En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018

05.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

06.

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

07.

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 52 min 20 sec
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : Cognac Tonic, mieux que le Gin, optez pour un cocktail d’été "trendy"

il y a 1 heure 30 min
décryptage > High-tech
Mort de la concurrence ?

Pourquoi nous surfons de moins en moins en dehors de Google

il y a 2 heures 23 min
décryptage > International
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

il y a 3 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 14 heures 17 min
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 15 heures 1 min
pépites > Faits divers
Centre-ville du Havre
Fin de la prise d'otages dans une agence bancaire du Havre
il y a 16 heures 28 min
pépites > Politique
#MeToo
Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018
il y a 18 heures 8 min
light > People
Contexte pesant
Michelle Obama confie souffrir d'une "légère dépression"
il y a 19 heures 27 min
pépite vidéo > International
"Le Liban n’est pas seul"
Emmanuel Macron est arrivé au Liban pour coordonner et participer à l’aide internationale
il y a 21 heures 57 min
décryptage > France
Fines lames

La France orange mécanique (complément d’information) : merci de ne pas oublier les couteaux

il y a 1 heure 13 min
décryptage > Consommation
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

il y a 1 heure 57 min
décryptage > Loisirs
"Voyage, voyage"

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Economie
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

il y a 3 heures 34 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 14 heures 43 min
pépites > Histoire
Mémoire
Japon : commémorations à Hiroshima, 75 ans après la première bombe atomique de l’histoire
il y a 15 heures 52 min
light > Science
Peau robotique
Inspirés par Star Wars, des scientifiques ont créé une peau artificielle révolutionnaire
il y a 17 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
Bain de foule
Dans les rues de Beyrouth, Emmanuel Macron a entendu la colère du peuple libanais
il y a 18 heures 53 min
pépites > France
Nouveau drame
Le Mans : un policier a été tué par un chauffard lors d’une intervention
il y a 21 heures 19 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Darmanin défend la police (et lui-même); Marianne étrille EELV; Le Havre, port tué par la CGT; Guerre culturelle : Zemmour dénonce la bêtise de la droite qui croit avoir gagné alors que la gauche domine; Les secrets du nouveau modèle CNews
il y a 23 heures 29 min
© HAIDAR HAMDANI / AFP
© HAIDAR HAMDANI / AFP
Quête de sens

SOS sens de la vie : ce que le profil des radicalisés islamistes nous dit (aussi) de la société française

Publié le 02 avril 2018
Une étude récente menée par Laurent Borelli et Fabien Carrié à propos des mineurs s’engageant dans un islam radical afin de commettre des attentats propose quatre catégories : « apaisante », « rebelle », « agonistique », « utopique ».
Chantal Delsol
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chantal Delsol, philosophe, membre de l'Institut, poursuit une oeuvre majeure à la croisée de la métaphysique et du politique. Elle est l'auteur de nombreux ouvrages aux éditions du Cerf dont "Le Nouvel âge des pères" (2015), "Les pierres d'...
Voir la bio
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude récente menée par Laurent Borelli et Fabien Carrié à propos des mineurs s’engageant dans un islam radical afin de commettre des attentats propose quatre catégories : « apaisante », « rebelle », « agonistique », « utopique ».

Atlantico : Une étude récente  menée par Laurent Borelli et Fabien Carrié à propos des mineurs s’engageant dans un islam radical afin de commettre des attentats propose quatre catégories  : « apaisante », « rebelle », « agonistique », « utopique ». Le point commun de tous ces profils n’est-ce pas une quête de sens ? D’une façon plus globale la radicalisation de ces jeunes n’est-elle pas une expression symptomatique de la difficulté que la société française a de fournir des repères, et des idéaux dépassant la concurrence des individus et le climat de dérision lié à cette concurrence ?

Chantal Delsol : Les jeunes terroristes montrent surtout à la société française que le sens de la vie n’est pas exactement là où elle a tendance à le croire. Je me rappelle les propos du maire de Lunel, après que dix jeunes de sa commune soient allés faire le jihad en Syrie : « mais enfin je ne comprends pas, nous venions juste de construire un terrain de skate formidable au milieu de leur quartier… ». Réaction caractéristique : croire que ce sont les biens matériels, les loisirs et les jeux qui suffiront à donner sens à la vie. Nous avons besoin, pour que notre vie vaille la peine d’être vécue, d’autre chose que d’un beau terrain de skate. Voilà ce que disent ces jeunes. Et si la société s’acharne, comme elle le fait, à arracher tout ce qui n’est pas le terrain de skate - les religions, les croyances, parce qu’elles peuvent devenir fanatiques, parce qu’elles peuvent être intolérantes – alors on se rabattra sur des religions ou des croyances au marché noir, marginales, interdites. Nous en sommes là.

La radicalisation n'est elle pas un symptôme plus large de la société française qui peine à offrir des références et des modèles, qui souffre de la mise en concurrence entre individus, d'un trop plein de dérision ?

Ce n’est pas qu’elle peine à offrir des références et des modèles, c’est qu’elle ne veut pas en offrir, parce que ce serait contrevenir à l’égalité. Dès les plus petites classes, on ricane sur celui qui réussit, le traitant de fayot et le maltraitant – demandez aux premiers de classe comment ils sont déconsidérés par le ricanement. Par ailleurs, Tocqueville avait déjà expliqué comment les sociétés individualistes égalitaires sont terriblement contraignantes. Une mise en concurrence féroce jette chacun contre chacun. Comme vous êtes détaché de vos communautés d’appartenance, vous êtes pleinement responsable de tout ce qui vous arrive. Vous n’avez aucun recours extérieur. Comme vous êtes censé égal aux autres, vous devez faire aussi bien. Les chiffres que vous avancez montrent bien que d’une manière ou d’une autre, même scolarisés et même bacheliers (ce qui ne signifie plus rien), ces jeunes sont des perdants. Dans une société individualiste, c’est entièrement de leur faute. 

Bertrand Vergely : Je crois que l’on fait une erreur quand on lie quête de sens et terrorisme islamiste. Le sens est le contraire de la violence. Reposant sur la notion de but, de signification, de sensation et de valeur en invitant à aller quelque part, à comprendre ce que l’on fait, à sentir ce que l’on vit et à donner une valeur à l’existence, il est, par définition et par excellence ce qui interdit la violence qui ne mène à rien, ne signifie rien, ne donne rien à vivre et détruit la valeur de l’existence. La preuve : quand un jeune s’aveugle c’est en lui demandant pourquoi il fait ce qu’il fait qu’il revient à la réalité. De même, c’est en demandant à des délinquants de s’expliquer que la justice progresse. Quand on let des mots et du sens, la violence devient impossible. Quand il y a violence, c’est qu’il y a absence de mots et de sens.  En conséquence de quoi, si quelque chose lie la soif de vengeance, de domination, de rébellion et d’utopie que l’on trouve dans l’islamisme ce n’est pas le sens mais sa destruction.

Contrairement à ce que l’on pense, notre société est pleine de sens. Témoin notre système éducatif qui ne cesse d’inviter à donner du sens en faisant tout pour que l’on commente, critique, interprète, mette des mots, etc. Même quand l’existentialisme remet en cause le sens on est encore dans le sens. On est même au comble du sens. Freud Dans Malaise dans la civilisation explique que l’humanité est parfois guidée par une pulsion de mort qui la conduit à vouloir détruire la civilisation. Michel Henry dans La barbarie arrive à la même conclusion. « Plutôt la barbarie que l’ennui » disait Théophile Gauthier. Baudelaire dans son poème au lecteur qui inaugure Les fleurs du mal nous donne, après Pascal,  la clef de la condition humaine quand il écrit : «  Dans la ménagerie infâme de nos vices il en est un plus laid, plus méchant, plus immonde ! Il ferait volontiers de la terre un débris … C’est l’Ennui ! ». Le néant. La décadence. Le mal. Quand on a réussi c’est la tentation de ceux qui ont réussi. Quand on a raté c’est la tentation de ceux qui ont raté. La pulsion de mort est le luxe des dominants. C’est le luxe des ratés qui se donnent avec elle des airs de dominants.

Nous pensons que si les terroristes sont terroristes cela vient de ce qu’ils ont des problèmes d’insertion sociale. Nous nos culpabilisons en disant que s’ils sont terroristes c’est de notre faute parce que nous ne leur avons pas donné assez de reconnaissance, pas assez de sens, pas assez d’idéal. Nous nous trompons. Le problème est ailleurs. Dans le goût du néant cultivé par les riches et le mimétisme des pauvres pour se donner des airs de riches. Le matérialisme qui nous domine explique qu’avec plus de richesse il n’y aurait pas de terrorisme. Plus les sociétés prospèrent et deviennent riches plus leur nihilisme augmente, détruire ce que l’on a créé étant la richesse suprême. Le problème du terrorisme est spirituel et ne peut être résolu que spirituellement. Dans la vie spirituelle il y a toujours un moment où l’on rencontre le désespoir, l’acédie, la mélancolie, la volonté de tout envoyer promener. Parce que tout va bien surgit soudain la tentation du mal qui est de détruire pour détruire. Le terrorisme correspond à cette tentation. Une seule chose permet d’en sortir : une structure religieuse forte avec des maîtres spirituels puissants. Malheureusement, comme notre monde fait tout pour détruire religion et spiritualité, il se prive des seuls moyens disponibles pour faire face à un tel problème. Certes, les terroristes islamistes sont religieux et soi disant spirituels. En fait, non. Le terrorisme se reconnaissant dans le légalisme religieux qui déteste le sens, c’est la religion nihiliste qui triomphe.  Que les choses soient donc claires : ce n’est pas la quête de sens qui est à l’origine du terrorisme mais la destruction du sens qui fascine tant les riches que nous sommes que les pauvres qui, rêvant d’être riches, se donnent l’impression de l’être en pratiquant un nihilisme actif. 

Y a-t-il un lien entre la quête de sens, et les familles mal intégrées ou bien encore les communautés fermées sur elles-mêmes ?

Bertrand Vergely : Plus le monde se délite, moins on trouve des structures mentales, morales et spirituelles fortes. Moins on trouve des structures mentales, morales et spirituelles fortes plus on voit apparaître non pas une quête de sens mais un désir de détruire celui-ci. On se demande pourquoi, dans certaines cités, tout est cassé, ascenseurs, escaliers, boîtes aux lettres, vide ordures, magasins aux alentours, etc. Normalement il serait logique de vouloir améliorer les choses plutôt que de les détériorer. En fait, si tout est détruit, c’est parce qu’il s’agit là d’une façon de se donner des airs de riches. Un peu comme dans l’art contemporain. Quand Duchamp se met à appeler œuvre d’art un urinoir  tourné à l’envers on a affaire là au luxe suprême de l’art consistant à détruire l’art. Preuve de cet appétit nihiliste : les familles qui ne s’intègrent pas et les communautarismes étouffants. Pourquoi tout cela existe-t-il ? Parce que les « gens » adorent cela. Faire exploser la famille, terroriser le monde dans un communautarisme étouffant, c’est jouir d’être un tyran et plus encore d’être un esclave. C’est le luxe des pauvres. Victor Hugo l’a très bien compris. Dans Les misérables le luxe des ratés est d’organiser une orgie de misère en cédant comme les riches à la tentation de la destruction.

L’islamisme joue-t-il avec la quête du sens ?

Bertrand Vergely : Il ne joue pas avec la quête du sens mais avec la jouissance de sa destruction. À travers le fondamentalisme interdisant que l’on interprète le Coran. À travers la réduction du Coran aux appels au meurtre et à la haine qu’on peut malheureusement y trouver. À travers le fait de terroriser le monde par des attentats. À travers le fait de terroriser les musulmans eux-mêmes en les punissant de ne pas être de bons musulmans. La pulsion de mort a l’art d’éveiller la perversion qui en retour nourrit la pulsion de mort. C’est ce à quoi on a affaire avec l’islamisme. Qui est celui que l’on appelle un fanatique ? Un pervers dévoré par la pulsion de mort et qui pratique des attentats sur un mode  masturbatoire afin de se donner un orgasme à travers des images suffocantes (terme cher à Georges Bataille) mêlant violence, sacré et pornographie, décapitations, bain de sang et terreur relevant du délire phallique.

Chantal Delsol : Ce qui peut paraître mystérieux, c’est le changement radical qui s’est opéré entre la génération d’avant, qui voulait s’intégrer et qui aimait la France, et celle-ci, qui au contraire se révolte contre elle. Je dirais que, même bien intégrés, ils sont en fait intégrés au vide. Car notre société produit du vide comme s’il en pleuvait. Notre liberté consiste à choisir entre deux candidats au discours semblable ou entre deux plats ou entre deux chaines de télévision. Certains s’imaginent que le discours républicain peut et doit remplacer la spiritualité. Mais c’est peine perdue, car on sent à plein nez l’emphase et le vide du discours qui voudrait tenter de nous faire croire que la France républicaine est une religion. Une société ne peut pas « construire du sens », justement. Cela ne se fabrique pas à la demande. Cela ne s’écrit pas comme un scénario. Cela se cherche et se découvre. Les jeunes du djihad redécouvrent leur religion parce qu’ils savent obscurément que le terrain de skate n’est pas un idéal de vie, quoiqu’on veuille leur faire croire. Et parce qu’ils sentent la force incroyable de ce soi-disant idéal matérialiste, et qu’il leur faut en face un idéal puissant, ils idéologisent leur tradition, en font un moyen de combat.​

Comment la société française va-t-elle pouvoir se reconstruire ?

Bertrand Vergely : Par une transformation culturelle profonde. En arrêtant de céder à la destruction du sens tellement en vogue dans dé-constructionnisme tant artistique qu’intellectuel. Le jour où les nantis que nous sommes retrouveront une véritable initiation spirituelle avec des maîtres et une pratique intérieure exigeante, le monde retrouvera sa force, son intégrité, sa vitalité, sa joie. Par voie de conséquence tout le reste suivra et ce qui nous semble insoluble trouvera alors sa solution. C’est ce qui rend notre avenir passionnant. Il est évident que nous allons vers un changement intérieur, moral et spirituel majeur. C’est lui qui fera du cauchemar que nous vivons un mauvais souvenir dont on se demandera comment il a pu exister.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 02/04/2018 - 20:25
@2pattes
Trop pour moi ! Le débat atteint une telle profondeur que j'en reste sans voix.......
Deudeuche
- 02/04/2018 - 19:24
@paulmachin...
De rien vous êtes les chevaliers de la nouvelle ...piste de skate. Des valeurs quoi!
winnie
- 02/04/2018 - 19:02
Ce n est pas tout a fait faux ,
la societe n a pas donner les repaires, les bornes que sont education et efforts et recompenses amour de son pays et a l'inverse si pas d effort, si delinquance, si denigrement de son pays il doit y avoir des sanctions et elle doivent etre dissuasives. Or ce n est pas le cas.