En direct
Best of
Best of du 14 au 20 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

05.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

06.

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

07.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

05.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

06.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Pas d'hommes, pas de problèmes
La saleté à Paris ? "Un problème d'éducation" pour Anne Hidalgo
il y a 5 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Contre l'écologisme" de Bruno Durieux : Contre l'écologisme, Pour une croissance au service de l'environnement

il y a 7 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L’homme à la tête de chou" : Un hommage à Gainsbourg proche de la perfection, mais qui pèche là où on ne s’y attendait pas...

il y a 7 heures 49 min
pépites > Politique
Immigration et personnes âgées
Sibeth Ndiaye : Le débat sur l'immigration souffre de "trop de passions"
il y a 10 heures 30 min
décryptage > Société
Les yeux ouverts

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

il y a 12 heures 21 min
décryptage > Social
La chair est faible, l'esprit aussi

Etude sur les conditions de travail : pourquoi la pénibilité a changé de camp

il y a 12 heures 32 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment le nouvel Ipod touch réhabilite un support parfois jugé obsolète
il y a 12 heures 56 min
décryptage > Religion
Repentance

Abus sexuels dans l’Eglise : ce renouveau spirituel qui devrait accompagner l’appel au témoignage

il y a 13 heures 15 min
décryptage > Politique
Division des droites ?

LR face à la Convention de la droite : deux droites différentes ou deux générations ?

il y a 13 heures 31 min
light > Culture
Héritage
Plus de 12 millions de visiteurs ont participé aux Journées du patrimoine en France
il y a 1 jour 1 heure
pépites > International
Rapatriement
10 000 Français bloqués à l'étranger après la faillite de Thomas Cook
il y a 6 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Le cours classique" : L'éducation continue de faire parler ... au théâtre aussi

il y a 7 heures 38 min
light > Histoire
Fiesta loki
Comment les berserkers vikings entraient en transe avant le combat
il y a 9 heures 28 min
décryptage > Société
Blindhunter

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

il y a 11 heures 42 min
décryptage > Sport
Se queda

LYON/PSG: O/1 : Grâce à Neymar, les Parisiens s'imposent sans trembler et marquent les esprits

il y a 12 heures 28 min
décryptage > Finance
Ca va tweeter

Pour Trump, la Fed et Jerome Powell n’en font jamais assez… pour compenser les effets de sa politique !

il y a 12 heures 45 min
décryptage > Société
Profit

Comment les géants du porno en ligne profitent du "revenge porn" malgré leurs dénégations

il y a 13 heures 2 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Economie
En même temps

Martin Wolf 1 - Thomas Piketty 0 : ou comment comprendre les dérives du capitalisme financier sans renoncer au libéralisme

il y a 13 heures 46 min
light > Culture
Chiffres pharaoniques
1,42 million de personnes ont visité l'exposition Toutânkhamon
il y a 1 jour 2 heures
© François NASCIMBENI / AFP
© François NASCIMBENI / AFP
Correctionnalisation

Réforme judiciaire : l’inquiétante rationalisation de la justice souhaitée par le gouvernement

Publié le 10 mars 2018
La ministre de la justice, Nicole Belloubet a annoncé son souhait de dessaisir les cours d'assisses d'une part des affaires criminelles afin de les confier à des magistrats et non plus à des jurés. Or, la correctionnalisation des crimes aboutit à des peines bien plus légères.
Maître Guillaume Jeanson est avocat au Barreau de Paris. Il est également porte-parole de l’Institut pour la Justice.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Jeanson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maître Guillaume Jeanson est avocat au Barreau de Paris. Il est également porte-parole de l’Institut pour la Justice.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La ministre de la justice, Nicole Belloubet a annoncé son souhait de dessaisir les cours d'assisses d'une part des affaires criminelles afin de les confier à des magistrats et non plus à des jurés. Or, la correctionnalisation des crimes aboutit à des peines bien plus légères.

Atlantico : La ministre de la justice, Nicole Belloubet a annoncé son souhait de dessaisir les cours d'assisses d'une part des affaires criminelles afin de les confier à des magistrats et non plus à des jurés. Quel est l'enjeu d'une telle réforme ? 

Guillaume Jeanson : Nicole Belloubet a annoncé la création d'un « tribunal criminel départemental » qui serait d’abord soumis à une phase d’expérimentation. Elle a précisé que ce tribunal qui, à l'inverse des cours d'assises auprès desquelles siège un jury populaire, serait composé de juges professionnels, serait chargée de juger les crimes passibles de 15 et 20 ans de réclusion criminelle en première instance. Il s’agit donc notamment des viols, des coups mortels et des vols à mains armée, les fameux braquages, par opposition par exemple à d’autre crimes considérés par la loi comme plus graves tels que les meurtres qui sont passibles suivant le code pénal de 30 ans de réclusion criminelle et les assassinats qui sont passibles de la réclusion criminelle « à perpétuité ». Pour ces infractions les plus graves, celles passibles de plus de 20 ans de réclusion criminelle, les cours d’assises resteront en effet compétentes. L’objectif affiché est d’accélérer le traitement des affaires criminelles. Et, de fait, force est de constater qu’en pratique de très nombreuses affaires de braquages et de viols sont purement et simplement correctionnalisées pour parer à l’engorgement de la justice. C’est-à-dire qu’elles sont jugées comme si elles étaient des délits et non comme les crimes qu’elles sont. L’intérêt de la manœuvre est de s’en remettre aux délais bien plus rapides des tribunaux correctionnels qui ne mobilisent alors que trois magistrats professionnels et dont la procédure est moins tournée vers l’oralité, ce qui permet souvent de juger en une après-midi ce qui, aux assises, prendrait plusieurs jours, voire même parfois plusieurs semaines.

L’inconvénient dramatique de la correctionnalisation est cependant que l’auteur de l’infraction est jugé (et puni si reconnu coupable) comme s’il n’avait commis qu’un délit et non pour le crime réellement commis. Ainsi, le viol qui est passible de 15 ans de réclusion criminelle dans le code pénal sera considéré – pour gagner du temps – comme une simple agression sexuelle passible, quant à elle, du tiers de cette peine, soit 5 ans d’emprisonnement. Si l’on veut bien se souvenir que ces quantums ne sont que des plafonds théoriques, que les peines prononcées sont souvent inférieures et que celles réellement exécutées le sont encore davantage, on comprend facilement les dérives injustifiables pour les victimes vers lesquelles ces dysfonctionnements à grande échelle conduisent. J’ai déjà eu le loisir de citer dans vos colonnes ces quelques lignes de ma consœur Carinne Durrieu Diebolt, tirées de son article intitulé « la correctionnalisation du viol : point de vue d’un avocat de victime » paru l’année dernière sur le Village de la Justice, qui m’apparaissent terriblement édifiantes. Après avoir rappelé le fait qu’« on évoque un taux de correctionnalisation de 60 à 80% des viols », elle dénonce : « La proposition de correctionnaliser est un choc pour les victimes qui doivent y être préparées, car il peut tourner à l’affrontement avec les magistrats. La victime peut refuser la proposition de correctionnaliser le crime, mais certains juges s’autorisent à exercer un chantage entre accepter la correctionnalisation ou encourir un non lieu. ».

Le fait que, par la création d’un tel tribunal, le pouvoir souligne sa volonté de lutter contre cette pratique anormalement fréquente des correctionnalisations est sans doute un signal positif qu’il convient - par principe (mais sans faire pour autant l’économie ultérieure d’une analyse véritable de sa déclinaison concrète) - de saluer. L’accélération du traitement de ces affaires que permettra sans doute une meilleure gestion de l’agenda des juridictions et donc une réduction probable des délais dits « d’audiencements », devrait en outre permettre de réduire le nombre de personnes incarcérées en détention provisoire. C’est-à-dire celles dont les conditions de détention sont le plus sujettes aux problématiques de surpopulation carcérales qui, comme tout le monde le sait, se concentre en France sur les maisons d’arrêts.

Ne peut-on pas voir ici une forme de renoncement aux principes des cours d'assises et des jurys populaires ? 

C’est évidemment le principal grief qui sera formulé à l’encontre de ce projet. L’existence du jury est en effet un héritage de la révolution française. Il témoigne d’une volonté de la société civile de se réapproprier la fonction de juger. Même si au fil des décennies et des siècles, sa composition, son recrutement, son nombre et ses règles de majorité ont pu sensiblement évoluer, la création de ce tribunal marque indéniablement une petite révolution. Si l’on s’intéresse à sa terminologie, il est en outre piquant de relever que l’ancêtre de la Cour d’assises n’était autre que… le tribunal criminel départemental.

L’autre point intéressant dans cette annonce est qu’elle s’éloigne, justement par ce renoncement, de la prudence des préconisations figurant dans le rapport signé par le procureur général honoraire Jacques Beaume et mon confrère Franck Natali remis au ministère de la justice dans le cadre des chantiers de la justice et intitulé : « amélioration et simplification de la procédure pénale ». Ce rapport qui proposait de « réétudier l’instauration d’un tribunal criminel en première instance et le maintien de la compétence de la cour d’assises en appel. » tout en précisant que « dans l'état actuel du droit », il fallait« étudier la possibilité d'un appel limité au quantum », semblait en effet vraiment attaché à l’idée de conserver au moins 2 jurés : « Beaucoup des intervenants, notamment les institutions nationales de magistrats (Conférences, syndicats…) ou le Directeur de l’ISPEC, ont remis dans la discussion, non pas la création d’un plaider-coupable criminel (très minoritairement évoqué), mais l’instauration d’un tribunal criminel de première instance, composé de 3 magistrats et 2 jurés et fonctionnant selon une procédure de type correctionnel « augmenté » (plus d’oralité). Certains proposent de réserver cette procédure criminelle simplifiée aux seuls faits reconnus. D'autres évoquent la possibilité d'un plafonnement de la peine prononçable. L’appel serait évoqué devant une cour d’assises d’appel (3 magistrats et 6 jurés) dont la saisine pourrait être cantonnée aux seuls points de fait ou de quantum restant contestés. Les deux visites en juridiction (Reims et Amiens) ont confirmé l’attrait d’une telle proposition, porteuse d’une véritable simplification du jugement des crimes. »

Une telle réforme peut-elle remettre en cause les droits de la défense ? En quoi le jugement d'un magistrat peut-il différer de celui d'un jury populaire ?  

La réduction de l’oralité et la différence de perméabilité des juges professionnels à certains types de stratégie de défense modifieront très certainement l’approche des praticiens. Parler en revanche très clairement de recul des droits de la défense m’apparaît prématuré car il faudrait pour cela en savoir davantage sur cette procédure. Surtout si celle-ci devait suivre la préconisation du rapport de Jacques Beaume et Franck Natali quant au fait d’être une procédure correctionnelle « augmentée », c’est à dire davantage tournée vers l’oralité que ne peut l’être une procédure correctionnelle classique.

La différence de jugement que vous évoquez conduit généralement à polariser les craintes sur les biais cognitifs prêtés à ceux qui sont appelés à rendre la fonction de juger. Pour les jurés, les médias ont pu ainsi évoquer « l’effet CSI » du nom de la série américaine « Crime Scene Investigation » pour dénoncer la potentielle influence qu'auraient les séries de police scientifique sur ces derniers. D’un article intitulé « No hatred or malice, fear or affection : media and sentencing » écrit Arnaud Philippe et Aurélie Ouss, deux jeunes chercheurs en économie, l’Institut des Politiques Publiques a de son côté tiré une note de quatre pages intitulée « L’impact des médias sur les décisions de justice », publiée en janvier 2016 et dont ont par la suite rendu compte un certain nombre de médias généralistes.

De fait, il est clair que les jurés n’étant pas des « sachant »,ni souvent des juristes, les avocats et les experts doivent davantage faire preuve à leur égard de pédagogie. Mais, comme nous avons déjà eu l’occasion de le préciser, rien ne permet à notre connaissance d’affirmer pour autant que certains magistrats professionnels ne pourraient pas se révéler sujets, eux aussi, à diverses influences qui pourraient être préoccupantes. Au nombre de celles-ci pourraient compter certaines influences politiques ou syndicales qui pourraient contribuer à expliquer parfois le sentiment de décalage persistant ressenti par ceux qui témoignent de leur incompréhension devant la teneur de certaines décisions rendues.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

05.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

06.

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

07.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

05.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

06.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 10/03/2018 - 22:16
Cinq ans maxi pour un viol au lieu de quinze?...
Oh ben c’est sûr! Pour désengorger, ça va désengorger...notamment les prisons! Et puis...les victimes vont adorer le desengorgement! Surtout les femmes...c'était leur fête il’ y a quelques jours. Là! Ça va être leur fête tous les jours- surtout avec les radallas type Ramadan qui pullulent...c’est marrant comme les gauchistes savent trouver des solutions percutantes à leurs incompétences: ils ne savent pas gérer la santé, alors ils en réduisent l’offre de soin! Ils ne savent pas gérer la justice, alors ils réduisent les peines...la solution intelligente eut été de réduire la paperasserie et les procédures, mais ça, c’est trop compliqué pour un gauchiste!... mieux vaut supprimer le problème...le grand nettoyage par le vide: plus simple! Je comprends, maintenant, pourquoi Macrouille veut faire voter les détenus...
ajm
- 10/03/2018 - 15:11
Ecran de fumée.
Pour éviter de traiter les vrais problèmes, on jette en pâture de faux problèmes ou des problèmes annexes qui permettent d'amuser la gallerie pendant un certain temps avant que l'opinion publique ne réalise que rien ne s'arrange.
philippe de commynes
- 10/03/2018 - 12:02
Mauvaise solution à un vrai problême
Si les prisons sont surpeuplées, n'est ce pas 1 que les peines ne sont pas assez lourdes pour être dissuasives ? 2 à cause du très grand nombre de délinquants et criminels étrangers ou d'origine étrangère ?
Ne serait il pas mieux, au contraire de la réforme proposée, d'alourdir les peines pour les rendre réellement dissuasives, et expulser les étrangers et ceux d'origine étrangère (donc au préalable privés de leur nationalité française), ceux qui éviterait d'avoir à incarcérer des récidivistes étrangers ou d'origine étrangère, et là engendrerait tout de suite un fort désengorgement des prisons.
Mais bien sur le gouvernement ne pourrait pas l'accepter, ce serait une politique sans compassion pour les coupables et bourreaux, et pire , parce que ce serait une politique spécialement plus dure pour ceux d'origine étrangère ce serait du "racisme"
Notre gouvernement n'est pas près d'arrêter de surenchérir dans la compassion préférentielle au profit des coupables, et au détriment des victimes.