En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Reuters
Illusions perdues
Didier Bille : "Le délitement du lien social en entreprise n’est jamais que le reflet de ce qu’il se passe dans nos sociétés"
Publié le 16 mars 2018
Ancien DRH, Didier Bille, vient de publier le livre "DRH, la machine à broyer".
Directeur des ressources humaines, Didier Bille a travaillé pour plusieurs grands groupes. Il évolue aujourd’hui au sein de structures qui s’attachent à (re)placer le lien social, le respect et la bienveillance au cœur de leurs politiques RH. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Bille
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Directeur des ressources humaines, Didier Bille a travaillé pour plusieurs grands groupes. Il évolue aujourd’hui au sein de structures qui s’attachent à (re)placer le lien social, le respect et la bienveillance au cœur de leurs politiques RH. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien DRH, Didier Bille, vient de publier le livre "DRH, la machine à broyer".

Atlantico : Dès le début vous partez de ce constat alarmant sur les missions actuelles des RH qui s’articulent autour de quatre axes : « attirer, lobotomiser, casser et jeter ». Vous pouvez nous détailler ces méthodes employées ?

Didier Bille : « Attirer » car les entreprises ont besoin de personnes et il y a deux problématiques qui se posent à elles. La plupart des gens ont perdu leurs illusions. Ils savent que l’herbe ne sera pas forcément plus verte ailleurs et donc que ce ne sera pas forcément mieux pour eux dans une autre entreprise. De ce fait, ils sont plus hésitants à quitter leurs postes. Deuxième problème pour attirer les candidats : comme elles se nourrissent toutes des mêmes lectures, des mêmes consultants, cela fait que les offres se ressemblent toutes. Elles gèrent les carrières de la même manière, elles récompensent les gens de la même manière… Elles n’arrivent donc pas à se distinguer.

« Lobotomiser » car aujourd’hui non seulement on a besoin de moins en moins de salariés mais en plus on a besoin qu’ils fassent des tâches de plus en plus complexes qui engendrent une charge mentale intense. On a donc besoin de salariés motivés qui vont se donner à fond et on n’a pas trouvé de meilleur « flic », de meilleur motivant que le salarié lui-même. D’où une propagande d’entreprise qui va lui faire croire que le travail est toujours récompensé, que se donner à fond donnera toujours une récompense, que les promotions sont possibles si les tâches sont remplies…

Par contre on ne lui dit pas qu’il y aura plus de candidats que de beaux postes à pourvoir, que le budget des bonus sera limité… Pour que le salarié se donne à fond il est nécessaire de lui donner des choses à quoi il doit croire quitte à enjoliver la vérité ou à mentir tout simplement.

« Casser » car les entreprises veulent tirer un maximum de leurs salariés. Il faut « presser le citron » au maximum. Lorsqu’un salarié n’est plus utilisable il est jeté d’une manière ou d’une autre et c’est nous qui, à travers la sécurité sociale, les minima sociaux allons prendre en charge ces individus cassés par le travail. C’est encore un des grands avantages que l’être humain a par rapport au robot qui appartient à l’entreprise. Si ce dernier a été programmé pour accomplir des tâches inlassablement, il ne peut pas dépasser ses limites, ce dont l’employé est capable. S’il est cassé, ce sera à l’entreprise de le réparer alors que si l’humain est brisé, ce sera à la société d’en assumer les conséquences

Aujourd’hui, on peut casser les gens sans avoir à en supporter les conséquences.

Enfin, « jeter » car une fois que le citron a été pressé il faut bien s’en débarrasser d’une manière ou d’une autre. Ce sont les licenciements, les ruptures conventionnelles plus ou moins volontaires que l’on va mettre en place.

Tout cela est un constat assez dur mais il est vérifié par l’explosion du nombre de burnouts, des blessures liées au travail…

Mais est-ce que toutes les entreprises agissent de la même manière ?

Evidemment que non. Ce livre se base sur mes expériences, celles de collègues et mes recherches sur le sujet. Je ne peux évidemment pas affirmer que 100% des entreprises fonctionnent sur ce modèle mais c’est le cas pour un grand nombre d’entre elles.

Beaucoup fonctionnent déjà sur ce modèle ou sont bien parties pour le faire. Pourquoi ? Car l’entreprise c’est comme un humain. Face à un choix on a tendance à préférer les solutions de facilité. Casser sans avoir à en subir les conséquences est le chemin facile que l’on aura tendance à prendre.

Après il faut comprendre qu’en entreprise il n’y a plus de réflexions sur le sens du travail ou le management. Il y a une réflexion sur ce que l’on doit aux clients, aux actionnaires, mais rien sur ce que l’on doit à nos salariés. Aujourd’hui l’employé est une variable d’ajustement.

Aujourd’hui une entreprise estime devoir seulement deux choses à un salarié : la rémunération et un minimum de sécurité sur le lieu de travail. La réflexion s’arrête là.

Ce ne sont pas les ressources humaines qui sont directement responsables de tout cela évidemment, par contre ce sont elles qui sont les chevilles ouvrières, le bras armé de l’application de ces politiques qui aujourd’hui détruisent des vies et n’assument plus leur rôle de contrepouvoir.

Comment expliquer ce dévoiement des missions des RH ?

Si l’on remonte à il y a 30 ans, les ressources humaines assumaient une fonction dite de « support ». Elles s’occupaient principalement de l’administration du personnel, la paye, les contrats, les formations et c’était tout.

Puis les gourous des ressources humaines, comme Dave Ulrich ont déclaré qu’elles étaient un secteur stratégique de l’entreprise. Cela a été le miroir aux alouettes auquel ont succombé les ressources humaines. On allait devenir l’égal des directeurs de production, des directeurs financiers…

Comment expliquer que l’on devenait un secteur stratégique ? Car on devenait des « business partners », comme l’a d’ailleurs théorisé Dave Ulrich.. C’est à ce moment-là que la scission s’est faite. Soutenir le business signifiait qu’un glissement s’opérait dans nos missions : on ne devait plus prendre soin des employés mais « accroitre le profit ». C’est là le pacte faustien que l’on a fait. C’est à ce moment que les employés sont passés du stade d’humains au stade de variables d’ajustement.

Quand j’ai commencé ma carrière dans les ressources humaines, on devait être l’avocat des patrons face aux salariés et inversement. Ce n’est plus le cas aujourd’hui et c’est l’employé qui se retrouvé lésé.

Ne sommes-nous pas en train de vivre une deuxième transition avec l’avènement de la « startup nation » ?

Les startups disent qu’elles ont un nouveau mode de management mais mettons les choses au point : elles n’en ont pas. Et c’est ça leur mode de management. Il y a chez elles et les entreprises qui s’en réclament un dictat à être tout le temps enthousiaste. Maintenant des entreprises pensent sincèrement qu’il suffit de pizzas et de babyfoot pour rendre les salariés heureux. Mais la plupart ont simplement pour objectif que le salarié ne compte plus ses heures au travail.

C’est tellement gros que cela donne une idée d’où nous en sommes dans les réflexions sur la motivation, le travail, la relation entre employeur et employés. Cela met en évidence la médiocrité de notre réflexion actuelle.

Est-ce qu'il n'y a pas également une part de responsabilité de la part du salarié dans ce système qui s'est instauré ?

Le monde dans lequel nous vivons et les entreprises dans lesquelles nous travaillons, ce ne sont pas les ressources humaines qui les ont faites. C’est une responsabilité collective. Le délitement du lien social en entreprise n’est jamais que le reflet de ce qu’il se passe dans nos sociétés.

Pourtant le salarié a toujours la possibilité de défendre un collègue, de dire « stop » à un manager dont les méthodes ne sont pas acceptables. C’est une réalité effectivement. Mais l’autre réalité c’est qu’il y a six millions de personnes au chômage en France et que dans 99% des cas, l’issue de cette rébellion ce sera la porte.

On ne peut pas demander à quelqu’un d’être un héros. On peut trouver ça formidable lorsqu’il y en a qui émergent mais on ne peut pas reprocher à quelqu’un de ne pas l’être.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Après les trottinettes électriques, la prochaine mode pourrait bien être le bâton sauteur
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
Ne l’appelez plus Shinzo Abe mais Abe Shinzo
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
07.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 16/03/2018 - 20:47
Une vraie Bille le Didier !!!
Une vraie Bille le Didier !!!! Jamais lu de telles âneries proférées avec autant d'aplomb...Ou a-t-il vu que les entreprises devaient créer du lien social ? Elles ne l'ont jamais fait, et j'espère qu'elles ne le feront jamais...
Encore la vision socialisante de l'entreprise qui ne serait pas là pour faire des profits mais du social.....Pas étonnant que nos entreprises soient en train de crever, les Américains, les Anglais, les Coréens, Japonais et Chinois pensent bêtement qu'une entreprise est juste destinée à faire des profits. Cela fait 50 ans que je travaille et chaque fois qu'on m'a pressé comme un citron, soit ça m'arrarrangeait et je la fermais, soit ça me gavait et je partais...La vraie liberté est là et si les entreprises Françaises n'étaient pas aussi entravées par toutes ces lois sociales qui les empêchent de gagner de l'argent, elles pourraient embaucher, et les salariés pourraient choisir dans un marché ouvert. Pas étonnant que le Didier il nous ait fait une "burne out", car avec ses idées de "bolibourgeois" il aurait été plus cool comme délégué syndical dans la "ponction publique" ....
Citoyen-libre
- 16/03/2018 - 10:35
Excellent article
Une approche très réaliste du monde de l'entreprise, à laquelle peu de jeunes étudiants sont informés et préparés. Leur envie naturelle de s'affirmer, va très vite les transformer en chair à canon de l'économie, chère à la cupidité jamais inassouvie de notre monde libéral. Peut-être qu'en filigrane, derrière le conflit de la SNCF, c'est ce qui se joue. Ils refusent un système dans lequel, ils savent qu'ils vont être broyés. Leur statut est présenté comme des avantages pour cliver l'opinion publique, mais il y a aussi très peu d'informations et d'article comme celui-ci sur la réalité du monde des salariés du privé.
Anouman
- 16/03/2018 - 10:02
DRH
Très réaliste cette analyse, malheureusement.