En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 9 heures 10 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 11 heures 41 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 13 heures 32 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 14 heures 7 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 14 heures 53 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 16 heures 1 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 18 heures 2 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 18 heures 37 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 19 heures 7 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 19 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 9 heures 29 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 13 heures 4 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 13 heures 45 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 14 heures 37 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 15 heures 32 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 17 heures 26 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 18 heures 9 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 18 heures 50 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 19 heures 13 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 19 heures 51 min
© GERARD JULIEN / AFP
© GERARD JULIEN / AFP
Papy boom

Gilles Berrut : "Le problème n’est pas le vieillissement de la population, mais notre schéma de société fondé sur la production, la consommation, la performance"

Publié le 11 mars 2018
Non, le vieillissement n’est pas nécessairement un déclin et oui, la société a besoin de ses seniors, assure Gilles Berrut dans son nouveau livre, "Les papys qui font boom".
Gilles Berrut
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Pr Gilles Berrut est Chef du Pôle Hospitalo Universitaire de Gérontologie Clinique du CHU de Nantes et Président du Gérontopôle Autonomie et Longévité des Pays de la Loire.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Non, le vieillissement n’est pas nécessairement un déclin et oui, la société a besoin de ses seniors, assure Gilles Berrut dans son nouveau livre, "Les papys qui font boom".

Atlantico : Avec l'arrivée prochaine d'une génération de papy boomer – les enfants du baby boom devenus vieux - vous tenez à défendre l'arrivée d'une génération de personnes âgées pour qui le vieillissement n'est ni un déclin ni une fatalité. Qu'est ce qui, dans leur approche de la vieillesse, les rend si confiants face à l'avenir ? L'optimisme s'apprend-il avec l'âge ?

Gilles Berrut : Non, ce n’est pas ce qui est en jeu. Il y a une vieillesse incontournable, le déclin qu’on connait à la fin de notre vie et qui autrefois était le seul visage de la vieillesse. On partait à la retraite à 60 ans et on mourrait à 62, 63 ans. Aujourd’hui, on a une autre réalité qui s’est surajoutée et qui devient majoritaire. A côté de cette vieillesse-là, de cette maladie qui existe toujours, la majorité des personnes âgées vivent un temps de 20-25 ans après l’arrêt du travail, et plutôt en bonne santé dans leur majorité. Je dis cela parce qu’en France, seuls 17% des personnes de plus de 80 ans sont dépendantes. Ne parler que des autres, c’est donc oublier 83% des gens. On parle beaucoup des Ehpad, des problèmes de retraites, etc. Mais on omet ce qui est la réalité de la majorité, qui est un vieillissement plutôt réussi. 

Quels sont les grands enjeux médicaux pour cette nouvelle génération de papys ?

En fait, on se rend compte que les enjeux ne sont pas médicaux, mais bien sociétaux. Il faut repenser les transports, la ville, le vivre-ensemble. Nous sommes invités à avoir un nouveau regard sur l’ensemble de la société. C’est ça qui est intéressant : on sort du champ médical dans lequel on a trop confiné la vieillesse. 

La transition démographique qui doit advenir bientôt, avec le passage à la retraite de millions de personnes, pourrait avoir un impact très important sur notre économie et sur notre société. Il y a quelques mois, le Royaume-Uni a inventé un ministère de la Solitude pour répondre aux problèmes que rencontrent principalement les personnes âgées, isolées et souvent abandonnées par la société. Économiquement, le poids des retraites, entre autres coûts, sur les nouvelles générations, inquiète certains. Pourquoi selon vous ne faut-il pas s'inquiéter de ce bouleversement dans notre équilibre ?

Parce qu’en fait c’est une chance. Si vous voulez, on insiste sur la solitude qui est une réalité, mais qui est plus le problème d’une société qui n’arrive pas à être inclusive vis-à-vis des fragilités quelles qu’elles soient, plutôt qu’un problème de vieillissement. C’est-à-dire que si demain vous êtes chômeur, que vous avez une maladie respiratoire et que vous avez du mal à marcher, vous allez vous sentir seul. Nous sommes dans une société où il faut être performant.

Le problème n’est pas le vieillissement, le problème est un schéma de société fondé sur la production, la consommation, la performance. Quand 35% de la population aura plus de 60 ans, ces paradigmes vont devoir tomber. On aura une société qui sera automatiquement plus accueillante, ce qui va être une chance. La relation "un actif pour un retraité" qu’on attend pour 2030 est une réalité. Il va falloir certainement des répartitions pour les plus faibles salaires, et pour les autres des régimes mixtes. Mais là encore, ce n’est pas forcément un défaut, car on est aujourd’hui dans une situation de non-distribution de l’argent entre les générations. Les plus jeunes ont tout à gagner à ce que le vieillissement ne soit pas uniquement le lieu de l’aide mais aussi celui des services. Enormément de métiers et d’emplois vont être créés pour cette génération. Et ce au-delà de l’aide à domicile. Je pense par exemple au marché de la construction automobile qui repose essentiellement sur cette génération. Je pense aussi au marché des artisans à domicile pour les restaurations qui touche principalement ces générations-là.

Ne pourrait-on pas considérer que cette génération, majoritaire, a été structurante lors d’un demi-siècle : c’est elle qui a fait 68, c’est elle qui a porté et bénéficié grandement du tournant ultralibéral des années 80, mais qui n’en paye pas le prix aujourd’hui et demande aux générations suivantes de lui financer ses retraites ? N’est-elle pas au fond un peu casse-pied, cette génération de personnes âgées ?

Oui, je vous comprends, c’est une génération très importante d’un point de vue intellectuel, c’est elle qui a construit notre inconscient collectif. Votre remarque est vraie. Mais au lieu de le voir comme un empêchement et une gêne, je pense qu’on a intérêt à le voir comme une chance. Il ne faut pas oublier qu’il y a 924 milliards d’euros dans le bas de laine de cette génération. Soit on en fait rien, soit on en fait quelque chose qui fait fonctionner l’économie et qui les intéresse. Soit on ne les voit qu’en termes de solidarité et de dépenses, et ça coûte très cher. Soit ils jouent leur rôle dans l’économie. Vous me direz que c’est les deux à la fois. Je pense qu’on doit parier sur le bien-être de cette génération. On y gagne de la qualité de vie et de l’emploi pour les plus jeunes. C’est un gagnant-gagnant. 

Un débat anime de plus en plus la société actuelle, celui du transhumanisme, de l'homme qui s'augmente pour pouvoir affronter les limites de sa condition humaine. N'est-ce pas le signe d'une génération qui refuse de vieillir ?

C’est un paysage contrasté. La très grande majorité des personnes âgées participent à la vie commune, font fonctionner les associations, conditions sine qua non de notre système social à un point qu’on imagine peu. Ce sont elles qui donnent, pas l’Etat. Ils sont essentiels pour la sauvegarde des territoires, particulièrement en milieux rural et semi-rural. Ils aident financièrement et pratiquement les jeunes générations selon leurs possibilités. Ils participent bénévolement à la culture. Ces services bénévoles sont évalués entre 17 et 24 milliards d’euros par an. Qu’on aurait à dépenser s’ils ne le faisaient pas. 

Et ils ont un rôle très structurel dans les familles, dans les cas de divorce, etc. Si on les supprimait du jour au lendemain, on serait dans une grande difficulté.

D’un autre côté, il est vrai qu’il y a une minorité de penseurs, des personnes avec des moyens économiques très importants qui s’accrochent à leur pouvoir et refusent le vieillissement. Ils ont une relation aux autres assez détestable. De ceux-là, on parle beaucoup plus, alors qu’il y a un million de personnes âgées qui font des choses positives. C’est un effet loupe.

Après, le transhumanisme, cela dépend de quoi on parle. D’une certaine façon, il a déjà commencé, on vieillit beaucoup mieux que ce qu’on devrait. Quand j’ai une cataracte, je suis opéré, je ne deviens pas aveugle. Si j’entends mal, j’ai une audio prothèse. Si j’ai une arthrose de la hanche, on me met une prothèse. Cela, ça existe déjà. Après, on peut dire qu’on va mettre une puce génétique qui va nous maintenir jeune. C’est une réflexion intéressante, qui pose des questions éthiques. Mais qui ne correspondent pas aux enjeux qu’on va connaître dans les prochaines années. Mon livre tente justement de comprendre les choses pour le bien être du côté de la vie et de la réalité. Et plein de choses très positives se déroulent sous nos yeux, et on ne sait pas les voir. C’est cela que je veux montrer !

 

Du coup, quel rôle va être celui de ces nouveaux papys dans notre société ? Et quelle société vont-ils nous laisser en héritage ?

Ils vont avoir un rôle essentiel du fait du poids démographique. C’est-à-dire qu’environ 35% de la population, cela sera important. Evidemment que les questions économiques vont se poser, mais on devra aussi faire une société plus accueillante à la fragilité. Par exemple une ville où on a le droit de marcher lentement. Beaucoup d’architectes au Japon et aux Etats-Unis notamment se penchent sur la création d’une ville qui ne soit plus le lieu de la concentration et de la vitesse - ce qui a été à l’origine de sa création au XIVe siècle - mais une métropole plus lente, un lieu de vie. Nous sommes tous fragiles à un moment de notre vie. Penser des quartiers où on entretient un lien social, où peut être lentement ensemble, on en sortira tous gagnants. C’est une chance de créer pour demain une société inclusive, et plus uniquement et obligatoirement performante. 

"Les papys qui font boom" de Gilles Berrut, publié aux Editions Solar 

"Les papys qui font boom" de Gilles Berrut

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pale rider
- 11/03/2018 - 15:15
Quel grand tournant libéral des
années 80 ???? Vous voulez rire ! la france s est enfoncée dans l étatisme depuis ces années la. 57% du pib dépensé par l état aujourd'hui: marre de lire ces inepties de soi-disant libéralisme alors que l on nage ds l etatisme triomphant