En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

03.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

06.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

07.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 4 heures 23 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 5 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 8 heures 44 sec
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 8 heures 12 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 9 heures 12 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 10 heures 19 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 11 heures 39 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 12 heures 1 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 12 heures 4 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 12 heures 4 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 4 heures 55 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 5 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 8 heures 4 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 8 heures 41 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 9 heures 54 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 11 heures 8 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 11 heures 46 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 12 heures 2 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 12 heures 4 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 12 heures 4 min
© ATTA KENARE / AFP
© ATTA KENARE / AFP
Bonnes feuilles

Ce que le chiisme doit à la pensée iranienne

Publié le 24 mars 2018
Quatre décennies après la révolution islamique, l’Iran semble de nouveau à un carrefour. Ardavan Amir-Aslani s’érige dans cet essai contre la réécriture fallacieuse du passé de cette civilisation. Pour rendre à la culture perse la place qui lui revient dans l’Histoire. Extrait de "De la Perse à l'Iran : 2500 ans d'histoire" par Ardavan Amir-Aslani, publié aux Editions de l'Archipel. (1/2)
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quatre décennies après la révolution islamique, l’Iran semble de nouveau à un carrefour. Ardavan Amir-Aslani s’érige dans cet essai contre la réécriture fallacieuse du passé de cette civilisation. Pour rendre à la culture perse la place qui lui revient dans l’Histoire. Extrait de "De la Perse à l'Iran : 2500 ans d'histoire" par Ardavan Amir-Aslani, publié aux Editions de l'Archipel. (1/2)

L’Iran et le chiisme se sont mariés tôt, au propre comme au figuré. Au sud de Téhéran, on trouve encore aujourd’hui un petit sanctuaire dédié à Shahrbānū, la fille du dernier roi sassanide Yazdgard III. Une tradition chiite veut en effet que cette princesse, capturée lors de la chute de Ctésiphon par le calife Omar, ait été sauvée par Ali, trop respectueux des anciens rois de la Perse pour la laisser devenir une esclave. Il la donna en mariage à son propre fils Hussein et elle devint la mère du Quatrième Imâm des chiites, sanctifiant ainsi l’union de l’antique noblesse perse avec les descendants du Prophète.

Cette légende cherche évidemment à démontrer que la fidélité des Iraniens au chiisme et plus encore à la famille du Prophète a des racines très anciennes. Salmân le Perse fut l’un des plus proches compagnons du Prophète et, après sa mort, l’un des soutiens d’Ali (voir chapitre 3). Le calife Omar, figure détestée par les chiites pour ses mauvais traitements envers le gendre de Mohammed et sa fille Fâtima, et plus généralement par les Perses en raison de sa politique discriminatoire envers eux après l’invasion, fut assassiné par un captif perse. Très tôt, les Iraniens ont bien accueilli les imâms chiites, plus bienveillants et tolérants envers eux que ne l’étaient les musulmans sunnites. Il est même dit que la caravane de Hussein, avant d’être stoppée à Kerbala, se dirigeait vers l’Iran pour y fuir la persécution du calife Muawiyya.

Dans le même temps, l’islam mit plusieurs siècles à dominer l’ancienne Perse. Les foyers de résistance à l’islam se situaient dans l’est de l’Iran, au Khorāssān, mais ces terres accueillaient également des chiites persécutés. Dès les origines, comme le souligne Henry Corbin, de multiples témoignages attestent de la prédilection des Iraniens pour cette forme de l’islam, et leur identité y est sans doute pour beaucoup. D’un point de vue strictement politique, cette pensée de la résistance et du libre arbitre pouvait trouver parmi eux un écho favorable, alors qu’ils vivaient si mal les conséquences de l’invasion arabe.

D’un point de vue spirituel, les points d’attraction et de connivence sont également nombreux. Avant l’islam, l’Iran ne baignait pas dans les ténèbres et l’ignorance. Le premier prophète, dont la renommée atteignit la littérature philosophique de l’Occident lui-même grâce notamment à Nietzsche, reste Zarāthoustrā. Il est la personnalité la plus ancienne du passé religieux de l’Iran, la première à avoir porté un message divin auprès des hommes, message que l’on retrouve dans l’Avestā et les Gāthās. Sans surprise, la langue persane possède plusieurs mots, d’origine pahlavi, pour désigner la mission prophétique et la personne du prophète (vakhshvar, vakhshûr, payghâmbar1 , en arabe nahî et rasûl). Soharwardî, le grand mystique soufi, s’était donné pour mission philosophique de faire revivre la sagesse de l’ancienne Perse à la lumière de l’islam spirituel2. Les chiites ismaéliens eux-mêmes font de Zarāthoustrā un prophète aussi important que Moïse parmi les prédécesseurs de Mohammed.

En outre, la pensée religieuse de l’Iran fut, dès l’Antiquité, essentiellement guidée par une eschatologie, une attente de la fin des temps, comme dans toutes les religions monothéistes. Elle fut la première également à formuler une philosophie de la Résurrection. Enfin, le concept de l’Imâm caché est très proche de celui du Sauveur, du Saoshyant de l’ancienne Perse zoroastrienne. Cette poursuite d’une philosophie prophétique est un trait constant de l’âme iranienne, un fait spirituel qui peut expliquer le succès du chiisme en Iran. C’est cet univers spirituel original, ayant son style propre, qui explique également l’abondance des personnalités iraniennes dans la philosophie et la spiritualité islamiques. C’est également ce qui définit le chiisme iranien.

L’union de l’Iran au chiisme atteignit son apogée lorsqu’au début du xvie siècle, sous la dynastie safavide fondée par Ismaïl I er (1501-1524), le chiisme devint la religion officielle de la Perse – ce qu’il est toujours aujourd’hui. À la fois animé par une profonde conviction religieuse et une ambition politique, le Shah prit cette décision pour s’opposer aux Ottomans et aux Moghols sunnites, et distinguer ainsi définitivement l’Iran du reste du monde musulman, en affirmant très haut le caractère unique de l’identité iranienne. Pour enseigner la foi chiite à son peuple, il fit venir des docteurs de la loi du Bahreïn et du Liban, et pour la propager même dans les campagnes les plus reculées, il s’appuya sur des derviches itinérants, qui faisaient le récit de villages en villages des grandes traditions et légendes chiites3 . On retrouvera là la passion des Iraniens pour les grands récits et l’émotion, et d’ailleurs le chiisme iranien est resté très attaché à la narration comme mode d’expression et d’analyse de la foi. Est-ce uniquement pour cette raison que la conversion du sunnisme au chiisme rencontra un succès foudroyant ? Sans doute non. La culture iranienne avait toujours gardé en elle un respect particulier pour la famille du Prophète depuis le mariage de Shahrbānū et d’Hussein, et par ailleurs, cela faisait plusieurs siècles déjà que l’Iran tenait une place à part, relativement indépendante, vis-à-vis du califat sunnite. Par son adhésion au chiisme, tant spirituelle que politique et intellectuelle, l’Iran se distinguait à nouveau au sein même du monde islamique et s’affirmait comme le leader de la pensée rivale du sunnisme.

1. « Porteur de message ».

2. Voir chapitre 6.

3. Jean Calmard, « Les Rituels chiites et le pouvoir » (1993), cité par Vali Nasr in The Shia Revival. How conflict within Islam will shape the future, W. W. Norton, 2005 ; 2

Extrait de "De la Perse à l'Iran : 2500 ans d'histoire" par Ardavan Amir-Aslani, publié aux Editions de l'Archipel. Pour commander le livre, cliquez sur l'image.

De la Perse à l'Iran

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires