En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

06.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

07.

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

ça vient d'être publié
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 1 heure 11 min
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 2 heures 26 min
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 3 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Hokusai, Hiroshige, Utamaro. Les grands maîtres du Japon" : splendeurs du Japon à Aix-en-Provence: Les Maîtres de l’époque Edo (1600-1867)

il y a 6 heures 50 min
pépites > Santé
Etat de santé
L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"
il y a 9 heures 1 min
pépites > Santé
Virus en sommeil
Une femme japonaise contracte le coronavirus une seconde fois après avoir été guérie
il y a 12 heures 2 min
pépite vidéo > Politique
Double langage ?
Didier Guillaume arrache le micro d'un journaliste après une question sur l'abattoir Sobeval
il y a 13 heures 10 sec
décryptage > Société
Réaction politique

Injustice intergénérationnelle : les dangers d'une génération extorquée

il y a 13 heures 54 min
décryptage > Politique
A mort !

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

il y a 14 heures 44 min
décryptage > Politique
Tri sélectif

Chasse aux ex-LR "trop conservateurs" : le pari politique risqué des LREM à Paris

il y a 15 heures 37 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 1 heure 44 min
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 3 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 6 heures 41 min
pépite vidéo > Santé
Difficultés du monde hospitalier
Emmanuel Macron interpellé par un médecin sur la crise des hôpitaux
il y a 8 heures 19 min
pépites > Justice
"Pendaison" et Ancien Régime
L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon
il y a 11 heures 7 min
pépites > Santé
Coronavirus
Emmanuel Macron à la Pitié-Salpêtrière : "On a devant nous une épidémie" qu'il va falloir "affronter au mieux"
il y a 12 heures 36 min
décryptage > Politique
Réforme(s)

Edouard Philippe, patron de Licence IV, Bruno Le Maire, gérant d’auto-école

il y a 13 heures 36 min
décryptage > Politique
Passage en force

Recours au 49-3 : cet ultime baril de poudre qu'Emmanuel Macron roule dans la fabrique d'allumettes

il y a 14 heures 26 min
décryptage > Défense
Graal du XXIeme siècle ?

Défense : le retard technologique de la France s’accumule

il y a 15 heures 3 min
décryptage > Politique
Casse-tête

Retraites : 49.3, retrait ou "bidouille", quel chemin de sortie de crise serait le moins dommageable pour Macron ?

il y a 15 heures 55 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Ambitions

Mélenchon peut il rafler la mise d’un conflit social généralisé comme il l’espère ?

Publié le 23 mars 2018
Étant donné le conflit social actuel à l'encontre de la politique gouvernementale, le leader des Insoumis pourrait être tenté par une volonté de fédérer les mécontentements. Encore faut-il éviter certains écueils...
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009) et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017), et le Le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009) et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017), et le Le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Étant donné le conflit social actuel à l'encontre de la politique gouvernementale, le leader des Insoumis pourrait être tenté par une volonté de fédérer les mécontentements. Encore faut-il éviter certains écueils...

Atlantico : Le député de la France Insoumise, Eric Coquerel a pu avancer l'idée d'une mobilisation, sous l'appellation de « grande marche » contre la politique d'Emmanuel Macron qui pourrait avoir lieu au printemps. Jean-Luc Mélenchon pourrait-il parvenir à « rafler la mise » d'un conflit social généralisé, ou faut-il considérer que ses propositions, notamment sur le plan économique, pourraient l'empêcher de fédérer les mécontentements existants à l'égard de la politique d'Emmanuel Macron ?

Christophe Boutin : La première question est celle de l’extraordinaire hétérogénéité des publics qui contestent la politique d’Emmanuel Macron. La contestation est en même temps le fait de ceux qui trouvent que la pression fiscale devient trop forte – les retraités par exemple, ou plus généralement les classes moyennes – et d’autres qui pensent qu’elle est au contraire trop faible, non seulement sur les classes supérieures ou les grandes entreprises, mais aussi sur ces mêmes classes moyennes. Elle vient encore de ceux qui trouvent qu’il n’y pas assez d’État et que l’insécurité grandit, comme d’autres pour lesquels cette même insécurité, abusivement montée en épingle par les médias, servirait en fait à mettre en place un système de contrôle et de surveillance généralisé inédit de la part d’un État omniprésent. Elle vient de professions libérales qui se plaignent de la fonctionnarisation de la médecine, du barreau ou de l’artisanat, croulant sous les paperasses et l’inquisition fiscale, comme de fonctionnaires attachés à défendre leurs « acquis sociaux ».

Parler à toutes ces catégories à la fois pour fédérer les mécontents relève bien sûr de l’impossible gageure, même en définissant le « macronisme » comme ennemi commun. Jean-Luc Mélenchon ne peut donc représenter au mieux que l’un de ces courants de mécontentements, et, comme vous le dites, ses propositions économiques permettent de le placer du côté de la défense des fonctionnaires (sous la bannière de la défense du service public) et des « classes sociales défavorisées », une catégorie dont la composition peut cependant poser des problèmes. En effet, derrière l’image sociale simplificatrice qui voudrait l’unifier en fonction de son niveau de revenus, force est de constater que d’autres clivages, culturels sinon cultuels, empêchent partiellement au moins cette unification.

Quelles ont été, et quelles sont les erreurs commises par la France Insoumise dans cette volonté de fédérer les mécontentements ? Selon un sondage Elabe 74% des Français considèrent que la politique d'Emmanuel Macron « injuste », dès lors, comment expliquer cette apparition d'une forme de plafond de verre pour la France Insoumise ?

Un plafond de verre n’existe pas, ou plutôt il n’est jamais que la résultante des priorités dans les choix effectués par les électeurs au moment de leur vote. L’électeur, en fonction des problèmes qu’il peut rencontrer dans son existence ou sur lesquels il peut recevoir une information, définit des priorités et vote ensuite pour le parti qui lui semble le plus à même de répondre à ces priorités par les solutions proposées. Ni les problèmes que cet électeur rencontre, ni la hiérarchie qu’il leur donne, ni les priorités qu’il en déduit ne sont immuables.

Ce choix électoral peut être tempéré : c’est le cas par exemple lorsque certains problèmes sont absents des sources d’information, ce qui empêche une prise de conscience, ou quand, sous une pression quelconque, on cherche à interdire de fait à l’électeur de voter pour un parti qui lui semble pourtant apporter les bonnes solutions. Dans le cas de ces luttes sociales chères à la France Insoumise, insister sur les violences qui peuvent avoir lieu en marge des cortèges ou lors des actions entreprises, est un exemple typique de cette manière d’agir pour éviter certains choix.

Dans nos démocraties apaisées, la violence, même marginale, et parfois même seulement potentielle, si elle peut attirer quelques éléments marginaux, va avoir un effet de repoussoir sur un plus grand nombre. Même si une politique semble « injuste », elle semblera toujours moins dangereuse, si elle reste légale qu’une violence illégale. À moins, bien sûr, que l’on n’en arrive à un renversement des priorités, que face à un pouvoir injuste et autiste l’ordre ne soit finalement dans la révolution, et que l’électeur, poussé à bout, se découvre prêt à courir le risque de l’insécurité révolutionnaire parce que le maintien du statu quo ne lui semble plus être une protection suffisante. Tout plafond de verre peut craquer, il ne s’agit donc que d’opportunités.

Mais nous n’en sommes sans doute pas là dans la France de 2018, et il y a donc un choix difficile pour la France Insoumise. Elle comprend la nécessité d’adopter un ton de rupture pour conserver une visibilité au moins médiatique, pour continuer d’être la principale force d’opposition au gouvernement d’Emmanuel Macron, profitant des faiblesses actuelles de la droite. Mais existe en retour le risque d’entrer dans un jeu d’alliance avec des éléments extrémistes qui, non seulement peuvent déconsidérer médiatiquement le mouvement, mais aussi, « recentrant » Emmanuel Macron, permettent à ce dernier de faire plus facilement sa large alliance avec le centre-droit.

Ce plafond de verre doit-il être considéré comme un invariant ou est-ce qu'une « pacification » de la France Insoumise pourrait permettre un rassemblement plus large autour de Jean-Luc Mélenchon ?

Je l’ai dit, aucun « plafond de verre » n’est un invariant puisque les données qui expliquent l’évolution des votes sont des variables. Mais la question de l’efficacité de la pacification de la France Insoumise suppose d’abord que l’on se pose celle de la provenance de nouveaux soutiens. Ils pourraient venir, à gauche, d’un PS moribond ou de l’éclatement de LREM, mais, pour des raisons différentes, aucune de ces hypothèses ne semble actuellement crédible, pas plus que ne l’est celle du retour à une gauche protestataire des classes défavorisées sensibles aux sirènes du Rassemblement National, et ce quand bien même des éléments populistes seraient communs aux deux discours.

La pacification de la France Insoumise ne correspondrait ensuite que partiellement à l’objectif, car son « plafond de verre » n’est sans doute pas du seulement à sa radicalisation – si tant est qu’elle existe et que l’image qui nous en est donnée ne soit pas volontairement exagérée -, mais aussi à d’autres paramètres. Nous évoquions l’hétérogénéité de ces « classes populaires » que ce parti tente de fédérer. En dehors du fait que ce choix d’union puisse conduire à des heurts internes (que l’on pense à la question de la laïcité), il n’est pas dit que cette agrégation apparaisse à des électeurs qui n’ont pas encore rallié la France Insoumise comme une réponse à leurs principales inquiétudes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

06.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

07.

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Atlante13
- 23/03/2018 - 10:16
Qui ça? Melenchon?
vous voulez dire la Sardine de Marseille?
cloette
- 23/03/2018 - 10:07
Bien sûr que non,
Ce n'est pas lui qui succèdera à Macron !