En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Dérision et ricanements à tous les étages

Ce gisement de voix sur lequel pourraient miser les candidats osant résister à l’intimidation par “l’humour” médiatique

il y a 16 min 14 sec
décryptage > Santé
Crise de l'hôpital français

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

il y a 1 heure 43 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 11 heures 16 min
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 12 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 16 heures 13 min
pépite vidéo > Santé
Difficultés du monde hospitalier
Emmanuel Macron interpellé par un médecin sur la crise des hôpitaux
il y a 17 heures 51 min
pépites > Justice
"Pendaison" et Ancien Régime
L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon
il y a 20 heures 38 min
pépites > Santé
Coronavirus
Emmanuel Macron à la Pitié-Salpêtrière : "On a devant nous une épidémie" qu'il va falloir "affronter au mieux"
il y a 22 heures 7 min
décryptage > Politique
Réforme(s)

Edouard Philippe, patron de Licence IV, Bruno Le Maire, gérant d’auto-école

il y a 23 heures 7 min
décryptage > Politique
Passage en force

Recours au 49-3 : cet ultime baril de poudre qu'Emmanuel Macron roule dans la fabrique d'allumettes

il y a 23 heures 58 min
décryptage > Société
Pandémie

Coronavirus : quand la nature se remet à nous faire peur

il y a 1 heure 18 min
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 10 heures 42 min
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 11 heures 57 min
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 13 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Hokusai, Hiroshige, Utamaro. Les grands maîtres du Japon" : splendeurs du Japon à Aix-en-Provence: Les Maîtres de l’époque Edo (1600-1867)

il y a 16 heures 22 min
pépites > Santé
Etat de santé
L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"
il y a 18 heures 32 min
pépites > Santé
Virus en sommeil
Une femme japonaise contracte le coronavirus une seconde fois après avoir été guérie
il y a 21 heures 34 min
pépite vidéo > Politique
Double langage ?
Didier Guillaume arrache le micro d'un journaliste après une question sur l'abattoir Sobeval
il y a 22 heures 31 min
décryptage > Société
Réaction politique

Injustice intergénérationnelle : les dangers d'une génération extorquée

il y a 23 heures 25 min
décryptage > Politique
A mort !

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

il y a 1 jour 15 min
© Reuters
© Reuters
Révélateur

Comment le soutien aux Palestiniens et la lutte contre Israël sont devenus l’obsession de la gauche radicale

Publié le 04 avril 2018
Parmi toutes les causes possibles, la gauche radicale de nombreux pays a choisi le soutien aux Palestiniens et la critique très virulente d'Israël. Mais pour quelles raisons ?
Chercheur associé à l'Iris, Jean-Yves Camus est un spécialiste reconnu des questions liées aux nationalismes européens et de l'extrême-droite. Il est directeur de l'Observatoire des radicalités politiques de la Fondation Jean-Jaurès.Il a...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Camus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chercheur associé à l'Iris, Jean-Yves Camus est un spécialiste reconnu des questions liées aux nationalismes européens et de l'extrême-droite. Il est directeur de l'Observatoire des radicalités politiques de la Fondation Jean-Jaurès.Il a...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Parmi toutes les causes possibles, la gauche radicale de nombreux pays a choisi le soutien aux Palestiniens et la critique très virulente d'Israël. Mais pour quelles raisons ?

Atlantico : Dans un contexte marqué par la manifestation ayant eu lieu dans la bande de Gaza, et le bilan de la répression qui s'en est suivi, la polémique de la participation de Jeremy Corbyn a un dîner organisé par un groupe d'extrême gauche "les jewdas", très critique envers la politique israélienne ont encore jeté le trouble sur la question du soutien apporté par la gauche radicale à la question palestinienne. Au-delà du seul Royaume-Uni, comment expliquer ce choix de la gauche radicale d'apporter un tel soutien aux Palestiniens ? Que révèle ce choix par rapport à d'autres ?

Jean-Yves Camus : Je crois que la situation britannique est particulièrement révélatrice parce que le Labour n'est pas un parti de la gauche radicale. C'est un parti de la gauche traditionnelle extrêmement hétérogène d'ailleurs quand on le regarde de près et qui élu à sa tête le représentant de l'aile radicale. Mais il n'est pas en lui-même le représentant de ce que peut être la France Insoumise en France ou Allemagne Die Linke. Et le trouble est d'autant plus grand parce que l'ampleur des révélations qui se sont succédées sur le degré d'antisémitisme qui sévissait dans certains cercles du Labour est totalement consternante et les décisions qui s'imposaient n'ont pas été prises malgré des faits qui sont avérés, répétés et infiniment plus graves que les polémiques que l'on peut avoir en France autour de la France Insoumise par exemple, parce qu'ici, c'est le leader même qui est impliqué. C'est son ambiguïté même qui est en cause.  

Ensuite, quand on regarde de manière plus panoramique, il faut bien distinguer deux choses. Dans la gauche radicale comme d'ailleurs dans l'ensemble du spectre politique, la critique de la politique israélienne, quelle que soit le gouvernement, est autorisée. Il y a certainement de bonnes raisons de dire que telle ou telle action, par exemple celle menée à Gaza, ne l'a pas été selon les règles du droit, qu'elle l'a été de manière excessive. Ensuite, ce qui est préoccupant est que la critique d'Israël est devenue dans certains cas, au-delà de la ligne, et qu'elle est de toute façon trop systématique et principielle pour être honnête. On a, aussi bien en Grande-Bretagne au sein du Labour qu'ailleurs en Europe des gens qui ont commencé à dévoyer le soutien aux revendications palestiniennes allant soit sur le terrain du religieux et en pensant que la jonction devait s'opérer entre la gauche radicale et certains milieux musulmans engagés politiquement, ce que l'on appelle l'Islam politique, et on a même dans certains cas un certain nombre de déclarations, de posts sur les réseaux sociaux, qui sont quand même une forme d'antisionisme extrêmement radicale. Je m'en tiens à une ligne claire : il est légitime de critiquer toutes les actions politiques d'un gouvernement israélien quel qu'il soit par contre quand on en vient à considérer qu'Israël se comporte comme un État nazi ou nazifiant, ou à considérer que cet État est illégitime dans son droit à l'existence, cela n'est plus de l'antisionisme.

Historiquement, comment ce choix de la gauche radicale s'est- il construit ?

Au départ de 'l'histoire, il y a une vieille tradition de gauche, non pas de gauche radicale, mais bien de gauche, partagée d'ailleurs au-delà de la gauche, même à droite, qui consistait à dire que la lutte des palestiniens pour la création d'un État était une revendication légitime qui s'inscrivait dans les mouvements de décolonisation, de libération nationale dont la gauche était friande dans les années 60-70. Et à droite, on pouvait considérer qu'il s'agissait d'une revendication nationale qui avait l'appui de l'ensemble du monde arabe. Des gaullistes de gauche se sont engagés dans cette voie-là.  Je comprends à gauche ce soutien à la figure de l'opprimé qui est dans la ligne directe des combats de la décolonisation, qui faisait partie de l'épine dorsale de la gauche des années 60 à 80.

Mais à un moment donné, les critiques adressées à Israël sont devenues excessives parce qu'au fond on a l'impression, quand on écoute la gauche radicale, qu'Israël a toujours tort. D'autre part, on a eu, dans un certain nombre de cas, une tentation de rejoindre les positions d'une partie de l'Islam politique, qui était, on l'a dit, extrêmement imprudente pour ne pas dire plus.

Faut-il voir des motifs électoralistes ou plus idéologiques dans ce choix ?

Je crois qu'il y a les deux. Il y a un sentiment sincère dans une partie de la gauche radicale que le sionisme est un colonialisme. Pour ma part, le premier texte que j'ai publié sur la question, dans un dictionnaire des idées politiques dirigé par François Chatelet en 1986, j'avais écrit que l'errer de Théodore Herzl avait été de considérer que la Palestine était une terre sans peuple. Cela n'était pas le cas. Ce peuple existe. Mais il suffit de se plonger dans l'histoire du peuple juif  pour voir que ce peuple a son origine sur cette terre, qui aujourd'hui s'appelle Israël. Jérusalem a une importance dans le judaïsme. On prie trois fois par jour en invoquant la terre d'Israël et Jérusalem. Par ailleurs, la présence juive sur le territoire de l'actuelle Israël n'a jamais cessé même quand elle a été infiniment minoritaire. Il est donc totalement faux de dire qu'à un moment, les juifs sont arrivés et ont colonisé. Il y a plusieurs vagues d'immigration, il y a eu acquisition de terres, mais cette présence n'est pas usurpée. Et la grande difficulté de ce conflit qui semble insoluble est que l'on a à la fois des gens qui ont un droit à cette terre parce qu'ils sont palestiniens et qu'ils y ont vécu très longtemps et des gens qui ont également un droit à cette terre parce que le peuple juif a là une antériorité. Et personne ne réussit à se sortir du raisonnement qui consiste à dire "celui qui a la droit" exclusif par rapport à l'autre est celui qui est arrivé là le premier sauf que l'on ne peut pas déterminer qui est arrivé là le premier, et qu'on ne dessine pas la carte du monde sur un tel critère, sinon le Canada, les États Unis, ou l'Australie volent en éclat. La vision colonialiste du sionisme ne tient aucun compte de l'histoire.

Quel est le piège d'une telle position, notamment lorsque celle-ci tend à relever de l'obsession ?

Cela relève de l'opposition parce que c'est Le grand conflit non résolu de la planète mais aussi parce qu'il s'agit de la dernière grande lutte de libération pour employer le langage de la gauche radicale. Toutes les autres luttes sont enterrées ou ont réussi. L'Afrique du Sud a aboli l'apartheid, les colonies se sont émancipées et les mouvements de guérilla latino-américains n'existent plus, la dernière lutte de libération emblématique est celle du peuple palestinien. Il y a une part de romantisme la dedans pour des gens qui avaient fait du tiers-mondisme le fer de lance de leur engagement, c'est le dernier combat à mener. A la limite, je ne mets pas en cause ce combat-là,  mais le problème est qu'il nie souvent la légitimité d'une des deux parties en oubliant que les juifs ont un droit de vivre en Israël. D'autre part, très souvent pour des raisons de politique intérieure, cela débouche sur des positions assez douteuses. Pour être très clair, une partie de la gauche radicale a jugé à un moment donnée que le prolétariat n'existait plus de la manière structurée qui était la sienne jusque dans les années 60-70, et que le nouveau prolétariat était dans le fond les nouvelles populations issues de l'immigration en majorité musulmane dans nos pays. Par conséquent, il fallait faire raisonner à leurs oreilles une petite musique visant à opérer une jonction politique envers ces populations qui passait notamment par le combat pour la Palestine. Sauf que souvent, la rhétorique utilisée n'était plus véritablement celle de la gauche radicale. On ne me fera pas croire qu'il y a une légitimité de la gauche radicale à faire cause commune avec les islamistes sur la Palestine tout en disant laïque et en défendant l'émancipation. Cela ne tient pas debout. A un moment donné, lorsque l'on voit toutes les inepties qui trainent  du côté des partisans de la gauche radicale jusqu'aux confusions permanentes entre juifs et israéliens ou entre Israël et diaspora,  (et cela n'est pas propre à la gauche radicale), on aboutit à une situation qui est potentiellement explosive.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 05/04/2018 - 16:41
La Palestine n'était pas un Etat
mais une colonie ayant eu l'indépendance . Donc une "région" qui n'était pas une nation ou un "pays" . Y a -t-il dans le monde des cas semblables de pays sans gouvernement reconnu ? Oui, des iles du pacifique microscopiques avec roi d'opérette dont les autochtones sont de toute façon les premiers occupants, et qui sont sous protection étrangère , aucun rapport avec la Palestine qui certes était habitée par des arabes musulmans donc seulement depuis l'an 600 au plus , mais aussi des Juifs jamais partis et là depuis ... ? . De toute façon ,c'est un problème qui prendra fin un jour, il faut l'espérer .L'Histoire suit toujours son cours...
VV1792
- 05/04/2018 - 09:42
@Marie-E
Je vais vous lire tres attentivement. Il semble qd meme que votre definition de peuple soit celle basee sur la religion qui rassemble ce qui est une vision tres recente et concommitante a celle communement repandue en Occident ( voir le peuple de Gauche, le peuple LFBT, etc..) et qui manifeste justement la perte de la connaissanec de ce qu'est vraiment un peuple.
Marie-E
- 05/04/2018 - 07:10
Fin
Quand les Palestiniens arrêteront de vouloir PRENDRE LA PLACE des Israéliens au lieu de vivre à côté. Lisez MEMRI et le rapport sur les discours et l'éducation en Palestine. Les slogand:"descendants de singes et de porcs...." et bien non les Israéliens sont chez eux et si les Palestiniens veulent un morceau de Judée Samarie après Gaza il faut qu'ils discutent avec les vainqueurs de toutes les guerres initiées par les Arabes (sinon il n'y aurait plus d'Israël) avec des demandes realistes:pas de Jérusalem qui ne représente rien pour eux, pas de droit au retour mais indemnisation de tous les réfugiés y compris juifs des pays arabo musulmans qui n'ont pas eu le statut de réfugié privilégié, état demilitarise et frontières d'Israël défendable... Il y a du boulot pour l'avenir mais il est important de ne pas laisser dire n'importe quoi sur le passé qu'est l'histoire.