En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
Jean-Luc Mélenchon, le candidat du Front de gauche à l'élection présidentielle.
Fidel à lui-même
Mélenchon, complice consentant des régimes autoritaires sud-américains
Publié le 17 avril 2012
C’est chez Castro et Chavez que, de son propre aveu, le leader du Front de gauche a trouvé le concept de "révolution citoyenne". S'il est revenu depuis sur son soutien affiché aux controversés dirigeants sud-américains, certains de ses propos restent troublants.
Jacobo Machover est un écrivain cubain exilé en France. Ses derniers livres sont : La face cachée du Che (Armand Colin), Castro est mort ! Cuba libre !? (Éditions François Bourin) et Cuba de Batista à Castro - Une contre histoire (éditions Buchet -...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacobo Machover
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacobo Machover est un écrivain cubain exilé en France. Ses derniers livres sont : La face cachée du Che (Armand Colin), Castro est mort ! Cuba libre !? (Éditions François Bourin) et Cuba de Batista à Castro - Une contre histoire (éditions Buchet -...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C’est chez Castro et Chavez que, de son propre aveu, le leader du Front de gauche a trouvé le concept de "révolution citoyenne". S'il est revenu depuis sur son soutien affiché aux controversés dirigeants sud-américains, certains de ses propos restent troublants.

La dictature des frères Castro à Cuba s’est invitée avec fracas dans la campagne électorale française. Le Líder Máximo du Front de gauche, flanqué de ses alliés et troupes de choc du Parti communiste, autrefois moribond, revendique à haute voix sa filiation révolutionnaire avec le castrisme et ses alliés en Amérique latine (Hugo Chávez au Venezuela, Rafael Correa en Équateur, et tous les autres gouvernants populistes du sous-continent). C’est chez eux qu’il est allé puiser, de son propre aveu, le concept de « révolution citoyenne », comme d’autres l’avaient fait auparavant avec l’idée de « démocratie participative ». Cependant, la revendication de Cuba comme autre chose qu’une « dictature » va bien au-delà d’une simple coïncidence d’idées. Elle est le signe d’une convergence d’intérêts et d’objectifs particulièrement dangereux, des deux côtés de l’Atlantique.

« Je félicite Cuba, sa résistance et les contributions qu’elle a faites à la science, à la culture, au sport et à l’histoire universelle », déclarait Jean-Luc Mélenchon dans Le Monde Diplomatique de juillet 2010. Il a d’ailleurs ses entrées et d’importants soutiens dans la revue, devenue l’organe de presse international des altermondialistes. Son ancien directeur, Ignacio Ramonet, a récemment manifesté son soutien à la campagne du candidat. Est-il nécessaire de rappeler que Ramonet est aussi l’un des derniers biographes attitrés et officiels de Fidel Castro, dont il a longuement recueilli, jusqu’en 2006, les confidences, avant le retrait de celui-ci de la vie publique suite à son âge avancé et à son état de santé défaillant ?

Le soutien de Mélenchon aux frères Castro, Fidel et Raúl, ne s’exprime pas que par des déclarations. Ainsi, lorsque, le 15 décembre 2010, le Parlement européen remettait à Strasbourg le prix Sakharov pour les droits de l’homme au dissident cubain Guillermo Fariñas, après une longue grève de la faim de ce courageux militant pour faire libérer les prisonniers politiques, Mélenchon (qui était alors eurodéputé) se leva de son siège avec quelques-uns de ses partisans pour bien montrer son dégoût et mépris. L’opposant au castrisme ne put s’en rendre compte : les autorités lui avaient interdit la sortie du territoire. Le prix lui fut néanmoins remis symboliquement. La chaise vide qu’il devait occuper était recouverte d’un drapeau cubain. Ce drapeau qui, aujourd’hui, flotte dans tous les meetings et manifestations de Mélenchon, mais dans un tout autre sens : pour appuyer la répression sans pitié du régime.

Le 5 janvier 2011, alors que son départ du Parlement de Strasbourg lui était reproché par quelques observateurs (à la suite du journaliste Jean Quatremer, sur son blog), Jean-Luc Mélenchon persistait et signait : « Cuba n’est pas une dictature, pour moi, clairement, non », déclarait-il sur France Inter le 5 janvier 2011. « Qu’est-ce alors, M. Mélenchon ? », lui demandait en substance le 12 avril dernier son interviewer Fabien Namias sur France 2. Ce à quoi il refusa dans un premier temps de répondre (par manque de temps) puis, se ravisant, il s’en tira en dénonçant l’embargo et « l’arrogance » des États-Unis. Même s’il se sent quelque peu gêné aux entournures par l’ampleur prise par les polémiques sur Cuba dans sa campagne, il se sent obligé en permanence d’exprimer son soutien au régime, par exemple en manifestant sa solidarité à l’égard de cinq espions castristes (des « héros » pour le régime) condamnés par la justice américaine, certains d’entre eux pour crimes de sang.

L’appui inconditionnel au castrisme a provoqué le revirement du philosophe Michel Onfray qui, pourtant, se sentait séduit auparavant par son programme de politique intérieure, mais qui n’a pas supporté de l’entendre soutenir ouvertement ni les frères Castro, ni Chávez, lui-même ami d’Ahmadinejad, ni le régime communiste chinois contre les Tibétains, ni d’afficher son inspiration révolutionnaire nationale, puisée chez Robespierre et Saint-Just. Onfray, courageusement, ne cesse de dénoncer aujourd’hui celui qu’il ressent comme un danger, se faisant copieusement insulter par les innombrables admirateurs de l’ex-militant trotskiste, puis socialiste, aujourd’hui simplement mélenchoniste mais aussi compagnon de route des communistes.

La revendication de la Terreur est commune à Mélenchon et à Fidel Castro. Le Commandant en chef écrivait il y a déjà un demi-siècle : « Ce sont des Robespierre qu’il faut à Cuba, beaucoup de Robespierre. » Il en a suffi de quelques-uns (Fidel et Raúl Castro, Che Guevara et leurs subordonnés) pour instaurer un régime qui a fait fusiller des milliers d’opposants, emprisonné des dizaines de milliers de dissidents, poussé à l’exil près de deux millions de Cubains, au nom d’une révolution « humaniste ». Pour tous ceux-là, Jean-Luc Mélenchon n’a jamais fait preuve de la moindre compassion. Il n’a pas daigné non plus appuyer cet homme qui, pendant la récente visite du Pape Benoît XVI, a osé crier avant d’être embarqué manu militari : « A bas le communisme ! » Il préfère s’afficher comme le complice consentant de la dictature.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
L'ancien garde du corps de Lady Di s'inquiète pour la sécurité de Meghan Markle
05.
Grand Débat à Souillac : le Président qui mouillait sa chemise (jusqu’à risquer de la perdre ?)
06.
"Il entend, mais il n'écoute personne" : les conseillers de Macron sont au bout du rouleau
07.
10% des oeuvres d'art de l'Etat portées disparues
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Et la raison pour laquelle les Allemands commencent sérieusement à s’inquiéter d’un Brexit sans deal est…
07.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Indigène Indigné
- 18/04/2012 - 19:47
@ricouti - 17/04/2012 - 23:43
"Chavez a été démocratiquement élu"
Ouais, comme le hamas face au fatah.
Calou13
- 18/04/2012 - 07:06
A Harmageddon
Mémoire courte pour qui?
Il n'y a dans le programme l'humain d'abord aucune violence prévue contre quiconque, pas même contre les riches, dont on lui reproche si souvent d'être l'ennemi. Il n'est nullement question de punir ces derniers mais il est simplement question que l'accumulation démesurée des richesses chez les banques et les particuliers, responsable de tous les problèmes économiques, financiers et sociaux, soit limitée.
En revanche, la droite et l'extrême droite, d'une même voix, agitent les mêmes peurs et les mêmes haines. Elles ont un programme d'exclusion, malthusien, patriarcal, xénophobe. Et le seul à les avoir affrontées directement, ces idées, au cours de la campagne, c'est Mélenchon.
Et puis il y en a assez de prétendre que les personnes du Front de Gauche sont crédules et naïfs. Pour qui vous prenez vous? De quel droit vous permettez vous de vous croire supérieur aux autres parce qu'ils n'ont pas le même avis que vous? Ce n'est pas là une attitude bien démocratique, il me semble...
Ceux qui s'apprêtent à voter Front de Gauche sont pour le plus grand nombre (autant qu'ailleurs au moins) très renseignés, je peux vous l'assurer. Alors gardez votre mépris.
Harmaggedon
- 18/04/2012 - 03:02
mémoire courte ?
à la faveur de crises économiques, bien souvent, des partis extrémistes au leader charismatique ont déclenché des mouvements déferlants.
A la faveur de la 1ière guerre mondiale, les Marx, Lénine, Trotsky n'ont-ils pas pris le pouvoir en Russie.
En 1933, le NSDAP et son "ridicule" petit caporal autrichien, n'ont-ils pas pris le pouvoir et déclenché ensuite la 2ème GM ?
Alors méfions-nous d'un Melenchon qui parait ridicule à certains, mais qui pourrait faire bien des dégâts, ne serait-ce qu'en raison de la crédulité et la naïveté d'un nombre de français, non négligeable !