En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

04.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 44 min 30 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 3 heures 25 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 4 heures 32 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 5 heures 8 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 6 heures 37 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 7 heures 4 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 7 heures 48 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 8 heures 11 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 8 heures 19 min
décryptage > Economie
Espoir dans la lutte contre le virus

Vaccins contre Covid-19

il y a 8 heures 31 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 2 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 3 heures 46 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 4 heures 53 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 5 heures 57 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 6 heures 50 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 7 heures 15 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 7 heures 54 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 8 heures 18 min
décryptage > Environnement
On tremble

Un nouveau délit va être créé : celui "d'écocide"

il y a 8 heures 26 min
décryptage > Politique
Education nationale

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

il y a 8 heures 48 min
© Capture
© Capture
Contre-sens

Un habeas corpus républicain pour l’islam de France ? Pourquoi le recteur de la mosquée de Paris se trompe dans sa manière d’aborder la question des musulmans français

Publié le 23 mars 2018
Dans une tribune du Point, le recteur de la Mosquée de Paris, Dalil Boubaker, demande que la stigmatisation des musulmans français cesse et réclame un "habeas corpus républicain" pour les protéger.
Eric Deschavanne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Deschavanne est professeur de philosophie.A 48 ans, il est actuellement membre du Conseil d’analyse de la société et chargé de cours à l’université Paris IV et a récemment publié Le deuxièmehumanisme – Introduction à la pensée de Luc Ferry (Germina...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans une tribune du Point, le recteur de la Mosquée de Paris, Dalil Boubaker, demande que la stigmatisation des musulmans français cesse et réclame un "habeas corpus républicain" pour les protéger.

Atlantico : Dans une tribune signée par le recteur de la Mosquée de Paris et publiée par l'hebdomadaire Le Point, Dalil Boubakeur déclare "Depuis la première "affaire du foulard" en 1989 jusqu'au débat sur "Islam et laïcité" le 5 avril 2011 en passant par le débat sur l'identité nationale, la "burqa", le "halal", ou les "prières de rue", les musulmans de France sont victimes d'une stigmatisation permanente dans certains médias comme dans l'ensemble de l'échiquier politique, sous la plume de certains intellectuels ou politiciens." . Derrière cette accusation, ne pourrait-on pas dire que la cible des "attaques" ici dénoncées a été l'Islam politique et non "les musulmans" comme le prétend Dalil Boubakeur ?

Eric Deschavanne : Si Dalil Boubakeur avait eu l’intention de montrer à tous les Français que le problème n’est pas seulement le djihadisme ni l’islamisme, mais l’islam même, il ne s’y serait sans doute pas pris autrement. Que veut-il signifier quand il réclame un "habeas corpus" qui protège l’islam et les musulmans de la critique par les intellectuels, les politiques et les journalistes si ce n’est que les musulmans – tous les musulmans – sont par essence incapables de vivre dans une démocratie libérale où règne la liberté d’expression ? Il est à cet égard opportun de rappeler que Dalil Boubakeur s’était associé à l’UOIF pour porter plainte contre Charlie Hebdo dans l’affaire des caricatures du Prophète. Dans la mesure où l’on ne peut considérer le Recteur de la Grande Mosquée de Paris comme un "fanatique", il faut vraisemblablement imputer ses prises de positions à son souci de se faire le porte-parole du musulman moyen. C’est bien ce qui est le plus inquiétant ! Il n’y a pas en France un problème de l’islam, il y en a trois. Il y a en premier lieu le problème du terrorisme qui s’exerce au nom de l’islam. Il est l’œuvre d’une infime minorité, heureusement condamnée par l’immense majorité des musulmans. Il y a ensuite le problème de l’islam "séparatiste" - l’islamisme et le salafisme - dénoncé par la tribune des cent intellectuels dans le Figaro. Il y a enfin le problème de l’islam "mainstream" lequel, confronté à la nécessité de s’adapter aux mœurs d’une société démocratique moderne, refuse de "changer" et choisit, lors des polémiques que font naître l’islam séparatiste, de s’associer à l’islamisme plutôt qu’aux défenseurs de l’idéal républicain. C’est très exactement ce que fait Dalil Boubakeur lorsqu’il porte plainte contre Charlie Hebdo, s’offusque d’une tribune d’intellectuels qui rappelle les principes républicains et déplore que la burqa ou les prières de rue alimentent l’islamophobie des Français : plutôt que d’appeler les musulmans à s’intégrer, à assimiler les valeurs et les mœurs de la société française, il préfère, par conviction, calcul ou lâcheté, reprendre la complainte victimaire et identitaire par laquelle les islamistes entreprennent de séparer les musulmans de leurs compatriotes. 

En pointant du doigt les médias, les politiques et les intellectuels, Dalil Boubakeur ne se trompe-t-il pas lui-même de cible ? 

Il se trompe de stratégie, dans la mesure où il contribue ainsi – en donnant le sentiment que les musulmans, même "modérés", sont allergiques à la critique - à renforcer la "stigmatisation" des musulmans qu’il déplore. La "présomption d’innocence républicaine" à l’égard des citoyens Français de confession musulmane n’interdit nullement la mise en examen de l’islam sur le plan intellectuel ni la discrimination entre les pratiques religieuses selon qu’elles paraissent ou non conformes à la laïcité, voire même aux mœurs de la société française. On peut faire crédit au recteur de la Mosquée de Paris - ce qui le distingue de personnages comme Tariq Ramadan et Marwan Muhammad, ou d’organisations telles que l’UOIF et le CCIF – de ne pas souhaiter que cette stigmatisation des musulmans se renforce. Il a raison sur un point : les polémiques qui ont l’islam pour objet ont bien pour effet d’accroître la défiance des Français non musulmans à l’égard de leurs compatriotes de confession musulmane. Le musulman intégré et discret dans sa pratique religieuse peut légitimement éprouver le sentiment d’être une victime collatérale de ces polémiques et des excès auxquels elles peuvent donner lieu. Mais précisément : un responsable musulman réellement soucieux de l’intégration de ses coreligionnaires devrait plaider pour l’assimilation aux mœurs démocratiques, dont l’acceptation de la liberté critique et du débat fait partie. 

En contribuant ainsi à créer un amalgame par opposition, quels sont les risques pris par le recteur de la Mosquée de Paris ? 

La politique du Recteur de la Mosquée de Paris est celle de l’autruche. Il est dans le déni systématique du "problème de l’islam" mais ne veut pas voir non plus que celui-ci nourrit les discours identitaires – celui des islamistes comme celui d’une islamophobie qui peut à tout moment, chez certains, devenir intolérante. Le conflit identitaire ne peut pas bénéficier à la minorité musulmane, et ce n’est donc pas servir celle-ci que de l’entretenir. Il est compréhensible qu’une partie des Français soient irrités par le retour du fanatisme, de l’intolérance et de la haine des Juifs, par la régression de la liberté des femmes, l’exhibitionnisme des pratiques religieuses, la résurgence d’un obscurantisme que les autres religions ont depuis longtemps abandonné. Il est légitime que cette irritation puisse s’exprimer sous la forme d’une "islamophobie" pacifique, c’est-à-dire sous la forme d’une libre critique sur le plan intellectuel et politique. Dalil Boubakeur devrait comprendre que, lorsqu’il répugne à aborder le fond des problèmes pour récuser la critique elle-même ainsi que l’expression de la défiance à l’égard de l’islam, non seulement il ne fait rien pour lutter efficacement contre la "stigmatisation" des musulmans, mais il renforce le camp des musulmans hostiles aux valeurs du monde démocratico-libéral. Pour un musulman doté d’une conscience politique aujourd’hui, il n’y a pas de position neutre, "centriste" ou modérée possible : il faut nécessairement être soit du côté d’une réforme de l’islam permettant d’assimiler la modernité démocratique et scientifique, soit dans le camp réactionnaire qui a pour projet de restaurer l’intégrité de l’islam en l’expurgeant de la contamination des valeurs de la modernité occidentale. Ceux qui, à l’image de Dalil Boubakeur, refuseront de choisir clairement leur camp, seront à terme voués à la marginalisation. 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pharamond
- 24/03/2018 - 12:03
Glissement sémantique
Un glissement sémantique qui séduit, même le recteur de la Mosquée de Paris! Il consiste à faire amalgamer,confondre,fusionner dans l'esprit du grand public,une religion avec une nationalité. Il y aurait quelque part dans le monde un pays appelé islam,dont les ressortissants,détenteurs de documents d'identité islamiens/islamiste,seraient discriminés. Direz vous que Radmane Lakdim, est islamien/islamistes? Que Salah Abdeslam l'est de même? Que ceux qui ont commis les attentats à Paris,assassiner un prêtre,un couple de policiers le sont aussi? F.Hollande, dans un très rare moment de lucidité politique,avait déclaré solennellement devant les élus réunis en Congrès, son intention de procéder à la déchéance de la nationalité.De ressortissants islamiens?
Qui sont ceux qui composent cette nébuleuse de "menace endogène"?
Ici Londres
- 24/03/2018 - 09:43
Oui POLITIQ...
c’est pour cela que cette secte indûment appelée religion est en train de gagner. Voyageant beaucoup, je vois partout en France (comme dans pas mal de démocratie autour de nous) la présence grandissante de plus en plus ostentatoire de «citoyens et citoyennes » vêtus de leurs voiles oripeaux trainant chiards et poussettes souvent accompagnés de retraité(e)s plus ou moins récents regroupés familiaux, tout ce petit monde vivant d’allocs « généreusement «  payées par les autres, les souchiens, essentiellement les 46% ayant la « chance » de payer l’IRPP... oui, bravo et vive la gauche et nos énarques hauts fonctionnaires (vrais gouvernants en coulisse)...!!! ces pourris effectivement nous font revivre Vichy
Occidentale
- 24/03/2018 - 09:31
Taqiya (cf wikipedia) et la détermination du coranisme
A partir d'un certain volume de population et avec des zones de non-droit les coraniques ont pu commencer par manifester leur haine de l'occidental dans une hostilité arrogante. Arrivés aujourd'hui à un nombre conséquent ces archaïques ont pu continuer en nous montrant leurs talents sanguinaires sur lesquels ils essuient leur nationalité française octroyée.
§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§. Et par le Présent et Grave Evènement , notre Collomb pleurnichard va pouvoir pleurnicher. HONTE.