En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 7 heures 34 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 8 heures 12 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 10 heures 55 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 11 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 12 heures 56 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 15 heures 41 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 15 heures 52 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 16 heures 14 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 16 heures 52 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 16 heures 59 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 7 heures 55 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 9 heures 57 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 11 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 12 heures 51 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 15 heures 34 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 15 heures 49 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 16 heures 4 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 16 heures 17 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 16 heures 55 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 17 heures 4 sec
© Bryan R. Smith / AFP
© Bryan R. Smith / AFP
Atlantico Business

A l’heure où les stars américaines de la Tech déchantent et font pleurer leurs actionnaires, Spotify, l’Européenne, enflamme la bourse

Publié le 05 avril 2018
En pleine crise des technos américaines, le groupe de streaming musical a fait son entrée en bourse mardi. C’est le test attendu par tous les européens.
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En pleine crise des technos américaines, le groupe de streaming musical a fait son entrée en bourse mardi. C’est le test attendu par tous les européens.

Mieux que Twitter ou que Snapchat, Spotify est rentrée en bourse hier et en une seule journée, a réalisé une hausse de 26%. Redescendue de son effervescence, l’action SPOT se négocie maintenant autour de 140 dollars, valorisant l’entreprise à près de 24 milliards de dollars. 

Autant dire que Spotify, d’origine suédoise et contrôlée par une holding luxembourgeoise, suscite les espoirs de toute l’Europe, qui a attendu longtemps son emblème, capable de s’imposer au niveau international dans la tech, jusque là hyper dominée par les américains, les FAANG, Netflix, Google et les autres. 

Le site de streaming musical a révolutionné le monde de la musique, qui, à cause du piratage par torrent, avait fait une entrée désastreuse dans l’ère du digital. Le streaming permet d’écouter la musique sans la télécharger et répond donc à la demande de beaucoup d’utilisateurs. Pas de téléchargement illégal mais pas non plus de CD à acheter, tout est dématérialisé dans cet appli.

Aujourd’hui, le secteur de la musique a renoué avec la croissance, environ 4% par an depuis 2016 et les analystes prévoient une hausse jusqu’à +8%.  Quant à Spotify, elle domine ce marché avec plus de 150 millions d’utilisateurs, dont 71 millions à abonnement payant. En comparaison, Netflix, pour la vidéo, en compte 118 millions.

Alors, il ne faut pas se mentir : si Spotify est leader mondial, c’est qu’il est parti plus tôt que les autres, et notamment les Apple, et même Google et Amazon qui sont rentrés dans la course bien après. Mais aussi parce qu’il a misé plus efficacement sur la promotion et les offres commerciales, par rapport aux existants comme Deezer, pour gagner des parts de marché.

A la tête de ce site, un petit génie, Daniel Ek. Le jeune suédois, 35 ans aujourd’hui, a commencé très tôt et très fort. A 14 ans, il est gérant de sa propre entreprise de création de sites internet. Il développe à la chaine quelques sites web qu’il revend à bas prix et s’offre un joli salaire pour cet âge, près de 15000 euros par mois. A 22 ans, il revend sa deuxième entreprise pour plusieurs millions d’euros. Et enfin, il crée Spotify, sa troisième société en 2006, avec un modèle économique simple : celui d’offrir de la diffusion de musique et, grâce à un algorithme, de proposer de nouveaux morceaux aux utilisateurs. Pour cela, deux formules. Soit la première en freemium où l’utilisateur subit la publicité, comme en radio. A la différence qu’il peut choisir sa playlist. Soit il paie un abonnement et peut alors lire la musique hors connexion grâce au téléchargement qui lui est permis.

Alors le modèle économique est viable, Spotify vit sur les abonnements et les publicités, mais elle doit pour l’instant rétrocéder des commissions importants aux majors, ces maisons de disques qui détiennent les droits musicaux pour pouvoir les diffuser. Des commissions très importantes puisqu’elles peuvent monter jusqu’à 75%. Négociées il y a deux ans, Spotify pourrait et devrait maintenant jouer de son rapport de force pour accroitre sa marge. En attendant, la société dégage du cash notamment parce qu’elle paie ses fournisseurs de musique en fin d’année et encaisse les abonnements chaque mois. Mais avant d’être rentable, la société doit encore attendre un nombre plus important d’abonnés. Le cap des 95 millions, espérés en fin d’année, devrait permettre d’y voir plus clair.

Surtout, Spotify va profiter à plein de la génération des millenials, celle qui a remballé dans les cartons les programmes de radio ou de télévision, et qui consomme à la demande musiques et vidéos. En moyenne, les 15-24 ans consomment du streaming à hauteur de 5 heures par semaine,  contre 4h30 pour la radio. Une tendance qui ne va aller qu’en s’alourdissant selon les experts.

Le grand défi de Spotify sera d’écarter les doutes qui entourent les sociétés de la tech depuis plusieurs semaines. De se révéler irréprochable sur la question des données personnelles. Comme pour beaucoup d’entreprises aujourd’hui, ces données lui sont essentielles pour faire vivre son modèle et son algorithme, charge à elle alors de montrer que c’est un combat qui lui tient à cœur de les garder pour elle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JeanBart
- 05/04/2018 - 14:57
des promos - mais surtout un produit de grande qualité
"Mais aussi parce qu’il a misé plus efficacement sur la promotion et les offres commerciales, par rapport aux existants comme Deezer, pour gagner des parts de marché." Et Surtout, parce que Spotify s'assurait des droits avant de diffuser la musique, ce qui garantissait la pérennité des bibliothèques des utilisateurs, proposait une interface plus souple, intuitive et interconnectée, et pour ceux qui le demandaient, un accès au forum de développement. Autant de facteurs clés, qui ont eu raison de Deezer.