En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

05.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

06.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

07.

Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 7 heures 31 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 8 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 9 heures 32 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 11 heures 4 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 12 heures 28 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 14 heures 26 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 15 heures 1 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 15 heures 50 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 17 heures 10 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 17 heures 34 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 7 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 9 heures 10 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 10 heures 35 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 11 heures 52 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 14 heures 9 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 14 heures 50 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 15 heures 11 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 16 heures 33 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 17 heures 30 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 17 heures 38 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Définition ?

Le gouvernement veut « lever le nez du guidon » et redonner du sens à son action. Mais le pourra-t-il sans définir (enfin) le macronisme ?

Publié le 19 mars 2018
Selon le JDD du dimanche 18 mars 2018, Emmanuel Macron ne cesse d'exhorter ses ministres, à "lever la tête du guidon" et à "conserver la distance nécessaire pour ne pas se laisser embarquer dans la routine administrative des ministères".
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon le JDD du dimanche 18 mars 2018, Emmanuel Macron ne cesse d'exhorter ses ministres, à "lever la tête du guidon" et à "conserver la distance nécessaire pour ne pas se laisser embarquer dans la routine administrative des ministères".

Selon le JDD du dimanche 18 mars 2018, Emmanuel Macron ne cesse d'exhorter ses ministres, à "lever la tête du guidon" et à "conserver la distance nécessaire pour ne pas se laisser embarquer dans la routine administrative des ministères". On comprend par là qu'il voit le danger qu’il y a à s’enfermer dans un calendrier de réformes qui paraissent plus technocratiques que véritablement de nature à changer la vie ou changer la donne (qu'il s'agisse de l’avenir de la France dans l’UE ou dans la mondialisation). Selon vous, quel est le modèle économique et social qui correspond au macronisme aujourd'hui ?

Le succès électoral d’Emmanuel Macron dans la campagne présidentielle, comme sa popularité depuis son élection (jusqu’ici plutôt soutenue), sont liés à sa promesse d’assurer le gouvernement de la France par des personnes de compétence, venues d’univers différents de la politique "professionnelle". Au printemps dernier, l’annonce d’un Exécutif composé principalement d’experts a été à ce titre massivement salué. La contrepartie, c’est une "dépolitisation" du Gouvernement : il a évacué la politique hors de son champ. C’était sa force, cela pourrait être sa fragilité.
 
Ces experts, souvent proches de l’administration (et aux équipes directement issues d’elle) ont pour objectif de mettre en place des réformes connues de tout le monde, qui se retrouvent dans tous les rapports technocratiques produits par les comités, commissions et groupes d’experts depuis des années. C’est le cas de la réforme du marché du travail, de celle de la SNCF, etc. 
 
Leur projet c’est une modernisation de la France, sur la base d’un consensus social-démocrate (ou social-libéral, qu’importe le nom) qui a dirigé la vision des élites administratives françaises depuis des années : un modèle d’Etat-Providence rafraichi, plus souple, mais qui préserve ses base profondes de redistribution, de régulation économique et social et de pilotage technocratique. Le macronisme, d’une certaine façon, incarne la mobilisation des élites d’Etat pour moderniser ce système.
 

Concrètement, cela signifie de tenir quel discours ? On comprend que cela contraint le macronisme à donner du sens à son action, à révéler la philosophie. Mais au fond, quelle est-elle ?

Le défi du gouvernement c’est, au contraire, la grande difficulté de son discours à incarner un sens politique. Le projet existe bien, mais il est d’inspiration "a-politique" (en théorie) : il ne réforme pas en pratique pour transformer la société, ni pour porter une révolution politique ; il réforme pour amender le modèle économique et social existant, parce que c’est « nécessaire » pour le préserver, parce que la rationalité d’experts recommande de le faire. 
 
Pour réformer, il faut incarner un sens : on ne demande aux gens des efforts considérables pour suivre les recommandations d’une ligne stratégique portée par Bercy. Pendant sa campagne, Emmanuel Macron a souhaité que ce sens soit celui d’une « révolution » (le titre de son livre »), d’une profonde rénovation de la société et surtout du monde politique. Cela a séduit une partie de l’électorat. Mais en pratique, aujourd’hui, sa politique n’est pas celle d’une « transformation » ; c’est la mise en œuvre technique d’amendements au modèle d’Etat Providence existant. Ils sont certainement bienvenus, mais n’induisent pas un bouleversement.
 
Cette politique séduit une partie de l’opinion (notamment à droite) qui est ravie de voir le pays se moderniser sans heurts majeurs ni sans déstabilisation de ses repères ; mais cela peine à convaincre le reste visiblement. Pour maintenir son soutien électoral, le Gouvernement doit accentuer le sens politique de son action. Sa difficulté est, comme souligné précédemment, qu’il n’est pas politique et qu’il doit sa popularité au fait qu’il revendiquait ne pas l’être.
 

Pendant la campagne présidentielle, tout a été vague. Emmanuel Macron a surtout misé sur l’effondrement des autres tout en vendant son nouveau monde et sa révolution, voir même, sa transformation. Comment son gouvernement peut-il maintenant donner une vision qui éclaire l’avenir ?

Il faut garder une certaine modestie en matière de recommandations. Le Président a certainement des idées précises sur ce qu’il souhaite mettre en œuvre comme stratégie et visiblement, il sait que son Gouvernement doit faire plus de politique (ce qui est en contradiction avec ce qui a motivé sa composition) : le Premier ministre a exhorté ce weekend ses ministres à faire plus de politique !
Jusqu’à maintenant, le discours du Gouvernement a été celui de l’évidence technique (il faut faire les réformes parce que les experts le recommandent), mais on perçoit que cela s’essouffle un peu. Pour « donner du sens à l’action », il pourrait probablement travailler à expliquer encore et toujours son projet, pour faire en sorte que celui-ci soit mobilisateur. Ce n’est pas évident, car un discours d’amendements modérés ne soulève pas les foules enthousiastes ; et parce que l’opposition, qui n’a pas à se soucier de mettre en œuvre ce qu’elle clame, peut de son côté proposer le Grand soir ou la révolution. 
Le Gouvernement pourrait ensuite peut-être investir un champ politique dont il est absent : celui qui porte sur le « collectif », sur ce qui fait la cohésion nationale. Cela peut s’aborder par divers discours politiques : sur la solidarité, sur la laïcité, sur le service public aussi. Aujourd’hui, il n’en dit rien.
 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 21/03/2018 - 13:09
@assougoudrel oui! Et le petit Macrouille,
qui s’y connaît en godemichés, a envoyé le Lecornu afin de vérifier l’état de la selle sur laquelle sont assis les fascistes-zadistes, et le changer, si besoin...
assougoudrel
- 19/03/2018 - 22:37
Ce gouvernement est bien assis sur
les vélos, sauf qu'en guise de selles, tout le monde a un godemiché bien enfoncé. On l'a vu avec NDDL.
Anouman
- 19/03/2018 - 18:53
Guidon
Je ne sais pas si les ministres ont le nez dans le guidon, mais le coup de pédale n'est pas très efficace. Et encore ils ont de la chance de ne pas avoir à grimper un côte (environnement économique légèrement plus favorable en ce moment).