En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

03.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

04.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

05.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

06.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

07.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 2 heures 40 min
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 3 heures 31 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 10 heures 23 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 11 heures 30 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 12 heures 16 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 13 heures 30 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 14 heures 11 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 jour 5 heures
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 7 heures
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 9 heures
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 3 heures 7 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 9 heures 52 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 11 heures 6 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 11 heures 52 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 12 heures 47 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 14 heures 29 sec
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 14 heures 26 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 jour 6 heures
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 8 heures
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 9 heures
© STRINGER / AFP
© STRINGER / AFP
Opérations

Attaque chimique en Syrie : pourquoi la bonne relation Macron Trump pourrait peut-être changer les choses

Publié le 10 avril 2018
Le régime syrien est de nouveau soupçonné d'avoir utilisé des armes chimiques lors de raids à Douma, dans la Ghouta orientale.
Henri de Loubressac
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri de Loubressac est le pseudonyme d’un haut fonctionnaire expert en géopolitique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le régime syrien est de nouveau soupçonné d'avoir utilisé des armes chimiques lors de raids à Douma, dans la Ghouta orientale.

Atlantico : Après la première utilisation de l'arme chimique contre le peuple syrien, en 2013 par Bachar al-Assad, François Hollande avait pressé son allié américain d'effectuer conjointement avec la France des raids aériens contre le régime syrien. Il avait finalement dû se résigner face au renoncement de Barack Obama. Aujourd'hui, Donald Trump semble-t-il près à participer à une telle opération, au vu de ses récentes déclarations ? Et si les États-Unis se refusent encore à intervenir, la France peut-elle envisager d'intervenir seule ?

Henri de Loubressac : Je pense que, techniquement, ce serait quand même compliqué pour la France d'intervenir seule parce que depuis 2013, la situation sur le terrain a évolué dans le sens où les Russes ont déployé des systèmes antimissiles S-300 qui verrouillent le ciel syrien et les avions occidentaux qui volent au-dessus de ce ciel syrien doivent obtenir l'autorisation des Russes pour cela. En 2017, les États-Unis avaient frappé une base syrienne à la suite de l'utilisation de gaz à Khan Cheikhoun, dans le nord de la Syrie, mais ils avaient obtenu au préalable que les Russes n'utilisent pas leurs systèmes antimissiles. Donc il faudrait obtenir ce même type d'autorisation, ce qui parait peut-être plus compliqué quand la demande vient de Paris que de Washington. 

De quels autres moyens disposerait Emmanuel Macron, sur les plans diplomatique, économique, par exemple, pour dissuader Bachar al-Assad, si cela est possible, d'effectuer de nouvelles attaques chimiques ?

On a très peu de leviers aujourd'hui, puisque nous n'avons plus de relations diplomatiques avec la Syrie depuis 2011, les relations économiques sont au point mort. Il y a un levier, quand même, qui est le fait que la Syrie est complètement détruite aujourd'hui, donc demain, le régime aura besoin de l'aide occidentale pour reconstruire une économie, pour reconstruire le pays. Donc il y a un levier de négociation dans le déboursement ou pas de cette aide. Et puis, il y a aussi la relation privilégiée que Macron entretient avec Donald Trump, qui fait que si la France veut intervenir, je pense qu'elle trouvera une oreille plus attentive à Washington que lorsque c'était François Hollande qui demandait à Barack Obama.

Après les frappes de dimanche dans la Ghouta orientale, les Américains ont publiquement accusé la Russie de porter la responsabilité de ces attaques. Peut-on imaginer que la France durcisse encore le ton face à la Russie ? Avec quels leviers ?

L'ambiance internationale est quand même marquée par un durcissement très net vis-à-vis de la Russie. Et dans le domaine chimique, ces attaques interviennent à un mauvais moment, puisqu'il y a eu l'affaire Skripal (l'utilisation d'un gaz sur le sol européen, en Angleterre). Donc, là, on a un peu l'impression que les Russes, qui sont les soutiens du régime syrien, ont tenté, à peu près un an après Khan Cheikhoun, de tester la résolution des occidentaux. Sur les plans économiques et diplomatiques, les actions ont déjà été très largement prises, donc maintenant, il reste le volet militaire. Et il n'est pas impossible que cela débouche sur des frappes nouvelles. 

Je pense qu'il ne faut pas oublier que fin janvier, les Russes ont testé les occidentaux à Deir Ezzor, quand ils ont lancé un pont sur l'Euphrate et ils ont tenté de conquérir un puits de pétrole qui était contrôlé par les forces démocratiques syriennes kurdes et arabes, qui sont soutenues par les occidentaux. Et à cette occasion-là, ils ont utilisé non-pas l'armée russe, mais des mercenaires. Et la réaction des Américains a été extrêmement brutale puisque près de 200 soldats russes sont morts. C'est peut-être une nouvelle tentative, pour les Russes, de faire bouger les lignes, mais ils risquent de se heurter à la même résolution des États-Unis, qui sur le terrain syrien, à la fois annoncent publiquement qu'ils veulent se retirer, et en même temps, sont quand même tentés de se maintenir et de montrer leur force pour peser sur l'avenir du pays.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gpo
- 10/04/2018 - 08:16
Regardez du côté des rebelles islamistes
Jetez un oeil sur le Yémen.. ..
Et melez vous de vos affaires messieurs les dirigeants du monde occidental. ...fichez la paix a Bachar et Poutine, les seuls à protéger les chrétiens qui sont en voie d'extinction en orient...et bientôt en Europe.. .
Stop...
ajm
- 09/04/2018 - 23:08
Curieuse passion.
A vrai dire je m'en fiche un peu de la Syrie, centre de ce gros essaim de frelons du Proche-Orient.Je n'ai pas d'opinions très arrêtées sur tous ces sujets où tant de manipulations médiatiques sont en permanence mises en scène. Mais je suis cependant étonné de cette passion pro Assad qui est tout de même le rejeton d'une des pires familles de canailles de la région, même si les autres, pour la plupart, ne valent pas mieux et sont parfois encore plus épouvantables . On a un peu l'impression, â lire la plupart de ces commentaires de Français étrangement passionnés sur ces sujets qui a priori ne les concernent guère ( pas plus qu'à moi ), d'écouter radio Moscou. A priori les etat-majors Français et US pensent que ce sont les Syriens, avec nécessairement au moins une certaine neutralité ou un laisser faire Russe. Pour autant, je ne suis pas persuadé que nous devrions intervenir dans ce "merdier" où nous n'avons aucun intérêt vital ni même vraiment important. Mais je suis choqué de ce parti pris contre ce qui est, semble-t-il , l'opinion de nos services officiels Français de la part de "patriotes " Français. En fait, d'ailleurs cela ne m'étonne pas tellement.
vangog
- 09/04/2018 - 22:16
Très difficile de gober cette propagande...
Ce diplomate semble autant éloigné des lieux de combat que des réalités...on est au comble de l’idéologie bisounoursique incarnée dans la diplomatie de phoque à la française! ce diplomate est incapable de partir d’un questionnement légitime: « les explosions chimiques proviennent-elles des projectiles lancés, ou des stocks entassés par les islamistes au milieu des civils? » la réponse à cette question changerait foncièrement la façon d’appréhender le problème Syrien, non? Mais cette question est évacuée systématiquement par les diplomates français, qui semblent avoir des œillères puissantes...vis a vis des USA aussi, ils se trumpent! S’ils croient que les USA vont servir de bras armé aux pénibles hypothèses macronistes, ils se fourrent le doigt dans l’oeil jusqu’a la garde...Les USA ne poursuivent qu’un objectif: éviter la mainmise de la Russie sur le Moyen-Orient et contrecarrer ses plans d’alliance avec Iran et Syrie. Alors qu’il croit être la mouche du oche, Macron ne sera que le faire-valoir de cette stratégie de pouvoir qui le dépasse complètement".