal (l'utilisation d'un gaz sur le sol européen, en Angleterre). Donc, là, on a un peu l'impression que les Russes, qui sont les soutiens du régime syrien, ont tenté, à peu près un an après Khan Cheikhoun, de tester la résolution des occidentaux. Sur les plans économiques et diplomatiques, les actions ont déjà été très largement prises, donc maintenant, il reste le volet militaire. Et il n'est pas impossible que cela débouche sur des frappes nouvelles. 

Je pense qu'il ne faut pas oublier que fin janvier, les Russes ont testé les occidentaux à Deir Ezzor, quand ils ont lancé un pont sur l'Euphrate et ils ont tenté de conquérir un puits de pétrole qui était contrôlé par les forces démocratiques syriennes kurdes et arabes, qui sont soutenues par les occidentaux. Et à cette occasion-là, ils ont utilisé non-pas l'armée russe, mais des mercenaires. Et la réaction des Américains a été extrêmement brutale puisque près de 200 soldats russes sont morts. C'est peut-être une nouvelle tentative, pour les Russes, de faire bouger les lignes, mais ils risquent de se heurter à la même résolution des États-Unis, qui sur le terrain syrien, à la fois annoncent publiquement qu'ils veulent se retirer, et en même temps, sont quand même tentés de se maintenir et de montrer leur force pour peser sur l'avenir du pays.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gpo
- 10/04/2018 - 08:16
Regardez du côté des rebelles islamistes
Jetez un oeil sur le Yémen.. ..
Et melez vous de vos affaires messieurs les dirigeants du monde occidental. ...fichez la paix a Bachar et Poutine, les seuls à protéger les chrétiens qui sont en voie d'extinction en orient...et bientôt en Europe.. .
Stop...
ajm
- 09/04/2018 - 23:08
Curieuse passion.
A vrai dire je m'en fiche un peu de la Syrie, centre de ce gros essaim de frelons du Proche-Orient.Je n'ai pas d'opinions très arrêtées sur tous ces sujets où tant de manipulations médiatiques sont en permanence mises en scène. Mais je suis cependant étonné de cette passion pro Assad qui est tout de même le rejeton d'une des pires familles de canailles de la région, même si les autres, pour la plupart, ne valent pas mieux et sont parfois encore plus épouvantables . On a un peu l'impression, â lire la plupart de ces commentaires de Français étrangement passionnés sur ces sujets qui a priori ne les concernent guère ( pas plus qu'à moi ), d'écouter radio Moscou. A priori les etat-majors Français et US pensent que ce sont les Syriens, avec nécessairement au moins une certaine neutralité ou un laisser faire Russe. Pour autant, je ne suis pas persuadé que nous devrions intervenir dans ce "merdier" où nous n'avons aucun intérêt vital ni même vraiment important. Mais je suis choqué de ce parti pris contre ce qui est, semble-t-il , l'opinion de nos services officiels Français de la part de "patriotes " Français. En fait, d'ailleurs cela ne m'étonne pas tellement.
vangog
- 09/04/2018 - 22:16
Très difficile de gober cette propagande...
Ce diplomate semble autant éloigné des lieux de combat que des réalités...on est au comble de l’idéologie bisounoursique incarnée dans la diplomatie de phoque à la française! ce diplomate est incapable de partir d’un questionnement légitime: « les explosions chimiques proviennent-elles des projectiles lancés, ou des stocks entassés par les islamistes au milieu des civils? » la réponse à cette question changerait foncièrement la façon d’appréhender le problème Syrien, non? Mais cette question est évacuée systématiquement par les diplomates français, qui semblent avoir des œillères puissantes...vis a vis des USA aussi, ils se trumpent! S’ils croient que les USA vont servir de bras armé aux pénibles hypothèses macronistes, ils se fourrent le doigt dans l’oeil jusqu’a la garde...Les USA ne poursuivent qu’un objectif: éviter la mainmise de la Russie sur le Moyen-Orient et contrecarrer ses plans d’alliance avec Iran et Syrie. Alors qu’il croit être la mouche du oche, Macron ne sera que le faire-valoir de cette stratégie de pouvoir qui le dépasse complètement".