En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© PATRICK KOVARIK / AFP
Alea jacta est

Lobby de gauche, réalisme de droite : qui gagnera la bataille de la volonté présidentielle sur les prisons ?

Publié le 09 mars 2018
Ce président de la République est agaçant qui ne nous permet jamais de l'approuver totalement ou de le désapprouver absolument.
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il est l'auteur de La France en...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il est l'auteur de La France en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce président de la République est agaçant qui ne nous permet jamais de l'approuver totalement ou de le désapprouver absolument.
Invité à l'émission "24h Pujadas" sur LCI, j'ai éprouvé, malgré sa parfaite animation, comme un sentiment d'inachevé au fond facilement explicable. Nous ne connaissions pas le détail du discours prononcé par le président de la République à Agen ni l'ensemble des mesures projetées.
 
De sorte que nous nous sommes focalisés sur la suppression des peines inférieures ou égales à un mois et sur la possibilité d'aménagement de toute peine inférieure ou égale à six mois d'emprisonnement. Avec la volonté présidentielle de développer les peines alternatives, bracelets électroniques et travaux d'intérêt général (L'Obs).
 
La résolution de faire de toute sanction prononcée une sanction exécutée ne peut qu'être louée mais elle fait partie depuis toujours du fond convenu des propos présidentiels et ne garantit pas que pour cette fois le concret sera au bout de la parole.
 
Emmanuel Macron a décidé de lutter contre la surpopulation carcérale à sa manière. En interdisant la prison ici, en ne la conseillant pas là et en cherchant à persuader l'opinion que l'exécution de certaines peines en quelque sorte à l'air libre et avec des modalités assouplies aura le même effet punitif et dissuasif qu'un enfermement de courte durée. Celui-ci serait paraît-il préjudiciable au condamné et à la société à protéger de ses agissements (Le Figaro).
 
Ce qui me gêne sur ce plan est la contamination de l'intelligence présidentielle par le lobby de gauche anti-prisons. Je regrette qu'Emmanuel Macron qui se pique de liberté et s'efforce d'ouvrir autant qu'il le peut des chemins nouveaux soit incurablement, pour la prison et dans la philosophie qu'il développe à son sujet, dans un progressisme convenu, dans une attitude qui confond l'humanisme avec une mansuétude compassionnelle et caricaturale sur les méfaits de l'enfermement et la honte que représenterait celui-ci. Comme si la prison qui préserve était responsable des délits et des crimes alors qu'une conviction authentiquement humaniste devrait accepter de créditer les délinquants incarcérés de l'honneur de leur responsabilité et de leur libre arbitre.
 
Il y a quelque chose d'angoissant dans cette obsession des peines alternatives qui, pour certains, pourraient aisément se substituer à la prison, sans qu'on se soit suffisamment interrogé sur la capacité de celles-ci à relever le défi de certaines infractions et à répondre à leur gravité, dès lors qu'on exclurait par principe la sévérité de l'enfermement.
 
Emmanuel Macron et le lobby de gauche.
 
Mais Emmanuel Macron et le réalisme de droite.
 
Il y a des pistes qui, en effet, montrent un président de la République dégagé de certaines vieilles lunes. Je n'évoque pas les banalités obligatoires qui manifestent une volonté et du bon sens : la moindre des choses est au moins de prétendre que l'exécution des peines doit être effective.
 
Mais il y a bien plus.
 
J'apprécie qu'Emmanuel Macron ait dénoncé l'absurdité d'un système où les jugements d'un tribunal correctionnel dans leur rigueur peuvent être immédiatement dénaturés et aménagés de sorte que l'autorité judiciaire est réduite à quasiment
 
Je valide cette audace de confier à la juridiction le soin de proposer les modalités d'exécution de la peine, ce qui conduira à diminuer le rôle et l'importance du juge de l'application des peines avec les conséquences positives qui en résulteront sur le plan de la cohérence.
 
Comment ne pas applaudir cette limitation des aménagements de peine pour tous ceux qui se sont vus infliger une peine égale ou inférieure à un an d'emprisonnement alors qu'auparavant le quantum s'élevait à deux ans ?
 
Malgré le discours stéréotypé sur la prison - en dépit du fait que la France n'est de loin pas le pays qui incarcère le plus en Europe -, je retiens cependant que le président de la République a réaffirmé sa volonté de faire construire de nouvelles places de prison, ce qui est en effet un moyen plus efficace pour lutter contre la surpopulation carcérale que le décret visant à interdire la prison pour qui la mériterait. Même si, par rapport à ses engagements initiaux, il se situe en baisse.
 
Je récuse qu'Emmanuel Macron soit dans dans la continuité de Christiane Taubira. Il n'est pas, comme celle-ci, dans l'idéologie et si son pragmatisme peut s'égarer, il n'en constitue pas moins une approche au moins partiellement plus lucide du monde pénitentiaire.
 
Entre lobby et réalisme, le président conserve et décape.
 
Pour provoquer, je ne suis pas effondré par l'opposition sans nuance du syndicalisme judiciaire : le contraire m'aurait fait douter de la part positive du projet présidentiel.
 
J'espère seulement que demain, notre pays ne sera pas confronté, pour la délinquance au quotidien, faute de moyens, à des drames que l'emprisonnement honni aurait empêchés.
 
Parce qu'il y a deux manières de mythifier la prison ; en la diabolisant ou en l'exaltant. Alors qu'elle est simplement nécessaire pour un certain nombre de délits et pour les crimes.
 
De grâce, qu'on ne lui demande pas d'éduquer ce qui a été manqué en amont et qu'on ne lui impute pas les récidives de l'aval. Il ne faut pas oublier ce détail que le condamné est vivant avec ses forces, ses faiblesses, sa volonté et sa liberté.
 
Emmanuel Macron est un président agaçant qui n'a ni tout à fait tort ni tout à fait raison.rien.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

04.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

07.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
winnie
- 10/03/2018 - 10:31
En fait le seul dogme. ....
qui fait marcher ce deuxieme imposteur,apres Hollande, qu est Macron, c'est le fric!
Tout les pseudo reformes qu il fait ou fera ne sont regies que pour economiser de l argent a l etat ou et pour permettre d en faire gagner plus, c est la seule ideologie. Defendre nos interets, nos citoyens, notre patrie etc.. Il s en fout.
Les Francais se sont bien fait avoir en voulant virer le vieux monde et avec l epouventail FN.
Donc plus de laxisme,plus de taxes, plus d immigration,plus de deconstruction de nos valeurs morales etc, etc...
Djib
- 10/03/2018 - 09:34
"réalisme de droite"? Vraiment?
Constante dans sa soumission aux "diktats moraux" de la gauche, soucieuse de suivre l'air du temps, respectueuse des "valeurs" imposées par les juges européens, le "réalisme de droite" ressemble d'assez près aux délires idéologiques de la gauche (suppression de la double peine, extension infinie des droits des délinquants au mépris de ceux des victimes, peines non exécutées) avec le lâche soulagement de ne pas avoir à financer le construction de prisons.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 09/03/2018 - 15:48
Si nous comparons le taux d
Si nous comparons le taux d'incarcération en France à celui d'autres pays Européens comme l'Espagne et la Grande Bretagne, il nous manquerait environ 35000 places de prison, pour que chaque condamné puisse effectuer sa peine.......Nos élites de gauche savent bien depuis Rousseau que seule la société est responsable de tous nos maux, et qu'on ne jette donc pas en prison des irresponsables, on les soigne ! D'ou une demande pour construire des hopitaux plutôt que des prisons...ç'est pas ce qui va améliorer le déficit de la sécu !