En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

04.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

07.

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

ça vient d'être publié
pépites > France
Noyau dur
Acte 53 des Gilets jaunes : 28.000 manifestants selon la police, 40.000 selon les organisateurs
il y a 3 min 57 sec
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Inde veut aller explorer Vénus en 2023 ; Mars : les fluctuations de l’oxygène décontenancent la Nasa
il y a 22 min 55 sec
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que la technologie pourrait apporter pour contenir les incendies géants
il y a 3 heures 47 min
décryptage > France
Un an déjà

Acte 53 des Gilets jaunes : statu quo en attendant décembre

il y a 4 heures 26 min
décryptage > International
Moderne... mais féroce

En Arabie Saoudite, « réforme » rime avec « répression »

il y a 4 heures 48 min
décryptage > France
Agriculture

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

il y a 4 heures 50 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment la momie de Ramsès II a bénéficié d'une "seconde jeunesse" grâce à une exposition organisée à Paris en 1976

il y a 4 heures 51 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L'habile stratégie de Xi Jinping pour placer la Chine au centre de l'échiquier mondial

il y a 4 heures 51 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les moyens efficaces pour lutter contre le cancer, LA maladie du XXème siècle qui pourrait être vaincue dans les prochaines décennies

il y a 4 heures 52 min
décryptage > Environnement
Effet collatéral

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

il y a 4 heures 52 min
pépites > Politique
Baisse
Popularité : Emmanuel Macron perd un point en novembre
il y a 15 min 54 sec
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

SOS Europe en détresse ?

il y a 3 heures 29 min
décryptage > Santé
Danger

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

il y a 4 heures 15 min
décryptage > Politique
Sectarisme à tous les étages

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

il y a 4 heures 32 min
décryptage > Economie
Un but bien défini

La politique économique de Trump, une politique parfaitement prévisible

il y a 4 heures 49 min
décryptage > International
Automne chinois

Hong Kong ou l’illustration que la Révolution de velours tchèque ne serait plus possible 30 ans après ?

il y a 4 heures 50 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

il y a 4 heures 51 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le libéralisme : seul véritable humanisme

il y a 4 heures 52 min
décryptage > Histoire
Ave Zemmour !

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

il y a 4 heures 52 min
décryptage > Economie
Préjugés

Pascal Salin : "Nombre de Français sont allergiques au libéralisme car ils ignorent l’amélioration de leur vie qu’apporterait un vrai libéralisme"

il y a 4 heures 54 min
© Eric CABANIS / AFP
© Eric CABANIS / AFP
Bonnes feuilles

L'ENA, une pépinière des serviteurs de l’État devenue une business school

Publié le 18 mars 2018
Le recrutement des nouvelles élites de l’État semble évoluer de manière accélérée. Certains d'entre eux quittent provisoirement le service de l'État pour rejoindre des grandes entreprises, des banques ou des cabinets de conseil, comme l’illustrent le parcours d’Emmanuel Macron lui-même et celui de plusieurs des membres de son cabinet. Extrait de "Où va l'Etat ?" de Pierre Birnbaum, aux éditions du Seuil (2/2).
Pierre Birnbaum, professeur émérite à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, est l’auteur de nombreux ouvrages.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Birnbaum
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Birnbaum, professeur émérite à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, est l’auteur de nombreux ouvrages.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le recrutement des nouvelles élites de l’État semble évoluer de manière accélérée. Certains d'entre eux quittent provisoirement le service de l'État pour rejoindre des grandes entreprises, des banques ou des cabinets de conseil, comme l’illustrent le parcours d’Emmanuel Macron lui-même et celui de plusieurs des membres de son cabinet. Extrait de "Où va l'Etat ?" de Pierre Birnbaum, aux éditions du Seuil (2/2).

Reste que, de nos jours, l’ambition originelle de l’ENA, son exceptionnalisme lié à la centralisation à la française, son statut dans l’accélération de la carrière des hauts fonctionnaires qui n’a guère d’équivalent à l’étranger risquent de se trouver remis en question. Dans l’optique gaulliste de l’État fort, elle devait constituer la pépinière des serviteurs de l’État. Pour certains chercheurs, l’École se rapproche désormais d’HEC et des grandes écoles de commerce. Dans ce sens, «même si la majorité de ses anciens élèves ne va pas travailler dans une entreprise, l’ENA doit aujourd’hui être considérée comme une business school ». De manière plus précise, et c’est l’essentiel, 60% des pantoufleurs, entre 1960 et 1990, proviennent seulement de cinq corps: le Conseil d’État, l’inspection des Finances, la Cour des comptes, le ministère de l’Intérieur et le ministère des Finances; et parmi ces derniers, c’est « le corps de l’inspection des Finances qui doit être considéré comme une véritable business school ». De nombreux travaux ont mis eux aussi l’accent sur ce phénomène du pantouflage, qui concerne surtout certains grands corps de l’État.

En 2017, la chose paraît, pour certains, définitivement entendue, l’ENA s’est éloignée de sa mission d’origine, celle de former les cadres supérieurs de l’État, de recruter de manière méritocratique, et donc en dépit des inégalités d’appartenances sociales, des serviteurs dévoués au seul service public. Pour beaucoup, non seulement l’origine sociale la plus favorisée joue un rôle déterminant dans le succès au concours externe de l’ENA mais, en outre, les carrières des anciens élèves orientées durant les premières décennies vers le seul service public se diversifient de plus en plus, s’ouvrant surtout vers les entreprises privées. Comme l’observe Luc Rouban, «on passe du cadre supérieur au service de l’État finissant chef de service au dirigeant “multicartes” passant d’un service à un cabinet puis à un établissement public pour aller en entreprise… et revenir avant de repartir pour passer sa retraite comme président d’une banque d’affaires ».

Cette transformation radicale ne touche pas autant les grandes masses d’administrateurs civils puisque, sur l’ensemble de la période, depuis sa création jusqu’en 2015, 80 % des élèves poursuivent une carrière exclusivement administrative, tandis qu’au contraire 55% des inspecteurs des Finances pantouflent dans les affaires, surtout dans le secteur financier mais aussi dans l’immobilier, les assurances et le monde industriel, avant de revenir pour l’immense majorité d’entre eux au sein de l’appareil étatique. Ce pantouflage des inspecteurs des Finances survient de plus en plus tôt dans la carrière, quelques années après la sortie de l’ENA, et le fait d’être passé par une grande école commerciale ne peut que le favoriser. Il se réalise de plus en plus sans transition, comme autrefois, par un cabinet ministériel, et, après environ cinq années en entreprise privée, il est suivi d’un retour au sein de l’État.

Extrait de "Où va l'Etat ?" de Pierre Birnbaum, aux éditions du Seuil

"Où va l'Etat ?" de Pierre Birnbaum

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

04.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

07.

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Atlante13
- 18/03/2018 - 18:49
Approche gentillette du problème
en fait l'ENA, qui devait au départ former des élites au service du pays, a servi a former des élites qui n'ont eu qu'une obsession, prendre le pouvoir. Et elles ont réussi. On pourra en cela remercier TOUS nos hommes politiques qui ont eu la lâcheté de se mettre à leur service, avant de leur laisser leur place.
Anguerrand
- 18/03/2018 - 16:26
Le minimum de savoir serait, au sortir de l' ENA
devraient au minimum avoir une connaissance de l'anglais ( et du français) parfaite compte tenu de leurs destinés, et on en est très loin. Je suis pour un CV complet des candidats à toute les elections. Il n'est pas normal qu'un responsable n'ait pas un minimum de connaissance pour être president de la Republique, sénateur, député. Maire. Les candidats de la fonction publique, et dieu sait s'ils sont nombreux devraient démissionner de la fonction public sinon c'est trop facile.