En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 1 heure 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 2 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 3 heures 1 min
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 5 heures 13 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 6 heures 26 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 6 heures 54 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 8 heures 54 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 10 heures 42 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 11 heures 53 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 12 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 2 heures 48 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 3 heures 28 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 6 heures 1 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 6 heures 44 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 7 heures 14 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 10 heures 1 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 11 heures 17 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 12 heures 18 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 12 heures 33 min
© Wikipedia / State Hermitage Museum, St. Petersburg, Russia.
© Wikipedia / State Hermitage Museum, St. Petersburg, Russia.
Tourner la page

Marc Halévy : "Nous ferions bien mieux de (re)lire les philosophes des Lumières anglais que de nous inspirer de leurs homologues français"

Publié le 08 avril 2018
Marc Halévy, auteur du livre "Les mensonges des Lumières", soutient que les tenants de l'Enlightenment anglais étaient d'authentiques philosophes alors que leur plagiaires français n'étaient que des idéologues de salon.
Marc Halévy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc Halévy, docteur et chercheur, étudie les sciences de la complexité et la physique des processus. Il est conférencier et expert en noétique. Il est déjà l'auteur d'un livre sur le Taoïsme, dans la collection Eyrolles pratique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc Halévy, auteur du livre "Les mensonges des Lumières", soutient que les tenants de l'Enlightenment anglais étaient d'authentiques philosophes alors que leur plagiaires français n'étaient que des idéologues de salon.

Atlantico : "L'Europe et le monde attendent que nous défendions partout l'esprit des Lumières" déclarait devant la Pyramide du Louvre Emmanuel Macron, lors de son discours de victoire après l'élection présidentielle il y a presque un an. Votre livre se penche, à rebours de l'enthousiasme messianique de notre Président, sur ceux qui ont fait les Lumières. Car selon vous, dès le départ, leur projets d' "illumination" (d'illuminés ?) porte en germes les maux des siècles qui suivront (génocides, totalitarisme etc.) Pourquoi, dès lors, est-ce que notre Président, défenseur d'un "nouveau monde" répète-t-il si passionnément l'antienne du rôle civilisateur des Lumières, comme l'ont fait si souvent ses prédécesseurs ?

Marc Halévy : Monsieur Macron, pour qui j'ai la plus grande estime, parle des "Lumières" du point de vue du libéralisme (qui, n'en déplaise au socialo-gauchisme ambiant, n'a rien à voir ni avec le capitalisme - qui est un mode de financement privé des investissements -, ni avec le financiarisme - qui est le cancer de l'économie et qu'il faut combattre). Lorsqu'il parle des Lumières, il parle depuis la source anglaise des Jeremy Bentham et des John Locke (deux auteurs pillés et plagiés - mais peu compris - par les "Lumières" françaises comme Voltaire, Montesquieu et d'autres). Quant à cette calamité que fut Rousseau, il a simplement pompé l'écossais Thomas Hobbes qui fut le vrai et seul créateur des notions de "bon sauvage" et de "contrat social".

Monsieur Macron se réfère, donc, à Bentham et Locke dont Voltaire et sa clique ont fait une caricature grotesque : par exemple, de leur recherche d'une éthique universelle au-delà des religions, ils ont fait une ridicule idéologie antireligieuse et anticléricale. Les tenants de l'Enlightenment anglais étaient d'authentiques philosophes alors que leur plagiaires français n'étaient que des idéologues de salon.

Le projet des Lumières, toujours selon notre Président, vise "l'autonomie de l'homme libre, conscient et critique". Mais de quelle oppression s'empresse-t-on de détourner l'homme aujourd'hui ? De quelle triste état d'inconscience doit-on le sortir ? De quelle approbation naïve du monde doit-on le détourner ? La faiblesse (ou ce que vous nommez le "mensonge") des Lumières n'est-elle pas sa détestation de ce qu'elle énonce comme valeur ? Ou d'une certaine façon, une auto-détestation ?

Oui, le projet libéral des "Lumières" anglaises était bien "l'autonomie de l'homme libre, conscient et critique", mais c'est un projet aristocratique à mille lieues des démagogies ambiantes.

Peu d'humains sont capables de vivre de façon autonome, d'assumer leur liberté (souvenez-vous du "Discours sur la servitude volontaire" d'Etienne de la Boétie), d'être conscient du Réel (beaucoup préfèrent l'illusion et la griserie de la futilité, de l'amusement et de la frivolité) et de penser de façon critique (la majorité gobe sans coup férir les débilités et les rumeurs qui polluent la Toile).

Les "Lumières" françaises se sont enfoncé dans un idéalisme naïf et niais, visant un homme idéal vivant dans un monde idéal et refusant l'humain réel dans le monde réel. Ils sont à la source de tous ces socialismes (marxiste, utopiste, communiste, nazi, fasciste, …) qui fleurirent au 19ème siècle et ravagèrent le 20ème. Ce sont d'ailleurs ces divers socialismes qui firent le panégyrique des "Lumières" et inventèrent la légende "lumineuse" de ces petits salonnards bourgeois ou noblions en quête de gloriole.

Finalement, Condorcet, d'Alembert, Laplace, Condillac ou La Mettrie, sont des intellectuels dont on méconnaît l'existence et les idées, si ce n'est leur appartenance notoire aux Lumières. A vous lire, leur simple fréquentation suffirait à révéler leurs vrais visages. Les cache-t-on ainsi comme on le ferait d'une ascendance honteuse ?

Les gens que vous citez, sont tous imprégnés d'un matérialisme, d'un athéisme, d'un antispiritualisme rebelles et passablement infantiles. Il suffit de lire "La Théologie portative" de d'Holbach, ou son "Catéchisme de la religion chrétienne", ainsi que les éructations de La Mettrie pour mesurer à quel degré de crétinisme primaire on peut descendre.

Je ne crois pas qu'il y ait un quelconque projet complotiste de "cacher" les écrits de ces gens-là ; il suffit d'essayer de les lire pour comprendre à quel point tout cela est pauvre, nul, ennuyeux, puéril et … obsolète.

Peu après l'odieux massacre de chez "Charlie Hebdo", des éditeurs en mal de chiffre d'affaire ont réédité le "Traité sur la Tolérance" que Voltaire écrivit en 1763 à l'occasion de l'affaire Calas et qui n'est qu'une vague resucée de la Letter concerning Toleration de John Locke. Ce petit livre s'est vendu comme des petits pains, mais qui a eu la patience et le courage de le lire vraiment ? Outre quelques banalités connues et reconnues, ce texte n'a plus aucun intérêt.

Si les Lumières sont anachroniques et mortifères aujourd'hui, comment s'en débarrasser ? Et sur quel socle peut-on construire notre société, une fois débarrassé d'elles ?

Ce sont les "Lumières" françaises qu'il faut laisser s'enfoncer dans l'oubli ; elles n'ont rien apporté. En revanche, il faut continuer de lire et d'étudier (même si je ne partage pas leurs opinions) les Bentham, Locke, Stuart-Mill, du côté anglais, et Kant, du côté allemand qui, eux, sont d'authentiques philosophes et non de vulgaires polémistes idéologues.

Immanuel Kant, lui aussi, visait l'émancipation du genre humain dans la prise de conscience que toute connaissance s'inscrit dans le rapport du sujet à l'objet et non dans l'objet lui-même qui reste hors de portée. Kant, comme toutes les "Lumières", était favorable à une démocratie raisonnable, bien loin du suffrage universel, où ne seraient électeurs ou éligibles que ceux qui ne dépendraient en rien de l'Etat pour leurs revenus ; exit les retraités, les fonctionnaires, les étudiants, les chômeurs et les assistés de tous poils. Cela devrait nous donner du grain à moudre pour repenser nos démocraties au suffrage universel dont la faillite est patente (quelques milliers de syndicalistes anachroniques qu'on autorise à paralyser la France entière comme aujourd'hui, c'est bien de l'anti-démocratie absolue).

Nous vivons une mutation paradigmatique majeure, comme il en arrive une tous les 550 ans, environ. La dernière en date fut la Renaissance qui fit basculer le monde occidental de la féodalité à la modernité. Nous vivons la fin de la modernité dont les "Lumières" furent le parangon. Il est temps de tourner la page. La modernité est morte. L'après-modernité se construit déjà au-delà de tous les étatismes, de tous les socialismes, de tous les rationalismes, de tous les humanismes, de tous les positivismes, de tous les nihilismes, de tous les matérialismes, de tous les athéismes, de tous les laïcismes, … L'après-modernité se construit déjà au service de la Vie et de l'Esprit, dans le respect de la personne, des communautés de vie, des terroirs, de la Nature et de la joie de vivre ; les "Lumières" n'y ont simplement plus aucune place.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 10/04/2018 - 18:38
Ganesha
Vous devriez en effet relire des écrits chrétiens .Les plus faciles sont les évangiles, mais la Bible est étonnante, un dialogue passionnel entre un peuple (hébreux) et un Dieu jaloux qui l' interpelle . Sinon, vous avez Pascal ( que j'aime), st Thomas d'Aquin ( que je n'ai pas lu !), Thérèse d'Avila ....,et même Simone Weil ( qui devrait vous plaire car de gauche )
adroitetoutemaintenant
- 10/04/2018 - 18:13
Le Bouddha était riche
Il n’a pas laissé sa femme et son fils dans le besoin et sa maison de roi était en ordre! Il était éduqué et très bien entrainé aux arts martiaux. Ses grands disciples sont Jean-Claude Van Damme, Steven Seagal et Ganesha quoique pour le dernier je ne connais pas ses prouesses en art martiaux. Peut-être que comme l’Inspecteur Clouseau avec son servant Cato il emploie sa femme pour développer ses capacités martiales ?
Ganesha
- 10/04/2018 - 12:44
Siddhartha Gautama, le Bouddha
Siddhartha Gautama, le Bouddha, a quitté sa femme et son jeune fils, pour aller exposer au monde sa philosophie, qui influence encore aujourd'hui des centaines de millions d'humains. Il ne les a retrouvé, comme disciples, que beaucoup plus tard.