En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le monde de l’Arabie saoudite s’effondre

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

04.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

05.

Les diplômes pour tous et sans examens ! C’est ce que réclame l’UNEF, syndicat résolument révolutionnaire

06.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

07.

Ces 5 maux français qui nous entravent face à la crise du Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

06.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

ça vient d'être publié
light > Culture
Emotion des fans
Le chanteur Christophe serait en réanimation à Brest
il y a 15 min 54 sec
pépite vidéo > International
Rêve de nombreux pays
Thaïlande : des distributeurs automatiques de masques ont été installés à Bangkok
il y a 1 heure 30 min
décryptage > Europe
Epicentre de l'épidémie

Une crise migratoire que cette crise sanitaire ne saurait nous faire oublier

il y a 3 heures 10 min
décryptage > Politique
Principales leçons

En France, le virus tue. Et les Amateurs apprennent la communication…

il y a 4 heures 10 min
décryptage > Santé
Contrefaçon

La crise du Coronavirus fait flamber la circulation de faux médicaments

il y a 4 heures 43 min
décryptage > Economie
Or noir

Le monde de l’Arabie saoudite s’effondre

il y a 5 heures 15 min
décryptage > France
Obstacles

Ces 5 maux français qui nous entravent face à la crise du Coronavirus

il y a 6 heures 18 min
décryptage > France
Solidité

Résilience : oui, la crise est profonde, non l’apocalypse occidentale n’est pas en cours

il y a 7 heures 7 min
pépites > Europe
Solidarité européenne
Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus
il y a 17 heures 11 min
pépites > Europe
Combat contre le Covid-19
Coronavirus : le Premier ministre britannique Boris Johnson est sorti des soins intensifs
il y a 18 heures 28 min
pépites > Défense
Alerte générale
Coronavirus : cinquante cas positifs ont été recensés à bord du porte-avions Charles-de-Gaulle
il y a 59 min 16 sec
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Mademoiselle lève le doigt et quand la tortue se prépare à voyager : c’est l’actualité pascalement confinée des montres
il y a 2 heures 35 min
décryptage > Europe
Même sans corona-bonds

Réponse économique au Coronavirus : l’Europe avance plus qu’il n’y paraît

il y a 3 heures 26 min
décryptage > Défense
Silence des armes après le déluge de feu ?

Le Coronavirus, candidat au prix Nobel de la Paix ?

il y a 4 heures 27 min
décryptage > Education
Peut mieux faire

Les diplômes pour tous et sans examens ! C’est ce que réclame l’UNEF, syndicat résolument révolutionnaire

il y a 5 heures 3 min
décryptage > Economie
Nouvelle étape dans la guerre commerciale ?

Dé-mondialisation passagère ou profonde ? Les entreprises américaines ont commencé à se désengager de Chine

il y a 5 heures 51 min
décryptage > Politique
Entretien

David Lisnard : "A Cannes, nous nous sommes très vite inspirés des exemples étrangers pour pallier les défaillances de la bureaucratie d’Etat"

il y a 6 heures 45 min
pépites > Europe
Tournant dans la crise ?
Coronavirus : les pays de l'Union européenne trouvent un accord pour une réponse économique commune face à l'épidémie
il y a 16 heures 35 min
pépites > Finance
Espoir…
Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929
il y a 17 heures 33 min
pépite vidéo > Culture
Chansons pour le personnel soignant
"Et demain ?" : 350 personnalités mobilisées pour une chanson caritative au profit de la lutte contre le Covid-19
il y a 19 heures 3 min
© ADEM ALTAN / AFP
© ADEM ALTAN / AFP
Chantage à l’immigration

Rencontre UE / Turquie : les Européens sont-ils encore capable de se faire respecter d’Erdogan ?

Publié le 26 mars 2018
Recep Tayyip Erdogan rencontrera les dirigeants de l'Union européenne ce lundi 26 mars à Varna sur la côte bulgare de la mer Noire. Une réunion qui se tient dans un contexte où les relations se sont "dégradées à l'extrême ces dernières semaines" selon les mots du Premier ministre bulgare Boïko Borissov.
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Recep Tayyip Erdogan rencontrera les dirigeants de l'Union européenne ce lundi 26 mars à Varna sur la côte bulgare de la mer Noire. Une réunion qui se tient dans un contexte où les relations se sont "dégradées à l'extrême ces dernières semaines" selon les mots du Premier ministre bulgare Boïko Borissov.

Recep Tayyip Erdogan rencontrera les dirigeants de l'Union européenne ce lundi 26 mars à Varna sur la côte bulgare de la mer Noire. Une réunion qui se tient dans un contexte où les relations se sont "dégradées à l'extrême ces dernières semaines" selon les mots du Premier ministre bulgare Boïko Borissov. Quels sont les enjeux de cette réunion et quels dossiers seront abordés ?

Ardavan Amir-Aslani : Symboliquement, le choix de la ville de Varna ne présage rien de bon sur l’issue de la rencontre Union Européenne avec la Turquie. En effet au 15e siècle, c’est dans cette ville qu’une bataille a opposé une armée de croisée à celle du Sultan Murat II ; une armée ottomane trois fois plus importante en nombre qui après la victoire turque mit fin à l'espoir des Bulgares de lever le joug ottoman qui perdurera pendant de longs siècles encore.

Trois questions occuperont le devant de la scène lors des discussions à Varna. Il s’agit d’abord et avant tout de la question migratoire et de l’aide que l’Union européenne devra apporter à la Turquie en faveur des réfugiés se trouvant sur son territoire. Il convient de rappeler que le nombre de réfugiés en Turquie dépasse les 3,7 millions de personnes, ce qui fait de la Turquie le pays accueillant la plus vaste population de réfugiés au monde. Ce nombre est également supérieur à la population des pays européens comme la Slovénie, Malte, la Lettonie ou encore le Luxembourg. Globalement, ces réfugiés, pour la plupart Syriens, sont pour l’instant bloqués en Turquie dans l’espoir de pouvoir gagner l’Europe.

Ensuite vient la question des Kurdes d’Afrin. Cette milice Kurde des Unités de Protection du Peuple est perçue comme une véritable menace pour Ankara qui a tendance à les assimiler aux Kurdes du mouvement PKK agissant sur son propre territoire et considérée comme un mouvement terroriste. Là où le bât blesse pour l’union européenne est que cette milice est leur alliée ainsi que celle des Etats-Unis dans le combat contre l’Etat Islamique. Hélas, à ce jour l’Europe ne fait qu’assister de manière impuissante en tant que spectateur au massacre de ses alliés d’hier et d’aujourd’hui.

Enfin vient la question des provocations turques en méditerranée orientale à l’encontre des chypriotes et des grecs. En effet, depuis plusieurs mois, la Turquie provoque les bâtiments de la Grèce et les Chypriotes-Grecs qui cherchent à exploiter des ressources gazières offshore dans leurs zones économiques exclusives. Ces zones sont, d’après le droit international de la mer, analysées comme un espace maritime sur lequel un pays côtier peut exercer de manière souveraine l'exploration et l'usage des ressources ; elles s’étendent jusqu’à 200 milles nautiques (environ 370 km) des côtes.

Jean-Claude Juncker, sur cette conférence, a confié envisager "cette rencontre avec des sentiments mélangés et divers, parce que la masse de problèmes conflictuels avec la Turquie ne cesse de s'agrandir". Face à tous ces enjeux et la complexité des situations comment trouver le bon ton avec la Turquie ? Comment ne pas couper les ponts avec Ankara mais ne pas non plus laisser Erdogan continuer sa dérive autoritaire et militariste ?

L’Europe n’a d’autres choix que de composer avec la Turquie, peu importe qui la dirige. Pays de presque 83 millions d’habitants aux frontières de l’Europe, 13e au rang des pays par PIB, membre de l’Otan, disposant de la deuxième armée en effectif de cette organisation et se classant au 8e rang des armées en effectifs au niveau mondial, il est difficile de l’ignorer.

En conflit ouvert avec l’Union européenne sur la question des aides pour les migrants qu’elle héberge, en confit territorial avec ses membres comme la Grèce et Chypre dont elle occupe la moitié du pays, dirigée par la confrérie des frères musulmans à un moment où l’Europe est menacée par le terrorisme islamiste, la Turquie est un interlocuteur aussi inéluctable que dangereux. Ce d’autant qu’aujourd’hui, la laïcité du Kémalisme est en recul en faveur d’un islamisme traditionnel conquérant. Erdogan lui-même, profondément imbu de lui-même et de ses certitudes, est un partenaire de dialogue particulièrement difficile, marqué pat un néo-ottomanisme visant à faire de la Turquie la Sublime porte qu’Istanbul fut jadis.

Erdogan, ayant pu constater l’impact qu’une immigration incontrôlée vers l’Europe pourrait avoir sur les populations européennes, utilise le chantage consistant à menacer l’Europe de l’ouverture des vannes migratoires. Tant que la stabilité ne revienne pas en Syrie, la menace migratoire sera utilisée pour faire plier aussi bien les finances européennes que la politique de l’union face aux provocations inacceptables des turcs en méditerranée orientale. L’Europe vient d’ailleurs de libérer une deuxième tranche de 3 Milliards d’Euros en faveur de la Turquie. En fait la Turquie se sent, de fait, autorisée à agir librement sans craindre le risque d’un retour de bâton européen.

La seule attitude qui peut faire avancer le dialogue est celle de la fermeté. En fait, on constate un retour de l’histoire dans cette partie du monde, un nouveau conflit entre l’Europe et une Turquie néo-ottomane. Si l’Europe laisse ses membres bousculés sans montrer un front unique, la Turquie continuera de grignoter petit à petit les limites de l’inacceptable pour vérifier jusqu’où l’Europe se laissera faire. L’Europe n’a pas les moyens de peser sur les penchants totalitaires turcs dans sa politique domestique, qui de fait, met un terme aux espoirs d’intégration de ce pays au sein de l’Union. Par contre, l’Europe peut au moins intervenir dans la protection de ses membres. Dans un monde redessiné, avec un Trump unilatéraliste et une Chine qui vient d’autoriser le règne de son dirigeant à vie, une Europe hésitante n’a pas de crédibilité !

Quels leviers d'action enclencher afin de peser sur Ankara pour faire cesser l'action des forces armées turques dans le Nord de la Syrie ?

La seule initiative qui pourrait faire cesser les atrocités turques à l’encontre des alliés kurdes de l’occident est celle qui consiste à y déployer des troupes européennes sur place sous couvert d’actions humanitaires. La ville de Manbij en Syrie est un exemple révélateur. La présence de centaines de troupes américaines a transformé cette ville en une sorte de havre de paix puisque l’armée turque refuse d’y pénétrer par crainte de se trouver nez à nez avec l’armée américaine.

Si l’Europe laisse faire, elle perdra toute crédibilité dans le conflit syrien et dans d’autres qui se trament.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le monde de l’Arabie saoudite s’effondre

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

04.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

05.

Les diplômes pour tous et sans examens ! C’est ce que réclame l’UNEF, syndicat résolument révolutionnaire

06.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

07.

Ces 5 maux français qui nous entravent face à la crise du Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

06.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 27/03/2018 - 19:14
L'Europe s'est mise entre les
L'Europe s'est mise entre les mains d'Erdogan.. Elle n'a plus aucune solution puisqu'elle l'a choisi comme garde frontière. Elle ne peut même plus le virer de l'Otan, bien qu'il fasse les yeux doux à Poutine. Les deux gagnants seront Poutine et Erdogan, qui auront réussis pour des raisons très différentes à faire exploser l'Europe....Ce qui n'est pas non plus fait pour déplaire aux américains, qui font malgré tout un très mauvais calcul en poussant beaucoup de pays européens à regarder vers Poutine devenu le seul garant de l'identité culturelle européenne face à une africanisation programmée de l'Europe.....
Xavier le Normand
- 27/03/2018 - 12:41
c 'est pourtant simple à comprendre!
Mr Junker n'est pas l'Europe et encore moins son représentant crédible, et dans leur immense majorité les européens ne veulent plus des négociations pour la Turquie dans l'UE! nos peuples savent très bien ce qui les attend si on admet chez nous un pays dirigé par un islamiste!!! Donc adieu adieu et encore adieu - j'ai bien écrit "a Dieu" et pas autre chose...
wanda60
- 27/03/2018 - 10:38
MENACES
Le Hitler au petit pied d'Ankara, Erdogan, n'à qu'un désir : récréer l'empire Ottoman dans ses frontières du 18° siècle et imposer la dhimmitude aux peuples européens, avec quelques génocides si besoin, il a commencé celui des Kurdes. Dans le ménage qui devra être fait pour conserver notre liberté, l'expulsion des turcs de France serait une bonne chose, car ils sont d'une arrogance sans limite .