En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Tribune

Le manque de places en EHPAD, ce faux problème qui nous détourne surtout de la nécessité de construire un autre modèle de société pour les personnes âgées

Publié le 16 mars 2018
Il n'y a pas de place ! Ce cri dévoilant de la peur est celui des plus fragiles, d'où l'urgence de l'entendre pour que la fracture sociale ne s'aggrave pas.
Bernard Devert est le président-fondateur du mouvement Habitat et Humanisme.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Devert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Devert est le président-fondateur du mouvement Habitat et Humanisme.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il n'y a pas de place ! Ce cri dévoilant de la peur est celui des plus fragiles, d'où l'urgence de l'entendre pour que la fracture sociale ne s'aggrave pas.

Il n'y a pas de place ! Ce cri dévoilant de la peur est celui des plus fragiles, d'où l'urgence de l'entendre pour que la fracture sociale ne s'aggrave pas.
 
Les parcours de vie sont marqués par des multitudes de manques : de la crèche aux maisons de retraite ou encore à la culture, se rappelant la situation de ces étudiants qui, après avoir réussi leur bac parfois avec mention, se sont trouvés sur une file d'attente pour rentrer à l'Université.
 
Que de personnes désespèrent de trouver un logement, notamment en Île de France en raison de délais très longs, mettant à mal une vie familiale.
 
Que d'autres connaissent la même mésaventure après une période de chômage pour retrouver une vie professionnelle.
 
Ces manques sont les marqueurs d'une société fébrile, inquiète, consciente que ces lourdes ruptures ne sont pas prêtes à s'estomper alors que les dotations budgétaires plafonnent pour diminuer l'endettement de la Nation.
 
Le raisonnable, s'il est entendu, ne résonne pas moins comme un désarroi difficilement surmontable, le ‘toujours plus' s'épuisant.
 
L'approche du sens, infiniment mieux partagée qu'elle ne l'a été par le passé, dessine un autre modèle de société privilégiant le bien commun, une cible à ne point manquer.
 
Ce modèle, n'est pas seulement à imaginer ; il convient de le bâtir en se libérant des illusions de puissance suscitant les entre-soi et les communautarismes si bien décrits par le mythe de Babel : les mêmes se sont réunis pour bâtir une tour se rapprochant du ciel pour se mettre à distance de ceux qu'ils considèrent comme différents.
 
Ces fondations du totalitarisme demeurent fort heureusement détruites par cette interrogation : et les autres ? Pour qu'ils aient une place, un déplacement s'impose ; il relève d'un supplément d'humanité sans lequel les plus vulnérables sont confrontés à ces manques qui résistent.
 
L'éclatement du vieillissement fait apparaître le risque avéré d'un manque de places dans les établissements médico-sociaux, ces EHPAD, nécessaires lorsque la perte d'autonomie rend impossible le maintien à domicile.
 
Or son ‘chez soi', la personne âgée entend le garder comme signe de sa liberté. Il n'est pas non plus sans danger, l'isolement accélère le vieillissement et aggrave la perte d'autonomie. L'établissement médicosocial entraine aussi un syndrome de glissement sans que cette notation ne soit une critique à l'égard des soignants confrontés à des ‘patients' dont un grand nombre est touché par des maladies neurodégénératives.
 
La force des marchés est impuissante devant ces situations appelant un supplément d'humanité qui n'a pas de prix pour être celui de la gratuité.
 
L'heure n'est-elle pas de créer une coopération des services au sein des territoires, l'EHPAD devenant une plateforme de soins , un espace source, pour que ses soignants se rendent à domicile, la personne âgée étant aidée par des jeunes actifs, des retraités apportant un prendre-soin en complémentarité de l'acte de soin.
 
Ce matin, quels n'étaient pas mon étonnement et ma joie, entrant dans une maison de personnes âgées, de rencontrer un étudiant qui, chaque samedi et dimanche matin, gratuitement, prépare les petits déjeuners en donnant du temps aux personnes qu'il sert. Son initiative fait école.
 
C'est encore le doyen d'une université de médecine qui demande à ses étudiants de 2ème année de s'investir auprès de malades, dans une perspective de rencontre brisant la solitude.
Un des projets du Président de la République est de mettre en œuvre un service national. Sans doute ne sera-t-il pas étranger à la question abordée.
 
Que d'ouvertures et de signes d'humanité se font jour face à ces manques, d'où ces passerelles qui se construisent pour les traverser
 
Le futur, dit-on, serait celui de ‘l'homme augmenté'. Et si nous commencions par veiller à bâtir une Société marquée par le respect des plus fragiles, s'éveillerait alors une humanité ‘augmentée', un défi à relever qui ne manquera pas de susciter des enthousiasmes et des énergies nouvelles.
 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
edac44
- 18/03/2018 - 09:31
@ vangog
A moins de 5000 euros, point de salut !...
vangog
- 17/03/2018 - 10:04
Et les bobos transhumanistes qui rêvent de prolonger la vie...
comme les nationo-socialistes de 1940, les bobos transhumanistes rêvent de prolonger la vie...mais seulement pour ceux dont la retraite est supérieure à 2500 euros...
edac44
- 17/03/2018 - 06:40
Les progrès de la médecine (correction et suite)
Lire : Le vrai problème est que la moyenne des retraites avoisine les 1.200 euros par mois et le coût des EHPAD 2.500 euros par mois, soit plus du double !...
Autre question à laquelle il faudra répondre un jour :
peut-on continuer à financer des tubes digestifs, certains disent "des légumes", en fin de vie ???