En direct
Best of
Best Of
En direct
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Camarades, encore un effort…
Fac de Tolbiac : les étudiants grévistes exigent d'office un 10/20 pour leurs partiels !
Publié le 05 avril 2018
Ils auraient tort de se gêner. Le diplôme de la bêtise leur est acquis.
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ils auraient tort de se gêner. Le diplôme de la bêtise leur est acquis.

Ici et là – et en particulier à Tolbiac, haut lieu de la lutte – des étudiants sont en grève. Ils réclament l'abrogation de la loi Vidal sur l'enseignement supérieur. Selon eux, elle porte en germe une sélection déguisée. Le gouvernement soutient le contraire. Tout ça est très, très compliqué. Trop compliqué pour nous. 

C'est pourquoi il nous faut nous intéresser à une autre de leurs revendications. Elle a le charme de la nouveauté et la fougue innocente de la jeunesse. Les étudiants réclament en effet, et automatiquement, une note de 10/20 pour leurs partiels ! Certains trouvent ça choquant et imbécile. Moi pas. 10/20 est une exigence très modérée, inattendue de la part de révolutionnaires. A moins qu'il ne s'agisse de révolutionnaires en peau de lapin, de centristes camouflés ou de sociaux-démocrates frileux et soumis au diktats des classes possédantes. 

10/20 ? Pff … Camarades étudiants, ne vous laissez pas abuser par des réformistes mous et craintifs. Il faut aller plus loin. Plus haut. Je propose au vote d'une Assemblée générale qu'une note de 15/20 soit attribuée aux participants, et à eux seulement, des AG. Et que ceux qui se dévouent pour animer ces belles prises de parole se voient attribuer une note de 20/20. Le peuple étudiant se doit de reconnaitre les mérites de ses dirigeants. Ils se dépensent deux fois plus que les autres : normal que leur note soit le double de celle des autres. 10/20, c'est bon pour la piétaille dont l'engagement n'est pas total. 

Le président de l'université, Georges Haddad, a failli s'étrangler en prenant connaissance de ce 10/20. "C'est contraire à toute déontologie" a-t-il déclaré. "Je ne me vois pas délivrer des diplômes au rabais". Mais il ne connait rien à rien ce M. Haddad ! Il ignore tout de la population dont il a la charge. Les étudiants veulent des diplômes. N'importe quels diplômes : au rabais, soldés, frelatés, vendus à perte. Des diplômes ! A la prochaine AG, les étudiants exigeront de pouvoir noter leur président d'université. Et il aura 0/20, Georges Haddad ! 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Eolian
- 06/04/2018 - 11:08
Mai 68 et.....
Avril 2018, il faut bien célébrer les 50 ans de mai 68 que diable! Et de toutes façons que valent les diplômes de nos jours, hein?
pierre de robion
- 05/04/2018 - 22:31
Paulquiroule....
Parler de "sciences humaines", j'espère que c'est votre sens de l'humour qui a dicté votre plume!
Remarquez, on fait mieux avec les "sciences de l'éducation"!
Pour le reste tout a été dit, mais il ne suffit pas de dire pour convaincre et surtout résoudre!
Alors comme le préconisant le CALCUL (Comité d'Action Lycéen et Coordination Unioniste Laïque) laissons pisser le mouton!
Atlante13
- 05/04/2018 - 19:14
On se calme, faut les comprendre,
avant au temps glorieux de socialisme triomphant, tous ces étudiants étaient inscrits à l'école du PS, la MNEF puis son successeur. Ils y trouvaient un brillant apprentissage des manifestations de rue et de la politique qui devait sauver la France, et se retrouvaient, au bout de 8 ou 9 années d'apprentissage de la dialectique marxiste, munis d'une licence bidon ou même d'un doctorat inconnu. Ils avaient comme professeurs tous les élus socialistes recalés aux élections et qui étaient ainsi payés par les cotisations maladie des étudiants. Mais il n'y a plus de PS, ou si peu, et tous ces étudiants se retrouvent sans avenir assuré.