En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

07.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 53 min 1 sec
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 1 heure 56 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 2 heures 14 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 2 heures 33 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 2 heures 59 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 3 heures 55 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 4 heures 24 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 4 heures 56 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 5 heures 34 min
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 21 heures 53 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 1 heure 24 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 2 heures 2 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 2 heures 31 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 2 heures 54 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 3 heures 38 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 4 heures 7 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 4 heures 41 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 5 heures 7 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 6 heures 4 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 22 heures 20 min
© ALEXEY NIKOLSKY / SPUTNIK / AFP
© ALEXEY NIKOLSKY / SPUTNIK / AFP
Trop facile

Russie : ce à quoi compte s’attaquer Poutine pour son 4ème mandat

Publié le 19 mars 2018
Dimanche 18 mars, sans surprise, Vladimir Poutine a été réélu avec 76% des voix.
Michael Lambert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michael Eric Lambert est docteur en Histoire des relations internationales à la Sorbonne - INSEAD (BFC'15Dec) et directeur du Black Sea Institute. Ses travaux portent sur les relations entre l'Union européenne, la Russie, et la Chine en Europe...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dimanche 18 mars, sans surprise, Vladimir Poutine a été réélu avec 76% des voix.

Atlantico : Avec un score record et un taux de participation plus élevé qu'en 2012, peut-on parler de victoire totale pour le président Russe ? 

Vladimir Poutine n’est pas une surprise mais atteste cependant de l’appauvrissement et du désintérêt  pour la politique en Russie. 
 
On peut dès lors légitimement s’interroger sur la capacité des citoyens russes, et encore plus de la “génération Poutine”, à adopter un raisonnement démocratique et de multipartisme après le départ de celui-ci (qui n’est pas éternel). On constate également, et c’est une rupture par rapport aux précédentes élections, un manque d’optimisme et de mobilisation de la part des russes qui résident à l’étranger. La victoire attendue renforce la sclérose politique du pays et laisse à craindre un renforcement du pouvoir autocratique et un affaiblissement de l’opposition aux Etats-Unis et en Europe (la plus active) qui se lasse de lutter sans aucun résultat concret depuis 1999. 
 
À l’étranger, cette victoire n’est pas/plus au coeur de l’attention médiatique, et aucun gouvernement n’espère un changement en ce qui concerne la ligne diplomatique de Poutine depuis la Guerre en Géorgie (2008) et l’annexion de la Crimée (2014). On assiste donc à la naissance d’un schéma pessimiste qui laisse au Président russe la liberté d’accomplir ce qu’il souhaite et de dénigrer le principe de démocratie sans aucune opposition. 
 
En ce sens, ce n’est pas une victoire totale du Président russe mais du principe d’autocratie sur celui de démocratie. 
 

Comment expliquer une si grande participation dans un contexte où l’issue était joué d’avance ?

Les plus pessimistes - notamment aux États-Unis et en Europe — diront que les chiffres de la participation sont le résultat d'une fraude massive pour augmenter la légitimité de celles-ci. Si tel est le cas, le pouvoir de Poutine ne repose pas sur un support du peuple mais sur son absentéisme. 
 
Les plus optimistes - en Russie - diront que le peuple russe ont fait le choix de soutenir massivement le Président car sa politique donne les résultats escomptés. En effet, après chaque conflit (Tchétchénie, Géorgie, Ukraine, Syrie) la légitimité du Président russe se renforce et avec son image de leader. Qui plus est, les citoyens russes n'associent pas forcement le gouvernement avec Poutine, qui pour eux est hors du système et incarne une forme de stabilité comme le font les Monarques.    
 
Poutine est parvenu à redonner sa fierté au peuple russe, humilié après la chute de l'URSS, la Crimée (re)-devenue russe, l’Ukraine ne rejoindra pas l’Union européenne / Otan sans trouver une solution au conflit qu’alimente le Kremlin, et la Syrie est désormais un avant poste-russe au Moyen-Orient. Pour résumer, la politique de Poutine, aussi catastrophique qu’elle puisse nous paraitre à l’étranger, est un succès aux yeux des habitants et cela explique le vote de ces derniers pour lui.
 

De l’objectif de remise à flots de l’économie russe du premier mandat de Vladimir Poutine aux tensions croissantes avec l’Occident qui caractérisa le dernier, quel sera, selon vous l’objectif ou les objectifs de ce nouveau mandat qui s’ouvre?

Il y a peu a attendre en ce qui concerne la politique nationale russe mais beaucoup à l’international. 
 
L’économie du pays ne dépend désormais plus des réformes de Moscou mais de la position économique de Beijing. La Chine est la seule - avec son nombre croissant de touristes et ses investissements le long de la nouvelle route de la soie - à pouvoir booster l’économie russe. Poutine adopte donc une position passive et laisse reposer la performance économique du pays sur celle de son voisin. 
 
À l’international, la Russie dispose cependant de perspectives favorables. L’Union européenne s’effrite (élections en Hongrie, Pologne, Autriche, le BREXIT, séparatisme en catalogne, la montée des extrêmes en France et en Italie, etc.) ce qui donne un certain crédit au projet d’Union (Économique) Eurasiatique. Qui plus est, l’Otan est affaiblit par les ambitions impérialistes d’Erdogan et l’isolationnisme de Trump alors que la Russie semble bien maitriser les territoires séparatistes en Europe de l’Est et les stratégies d’influence qui vont avec (Transnistrie, Est de l’Ukraine, Abkhazie, Ossétie du Sud). 
 
On peut s’attendre à une politique qui va s’orienter de plus en plus vers la Chine et au renforcement des cooperations régionales au sein de l’Union eurasiatique pour lui donner des aspects d’Union européenne. L’analyste politique n’est pas devin, mais la conjoncture qui vise au renforcement de la puissance chinoise amène à envisager l’émergence de tensions entre Moscou et Beijing entre 2018-2024 en raison du refus du Kremlin de laisser plus d’autonomie militaire à la Chine en Asie Centrale et en mer Noire.
 

Concernant les relations avec l'Europe, doit-on s'attendre à une poursuite de la diplomatie "musclée" affichée par Moscou depuis quelques années ?

Il faut prendre en considération les fragmentations internes aux deux ensembles. Si la Russie moscovite se détache de l’Occident, celle de Saint Petersburg souhaite partager davantage avec l’Europe et notamment les pays scandinaves. Les Républiques du Caucase russe souhaitent un rapprochement avec le Moyen-Orient, tandis que la Sibérie et les territoires du Far-East espèrent un rapprochement avec la Chine. Pour résumer, la Russie est un espace divisé sur l’avenir des relations avec l’Occident. 
 
Qu’en est-il de l’Europe ? Si la Pologne et l'Estonie s’opposent farouchement à la Russie, d’autres comme la Bulgarie et la Slovénie ne semblent pas se soucier du renforcement de l’influence de Moscou. L’Europe est divisée sur la ligne diplomatique à adopter avec parfois même une attitude schizophrénique propre à chaque pays. 
 
En Allemagne, la politique de Merkel souhaite plus de démocratie en Russie, mais cela ne semble pas entraver le dialogue sur les importations de gaz en mer Baltique. En France, Macron n’est pas apprécié des russes, mais Marine Le Pen l’est tout autrement. À quoi ressemblera l’Europe de demain ? Si la Russie ne changera certainement pas dans les 6 prochaines années, c’est probablement l’Occident qui va connaitre les mutations les plus profondes et décidera seul d’un rapprochement ou d’un éloignement avec Moscou. 
 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 20/03/2018 - 07:39
Quel mépris pour les Russes
cet article !
aristide41
- 20/03/2018 - 04:40
D'accord avec vous
L' Europe est sortie de l'histoire à cause de ses grands idéaux désincarnés qui, poussés à l'extrême, se sont avérés criminels. A cause de l'hédonisme et de l'individualisme aussi. Mais, pour autant, je j'admire aucunement la Russie de Poutine et ses nombreux suppôts , de plus en plus nombreux, m'exasperent .
padam
- 19/03/2018 - 18:43
Les Européens à bout de souffle?
Une personnalité Russe n'appartenant pas à l'équipe actuelle du Kremlin, petit-fils de l'inoubliable Molotov, répondait à un journaliste Occidental qui l'interrogeait que l'Europe d'aujourd'hui était sortie de l'Histoire, non pas par la grand-porte de "l'universalisme mondialiste", mais tout simplement balayée par le vent de l'Histoire, et que dans le jeu des grandes puissances du 21ème siècle elle ne pesait pratiquement plus rien. Je crains que votre analyse, monsieur Lambert, ne fasse que conforter la triste lucidité du commentateur Moscovite.