En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 6 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 6 heures 32 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 6 heures 59 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 8 heures 27 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 9 heures 39 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 11 heures 30 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 12 heures 53 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 14 heures 7 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 15 heures 4 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 16 heures 5 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 6 heures 46 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 7 heures 56 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 9 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 10 heures 23 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 12 heures 9 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 13 heures 50 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 14 heures 51 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 15 heures 22 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 16 heures 21 min
© ETIENNE LAURENT / POOL / AFP
© ETIENNE LAURENT / POOL / AFP
Bonnes Feuilles

Quand Emmanuel Macron se faisait prendre en grippe par Philippe Séguin à Bercy

Publié le 08 avril 2018
Vingt ans après, à l'âge des premiers bilans, Anne-Sophie Beauvais a revu ses anciens camarades d'école. Ceux qui ont partagé les cours avec cet étudiant atypique et inclassable, qui allait devenir le plus jeune président de la Ve République. Pourquoi lui, et lui seul, a-t-il marché jusqu'à l'Elysée ? Voici le portait de la génération Macron. Extrait de "On s'était dit rendez-vous dans vingt ans", d'Anne-Sophie Beauvais, Plon, 2018.
Condisciple d'Emmanuel Macron à Sciences Po, Anne-Sophie Beauvais a aujourd'hui 39 ans. Ancienne conseillère en cabinet ministériel, elle connait bien le monde politique. En 2009, elle est appelée par Richard Descoings, l'ancien directeur de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anne-Sophie Beauvais
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Condisciple d'Emmanuel Macron à Sciences Po, Anne-Sophie Beauvais a aujourd'hui 39 ans. Ancienne conseillère en cabinet ministériel, elle connait bien le monde politique. En 2009, elle est appelée par Richard Descoings, l'ancien directeur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vingt ans après, à l'âge des premiers bilans, Anne-Sophie Beauvais a revu ses anciens camarades d'école. Ceux qui ont partagé les cours avec cet étudiant atypique et inclassable, qui allait devenir le plus jeune président de la Ve République. Pourquoi lui, et lui seul, a-t-il marché jusqu'à l'Elysée ? Voici le portait de la génération Macron. Extrait de "On s'était dit rendez-vous dans vingt ans", d'Anne-Sophie Beauvais, Plon, 2018.

Ce qui est certain, en revanche, c’est qu’Emmanuel Macron, lui, n’a pris manifestement aucun contre-pied par rapport à cette inspiration à la fois pro-européenne, sociale-libérale et volontairement optimiste sur la mondialisation, qui a dominé nos études. Mais c’est son droit. Et cela ne lui a pas trop mal réussi. N’est-ce pas grâce à cela que Jacques Attali le prend sous son aile, en 2007, et lui propose de devenir le rapporteur-adjoint de sa commission sur la libération de la croissance ? Une commission qui lui servira de tremplin professionnel et qui ne contrarie en rien son corpus de pensée puisqu’elle ne met autour de la table que des personnes partageant une philosophie libérale commune. Le rôle d’Emmanuel Macron est de fournir tous les éléments juridiques et chiffrés nécessaires à la réflexion, et de formaliser les propositions de la commission. Notre inspecteur des finances navigue là comme un poisson dans l’eau. 

C’est mon ami Alexandre qui me raconte un face-à-face (idéologique) en revanche plus douloureux à vivre pour celui qui était alors son collègue de Bercy. Alexandre, qui a donc été en classes préparatoires à Henri-IV avec Emmanuel Macron, le retrouve quelques années plus tard au ministère des Finances. Ils y travaillent tous les deux. Le futur président est rattaché au Conseil des prélèvements obligatoires et Alexandre à une autre direction de Bercy. Voici ce que me raconte ce dernier : « La seule personne que j’ai vue s’opposer à Macron dans ma vie, c’est Philippe Séguin, à la Cour des comptes. C’était lors d’une séance à laquelle j’assistais. Emmanuel Macron était rapporteur sur un texte qui portait sur la fraude fiscale, me semble-t-il. Il venait présenter son rapport, et il s’est fait allumer par Séguin, au point où je me suis demandé s’il n’y avait pas autre chose que le contenu même du rapport derrière cette colère. Je me suis demandé pourquoi il y avait une telle antipathie. Est-ce que c’était politique, idéologique ? Est-ce que c’était sur la personne ? Séguin lui reprochait la mauvaise qualité du rapport et lui disait qu’il allait falloir retravailler... Il n’est pas faux qu’Emmanuel Macron n’avait manifestement pas suffisamment travaillé

son sujet, mais cela ne justifiait pas non plus une telle colère. Macron se défendait comme il pouvait, en gardant bien sa dignité. Nous étions juste après la commission Attali, et j’ai vraiment ressenti cet échange entre eux comme un antagonisme politique, parce que cette scène était étrange. »

Je ne sais pas si Alexandre a raison, mais il est vrai que l’on pouvait difficilement séduire à la fois Jacques Attali et Philippe Séguin...

 "On s'était dit rendez-vous dans vingt ans", d'Anne-Sophie Beauvais, Plon, 2018

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
von straffenberg
- 08/04/2018 - 18:53
Seguin
Cette personnalité attachante manque à notre échiquier politique ,il faut faire avec .Pour le reste je rejoins totalement Assougoudrei en donnant malgré tout à notre président quelques excuses , les futures épreuves étant parfois formatrices
assougoudrel
- 08/04/2018 - 17:26
On ne peut avoir que du mépris
pour quelqu'un qui traite les français de "rien" et comment faut-il appeler cet individu qui se permet de dire en Algérie que la Colonisation est un crime contre l'humanité. On aurait mieux fait de tout raser avant de partir et ils se seraient retrouvés comme à l'origine; des tribus et des gardiens de chèvres et de moutons. Ce président devrait savoir que le respect va dans les deux sens. Tant pis pour les mécontents.
walchp
- 08/04/2018 - 16:35
C'est bien le commentaire à la française !!
si un président applique ce qu'il avait annoncé, il est "prétentieux" et si il résiste à la rue, il est "arrogant"
Il est vrai que des "prétentieux" et des "arrogants",ça fait bien des décennies qu'on en avait pas vu !!!!