En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
De l'origine des malheurs

Ces mauvaises fréquentations que s’est trop autorisées Nicolas Sarkozy, financement libyen ou pas

Publié le 23 mars 2018
Qu'elle soit ou non justifiée, la mise en examen de Nicolas Sarkozy incline à penser que l'ancien chef de l'Etat s'était entouré de personnages peu recommandables.
Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Raufer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Qu'elle soit ou non justifiée, la mise en examen de Nicolas Sarkozy incline à penser que l'ancien chef de l'Etat s'était entouré de personnages peu recommandables.

Atlantico : La mise en examen de Nicolas Sarkozy, qu'elle soit ou non justifiée, montre malgré tout qu'il s'était entouré de personnages peu recommandables. Certains l'avaient d'ailleurs alerté sur le fait qu'il n'était pas judicieux de fréquenter pareilles personnes. Ne peut-on pas dire que, s'il est coupable ou non, sa faute a été en premier lieu d'avoir affaire à ce genre de personnalités ?

Xavier Raufer : D'abord, ce séisme: un ex-président de la République française mis en examen et sous contrôle judiciaire, notamment pour recel de fonds libyens. L'innocence de M. Sarkozy est bien sûr entière jusqu'à l'issue du procès judiciaire - mais l'annonce même est énorme.

D'abord: je suis criminologue. Ce que j'énonce ici n'est pas d'ordre politique, mais une analyse professionnelle. Que l'on songe à mes 33 ans passés à professer la criminologie : combien de futurs magistrats, policiers, douaniers, gendarmes ou officiers de renseignement furent mes étudiants, dont beaucoup restent à mon contact. Bien sûr, sans trahir le secret de leurs enquêtes - mais avec qui d'autre pourraient-ils évoquer l'horreur des corruptions qu'ils perçoivent, des connivences et magouilles parfoisau sommet de l'Etat ?

Telle est l'origine des malheurs de M. Sarkozy - quoiqu'en fait, l'histoire remonte à plus haut. Je ne crois pas qu'elle ait jamais été révélée. La voilà. 

En novembre 2002, un ami, alors bras droit du président d'une entreprise nationale,me consulte. Un diplomate du cabinet du président Chirac veut qu'un certain Alexandre Djouhri accompagne ce patron en Iran (bien sûr, avant l'embargo américain) pour gérer les commissions, affaires toujours délicates en orient. Qui est ce Djouhri me demande cet ami ?

Au passage: je n'ai nulle animosité personnelle contre cet homme que je ne connais pas. Mais en revanche, le criminologue que je suis sait ceci. Ce petit caïd de cité, dépeint dans dix procès-verbaux comme braqueur de bijouteries et acteur de la guerre qui ravage alors le Milieu Séfarade post-Zemmour [NDLR : Les frères Zemmour], constitue un danger mortel pour les hauts fonctionnaires, chefs d'entreprises et politiciens qui le fréquentent. Cent fois en quinze ans, bien seul alors, j'ai expliqué ça à de hauts magistrats ou responsables policiers proches du président Sarkozy. Djouhri, pour la Sarkozie, leur disais-je, c'est la malédiction des pharaons: ceux qui l'ont approché finiront mal. Eh bien, nous y sommes.

Parfois, le pouvoir a besoin d'intermédiaires. En la matière, ceux que fréquentait Nicolas Sarkozy sont-ils pires que d'autres ?

Il y a une cruciale nuance entre intermédiaire et voyou. Ni naïf, ni puritain je sais que dans le système de "grand export" des années 1980-2000, ces intermédiaires sont décisifs. Sans eux, tout s'enlise. Pourquoi l'émir, assis sur les centaines de milliards de sa pétromonarchie, signe-t-il tel contrat ou tel autre ? L'intermédiaire fait la différence. Il n'est pas toujours sympathique ni du meilleur goût - basta, ce sont les affaires. Surtout, ces affairistes ne sont pas des criminels.

C'est le cœur du problème. Ici, l’analyse criminologique et une longue pratique (professionnelle) des voyous, me permettent de dresser un portrait psychologique du jeune criminel : ce qui alors marque sa psyché ; ce qui en perdure dans son inconscient d’adulte. Ce, même quand il boit du Château-Latour au Bristol, ou du champagne à l'Elysée ; même quand il va de jet privé en suites du Ritz.

Dans l’adolescence, se forment ces réflexes vitaux qui gouvernent l’homme au long de sa vie. Ce qui imprègne alors la psyché humaine est de l’ordre de l’impulsif, en amont du conscient, du réfléchi. Les expériences dramatiques (terrorisme... banditisme) marquent à vie le sujet qui, même s’il renonce ensuite à l’activisme ou au crime, réagira toujours selon ces réflexes primordiaux préemptant d’usage la pensée consciente et posée.

Ainsi, non le délinquant d’un jour mais l’individu criminel, devient forcément un fauve. Il repère une proie, bondit dessus et la dévore ; évoluant dans une jungle, il y acquiert forcément ces réflexes de prédateur, faute de quoi il est incarcéré ou tué, selon la logique darwinienne de « survival of the fittest ».

Contrairement au mafieu inséré dans son clan, ce bandit n’a pas d’égal, pas d’ami : pour lui, tout individu honnête (le cave) est une proie, tout complice d’un jour est le rival de demain, ou la future « balance ». Dès lors, ce criminel peut bien rentrer dans le droit chemin, des réflexes primordiaux ancrés en lui réagissent devant chaque proie, chaque juteuse opportunité.

Le cave, lui, est méprisé, même si on lui fait bonne figure, même si on l'inonde de cadeaux ou de fines bouteilles. Générosité de voyou ? Non : exigence technique - comme on appâte à la pêche, le bandit "arrose" pour être mis sur des « coups », billet de cent euros dans un bistrot de banlieue ou grands Bordeaux au Bristol.

Le cave se confie-t-il ? Accepte-t-il une aide financière ; une « escorte » un soir d’ennui ? Tolère-t-il qu’un bandit devienne son Sganarelle ou sa nounou ? Il est perdu car pour ce voyou, rien n’est innocent. Chaque fait, document ou détail est ainsi et dès le premier contact capté pour la future menace, le futur chantage.

Car forcément un jour, les chemins divergent ; le voyou veut récupérer au centuple les « cadeaux » d'hier, liasses de billets ou Bordeaux millésimés.

Là, sidéré, le cave réalise que le copain, le complice, a disparu. Le masque aimable est tombé : un fauve sort les crocs. Il possède la trace des paiements, les sex-tapes, les détails du contrat litigieux… Il faut obéir, sinon tout est publié et finie la belle carrière.

Or, plus le grand patron, dirigeant politique ou haut fonctionnaire, est puissant dans son propre monde, plus il est psychologiquement incapable d’imaginer ce qui l’attend. Même intelligent, expérimenté, il n’imagine pas l’aimable « intermédiaire », certes un tantinet filou, comme un fauve. Voilà pourquoi ces patrons, politiques ou hauts fonctionnaires sont des proies un peu pathétiques pour un tel prédateur. Voilà pourquoi le criminologue leur a cent fois conseillé de s’abstenir de les fréquenter, même de loin. Car ici, le jeu est trop inégal. MM. Guéant, de Villepin, Squarcini, ont accepté de copiner avec un tel prédateur. Ce que faisant, ils ont compromis M. Sarkozy. Telle est l'essence de toute l'affaire.

Les autres présidents de la Ve République ont-ils eu pareille mauvaise fréquentation ? Si oui, lesquelles ?

Les "barbouzes" des débuts de la Ve République, Le Service d'Action Civique gaulliste ensuite, n'étaient pas des enfants de Marie. La République (ne remontons pas trop loin) a toujours eu ses bas-fonds. Mais ceux qu'on en extirpait parfois pour quelque basse besogne ne copinaient pas avec le Général ni avec M. Pompidou.

Or là, c'est différent. Pour preuve, ces anecdotes que m'ont narrées de grands patrons, sous M. Sarkozy. L'un d'eux monte le grand escalier de l'Elysée menant au premier étage, celui du président et du secrétaire général, alors M. Guéant. Ce patron est doublé dans l'escalier par M. Djouhri, genre lutin bondissant. Arrivé au premier, M. Djouhri entre comme chez lui au secrétariat de M. Guéant et ressort peu après, du bureau même du secrétaire général, avec du champagne et trois verres. Là, il propose à ce patron effaré de trinquer entre potes, avant le rendez-vous. Vous avez-vu ? Je suis chez moi, signifie le petit jeu. Et cet acteur majeur du domaine nucléaire me confiant alors, effondré, que M. Djouhri inspire peu ou prou la politique nucléaire de la France. Une racaille de cité montée en graine. Ca, c'est vraiment du jamais vu.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

02.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

05.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

06.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

07.

Les relations entre frères et soeurs : un lien primordial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 08/04/2018 - 11:59
La chute de Sarko! Tomber de
La chute de Sarko! Tomber de Charybde en Sylla, ou de Lybie" en "Qatar".
A M A
- 26/03/2018 - 11:31
Si Sarkhozy avait l'intention
Si Sarkhozy avait l'intention de se présenter en 2022, il a pris un mauvais coup, bien ajusté. Libyen celui-ci, le prochain sera qatari. Macron doit jubiler..
A M A
- 24/03/2018 - 16:49
S'il est une image par
S'il est une image par laquelle on puisse difficilement et sétieusement illustrer le personnage Sarkhozy c'est bien celle de la "probité". A le prétendre, tout le monde rigole.