En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

05.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

06.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 2 heures 51 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 16 min
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 9 heures 26 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 11 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 12 heures 29 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 12 heures 52 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 13 heures 48 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 15 heures 10 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 16 heures 37 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 17 heures 42 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 3 heures 4 min
light > People
Parisian Way of Life
Une plaque a été installée dans un restaurant KFC à Paris après le passage de Kim Kardashian et Kanye West
il y a 7 heures 45 min
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 10 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 12 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 12 heures 37 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 13 heures 13 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 14 heures 52 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 15 heures 38 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 17 heures 6 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 17 heures 59 min
Boulette

Non, Moody's ne dégradera pas la note de la France en mai prochain

Publié le 17 avril 2012
François Hollande a alerté sur les conséquences d'une dégradation de la note de la France par Moody's le 12 mai prochain, six jours après le 2nd tour. L'agence de notation a réfuté une changement imminent de cette note. Explications.
Norbert Gaillard est économiste et consultant indépendant. Sa thèse, rédigée à Sciences Po Paris et à l’université de Princeton, portait sur les méthodologies de notation souveraine. Il a été consultant pour l’International Finance Corporation (IFC), l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Norbert Gaillard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Norbert Gaillard est économiste et consultant indépendant. Sa thèse, rédigée à Sciences Po Paris et à l’université de Princeton, portait sur les méthodologies de notation souveraine. Il a été consultant pour l’International Finance Corporation (IFC), l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande a alerté sur les conséquences d'une dégradation de la note de la France par Moody's le 12 mai prochain, six jours après le 2nd tour. L'agence de notation a réfuté une changement imminent de cette note. Explications.

Atlantico : François Hollande a déclaré qu’une décision de Moody’s sur la note de la France devrait être prise le 12 mai prochain. Il estime que si elle est négative, elle ne devra pas être prise comme une sanction du candidat élu. Techniquement, sur quels critères l’agence de notation va-t-elle prendre sa décision ?

Norbert GaillardIl faut bien comprendre que l’agence de notation ne va pas, a priori, prendre la décision de modifier la note de la France dans la foulée de l’élection présidentielle.  Rappelons qu’il y a eu une mise sous perspective négative de la note de la France en février dernier, donc il y a bien un risque de dégradation, mais dans un an, voire un an et demi. Même si la dégradation survient plus tôt dans l’année, il est peu probable qu’elle ait lieu lors du printemps, tout simplement parce que la mise sous perspective négative indique que l’agence veut se donner le temps d’analyser les éléments qu’elle possède avant de dégrader.

Pour qu’une dégradation ait lieu, il faut vraiment qu’il y ait un très gros événement financier et qu’il pèse très négativement sur les comptes publics français : un grand stress sur les marchés, des rumeurs de plan de soutien à l’Espagne, ou une augmentation brutale des taux d’intérêts français. Ces risques existent mais demeurent très peu probables à très court terme.

Le scénario le plus plausible est que l’agence attende au moins le mois d’octobre ou novembre, c’est-à-dire le vote de la loi de finance 2013, pour se faire une idée précise.

Sur quelle base s’appuie François Hollande pour annoncer la date du 12 mai ?

Je crois qu’il y a eu une confusion de la part de François Hollande qui pensait que l’agence devait se prononcer dans les trois mois. Pour évoquer la date du 12 mai, il a du confondre mise sous surveillance négative et mise sous perspective négative. Dans le premier cas, le changement de note intervient dans les trois mois, la décision de Moody's datant du 14 février dernier, la date donnée par François Hollande correspond à la fin des trois mois.

En revanche, la mise sous perspective négative implique que le changement de note dans un délai d'un an et demi, et c'est sous ce statut que Moody's a placé la France. Cette confusion peut s'expliquer de deux façons : dans un premier temps se sont des indicateurs assez techniques propres aux agences de notation. Dans ce second temps, et c'est, je crois, l'explication la plus plausible, il y a clairement la volonté politique d’avoir une réponse rapide de Moody’s concernant la situation actuelle de la France. Cette décision serait un état des lieux des finances publiques.

C'est d'ailleurs assez traditionnel chez les candidats à la présidentielles, et les présidents nouvellement élus de vouloir un état des lieux des comptes publics assez rapidement. D’ailleurs on sait que François Hollande a d’ores et déjà sollicité la Cour des Comptes. Cela n’a rien d’anormal, c’est un geste assez classique de la part d’un éventuel présidentiable.

Est-ce qu’une éventuelle élection de François Hollande peut peser négativement dans la décision de Moody’s ?

Je crois que les agences attendent des actes de la part des hommes politiques et il faut écarter toute dégradation de note suite à l’élection d’un candidat. C’est quelque chose qui ne se voit pas en général. Une agence attend des mesures fiscales et budgétaires, telles que les cibles de réduction de déficit et d’endettement public, des choix de politique économique.

Or, l’un des principaux actes de politique économique est évidemment le vote de la loi de finance car il s’agit de la feuille de route à un an d’un gouvernement. C’est pour cela que les agences devraient logiquement avoir comme repère le mois d’octobre 2012. L’agence se laissera le temps avant d’agir.

Moody’s s’ancre donc dans la prudence ?

L’agence ne veut pas agir dans la précipitation. Il faut admettre que le climat actuel ne laisse pas d’alternative. Les agences sont ouvertement critiquées par les dirigeants politiques. Le cadre réglementaire et législatif européen est également lourd de menaces. La Commission Européenne a présenté en novembre 2011 un règlement visant à renforcer la supervision et l’encadrement des agences. Le Parlement est actuellement en train d’amender ce texte, et un vote se tiendra d’ici peu. Tous ces facteurs ne peuvent que dissuader Moody’s d’agir précipitamment.

L’agence a intérêt à tenir compte tenu du contexte économique, financier, législatif et réglementaire actuel et à se laisser le temps de la réflexion.

Quel impact une dégradation pourrait-elle avoir sur le gouvernement ? Serait-ce un moyen de pression ?

Il y a déjà eu une dégradation de la France par Standard & Poor’s au mois de janvier dernier et cela a changé la donne car, dans tous les cas, la deuxième dégradation serait attendue par les acteurs de marché. Ensuite, inévitablement, on se trouverait face à une situation difficile. Tout dépend des raisons qui conduiraient à cette dégradation. Même si les efforts en matière de réduction des dépenses sont insuffisants, un problème majeur persiste : la situation de l’Espagne. Si jamais se profile la nécessité d’un plan d’aide au pays, le FESF serait activé, déclenchant une grande défiance à l’égard de la majorité des pays de la zone euro. Ce serait vraiment inquiétant.

Le cas de figure le plus dommageable pour la France serait une dégradation qui surviendrait à la suite des difficultés d’un grand pays européen. En revanche, si  la dégradation intervient parce que Moody’s estime que toutes les dispositions n’ont pas été prises pour réduire le déficit et le niveau d’endettement, c’est bien sûr problématique, mais cela reste, si je puis dire, dans l’ordre des choses, au regard de ces derniers mois. Force est de constater que notre pays est de moins en moins maître de son destin et de son triple A.

Propos recueillis par Priscilla Romain

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

05.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

06.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
NYOR
- 18/04/2012 - 02:51
Au secours
Si jamais bien sûr.
NYOR
- 18/04/2012 - 02:50
Et non
C'est finement joué au contraire. Moody ne plus faire ce qu'ils veulent. S'ils jamais, ils abaissent la note de la France, Hollande pourra crier au coup monté, s'ils ne l'abaissent pas, il pourra démontrer que les marchés n'ont pas peur de lui...
titine
- 17/04/2012 - 23:51
C'est justement ça le problème...
"une confusion" chez François Hollande !