En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

03.

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

04.

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

05.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

07.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 5 heures 37 min
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 6 heures 26 min
light > Société
L’Amour aux temps du coronavirus
Les couples binationaux séparés par la pandémie de coronavirus vont pouvoir enfin se retrouver
il y a 7 heures 27 min
pépites > International
Violence de la catastrophe
Les explosions du port de Beyrouth ont formé un cratère de 43 mètres de profondeur
il y a 8 heures 56 min
light > Media
Loi sur la sécurité nationale
Hong Kong : la figure prodémocratique Jimmy Lai a été arrêtée, ses journaux perquisitionnés
il y a 11 heures 31 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

L'État, sauveur du jour, tueur du lendemain. Mr Darmanin est-ce l’image que vous voulez donner de votre mandat ?

il y a 12 heures 48 min
pépite vidéo > International
Liban
De nouveaux incidents à Beyrouth lors de manifestations, trois ministres ont démissionné
il y a 13 heures 58 min
décryptage > Economie
Baisse des prix

Le Covid-19 est déflationniste

il y a 15 heures 54 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez
il y a 16 heures 36 min
décryptage > High-tech
Fake news

Vidéos trafiquées : les deepfakes deviennent de plus en plus faciles à produire et de plus en plus crédibles

il y a 17 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 6 heures 1 min
pépites > International
Renouveau ?
Explosions à Beyrouth : le Premier ministre libanais, Hassan Diab, annonce la démission de son gouvernement
il y a 6 heures 58 min
light > Insolite
"Photo souvenir"
Allemagne : il fait un doigt d’honneur à un radar, son amende est multipliée par 75
il y a 8 heures 3 min
pépites > Santé
Pouvoir d'achat
Covid-19 : le prix des masques devrait fortement baisser à la rentrée
il y a 9 heures 19 min
pépites > Politique
Bras de fer démocratique
Biélorussie : la candidate d'opposition Svetlana Tikhanovskaïa demande à Alexandre Loukachenko de céder le pouvoir
il y a 12 heures 26 min
pépites > Terrorisme
Investigations
Attaque au Niger : le parquet antiterroriste français ouvre une enquête pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 13 heures 30 min
décryptage > Santé
Anticipation

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

il y a 15 heures 39 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Traité d’antidiplomatie

il y a 16 heures 15 min
décryptage > International
Retour vers le passé

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

il y a 16 heures 58 min
décryptage > France
La ruée vers l'Ouest

Quel impact des canicules sur l’immobilier ?

il y a 17 heures 13 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Seuil critique

Clientélisme, communautarisme et retrait de l’Etat : radioscopie de la situation catastrophique des villes de banlieue

Publié le 29 mars 2018
Comme le canari signalant les coups de grisou dans les mines de charbon, la "démission ras-le-bol" de Stéphane Gatignon, le maire de Sevran, pourrait bien être le signal d’une alerte rouge dans les quartiers difficiles, où la République n’est plus que l’ombre d’elle-même.
Antoine Jardin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jardin est chercheur associé au Centre d'études européennes de Sciences Po. Jeune docteur, il a soutenu sa thèse intitulée "Voter dans les quartiers populaires : dynamiques électorales comparées des agglomérations de Paris, Madrid et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comme le canari signalant les coups de grisou dans les mines de charbon, la "démission ras-le-bol" de Stéphane Gatignon, le maire de Sevran, pourrait bien être le signal d’une alerte rouge dans les quartiers difficiles, où la République n’est plus que l’ombre d’elle-même.

Atlantico : Stéphane Gatignon​, maire de Sevran, a pu annoncer sa démission ce mardi 27 mars, en raison du manque de moyens attribués aux politiques publiques pour les banlieues. Au-delà des questions des moyens, comment décrire la situation actuelle de ces banlieues ? Quelles sont les situations concrètes auxquelles sont confrontés ces maires ? De l'évolution de la sociologie de ces villes, à la montée de l'Islam radical pointé également par Stéphane Gatignon, du communautarisme, de l'antisémitisme, aux problèmes de drogues, quel panorama des difficultés peut-on dresser ?

Antoine Jardin : Le maire de Sevran cherche ici à attirer l’attention sur la situation des banlieues, qui est largement passée au second plan de l’agenda politique. Cet élu avait déjà effectué une grève de la faim en 2012 pour soulever les difficultés budgétaires auxquelles font face les communes marginalisées. La situation sociale et économique des banlieues ne s’est pas améliorée au cours de la dernière décennie. Depuis la crise de 2008, elles ont été frappées par la montée du chômage et de la précarité. La légère amélioration de la situation économique nationale n’a pas eu d’effet significatif dans ces quartiers, notamment dans les banlieues des métropoles régionales ou des agglomérations ultramarines. Dans ce contexte, il est plus facile pour des entrepreneurs religieux ou identitaires d’apparaître comme une solution aux difficultés incessantes auxquelles font face les habitants depuis de très longues années, et ce en dépit des politiques publiques spécifiques dont bénéficient certains quartiers. Toutefois il serait trop rapide et réducteur de tracer une équivalence entre banlieue et communautarisme, banlieue et antisémitisme ou banlieue et drogue. Le sentiment communautaire et identitaire est fort dans plusieurs pans de la société française, l’antisémitisme n’est pas spécifiquement concentré dans les quartiers marginalisées et la consommation de drogue, notamment de cannabis, est très largement répandue  en France (au point d’entraîner un changement législatif à l’initiative du Ministre de l’Intérieur).

Du point de vue des habitants, comment a pu évoluer la situation au cours de ces dernières années ?

Pour les habitants des quartiers populaires, le sentiment de marginalisation est profond. L’absence d’amélioration économique et sociale tangible est perçue comme la conséquence d’un rejet par les institutions, les partis politiques et les personnalités politiques importantes. Nombreux sont les habitants qui oscillent entre un sentiment fataliste et un espoir de finir par dégager une perspective d’amélioration. Les politiques publiques engagées sont très longues à mettre en oeuvre, comme l’illustre les retards du métro du “Grand Paris Express”. La ligne 16 prévue pour désenclaver les communes du Nord Est de la Seine-Saint-Denis ne verra le jour qu’en 2024 au plus tôt, soit près de 20 ans, une génération, après les émeutes de l’automne 2005. Face à cette inertie, beaucoup d’habitants souhaitent quitter leur quartier pour rejoindre des espaces où il est plus facile de trouver un emploi qualifié, de poursuivre des études ou de bénéficier d’une prise en charge de ses enfants. La montée du djihadisme en France depuis 2012 a également provoquée une profonde angoisse dans beaucoup de familles qui craignent l’influence de la propagande islamiste et des réseaux terroristes sur leurs enfants et leur entourage.

Face à ces problématiques, quels sont les moyens dont les maires disposent pour faire face ? Comment en a pu évoluer la situation au cours de ces dernières années, dans un contexte budgétaire restrictif sur le plan national ? Dans quelle mesure ces maires peuvent-ils être considérés comme abandonnés ? En quoi certains maires ont-ils pu participer à une forme de "clientélisme communautaire" ?

L’action des maires est contrainte, au plan légal comme financier, par les procédures contractuelles avec l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine, et par la complexification des structures administratives locales (avec les EPCI comme la communauté urbaine ou la communauté d’agglomération). Le contrôle de ressources importantes n’est plus à la portée des pouvoirs publics municipaux. S'ils ne sont pas abandonnés, ils disposent toutefois de peu de marges de manoeuvre et les thématiques essentielles pour les banlieues sont quasiment inexistantes dans l’espace politique et médiatique. Par ailleurs, les évolutions économiques placent certaines municipalités dans une situation inextricable. C’est par exemple le cas lorsqu’une grande usine ferme comme le site de PSA à Aulnay-sous-Bois. L’angle de la sécurité reste l’approche la plus fréquente des difficultés de ces territoires. Il présente une ressource pour les élus locaux qui peuvent ainsi souligner que l’amélioration des conditions de vie est nécessaire pour faire face à l’influence des réseaux criminels. Mais il s’agit aussi d’une certaine stigmatisation qui n’envisage la situation des banlieues et le sort de leurs habitants que comme un problème. Cette approche a conduit à l’adoption de nombreuses politiques publiques spécifiques, alors que de nombreux élus, de droite comme de gauche, insiste sur l’importance de l’amélioration des dispositifs de droit commun. SI les banlieues n’ont jamais été des “territoires perdues” de la République comme le prétend une expression populaire, elles demeurent des territoires en marge des préoccupations politiques et de la solidarité nationale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 29/03/2018 - 17:17
Trés marrant
par pur clientélisme et pour se faire réélire, tous ces maires ont attirés une certaine population "assistée". et maintenant ils se demandent comment faire pour rentrer de l'argent ... hélas beaucoup ne paient pas d'impôt... Que faire ??? démissionner..... comme à Sevran....
thymthym711
- 29/03/2018 - 14:33
Organisme vivant 2/2
Un organisme vivant ne peut pas et ne doit pas se passer des échanges entre son milieu intérieur et le milieu extérieur. Mais il doit sélectionner avec discernement ce qu'il laisse entrer en lui afin d'être enrichi par les apports extérieurs et éviter de mettre en péril son équilibre, son harmonie, son caractère propre (son identité diraient certains).
thymthym711
- 29/03/2018 - 14:29
Organisme vivant 1/2
1/2 Phrase d'un journaliste de renom écrite dans un journal important : "...c'est dans le Coran, et dans la vie «parfaite» du prophète Mahomet, que les agresseurs trouvent les mots et les exemples pour armer leur vindicte." Il n'y a pas si longtemps - peut-être encore aujourd'hui - de tels propos auraient pu ou presque pu conduire quelqu'un devant un tribunal.
Depuis des décennies les mêmes fautes de nos dirigeants ont été reproduites et ont conduit à la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui.
Peut-être faudrait-il commencer par appliquer strictement l'un de nos saints principes : l'égalité. Aucune différence quant au droit qui s'applique sur notre sol, aucune dérogation, aucune exception.
Un autre principe que tout organisme vivant – la France est un organisme vivant - se doit d'appliquer s'il veut rester en bonne santé, voire s'il veut vivre : mettre hors d'état de nuire tout ce qui s'insinue entre ses cellules, tout ce qui est dangereux pour lui, tout ce qui peut lui porter un préjudice grave ou fatal.