En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
Pamphlet
Les épines du rosier 3) La gauche et les calamiteuses 35 heures
Publié le 23 avril 2012
Dans un pamphlet qu'Atlantico publie en feuilleton et alors que François Hollande fait figure de favori des sondages, Roland Hureaux a souhaité faire le point sur les grandes lignes des politiques passées et à venir des socialistes. 3ème épisode : le PS et les 35 heures.
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un pamphlet qu'Atlantico publie en feuilleton et alors que François Hollande fait figure de favori des sondages, Roland Hureaux a souhaité faire le point sur les grandes lignes des politiques passées et à venir des socialistes. 3ème épisode : le PS et les 35 heures.

Lire aussi :


 

Non seulement la gauche a bridé la compétitivité française en instaurant la politique du franc fort puis en faisant entrer le franc dans l’euro à un cours désavantageux pour notre pays, mais les dirigeants socialistes ont pris, en 1997, une décision capitale qui ne pouvait qu’aggraver les effets néfastes de leur  politique monétaire sur la compétitivité : l’instauration des 35 heures.

Représentant une augmentation du coût du travail de 11,4 %, les 35 heures sont une mesure typiquement idéologique, en ce sens que personne ne la demandait ( ce que voulait la classe ouvrière, c’était d’abord de meilleurs salaires ! ) et qu’elle obéissait à un raisonnement de caractère purement philosophique.

Est à l’œuvre derrière cette décision, la philosophie de la "fin du travail" : on pense que, grâce au progrès technique, les hommes travailleront de moins en moins jusqu’à ne plus travailler du tout. Une philosophie qui s’articule avec la théorie de la décroissance chère aux écologistes. Les deux se trouvent aux antipodes des valeurs fondamentales de la classe ouvrière qui tient le travail pour une donnée fondamentale de l’existence.

Illusoire et catastrophique fut également la théorie du "partage du travail", l’idée que si certains travaillaient moins, d’autres auraient plus d’emploi : les plus grands économistes sont depuis longtemps d’accord pour dire que le travail ne se partage pas. Faire travailler moins les uns ne donne pas de travail aux autres, bien au contraire... L’expérience le confirma.

Il est probable que le vrai motif des 35 heures était l’intégration européenne : le choix du franc fort, dans un marché ouvert, contraignait à la modération salariale ; on se dit que faute de pouvoir donner de l’argent aux salariés, on leur donnerait du temps ! Ce que naturellement ils ne demandaient pas.

La dissolution de 1997 avait pris le PS de court. Il élabora en hâte un programme de bric et de broc. Quelqu’un (probablement Dominique Strauss-Kahn) suggéra de passer de 39 à 35 heures. La proposition fut adoptée d’autant plus facilement que la gauche ne s’attendait pas à gagner les élections. Elle les gagna. Jospin était un honnête homme ; il fit ce qu’on ne doit jamais faire : tenir ses promesses quand elles sont mauvaises.

A ces objections, les socialistes répliquaient que, dans l’industrie, les progrès de la productivité compenseraient très vite le coût du passage aux 35 heures. C’était vrai, mais, ce disant, ils perdaient de vue avec une extrême légèreté que plus de 80 % des emplois français ne sont plus des emplois industriels : quels gains de productivité attendre dans les services à la personne, l’enseignement ou l’hôtellerie ? Le résultat ne se fit pas attendre : si l’industrie encaissa assez vite le choc des 35 heures, les hôpitaux et les maisons de retraite s’en trouvèrent désorganisés, obligés de choisir entre une inflation des coûts et un appauvrissement du service. C’est de là que l’on peut dater le début du déclin de notre magnifique système hospitalier.

Comme le PS ne tenait pas non plus à se mettre à dos le patronat, Martine Aubry chargée de mettre en place les 35 heures, après avoir passé quelques années de lucratif pantouflage chez Rhône–Poulenc, lui concéda, en échange, toute une série d’avantages : subventions très coûteuses pour le budget de l’État, flexibilité beaucoup plus grande des horaires de travail et naturellement une modération salariale qui, au bout de quelques années ont compensé, et au-delà, les 11,4 % que représentait le passage aux 35 heures. En bref, les 4 heures gagnées, les salariés les ont payées 10 ou 12 !

Le partage de la plus-value qui se situait en 1980 à environ 80 % pour le travail et 20 % pour le capital n’a cessé de se dégrader depuis lors : le rapport est aujourd’hui d’environ 65 %-35 %. Pour les raisons que nous venons de voir, la période où il s’est le plus dégradé au détriment des salariés est celle du gouvernement Jospin, marxiste de formation comme on sait.

Le caractère désormais imprévisible et irrégulier des horaires d’usine rend le travail plus pénible ; les salariés ne faisant que se croiser, la communauté de travail s’est peu à peu délitée, affaiblissant un peu plus les syndicats : bravo le progrès social à la mode socialiste !

Le seul tort de la droite, revenue au pouvoir en 2002, a été de ne pas revenir sur cette politique calamiteuse. Le lundi de Pentecôte travaillé cher à Jean-Pierre Raffarin, et la défiscalisation des heures supplémentaires, chère à Nicolas Sarkozy, ne furent que des coups d’épingle un peu mesquins dans un dispositif qu’on n’osa pas remettre en cause dans sa globalité (ce qui n’aurait pu se faire naturellement qu’avec une augmentation des salaires). La droite dut même subir les conséquences, à partir de 2002, de l’arrivée de Jean-Claude Trichet à la tête de la Banque centrale européenne, lequel, à la différence de son prédécesseur Wim Duisenberg, misa sur un euro le plus fort possible face au dollar, aggravant ainsi le handicap de compétitivité de la France et les déficits du pays.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Pourquoi la trahison d'Emmanuel Macron envers François Hollande pourrait bien lui revenir en boomerang le jour où il aura besoin d'appuis...
05.
Attention danger (politique) : les gilets jaunes, une crise pour rien ?
06.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
07.
Céline Dion a refait 2 fois sa vie... en même temps; Laura Smet, mariée & heureuse, Karine Le Marchand seule mais heureuse, Charlotte C.&Dimitri, ni seuls ni mariés; Gala nous dit tout sur la vie sexuelle de Houellebecq, Match sur le divorce de Jeff Bezos
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
toulonrct
- 19/04/2012 - 21:38
sondage à découvrir
http://www.sondagepresidentielle.fr/blog/hollande-et-sarkozy-a-egalite-au-premier-tour/#more-410
toulonrct
- 19/04/2012 - 19:48
pas encore gagné pour hollande à voir
http://www.sondagepresidentielle.fr/blog/hollande-et-sarkozy-a-egalite-au-premier-tour/#more-410
coco69100
- 19/04/2012 - 15:09
Ah les marxistes de gauche
C'est marrant de voir un pseudo homme de droite soutenir le concept marxiste est arrieré de la plus value qui n'a jamais été egale à 80% pour le travail en 1980 http://www.ses-et-cie.fr/lycee/spip.php?article21
AMis à 72 % du fait du choc petrolier
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Partage_va.png
Si on regarde la aprt des remunerations elle n'a aps bougé. Monsieur hureaux est docn un falsificateur et un menteur comme on en trouve tant aujourd'hui.