En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

03.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

04.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

05.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 7 min 15 sec
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 46 min 47 sec
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 3 heures 20 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 4 heures 2 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 4 heures 32 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 7 heures 20 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 8 heures 36 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 9 heures 37 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 9 heures 51 min
light > Culture
Star
Isabelle Huppert meilleure actrice du monde au XXIe siècle selon le New York Times
il y a 10 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 20 min 4 sec
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 2 heures 32 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 3 heures 44 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 4 heures 13 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 6 heures 12 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 8 heures 1 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 9 heures 11 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 9 heures 50 min
décryptage > France
Appel aux autorités

Dans la peau d’un autiste

il y a 10 heures 15 min
pépites > Politique
Police
Emmanuel Macron aurait été choqué par la vidéo montrant un producteur de musique frappé, et aurait recadré Gérald Darmanin
il y a 10 heures 48 min
© Eric CABANIS / AFP
© Eric CABANIS / AFP
Bonnes feuilles

L'ENA, une pépinière des serviteurs de l’État devenue une business school

Publié le 18 mars 2018
Le recrutement des nouvelles élites de l’État semble évoluer de manière accélérée. Certains d'entre eux quittent provisoirement le service de l'État pour rejoindre des grandes entreprises, des banques ou des cabinets de conseil, comme l’illustrent le parcours d’Emmanuel Macron lui-même et celui de plusieurs des membres de son cabinet. Extrait de "Où va l'Etat ?" de Pierre Birnbaum, aux éditions du Seuil (2/2).
Pierre Birnbaum
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Birnbaum, professeur émérite à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, est l’auteur de nombreux ouvrages.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le recrutement des nouvelles élites de l’État semble évoluer de manière accélérée. Certains d'entre eux quittent provisoirement le service de l'État pour rejoindre des grandes entreprises, des banques ou des cabinets de conseil, comme l’illustrent le parcours d’Emmanuel Macron lui-même et celui de plusieurs des membres de son cabinet. Extrait de "Où va l'Etat ?" de Pierre Birnbaum, aux éditions du Seuil (2/2).

Reste que, de nos jours, l’ambition originelle de l’ENA, son exceptionnalisme lié à la centralisation à la française, son statut dans l’accélération de la carrière des hauts fonctionnaires qui n’a guère d’équivalent à l’étranger risquent de se trouver remis en question. Dans l’optique gaulliste de l’État fort, elle devait constituer la pépinière des serviteurs de l’État. Pour certains chercheurs, l’École se rapproche désormais d’HEC et des grandes écoles de commerce. Dans ce sens, «même si la majorité de ses anciens élèves ne va pas travailler dans une entreprise, l’ENA doit aujourd’hui être considérée comme une business school ». De manière plus précise, et c’est l’essentiel, 60% des pantoufleurs, entre 1960 et 1990, proviennent seulement de cinq corps: le Conseil d’État, l’inspection des Finances, la Cour des comptes, le ministère de l’Intérieur et le ministère des Finances; et parmi ces derniers, c’est « le corps de l’inspection des Finances qui doit être considéré comme une véritable business school ». De nombreux travaux ont mis eux aussi l’accent sur ce phénomène du pantouflage, qui concerne surtout certains grands corps de l’État.

En 2017, la chose paraît, pour certains, définitivement entendue, l’ENA s’est éloignée de sa mission d’origine, celle de former les cadres supérieurs de l’État, de recruter de manière méritocratique, et donc en dépit des inégalités d’appartenances sociales, des serviteurs dévoués au seul service public. Pour beaucoup, non seulement l’origine sociale la plus favorisée joue un rôle déterminant dans le succès au concours externe de l’ENA mais, en outre, les carrières des anciens élèves orientées durant les premières décennies vers le seul service public se diversifient de plus en plus, s’ouvrant surtout vers les entreprises privées. Comme l’observe Luc Rouban, «on passe du cadre supérieur au service de l’État finissant chef de service au dirigeant “multicartes” passant d’un service à un cabinet puis à un établissement public pour aller en entreprise… et revenir avant de repartir pour passer sa retraite comme président d’une banque d’affaires ».

Cette transformation radicale ne touche pas autant les grandes masses d’administrateurs civils puisque, sur l’ensemble de la période, depuis sa création jusqu’en 2015, 80 % des élèves poursuivent une carrière exclusivement administrative, tandis qu’au contraire 55% des inspecteurs des Finances pantouflent dans les affaires, surtout dans le secteur financier mais aussi dans l’immobilier, les assurances et le monde industriel, avant de revenir pour l’immense majorité d’entre eux au sein de l’appareil étatique. Ce pantouflage des inspecteurs des Finances survient de plus en plus tôt dans la carrière, quelques années après la sortie de l’ENA, et le fait d’être passé par une grande école commerciale ne peut que le favoriser. Il se réalise de plus en plus sans transition, comme autrefois, par un cabinet ministériel, et, après environ cinq années en entreprise privée, il est suivi d’un retour au sein de l’État.

Extrait de "Où va l'Etat ?" de Pierre Birnbaum, aux éditions du Seuil

"Où va l'Etat ?" de Pierre Birnbaum

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Atlante13
- 18/03/2018 - 18:49
Approche gentillette du problème
en fait l'ENA, qui devait au départ former des élites au service du pays, a servi a former des élites qui n'ont eu qu'une obsession, prendre le pouvoir. Et elles ont réussi. On pourra en cela remercier TOUS nos hommes politiques qui ont eu la lâcheté de se mettre à leur service, avant de leur laisser leur place.
Anguerrand
- 18/03/2018 - 16:26
Le minimum de savoir serait, au sortir de l' ENA
devraient au minimum avoir une connaissance de l'anglais ( et du français) parfaite compte tenu de leurs destinés, et on en est très loin. Je suis pour un CV complet des candidats à toute les elections. Il n'est pas normal qu'un responsable n'ait pas un minimum de connaissance pour être president de la Republique, sénateur, député. Maire. Les candidats de la fonction publique, et dieu sait s'ils sont nombreux devraient démissionner de la fonction public sinon c'est trop facile.