En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

03.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

04.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

05.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

06.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

07.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 3 min 24 sec
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 1 heure 10 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 1 heure 37 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 2 heures 16 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 2 heures 47 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 3 heures 24 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 3 heures 39 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 4 heures 40 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

il y a 5 heures 13 min
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 17 heures 58 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 59 min 59 sec
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 1 heure 24 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 1 heure 56 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 2 heures 27 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 3 heures 33 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 3 heures 41 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 4 heures 51 min
pépites > Politique
Coronavirus
Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?
il y a 5 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 18 heures 53 min
© Attila KISBENEDEK / AFP
© Attila KISBENEDEK / AFP
Réalités déplaisantes

L’autre prétendant au leadership de l’Europe : comment Viktor Orban gagne du terrain face à Emmanuel Macron au sein de l’Union

Publié le 08 avril 2018
Le Premier ministre hongrois part favori pour remporter dimanche un troisième scrutin législatif d'affilée. Si les médias présentent régulièrement Emmanuel Macron comme "le nouveau visage de l’Europe", il est difficile de nier l'influence et la fascination exercée par Viktor Orban dans une certaine partie du continent.
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Premier ministre hongrois part favori pour remporter dimanche un troisième scrutin législatif d'affilée. Si les médias présentent régulièrement Emmanuel Macron comme "le nouveau visage de l’Europe", il est difficile de nier l'influence et la fascination exercée par Viktor Orban dans une certaine partie du continent.

Atlantico : Alors qu'Emmanuel Macron est régulièrement présenté comme le nouveau visage de l'Europe, et son nouvel homme fort, cette perspective n'a-t-elle pas le défaut de voiler ce qui pourrait apparaître comme l'émergence d'un autre homme fort, Victor Orban, dont la longévité au pouvoir n'est dépassée, sur le continent, que par Angela Merkel ? 

Edouard Husson : Il est indéniable qu’Emmanuel Macron est apprécié dans une partie de l’opinion publique internationale - en particulier par une partie de l’Europe. Mais il s’agit de la partie la plus aisée de nos sociétés. Le président français est le dernier représentant en Europe, comme Justin Trudeau en Amérique du Nord, de ce qu’on appelle, depuis les années 1980, le néo-libéralisme. Avant d’être économique, ce néo-libéralisme a été culturel et moral.: la libération des moeurs et le multiculturalisme sont inséparables de la financiarisation de l’économie et du libre-échangisme généralisé. Avec Macron ou Trudeau, il s’agit, en quelque sorte, du chant du cygne de cette époque libérale qui a commencé dans les années 1960 et qui aura duré un demi-siècle. Cette ère néo-libérale a fait des perdants, comme tous les systèmes historiques devenus dominants, elle aura broyé bien des vies, précarisé de nombreux individus qu’elle voulait - ou prétendait - émanciper. En Europe, le libéralisme reflue. Dans l’ouest du continent, il n’y a pas eu encore de personnalité politique capable d’incarner un élément d’alternative.

En Europe centrale, au contraire, on voit émerger un nouveau conservatisme: Autriche, Tchéquie, Pologne, Hongrie sont de plus en plus rétifs au néolibéralisme, qui se traduit dans les injonctions convergentes de Berlin, Bruxelles et Paris. C’est en particulier l’ancienne Europe centrale sous domination soviétique qui exprime un fort rejet. Dans cette zone, Orban est sans aucun doute, actuellement, la personnalité la plus affirmée, le gouvernant le plus charismatique. I faut bien comprendre que la Hongrie, la Pologne ou la Tchéquie ont réussi à survivre aux empires qui les opprimaient  grâce à une conscience nationale aiguisée. Quand on a subi le nazisme puis le soviétisme, il est peu probable que l’on se laisse impressionner par le totalitarisme mou venu de l’ouest du continent. Le parcours d’Orban résume très bien ce qui s’est passé: lors de son premier mandat de Premier ministre, à la fin des années 1990, il est assez libéral mais ne réussit pas à se faire réélire. Il revient au pouvoir en 2010 après avoir effectué un tournant conservateur.

Cyrille Bret : La figure de Viktor Orban est d'autant plus marquante qu'elle est clivante, non seulement au sein des institutions européennes qu'en Europe centrale et orientale et à l'intérieur même de son pays. La longévité compte. Mais elle ne suffit pas : la capacité à déférer dépend de l'autorité acquise dans les crises. Or, tel n'est pas le cas pour le Premier ministre hongrois à l'heure actuelle. Premier ministre de 1998 à 2002 et de 2010 à nos jours, le leader du parti Fidezs a effectivement une longévité au pouvoir conséquente. Il peut également se targuer à juste titre d'une majorité écrasante à l'Assemblée nationale de deux tiers avec son allié démocrate-chrétien du KDNP. Son candidat à l'élection présidentielle a également largement remporté l'élection en 2017. Toutefois, au sein du groupe de Visegrad, Orban ne parvient pas à s'imposer comme un leader en raison d'une part des désaccords avec la Pologne sur les relations à entretenir avec la Russie et, d'autre part, en raison de l'atonie de l'économie hongroise. La comparaison avec la chancelière Merkel est cruelle pour le Premier ministre hongrois : même si Angela Merkel est contestée notamment dans le sud de l'Europe, elle a acquis une autorité morale durant plusieurs crises : sa fermeté face à la Russie lors de l'annexion de l'Ukraine, sa volonté réelle d'accueil des migrants durant la crise migratoire, sa combativité lors de la campagne électorale, etc. tout cela lui a valu une estime par-delà les frontières de son parti CDU-CSU et les frontières de son pays. On serait en peine de trouver ces phénomènes pour le Premier ministre hongrois : il reste un chef partisan et non un leader continental.

"L'homme le plus important sur la scène européenne" pour l'ancien conseiller de Donald Trump, Steve Bannon, une politique migratoire prise comme exemple par le nouveau pouvoir autrichien... comment mesurer l'influence de Viktor Orban en Europe ? ​

Cyrille Bret : L'influence se mesure à la capacité à rallier à soi non seulement ses alliés mais également certains de ses adversaires et à proposer des projets fédérateurs. Assurément, Orban fascine en Europe centrale les parties de l'électorat méfiantes à l'égard des migrations de population musulmanes et réticentes à octroyer des compétences fédérales aux institutions européennes. Il ne sert de rien de minimiser son effet d'entraînement et son charisme. Mais il hérisse ses opposants autant qu'il galvanise ses partisans. Son attitude de soutien à la coalition ÖVP- FPÖ dans l'Autriche voisine a étendu ce clivage.

Edouard Husson : Pourquoi citer seulement Steve Bannon? Pourquoi serait-il le seul à voir ce qui se joue actuellement au centre de l’Europe? C’est trop facile de qualifier de populisme, comme le font beaucoup de commentateurs,  le conservatisme qui est en train de s’installer en Europe centrale; c’est abusif de qualifier d’autoritaires ou semi-autoritaires des gouvernements sous prétexte qu’ils ne partagent pas le credo hyper individualiste de l’Europe occidentale. Orban est beaucoup plus proche du Général de Gaulle que de l’Amiral Horthy auquel on veut toujours le comparer! L’Europe centrale actuelle, modelée dans la lutte contre le communisme, croit qu’il n’y a pas de démocratie hors du cadre national. Beaucoup de nos dirigeants, qui ont voulu récupérer l’héritage du gaullisme contre toute exactitude historique, seraient étonnés s’ils prenaient le temps de découvrir ce que pensait et faisait vraiment le fondateur de la Vè République. En matière d’immigration, il était partisan d’un contrôle et d’un contingentement très strict des entrées.  De Gaulle aurait considéré que la politique d’Angela Merkel d’ouverture maximale des frontières était inacceptable. Et la fameuse formule prononcée devant Alain Peyrefitte pour justifier l’indépendance de l’Algérie - “Je ne veux pas que Colombey-les-deux-églises s’appelle un jour Colombey-les-deux-mosquées” serait aujourd’hui taxée d’islamophobe en Europe occidentale. Les soixante-huitards trouvaient de Gaulle ringard du fait même de son patriotisme de la même manière que l’Europe de l’Ouest aujourd’hui s’offusque de la droitisation que connaît la Pologne, du tournant russophile de la Tchéquie ou de la mobilisation anti-immigration d’Orban.  Il existe aujourd’hui une Europe centrale néo-gaulliste qui entend peser dans les grands choix du continent et qui s’éloigne de plus en plus de l’esprit qui règne à Paris, Bruxelles ou Berlin. L’Europe est divisée politiquement.

​Comment analyser ces deux faces d'une Union qui n'a jamais semblé aussi clivée ? Comment mesurer les rapports de force actuels et en devenir, et comment anticiper un avenir européen reposant sur deux jambes aussi opposées ? ​

Edouard Husson : L’Union Européenne est divisée en trois parties. Le nord de l’UE adhère largement à l’hyper individualisme libéral. Le sud est ravagé, économiquement et socialement, par la politique monétaire voulue par le nord. Quant à l’est, il s’en tire à peu près économiquement mais il rejette le libéralisme culturel et politique. Le nord de l’UE a réussi jusqu’à maintenant à empêcher la jonction de tous les mécontentements, en particulier parce que la France, qui aurait toutes les raisons de se sentir solidaire de l’Europe méditerranéenne en matière économique et sociale, fait, depuis des années, le choix politique de coller au  nord de l’UE; et parce que les dirigeants de notre pays ont depuis longtemps déserté le gaullisme qui les ferait entrer en phase avec l’Europe centrale. Quels que soient les choix faits par la France dans les deux à trois ans, on peut cependant parier sur une perte d’influence  de la partie “néo-libérale” de l’Union Européenne: La Grande-Bretagne sortie de l’Union d’un côté, la Russie de l’autre, où Poutine vient d’être réélu pour six ans, vont peser en direction d’un nouveau conservatisme européen. Tant qu’on prétendra que ce qui n’est pas du néo-libéralisme marche contre la démocratie, on maintiendra les divisions du continent. En revanche, si l’on redécouvre le caractère fécond pour la démocratie de son enracinement national, l’Europe pourra surmonter ses divisions.

Cyrille Bret : L'Union d'abord : son histoire n'a jamais connu d'âge d'or sans tensions internes à l'Europe : les Pères fondateurs se sont heurtés à bien des obstacles pour lancer la CECA et conclure le Traité de Rome. La Communauté européenne de défense a été rejetée notamment par les Français réticents à réarmer l'Allemagne dès les années 1950. L'Acte unique et la constitution du marché commun s'est faite difficilement sous la houlette de Jaques Delors malgré des résistances françaises, britanniques, etc. Quant au Grand Elargissement de 2004, il a été réalisé en vainquant les réticences à l'Ouest et à l'Est. L'Union est le fruit de compromis et de coopérations difficiles. Rien de neuf à cela.

Concernant le clivage entre le couple franco-allemand d'un côté et les pays du groupe de Visegrad depuis 4 ans : elles sont importantes car elles mettent en jeu la coordination entre des souverainetés nationales récemment recouvrées et la nécessaire intégration de l'Union. Ces tensions doivent être prises non comme les signes de l'échec de l'Union mais comme des symptômes d'une intégration à parfaire et comme des aiguillons pour tourner ses regards vers l'orient de l'Europe. Une grande partie du destin du continent se joue à l'est.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 09/04/2018 - 11:00
La novlangue de l'Enarque content de lui !!
L'emploi à outrance du mot "clivage".... et il ose parle de l'"atonie de l économie hongroise".. On ne sait si on doit en rire ou en pleurer..... ceci explique sans doute que les énarques ont fichu la France par terre....
ajm
- 08/04/2018 - 23:02
Performances Hongroises plutôt enviables.
Je ne sais pas pourquoi CB parle avec mépris des resultats économiques de la Hongrie : avec près de 4% de croissance et un très faible chômage ( 3.8%) les performances Hongroises soutiennent largement la comparaison avec ses voisins ex communistes. A vrai dire, la Hongrie comme la Pologne, la Slovaquie et la Tchéquie, forment bien l'arrière cour industrielle de l'Europe de l'Ouest, en particulier de l'industrie Allemande. Les salaires, encore bas ( dans les 600 euros de salaire median par mois ) progressent très vite ( 7-8% par an) afin de freiner l'exode des travailleurs qualifiés. S'agissant de la comparaison entre la stature internationale de Merkel comparée à celle d'Orban, elle est absurde compte tenu de la différence de taille et d'importance entre l'Allemagne et la Hongrie.
clint
- 08/04/2018 - 21:26
La France est toujours en retard d'une guerre: Macron la preuve!
La France a voté NON au dernier référendum sur l' UE : elle était en avance ?! Il a fallu attendre plus de 10 ans pour voir se pointer un apparatchik "Wall Street Democrat" pour justement essayer de "sauver" l'Europe des nations. On voit le résultat sur tous les points, le pire arrivant avec l'émigration et les énièmes aides de Borloo aux banlieues, en passant par la position officielle de l'islam en France !