En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > International
Résolution ?

Fin de crise en Israël

il y a 5 heures 1 min
pépites > International
Israel
Coronavirus: Benjamin Netanyahu placé en quarantaine
il y a 10 heures 48 min
décryptage > International
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

Les Virus, l’économie, les politiques et la mort. Premières leçons de la gestion de la pandémie

il y a 11 heures 38 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Contes de la rue Broca

il y a 12 heures 22 min
pépites > France
Un transfert pas comme les autres
Coronavirus: le transfert de patients s'accélère, l'épidémie aussi
il y a 12 heures 50 min
pépite vidéo > Insolite
"Pour Corona"
Les hymnes du confinement
il y a 13 heures 42 min
décryptage > France
En finir avec les pythies de mauvaises aventures

Étatisation et protectionnisme : les deux maux qui nous menacent probablement plus qu’une répétition de 1929

il y a 14 heures 15 min
décryptage > Economie
En espérant en tiré des leçons

COVID-19 : la pandémie sanitaire et financière en 5 tableaux

il y a 14 heures 59 min
décryptage > International
Alternative

La santé ou l’économie ? Petites réflexions philosophiques sur un vrai dilemme

il y a 15 heures 42 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

il y a 16 heures 37 min
pépites > France
Un boost pas comme les autres
Le confinement dynamise les révisions du Code de la route
il y a 10 heures 4 min
Les marques sont elles aussi solidaires
Coca-Cola et d'autres marques créent des logos de «distance sociale»
il y a 11 heures 8 sec
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Le cauchemar

il y a 12 heures 15 min
pépites > Santé
Une nouvelle pénurie à cause du Covid-19
Vers une pénurie mondiale de préservatifs ?
il y a 12 heures 33 min
light > Insolite
Une perte musicale
Alan Merrill, auteur-compositeur " I Love Rock 'N' Roll '', décède du coronavirus à 69 ans
il y a 13 heures 21 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Les applications qui peuvent vous aider à supporter le confinement
il y a 14 heures 11 min
décryptage > France
Coronavirus

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

il y a 14 heures 28 min
décryptage > Economie
Contre-intuitif

Coronavirus : pourquoi la mondialisation est le meilleur remède pour nous sortir de la crise

il y a 15 heures 34 min
décryptage > International
Choix cornélien

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

il y a 16 heures 5 min
décryptage > International
Superpuissance en construction

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

il y a 17 heures 1 min
© SAUL LOEB / AFP
© SAUL LOEB / AFP
Un fidèle à la barre

Exit Rex (Tillerson), hello Mike (Pompeo) : Donald Trump s’octroie les moyens de gouverner autrement que par tweet

Publié le 14 mars 2018
Le président américain a nommé Mike Pompeo à la place de Rex Tillerson au poste de sécrétaire d'Etat.
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président américain a nommé Mike Pompeo à la place de Rex Tillerson au poste de sécrétaire d'Etat.

En quoi l'éviction de Rex Tillerson de son poste de sécrétaire d'Etat et son remplacement par l'ancien dirigeant de la CIA, Mike Pompeo, peut laisser à penser que la politique voulue par Donald Trump aura désormais une application réelle ? Quelles sont les "qualités" de Mike Pompeo qui seront utiles à Donald Trump dans la poursuite de la politique qu'il souhaite imprimer au pays ? 

Mike Pompeo a un profil très différent de Rex Tillerson. D’abord parce qu’il a été élu et qu’il connaît bien les rouages du Congrès.  Il était en effet un des représentants du Kansas à la Chambre avant que le président Donald Trump ne le nomme à la tête de la CIA. Il a gagné son élection sur une base dure, inspirée des idées du Tea Party et avec le soutien des frères Koch, ces richissimes donateurs du parti républicain qui « fabriquent » de bons conservateurs à coup de millions. Et Mike Pompeo a été un très bon élève.  Le directeur de la CIA est très vite devenu un très proche de Donald Trump, dont il a épousé toutes les vues, sur tous les sujets. Aujourd’hui, il est bien difficile de glisser ne serait-ce qu’un papier de cigarette entre les deux points de vues de ces deux hommes, tellement ils sont proches. Cela n’a pourtant pas toujours été le cas : pendant la campagne, Mike Pompeo a même été très critique envers l’actuel président ; mais c’était lorsqu’il soutenait Marco Rubio. Et c’est bien un vestige du passé qui semble totalement enterré.

 

Quelques heures avant l’annonce d’une rencontre entre le président des Etats-Unis et Kim Jong Un, Mike Pompeo a été aperçu dans le bureau ovale avec Donald Trump, lorsque celui-ci recevait la une délégation sud-coréenne qui lui a transmis cette invitation. Mike Pompeo a donc figuré au nombre des très rares personnes qui ont été immédiatement informées de cette décision. Et cela n’est pas surprenant car il est considéré comme un loyaliste de Trump : il a prouvé ses compétences au sein de la CIA où il lui avait été demandé de ramener le calme et de mettre en place un équilibre qui est toujours très délicat à obtenir entre l'agence d'espionnage et ce commandant en chef qui a comparé les services de renseignement américains aux nazis.

 

 

Cette nomination peut ainsi laisser entendre que Rex Tillerson n'agissait pas selon les termes définis par le Président. Si la nomination de Mike Pompeo peut dès lors apparaître comme une forme de prise de pouvoir sur le "deep state" qu'il dénonce, celle-ci ne peut-elle pas être la source d'une levée de boucliers, aussi bien de la part du parti que de l'administration ? La nomination de Mike Pompeo peut-elle apparaître comme le début des véritables problèmes pour Donald Trump ? 
 

Le parcours de Pompeo n’a rien pour déplaire tant à l’administration qu’au parti républicain. Mis à part qu’il a été lui-même élu, ce qui ne peut que plaire à ses anciens collègues du Congrès, il est diplômé de West Point et a servi comme officier en Europe, avant de compléter sa formation par des études de droits à la prestigieuse université d’Harvard. Il n’a certes jamais été diplomate et s’est toujours montré très dur sur les questions de sécurité nationale. Mais, là encore, cela ne posera pas de problème avec quiconque dans sa fonction. Bien au contraire, cela pourra rassurer alors qu’il y a une négociation très complexe à mener avec la Corée du Nord. La position de Pompeo est bien plus dure que celle du locataire de la Maison-Blanche, à tel point qu’il est favorable à titre personnel à un changement de régime. Il n’y a donc pas de problème particulier à redouter pour le président des Etats-Unis et il semble difficile de concevoir qu’il y ait une levée de bouclier à un moment où Donald Trump renforce sa main mise sur son administration et se comporte « en patron ».

 

On peut en juger par le limogeage sans délai de Steve Goldstein, un collaborateur direct de Rex Tillerson, qui a révélé à la presse que le ministre sur le départ à appris son renvoi par un tweet. Donald Trump est vraiment à l’aise avec un homme comme Pompeo, comme c’est toujours le cas avec les militaires avec qui il travaille. Ce nouveau partenariat devrait donc bien fonctionner, d’autant qu’il est renforcé par Gina Haspel qui prend la tête de la CIA, après en avoir été le sous-directrice, du temps de Pompeo. Il y aura donc une grande cohérence d’action entre l’exécutif, les affaires étrangères et les services de renseignements, ce qui n’était pas forcément le cas jusqu’à présent.

 

Selon certaines informations, le dossier iranien aurait été la cause du divorce entre Donald Trump et Rex Tillerson. Quels sont les dossiers sur lesquels un changement de "ton" pourrait avoir lieu dès la prise de fonction de Mike Pompeo? 
 

Le désaccord ont été parfois très grands entre Donald Trump et Rex Tillerson ; c’est donc sur ces dossiers qui ont posés des problèmes que les changements les plus flagrants sont à attendre. Le plus évident est le dossier de la Russie. Rex Tillerson a souvent exprimé des points de vues divergents par rapports à ceux du président des Etats-Unis. La méfiance s’est installée assez vite entre les deux hommes, comme l’a montré le rejet par Donald Trump d’Elliott Abrams, que le ministre des affaires étrangères avait proposé pour être son ministre-adjoint. Le nouveau président lui a alors préféré John J. Sullivan, qu’il a imposé dans ce ministère. Le second grand désaccord politique a porté sur le réchauffement climatique et s’est donc cristallisé sur l’accord e Paris, que Rex Tillerson conseillait de ne pas quitter. 

Dans les relations avec les pays étrangers, on a bien vite vu des lignes qui ne se rencontraient plus lorsque Donald Trump a soutenu l’Arabie Saoudite dans son différend avec le Qatar, alors accusé de soutenir le terrorisme. Mais c’est sur la question du nucléaire iranien que les choses ont été le plus mal, les positions étant diamétralement opposées entre les deux.

 

Le changement de ton apparaitra aussi dans les déclarations des uns et des autres à l’avenir. Avec Rex Tillerson, on a compris que la mésentente avec le président était grande lorsqu’il l’a traité de « débile » ou qu’il a laconiquement fait remarquer que « chacun parle pour son propre compte », lorsque le président a dérapé après les événements de Charlottesville. Il ne devrait plus y avoir ce type de propos et on peut s’attendre à plus de solidarité de la part de Mike Pompeo. Il s’est distingué depuis un an pour sa loyauté, une qualité que Trump apprécie, et demande à ses collaborateurs les plus proches.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
CasCochyme
- 14/03/2018 - 16:52
sur la forme
Sur le fond, rien à dire de particulier sur l'article. Sur la forme, il y a pas mal de commentaires négatifs aux US sur le fait que Trump n'ait pas jugé utile de faire cette annonce à Rex Tillerson entre quatre yeux, dans le bureau ovale, ce qui semblait la moindre des choses. Même de la part de gens généralement en faveur de l'action de DT (et je ne me suis jamais associé aux jérémiades et à l'hystérie des démocrates et des médias qui ont suivi la défaite de H. Clinton).
Hier, un candidat démocrate s'est imposé sur le fil du rasoir, dans la région de Pittsburgh, dans un district dans lequel DT l'avait emporté de 20 points d'écart à la présidentielle...
Précisons seulement qu'il y a quelques jours, venant soutenir le candidat républicain de ce district, DT s'est autorisé à traiter en public un journaliste politique connu, genre Pujadas, de "son of a bitch". Brillant. Les quelques centaines de voix qui séparent le Dém. du Rép. sont peut-être là. Il est évident que nombreux sont celles et ceux (notamment les électeurs indépendants) qui en ont réellement ras le bol de ce type de comportement, quasi quotidien, même si par ailleurs ils peuvent être d'accord sur certaines politiques.
Liberte5
- 14/03/2018 - 15:21
J.E. Branaa est un obsvervateur, assez objectif ce qui est rare
en France,a donner un avis équilibré et non partisan sur l'action de D. Trump. Cela fait longtemps que le divorce est consommé entre D. Trump et Rex Tillerson. leur point essentiel de désaccord porte sur l'Iran. R. Tillerson considérant l'accord avec l'Iran sur le nucléaire comme bon .Pour D. Trump c'est le contraire. Et il a raison.