En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

02.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

03.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

04.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire

07.

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Destruction massive de productivité

Pourquoi les booms immobiliers sapent notre futur économique

il y a 9 min 46 sec
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 39 min 33 sec
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 1 heure 1 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 16 heures 45 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 17 heures 59 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 20 heures 41 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 22 heures 2 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 22 heures 35 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 23 heures 16 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 1 jour 23 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 19 min 31 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 44 min 51 sec
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 16 heures 5 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 17 heures 43 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 20 heures 37 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 21 heures 45 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 22 heures 25 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 22 heures 57 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 23 heures 24 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 1 jour 40 min
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Politique

Comment ne rien céder aux nouveaux identitaires et autres jeteurs d’huile sur le feu des fractures françaises sans tomber dans le piège d’une surenchère d’hostilité ?

Publié le 21 mars 2018
Des indigènes de la République à Rokhaya Diallo en passant par Yassine Belattar, le Bondy Blog, le CCiF, Caroline de Haas ou Danièle Obono, les voix qui mettent la France et ses structures à l’index au quotidien ne manquent pas et trouvent un écho médiatique et sociologique puissant. Ce qui se passe aujourd’hui avec l’occupation de la Basilique de Saint Denis par la France insoumise et des associations d’aide aux migrants -allant jusqu’à interrompre une messe- souligne une fois encore ces stratégies de pompiers pyromanes en provoquant -et recherchant délibérément- des réactions.
Christophe Boutin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009) et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017), et le Le...
Voir la bio
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des indigènes de la République à Rokhaya Diallo en passant par Yassine Belattar, le Bondy Blog, le CCiF, Caroline de Haas ou Danièle Obono, les voix qui mettent la France et ses structures à l’index au quotidien ne manquent pas et trouvent un écho médiatique et sociologique puissant. Ce qui se passe aujourd’hui avec l’occupation de la Basilique de Saint Denis par la France insoumise et des associations d’aide aux migrants -allant jusqu’à interrompre une messe- souligne une fois encore ces stratégies de pompiers pyromanes en provoquant -et recherchant délibérément- des réactions.

 

Des indigènes de la République à Rokhaya Diallo en passant par Yassine Belattar, le Bondy Blog, le CCiF, Caroline de Haas ou Danièle Obono, les voix qui mettent la France et ses structures à l’index au quotidien ne manquent pas et trouvent un écho médiatique et sociologique puissant. Pourtant sous couvert de combat « généreux » contre les discriminations, la mécanique est toujours la même : dénoncer le racisme, l’islamophobie, l’homophobie, le sexisme supposés de la société française en tentant de nier la légitimité d’un bon nombre de leurs interlocuteurs puisqu’ils ne sauraient trouver leur place dans une société démocratique en étant coupables de tous ces crimes de pensée dont on les accuse (racisme, islamophobie etc...). Quand le CCIF tente de créer une équivalence entre le terrorisme et les laïcs même intransigeants, quand l’humoriste et conseiller d’Emmanuel Macron Yassine Belattar accuse Céline Pina de vouloir la mort des musulmans parce qu’elle a critiqué sa nomination au Conseil des villes et qu’il insulte tout le monde à tour de bras tout en étant nommé malgré tout, quand l'Éducation nationale intègre des idées issues des études de genre ou que la lutte contre les inégalités salariales H/F perd tout sens de la réalité, c’est tout un équilibre social qui est remis en cause puisqu’ils rendent le débat et même les diagnostics des maux de la société française impossibles. C’est un peu ce qui s’est passé aussi sur le #BalanceTonPorc et on l’a très bien vu avec la violence des réactions au moment de la tribune dans Le Monde défendant la liberté d’importuner. Le sort réservé à Brigitte Lahaie traitée comme une quasi folle criminelle pour avoir évoqué la complexité des réactions physiologiques et mentales lors d’un viol alors qu’elle se bat pour aider les victimes de violences sexuelles depuis des années était parfaitement révélateur de cette volonté de disqualification de tous les obstacles à ces nouvelles causes qui cherchent à s’imposer. Ainsi que de la petite perversité qui se dégage d’un système médiatique ayant besoin de clashs à répétition. Ce qui se passe aujourd’hui avec l’occupation de la Basilique de Saint Denis par la France insoumise et des associations d’aide aux migrants -allant jusqu’à interrompre une messe- souligne une fois encore ces stratégies de pompiers pyromanes en provoquant -et recherchant délibérément- des réactions comme celle de Marine Le Pen : « En appelant des #migrants à profaner la Basilique Saint-Denis, nécropole de nos rois, "La France Insoumise" et l’extrême-gauche démontrent que, dans leur folie immigrationniste, ils sont prêts à piétiner notre civilisation et à profaner un lieu de culte historique. Indigne. » ​

Quelles sont les stratégies ici à l'oeuvre ? Quels sont les objectifs visés du point de vue du débat public ?
 
Christophe Boutin : Les exemples que vous donnez découlent des stratégies classiques de la gauche et de l’extrême gauche, et l’on pourrait s’amuser à remonter… à la Révolution française. Le camp du Progrès, c’est-à-dire celui du Bien, du Vrai, du Juste et du Beau a systématiquement mis en œuvre une politique mêlant pression médiatique (que l’on se souvienne de l’ordurier Père Duchesne de Hébert), agression dans les débats (l’Assemblée tentant de légiférer sous les cris des « tricoteuses »), mort politique des opposants (les Girondins obligés de quitter Paris pour se réfugier en province) voire exécution pure et simple (avec l’image de Boissy d’Anglas, présidant la Convention, s’inclinant devant la tête du député Féraud, qu’une foule haineuse lui présentait au bout d’une pique). On doit rappeler que c’est seulement sous la monarchie parlementaire, celle de la Restauration et de la monarchie de Juillet, que les bases de notre système politique, avec des débats régulés et respectueux entre majorité et opposition, ont pu être mises en place.
 
À cette violence haineuse de minorités aigries va s’ajouter une désinformation pratiquée comme un art par les différents marxismes, et dont on a pu penser qu’elle avait connu son acmé au XXe siècle avec le communisme, quand L’Humanité nous vantait la bonté du « petit père des peuples » ou que les maoïstes français évoquaient la presqu’excessive douceur avec laquelle on rééduquait au pays du Grand Timonier. Hélas, la disparition des grands régimes communistes n’a en rien changé les choses. Les médias – journaux puis radio, télévision enfin – imposent dans nos démocraties un langage largement biaisé, comme l’a parfaitement démontré Ingrid Riocreux dans La langue des médias.
 
Aujourd’hui comme alors, les objectifs des « minorités agissantes » sont clairs : d’abord, interdire qu’un débat public ne puisse avoir lieu sur certaines questions, en les occultant purement et simplement ; ensuite, focaliser ce débat sur des questions auxquelles on apporte en masse, saturant l’espace médiatique, des réponses à sens unique, jouant si possible sur l’émotion et le compassionnel, des réponses qui conduiront finalement le législateur à valider des choix minoritaires.
 
Il s’agit pour ces minorités, comme sous la Révolution, de « stupéfier » la majorité par la violence comme en imposant la perte de tous les repères (le « bon sens » n’ayant guère droit de cité dans les argumentaires des catégories que vous citez). Que cette politique ait été successivement menée par des acteurs politiques ou médiatiques au nom du « peuple », des « travailleurs », des « exclus », ou de ces nouvelles catégories qu’une extrême-gauche, bien peu en phase avec un prolétariat français qui vote massivement pour le Front National, utilise de nos jours pour prétendre exister, ne change rien.
 

 

Vincent Tournier : Les stratégies suivent à peu près le même schéma et relèvent de ce qu’on appelait autrefois l’agit-prop, autrement dit l’agitation et la propagande. Ces stratégies ne sont pas forcément coordonnées entre elles (quels sont notamment les liens exacts entre Yacine Belattar et le CCIF ?), mais elles s’inscrivent toutes dans la même logique : il s’agit de dramatiser la situation, de caricaturer en opposant les dominés et les dominants, de dénoncer l’hypocrisie et la méchanceté de la population majoritaire. Si ces discours radicaux peuvent se déployer aussi facilement, c’est parce qu’ils bénéficient d’un contexte favorable. Nul besoin d’être grand clerc pour comprendre qu’aujourd’hui, tout ce qui touche à la critique de l’histoire nationale, à la dénonciation du racisme, à la promotion des droits de l’homme, place d’emblée dans le camp progressiste et reçoit donc le soutien d’une grande partie des médias et des intellectuels. Comment ne pas vouloir encore plus d’égalité et de tolérance ? Qui peut s’oser s’opposer sur un plateau de télévision à celui qui brandit l’argument des droits de l’homme ? Les valeurs qui forgent notre société ouvrent par conséquent un boulevard à des militants qui ne sont pas toujours bien intentionnés, mais ils auraient bien tort de s’en priver. Cela étant, on peut quand même se demander si on n’assiste pas à un certain essoufflement du discours hyper-critique. Il existe maintenant un contre-discours qui, même s’il s’est constitué tardivement, gagne en consistance et commence à marquer des points. Il faut dire aussi que les enjeux liés à l’antisémitisme et au féminisme sont venus brouiller les pistes : les minorités, qui ont pu être facilement idéalisées dans le passé, s’avèrent désormais plus complexes. Elles étaient censées incarner l’avenir radieux, mais la réalité se révèle moins optimiste. Par comparaison, la population majoritaire semble finalement bien moins raciste et sexiste que ce qui est déclamé à longueur de journée.
 
C’est pour cette raison aussi que l’occupation de la basilique Saint-Denis risque d’avoir nettement moins d’impact que l’affaire précédente, qui remonte à 1996. A l’époque, des immigrés clandestins encadrés par des militants associatifs avaient cherché à imposer une régularisation collective en occupant divers lieux à Paris, notamment l’Eglise Saint-Ambroise et l’Eglise Saint-Bernard. Le gouvernement d’Alain Juppé n’avait pas cédé et avait ordonné une expulsion par la force. Cet événement était devenu mythique pour les militants antiracistes ; il avait contribué à relancer la gauche après sa défaite électorale de 1995, achevant de faire des immigrés les nouveaux damnés de la terre. Il est vrai que les images de CRS forçant les portes de l’Eglise, avec les sans-papiers expulsés manu militari et le curé en larmes, avaient tout pour galvaniser les sympathisants et justifier leur lutte contre un Etat jugé tyrannique. Aujourd’hui, ce discours n’a plus la même fraicheur qu’en 1996. La communication est aussi moins efficace : en 1996, l’occupation de l’Eglise Saint-Bernard visait à ancrer une revendication politique dans une certaine continuité historique, ce qui revenait à adresser un bel hommage (inconscient ?) aux valeurs chrétiennes ; en 2018, il ne s’agit plus d’utiliser l’Eglise comme un lieu d’asile et de paix, mais de perturber gratuitement un culte pour le plaisir d’offenser un symbole de l’histoire nationale. Mais est-ce vraiment faire preuve de courage politique que de s’en prendre aujourd’hui à une Eglise, surtout dans une ville où les chrétiens ne sont pas en position de force ? Quel message veut-on envoyer à la population locale, dont une grande partie n’est pas de confession chrétienne ?
 

 

 
Comment faire pour ne pas baisser les bras et ainsi laisser le champ libre aux plus radicaux des deux camps ? Ne peut-on pas voir ici une forme de lâcheté de certains voulant éviter des sujets ou ils considéreraient n'avoir que des "coups à prendre" ? Comment faire pour que les Français puissent plus s'impliquer dans de tels sujets, permettant ainsi une reprise en mains de ces sujets dans un cadre plus constructif ?
 
 
Christophe Boutin : D’abord rappeler les principes définis par la pensée libérale classique, celle par exemple de Tocqueville en France ou de Stuart Mill en Angleterre, selon lesquels la démocratie n’est pas en soi, « naturellement", un régime qui garantisse toutes les libertés, et notamment la liberté d’expression, et donc qu’il faut savoir défendre cette dernière. Qu’il faut pour cela accepter que le débat public suppose un pluralisme qui, par définition, ne saurait être limité. Et l’on pourrait citer aussi ici la Cour Européenne des Droits de l’Homme, selon laquelle la liberté d’expression « vaut non seulement pour les informations ou idées accueillies avec faveur où considérées comme inoffensives ou indifférentes, mais aussi pour celle qui heurtent, choquent ou inquiètent : ainsi le veulent le pluralisme, la tolérance et l’esprit d’ouverture sans lesquels il n’est pas de société démocratique » (arrêt Hertel c. Suisse).
 
Nous en sommes loin avec le débat public dans la France de 2018, et il faudrait donc revoir notre arsenal législatif pour éviter, comme vous le signalez à juste titre, de voir trop de nos concitoyens – y compris des intellectuels reconnus – éviter soigneusement de prendre part à certains débats pour ne pas risquer d’être stigmatisés au premier mot un tant soit peu ambigu. Christophe Guilluy a montré comment, sous certaines pressions, on peut être conduit à quitter un territoire pour un autre. Sous la pression de ces minorités c’est aussi le domaine du débat qui est déserté de nos jours par de grands chercheurs et laissé à des débatteurs dont la légitimité intellectuelle n’est certes pas la même…
 
Après cette défense de la liberté d’expression, il faut rappeler ensuite que l’expression – légitime, comme toutes les autres, il ne s’agit pas de le nier - de ces minorités ne leur confère par contre aucun droit à violer un ordre public sans le respect duquel il n’est pas de débat possible. Or, ici encore, on doit constater le « deux poids deux mesures » de l’État français dans sa répression de telles actions, quand sa stricte neutralité est aussi indispensable en 2018 que le rétablissement de son autorité.
 
Il est enfin un moyen simple de renvoyer les terroristes de la pensée et leurs soutiens intellectualo-médiatiques à la juste proportion de leur audience réelle, c’est le recours à l’expression directe du peuple, emblématique de la démocratie. Au lieu de gouverner sur la base de cette pression minoritaire, étayée par des sondages manipulés et manipulateurs ou des reportages de parti-pris, le gouvernement pourrait, en usant du référendum, demander à cette "majorité invisible" devenue inaudible de s’exprimer. Oser le faire rapidement, et sur des sujets dont tout un chacun reconnaît – en privé - l’importance, éviterait de voir s’exacerber les tensions qui minent la société française et dont les conséquences, à plus ou moins long terme, sont particulièrement inquiétantes.
 
 
Vincent Tournier : Quand on voit la virulence des réactions, il faut effectivement faire preuve d’un certain courage pour descendre dans l’arène. Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que ceux qui vantent le plus les mérites du débat sont souvent ceux qui ont le plus tendance à vouloir restreindre le champ des opinions acceptables.
C’est d’ailleurs tout le problème aujourd’hui. Les débats ont été trop longtemps biaisés. Sous couvert d’empêcher le retour du fascisme et de promouvoir une identité européenne, toute une partie de l’opinion s’est vue refuser d’accéder au débat public. Or, aujourd’hui, la difficulté de justement de recréer (ou peut-être même simplement de créer) une unité nationale. Mais comment aller dans ce sens si les arguments proprement nationalistes sont d’emblée récusés ? Sur quelles bases peut-on se retrouver collectivement si toutes les références historiques ou culturelles potentiellement mobilisables sont considérées comme inacceptables ? Si l’on veut aller dans ce sens, il faut accepter de porter un regard plus positif sur le passé, y compris sur les événements difficiles comme la colonisation.
 
Par ailleurs, une autre difficulté est que, pour diverses raisons, les autorités françaises ont laissé le champ libre à des porte-parole radicaux. Ces radicaux ne sont pas forcément représentatifs de l’ensemble des minorités issues de l’immigration, mais ils exercent un ascendant considérable. Ce sont eux qui donnent le ton, voire qui intimident, surtout auprès de populations qui n’ont pas toujours un niveau d’éducation et de politisation très élevé. Qui dispose de ressources suffisantes pour s’opposer au CCIF ou à quelqu’un comme Tariq Ramadan ? Et dans les quartiers, qui peut tenir tête aux leaders locaux ? On peut espérer qu’une nouvelle génération éduquée issue de l’immigration, porteuse d’un discours positif, prenne le relai, mais cette réalité peine à se manifester et reste encore hypothétique.  
 

 

Vincent Tournier : 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 21/03/2018 - 22:07
@JG je vous engage à choisir la résistance!
Résistance à ce nouveau fascisme communautariste, qui s’exprime grâce à des médias aux ordres du NOM et de la pensée unique!...les Français ne peuvent plus faire comme en 1939, et choisir la lâcheté de la collaboration avec les socialistes qui engagèrent la guerre, car cette lâcheté munichoise fut responsable de 35 millions de morts...chaque demi-siècle, cette même menace fasciste venue de gauche ressort son museau. Il faut que ça cesse!
JG
- 21/03/2018 - 18:35
Dans une phase d'agression contre la France, il y a toujours
10% de résistants (Valeurs Actuelles, Atlantico...pas toujours..., Zemmour, Polony, Finkielkraut, Brighelli, Bensoussan, etc..... : brefs les courageux .
10% de collabos : Plenel, France Insoumise, Le Nouvel Obs, Libé, Le Monde et la quasi totalité des journalistes, etc, etc...+ la 5ème colonne (PIR, Indigène de la république, CCIF, et probablement 50% des musulmans en France - cf sondages récents)
80% de lâches....
Quand le conflit armé se déclenchera, il faudra choisir son camp, camarades.....car ceux qui ne se sentent pas collabos mais font partie intellectuellement de cette catégorie - la plupart des journalistes- fuiront ou se cacheront comme les lâches qu'ils sont ....une partie de la catégorie des lâches deviendra résistante, l'autre collabo, en proportion des forces en présence. Il restera la France résistante de toujours pour soutenir le combat...j'essaierai d'en ferai partie si le courage ne me manque pas (personne ne peut dire comment l'on réagit dans ces situations)
zelectron
- 21/03/2018 - 17:00
tomber dans le piège d’une enchère de bienveillance?
Certains islamistes n'ont pas à être traités avec égards.