En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

La réaction de la femme de Griveaux

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Détermination
Réforme des retraites : Edouard Philippe indique qu'il prendra ses "responsabilités" sur le recours au 49-3
il y a 6 min 3 sec
light > Culture
Les bons comptes font les bons amis
Les acteurs de la série Friends de retour dans un épisode spécial
il y a 52 min 48 sec
pépites > Economie
Redressement des finances publiques
La Cour des comptes exhorte le gouvernement à accélérer la baisse des dépenses
il y a 3 heures 22 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 5 heures 11 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 6 heures 43 min
décryptage > Environnement
Oscillation Arctique

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

il y a 7 heures 29 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Coronavirus : un risque de pandémie provoque une panique boursière, menace l’économie mondiale de blocage et fragilise le régime chinois

il y a 8 heures 19 min
décryptage > Santé
Inquiétudes

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

il y a 8 heures 47 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 20 heures 15 min
light > Justice
Conséquences judiciaires de la vague #MeToo
Harvey Weinstein a été reconnu coupable à New York d'agression sexuelle et de viol
il y a 23 heures 14 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte évoque la responsabilité d'un hôpital dans la propagation du coronavirus en Italie
il y a 32 min 7 sec
Symbole du Printemps arabe
L'ancien président égyptien Hosni Moubarak est mort à l'âge de 91 ans
il y a 2 heures 56 min
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 4 heures 41 min
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 5 heures 32 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 7 heures 15 min
décryptage > Société
Triste réalité

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

il y a 7 heures 58 min
décryptage > France
Génération Ouin Ouin ?

Fracture sociale française : toutes les fragilités ne se valent pas

il y a 8 heures 33 min
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 19 heures 19 min
light > Culture
"Lucky 7"
Justin Bieber a détrôné le record d'Elvis Presley sur le marché musical américain avec son septième album numéro un des charts
il y a 22 heures 33 min
pépites > Santé
Multiplication de cas
Selon l'OMS, le monde doit se préparer à une "éventuelle pandémie"
il y a 23 heures 46 min
Jean-Luc Mélenchon, le candidat du Front de gauche à l'élection présidentielle.
Jean-Luc Mélenchon, le candidat du Front de gauche à l'élection présidentielle.
Fidel à lui-même

Mélenchon, complice consentant des régimes autoritaires sud-américains

Publié le 17 avril 2012
C’est chez Castro et Chavez que, de son propre aveu, le leader du Front de gauche a trouvé le concept de "révolution citoyenne". S'il est revenu depuis sur son soutien affiché aux controversés dirigeants sud-américains, certains de ses propos restent troublants.
Jacobo Machover est un écrivain cubain exilé en France. Il a publié en 2019 aux éditions Buchet Castel Mon oncle David. D'Auschwitz à Cuba, une famille dans les tourments de l'Histoire. Il est également l'auteur de : La face cachée du Che (Armand Colin)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacobo Machover
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacobo Machover est un écrivain cubain exilé en France. Il a publié en 2019 aux éditions Buchet Castel Mon oncle David. D'Auschwitz à Cuba, une famille dans les tourments de l'Histoire. Il est également l'auteur de : La face cachée du Che (Armand Colin)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C’est chez Castro et Chavez que, de son propre aveu, le leader du Front de gauche a trouvé le concept de "révolution citoyenne". S'il est revenu depuis sur son soutien affiché aux controversés dirigeants sud-américains, certains de ses propos restent troublants.

La dictature des frères Castro à Cuba s’est invitée avec fracas dans la campagne électorale française. Le Líder Máximo du Front de gauche, flanqué de ses alliés et troupes de choc du Parti communiste, autrefois moribond, revendique à haute voix sa filiation révolutionnaire avec le castrisme et ses alliés en Amérique latine (Hugo Chávez au Venezuela, Rafael Correa en Équateur, et tous les autres gouvernants populistes du sous-continent). C’est chez eux qu’il est allé puiser, de son propre aveu, le concept de « révolution citoyenne », comme d’autres l’avaient fait auparavant avec l’idée de « démocratie participative ». Cependant, la revendication de Cuba comme autre chose qu’une « dictature » va bien au-delà d’une simple coïncidence d’idées. Elle est le signe d’une convergence d’intérêts et d’objectifs particulièrement dangereux, des deux côtés de l’Atlantique.

« Je félicite Cuba, sa résistance et les contributions qu’elle a faites à la science, à la culture, au sport et à l’histoire universelle », déclarait Jean-Luc Mélenchon dans Le Monde Diplomatique de juillet 2010. Il a d’ailleurs ses entrées et d’importants soutiens dans la revue, devenue l’organe de presse international des altermondialistes. Son ancien directeur, Ignacio Ramonet, a récemment manifesté son soutien à la campagne du candidat. Est-il nécessaire de rappeler que Ramonet est aussi l’un des derniers biographes attitrés et officiels de Fidel Castro, dont il a longuement recueilli, jusqu’en 2006, les confidences, avant le retrait de celui-ci de la vie publique suite à son âge avancé et à son état de santé défaillant ?

Le soutien de Mélenchon aux frères Castro, Fidel et Raúl, ne s’exprime pas que par des déclarations. Ainsi, lorsque, le 15 décembre 2010, le Parlement européen remettait à Strasbourg le prix Sakharov pour les droits de l’homme au dissident cubain Guillermo Fariñas, après une longue grève de la faim de ce courageux militant pour faire libérer les prisonniers politiques, Mélenchon (qui était alors eurodéputé) se leva de son siège avec quelques-uns de ses partisans pour bien montrer son dégoût et mépris. L’opposant au castrisme ne put s’en rendre compte : les autorités lui avaient interdit la sortie du territoire. Le prix lui fut néanmoins remis symboliquement. La chaise vide qu’il devait occuper était recouverte d’un drapeau cubain. Ce drapeau qui, aujourd’hui, flotte dans tous les meetings et manifestations de Mélenchon, mais dans un tout autre sens : pour appuyer la répression sans pitié du régime.

Le 5 janvier 2011, alors que son départ du Parlement de Strasbourg lui était reproché par quelques observateurs (à la suite du journaliste Jean Quatremer, sur son blog), Jean-Luc Mélenchon persistait et signait : « Cuba n’est pas une dictature, pour moi, clairement, non », déclarait-il sur France Inter le 5 janvier 2011. « Qu’est-ce alors, M. Mélenchon ? », lui demandait en substance le 12 avril dernier son interviewer Fabien Namias sur France 2. Ce à quoi il refusa dans un premier temps de répondre (par manque de temps) puis, se ravisant, il s’en tira en dénonçant l’embargo et « l’arrogance » des États-Unis. Même s’il se sent quelque peu gêné aux entournures par l’ampleur prise par les polémiques sur Cuba dans sa campagne, il se sent obligé en permanence d’exprimer son soutien au régime, par exemple en manifestant sa solidarité à l’égard de cinq espions castristes (des « héros » pour le régime) condamnés par la justice américaine, certains d’entre eux pour crimes de sang.

L’appui inconditionnel au castrisme a provoqué le revirement du philosophe Michel Onfray qui, pourtant, se sentait séduit auparavant par son programme de politique intérieure, mais qui n’a pas supporté de l’entendre soutenir ouvertement ni les frères Castro, ni Chávez, lui-même ami d’Ahmadinejad, ni le régime communiste chinois contre les Tibétains, ni d’afficher son inspiration révolutionnaire nationale, puisée chez Robespierre et Saint-Just. Onfray, courageusement, ne cesse de dénoncer aujourd’hui celui qu’il ressent comme un danger, se faisant copieusement insulter par les innombrables admirateurs de l’ex-militant trotskiste, puis socialiste, aujourd’hui simplement mélenchoniste mais aussi compagnon de route des communistes.

La revendication de la Terreur est commune à Mélenchon et à Fidel Castro. Le Commandant en chef écrivait il y a déjà un demi-siècle : « Ce sont des Robespierre qu’il faut à Cuba, beaucoup de Robespierre. » Il en a suffi de quelques-uns (Fidel et Raúl Castro, Che Guevara et leurs subordonnés) pour instaurer un régime qui a fait fusiller des milliers d’opposants, emprisonné des dizaines de milliers de dissidents, poussé à l’exil près de deux millions de Cubains, au nom d’une révolution « humaniste ». Pour tous ceux-là, Jean-Luc Mélenchon n’a jamais fait preuve de la moindre compassion. Il n’a pas daigné non plus appuyer cet homme qui, pendant la récente visite du Pape Benoît XVI, a osé crier avant d’être embarqué manu militari : « A bas le communisme ! » Il préfère s’afficher comme le complice consentant de la dictature.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

La réaction de la femme de Griveaux

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Indigène Indigné
- 18/04/2012 - 19:47
@ricouti - 17/04/2012 - 23:43
"Chavez a été démocratiquement élu"
Ouais, comme le hamas face au fatah.
Calou13
- 18/04/2012 - 07:06
A Harmageddon
Mémoire courte pour qui?
Il n'y a dans le programme l'humain d'abord aucune violence prévue contre quiconque, pas même contre les riches, dont on lui reproche si souvent d'être l'ennemi. Il n'est nullement question de punir ces derniers mais il est simplement question que l'accumulation démesurée des richesses chez les banques et les particuliers, responsable de tous les problèmes économiques, financiers et sociaux, soit limitée.
En revanche, la droite et l'extrême droite, d'une même voix, agitent les mêmes peurs et les mêmes haines. Elles ont un programme d'exclusion, malthusien, patriarcal, xénophobe. Et le seul à les avoir affrontées directement, ces idées, au cours de la campagne, c'est Mélenchon.
Et puis il y en a assez de prétendre que les personnes du Front de Gauche sont crédules et naïfs. Pour qui vous prenez vous? De quel droit vous permettez vous de vous croire supérieur aux autres parce qu'ils n'ont pas le même avis que vous? Ce n'est pas là une attitude bien démocratique, il me semble...
Ceux qui s'apprêtent à voter Front de Gauche sont pour le plus grand nombre (autant qu'ailleurs au moins) très renseignés, je peux vous l'assurer. Alors gardez votre mépris.
Harmaggedon
- 18/04/2012 - 03:02
mémoire courte ?
à la faveur de crises économiques, bien souvent, des partis extrémistes au leader charismatique ont déclenché des mouvements déferlants.
A la faveur de la 1ière guerre mondiale, les Marx, Lénine, Trotsky n'ont-ils pas pris le pouvoir en Russie.
En 1933, le NSDAP et son "ridicule" petit caporal autrichien, n'ont-ils pas pris le pouvoir et déclenché ensuite la 2ème GM ?
Alors méfions-nous d'un Melenchon qui parait ridicule à certains, mais qui pourrait faire bien des dégâts, ne serait-ce qu'en raison de la crédulité et la naïveté d'un nombre de français, non négligeable !