En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© GENYA SAVILOV / AFP
Rise and Fall

Homeland, Made in Ukraine : l’histoire de l’héroïne déchue qui en dit long sur l’état du pays

Publié le 30 mars 2018
​L'histoire de Nadiya Savchenko, pilote d'hélicoptère ukrainienne actuellement accusée par le procureur général de fomenter un coup d'Etat dans le pays​ défraie la chronique dans le pays.
Florent Parmentier est maître de conférences à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié, aux Presses de Sciences Po, Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays entre Europe et Russie. Il est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est maître de conférences à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié, aux Presses de Sciences Po, Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays entre Europe et Russie. Il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
​L'histoire de Nadiya Savchenko, pilote d'hélicoptère ukrainienne actuellement accusée par le procureur général de fomenter un coup d'Etat dans le pays​ défraie la chronique dans le pays.
  1. L'histoire de Nadiya Savchenko, pilote d'hélicoptère ukrainienne actuellement accusée par le procureur général de fomenter un coup d'Etat dans le pays​ défraie la chronique dans le pays. Quels sont les ressorts de cette histoire parfois considérée comme le "Homeland" ukrainien, en référence à la série télévisée ?

En effet, Nadiya Savchenko se trouve aujourd’hui au cœur d’une polémique centrale dans la vie politique ukrainienne. Cette personnalité est une héroïne de guerre issue du bataillon paramilitaire Aidar, incarnation de la résistance à la Russie et emprisonnée par ce pays pour un double meurtre de journalistes russes. Elle est ensuite élue députée le 26 octobre 2014 pour le parti de Ioulia Timochenko (elle s’en éloigne par la suite), alors qu’elle se trouve en prison depuis juin 2014. Condamnée à une peine de 22 ans de prison par la Russie en mars 2016, elle est libérée le 25 mai 2016 en échange de deux prisonniers russes. Des polémiques apparaissent ensuite à son retour, dans des prises de position antisémites, son acceptation de l’idée de lâcher la Crimée en échange de la paix à l’Est, et elle admet également avoir rencontré à Minsk les représentants des régions séparatistes ukrainiennes. De « Jeanne d’Arc ukrainienne » au sommet de sa popularité, elle perd progressivement pied dans l’opinion.

Et pourtant, deux ans après avoir été condamnée par la Russie, elle a été arrêtée dans les locaux du Parlement ukrainien, et les députés ont voté en faveur de la levée de son immunité parlementaire. Son crime, aux yeux de la justice ukrainienne : avoir commis des actes visant à un renversement violent de l’ordre constitutionnel, c’est-à-dire un coup d’Etat, et à la préparation d’un acte terroriste.

Le 8 mars dernier, le Service de sécurité de l’Ukraine (SBU) a arrêté un célèbre volontaire ukrainien, Volodymyr Rouban, engagé comme N. Savchenko en faveur de la libération des prisonniers. Or, celui-ci allait introduire un important stock d’armes en Ukraine, et les soupçons se sont tournés vers N. Savchenko, interrogée rapidement. Le Bureau du procureur a ensuite diffusé une vidéo au Parlement où l’on voit Nadia Savchenko et Volodymyr Rouban s’entretenir de leurs projets de coup d’Etat, incluant la destruction du Parlement et l’assassinat de députés ukrainiens. N. Savchenko a prétendu que cette prise ne correspond qu’à un jeu.

Enfermée jusqu’au 20 mai (pour un total de 59 jours de détention), elle annonce dès les premiers jours de sa détention sa volonté de commencer une grève de la faim.

  1. Que révèle ce cas de la situation actuelle du pays, 4 ans après l'intervention de Moscou ? 

L’arrestation de N. Savchenko et les charges retenues témoignent de la volatilité de la vie politique ukrainienne, sujette à de nombreux rebondissements ; sur les quinze dernières années, Viktor Iouchtchenko et Ioulia Timochenko se sont violemment opposés après leur victoire de 2004, Viktor Ianoukovitch avait pu devenir Président après sa défaite de 2004, Viktor Saakashvili, ancien Président géorgien, a pu prendre la citoyenneté ukrainienne pour ensuite se la voir retirée du fait de son opposition à Petro Porochenko, etc.

Cette volatilité des dirigeants contraste avec la stabilisation d’un système bureaucratico-oligarchique, accaparant les ressources par divers systèmes de corruption et prévenant toute émergence de l’Etat de droit, comme je l’ai montré dans mon ouvrage Les chemins de l’Etat de droit (Paris, Presses de Sciences Po, 2014). Aussi, la guerre continue de mobiliser l’attention du débat politique en Ukraine : malgré une acceptation non-avouée pour la perte de la Crimée, tout recul sur le Donbass paraît inacceptable.

Le tableau est donc celui d’un pays difficile à gouverner, et dont l’attention est tournée vers les prochaines élections présidentielles, qui feront apparaître des luttes féroces pour l’obtention du pouvoir.

  1. Comment anticiper l'avenir du pays, quels sont les scénarios envisageables au regard du contexte actuel ? 

Anticiper l’avenir de l’Ukraine revient à étudier les facteurs déterminants de son évolution : le conflit avec la Russie sur le Donbass, la transformation de son système politique, et son insertion dans son environnement international.

En fonction de la combinaison de ces différents facteurs, plusieurs scénarios se dessinent : celui d’une Ukraine s’enfonçant dans une forme d’instabilité politique ; celui d’une « grande Bosnie », c’est-à-dire d’un Etat réintégré (fin du séparatisme dans le Donbass), mais dysfonctionnel (répartition peu claire des pouvoirs et négociation constante des règles du jeu) ; l’affirmation d’un « intermarium illibéral », l’Ukraine se rapprochant de la Pologne et de la Hongrie pour former une alliance en marge d’une Union européenne qui ne peut s’élargir... Une chose est sûre : les hostilités des élections présidentielles de 2019 sont déjà lancées.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

03.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

04.

4 millions de dollars : c'est ce que gagne chaque heure la famille la plus riche du monde

05.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

06.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

07.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

06.

Brexit / élections italiennes : l’automne à risque qui attend l’Europe

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 30/03/2018 - 16:11
Histoire de mafia.
En matière d"oligarques, de mafieux, d' assassinats , de morts prématurés, la Russie semble un bon modèle dont, malheureusement, l'Ukraine a beaucoup fe mal à se détacher. Une grosse différence entre les deux pays c'est que l'Ukraine n'a ni pétrole ni gaz ( un pipeline seulement) ce qui rend l'activité mafieuse beaucoup moins rentable. C'est également le pétrole et le gaz ( source essentielle de devises ) qui permettent à la Russie de de pas être à la dérive. S'agissant de la référence permanente à l'extrémisme et à l'hitlerisme, cela ressemble aux éléments de langage communiste de la douce periode soviétique, notamment pour l'Ukraine (Holodomor environ 5 millions de victimes ).
JonSnow
- 30/03/2018 - 12:00
Pays à la dérive qui s'enfonce dans l'extrémisme
L'Ukraine est un pays dirigé par une clique d'oligarques semi-mafieux que les USA et l'UE voudraient contrôler. La priorité des Occidentaux est d'affaiblir la Russie et de l'empêcher de reprendre pied en Ukraine. Les Occidentaux sont donc prêts à soutenir n'importe qui en Ukraine, à partir du moment où les soutenus sont pour l'OTAN. Dans ce marigaux, les extrémistes nationalistes néo-nazis imposent leur agenda par la violence et l'intimidation, sans que personne ne lève le petit doigt. Il n'est pas surprenant que Savtchenko ait voulu faire un coup d'Etat, face à un système totalement bloqué. Pauvre Ukraine!
Deudeuche
- 30/03/2018 - 09:24
Bof il y avait mieux pour ce pays
Qu’une lesbienne neo nazie meurtrière !