En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 3 heures 24 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 4 heures 8 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 6 heures 36 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 7 heures 20 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 8 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 9 heures 27 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 9 heures 50 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 10 heures 2 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 10 heures 25 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 10 heures 43 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 3 heures 49 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 5 heures 18 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 6 heures 51 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 7 heures 48 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 8 heures 46 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 9 heures 43 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 9 heures 56 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 10 heures 17 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 10 heures 35 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 10 heures 47 min
© Pixabay
© Pixabay
Egalité femmes/hommes

Droits des femmes : ces impasses dans lesquelles s’enfoncent tant de batailles actuelles

Publié le 08 mars 2018
A l'occasion de la journée internationale des droits des femmes de ce 8 mars, et à l'opposé d'une démarche actuelle qui semble vouloir opposer les deux sexes dans un objectif égalitaire, que pourraient faire les femmes pour elles-mêmes, tout en respectant ce même objectif ? ​
Viviane de Beaufort
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Viviane de Beaufort est full professeur à l’ ESSEC et co-directrice du Centre Européen de Droit et d’Economie, spécialiste des OPA.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion de la journée internationale des droits des femmes de ce 8 mars, et à l'opposé d'une démarche actuelle qui semble vouloir opposer les deux sexes dans un objectif égalitaire, que pourraient faire les femmes pour elles-mêmes, tout en respectant ce même objectif ? ​

A l'occasion de la journée internationale des droits des femmes de ce 8 mars, et à l'opposé d'une démarche actuelle qui semble vouloir opposer les deux sexes dans un objectif égalitaire, que pourraient faire les femmes pour elles-mêmes, tout en respectant ce même objectif ? ​

Viviane de Beaufort : De fait, et j’en ai encore eu un exemple sidérant lors d'un déjeuner ce jour consacré à l’apport de la mixité dans les Conseils d'Administration, et plus largement les espaces de direction. Quelques-uns commencent à exprimer de manière violente une opposition face à cette accélération de la mixité. Je cite : « Clairement, on est la génération sacrifiée, celle des hommes de 48 ans... Les femmes nous passent devant à cause des objectifs assignés par la direction. Tout ça pour affirmer une image Women friendly et répondre aux impératifs de la RSE (responsabilité sociétale des entreprises) ».

Premièrement, les femmes doivent déjà, me semble-t-il, assumer le fait que globalement il y a un « rattrapage » : quotas, objectifs etc. et ne pas se poser de questions sur les circonstances qui font qu’elles sont promues, nommées etc. Les hommes se posent-ils ces questions ?

Deuxièmement, la question est celle des compétences mais aussi des comportements de leader : pas de revanche à prendre à l’égard de la gent masculine, travailler donc son rapport à l'autre comme individu, peu importe le genre (ou l’âge ou l’origine bref ...), il faut pacifier. On est dans le même camp que celui de l’avenir de notre équipe, département, business unit, entreprise, groupe, etc…

Enfin, plus particulièrement à l’égard des autres femmes : tendre la main, mentorer des plus jeunes ou/et en être sponsor - aider avec son propre réseau à être dans la transmission.

Bref ne pas sombrer dans le complexe de l´imposteur, ni dans la revanche. On avance et en mode collectif. Je pense sincèrement et mes travaux sur la relation des femmes au pouvoir l’ont vérifié qu’elles sont le plus souvent moins dans l’ego et le pouvoir vertical, donc plus apte à jouer collectif, embarquer tout le monde, inclus les hommes sur des valeurs et en même temps du concret.

Dans quelle mesure la loi pourrait ne pas être le meilleur outil pour changer les mentalités ? En dehors de ces solutions "par la loi" qui ne semblent pas toujours adaptées, quelles seraient les moyens de parvenir à des changements de mentalité permettant justement d’arriver à une situation plus équilibrée ?

La loi, aucune loi (et c’est une juriste qui parle) n’a jamais pu à court terme modifier une culture et/ou les mentalités. Elle crée une modification parfois brutale de situation lorsque cela est jugé nécessaire. Elle doit être comprise dans ses objectifs et respectée.

C’est l'éducation, la pédagogie, qui permettent la remise en cause des stéréotypes et des biais cognitifs et ça met plus de temps ... Donc, attention à l'éducation des tout petit, aux messages véhiculés à l'école, en famille etc. Attention aux stéréotypes véhiculés par les médias, les livres d’écoles etc. Attention aux impératifs sexués : « Tu es un garçon, tu ne pleures pas et plus tard tu seras responsable et maître de ta famille ». Attention aux stéréotypes sur le genre des métiers, aux projections sur l'ambition.

Un énorme effort est encore à faire en entreprise y inclus pour les startups pour habituer le regard à ce qu'un dirigeant en soit une - Il n’y a qu'à observer ces combats sans fin sur la féminisation des noms !

Et plus sournois encore à accepter que l’autre, si c’est une femme, ne parle pas comme un mec (trop douce), n'ait pas la même vision de la stratégie (Risk averse), n’ait pas envie d'une carrière en "mode up" (intérêt de la mission plus que gain en points de carrière), n’ait pas envie de faire une levée de fonds de 2Md quand elle a besoin de 400000E (manque d'ambition ou pieds sur terre ?) etc…

Il ne s’agit même pas d'un problème femmes/hommes mais d’une vision d'un monde obsolète versus ses nouveaux moteurs.

Il est rare de constater une franche opposition des hommes sur les questions des inégalités entre les sexes, du moins ouvertement. Dès lors, en quoi le processus d'opposition entre hommes et femmes peut-il lui aussi se révéler contre-productif ?

Il est possible, même si cela est de plus de plus rare, car cela relève d'un problème générationnel, qu'une opposition se manifeste, et elle est alors aigre et mal assumée car cela relève désormais du politiquement incorrect. Cette opposition assumée ou non, est ​​totalement contreproductive voire dangereuse​se, car elle est basée sur des postulats faux (par exemple on est en plein phantasme quand on dit qu'avec la loi sur les quotas dans les CA il n'y a plus d'administrateurs reconduits ou nouvellement nommées- regardez les chiffre SBF120 entre 2017) et elle ​crispe ​émotionnellement les rapports humains et bloque ​les évolutions souhaitables en créant une​ ambiance détestable​ de confrontations larvées. ​En tant que professeure du supérieur​ et mentor de startuppeuses, je vous adjure de vous inspirer de la génération Y​, génération ​plus mixte par essence et par leur éducation (merci aux parents ayant élevé leur progéniture dans l'égalité). Pour eux, ​le genre n'est pas une question ! Il n'y a pas cet esprit de revanche​, ils vivent l'altérité au quotidien. ​​Ainsi, les couples en double carrière gèrent très bien, chacun à leur tour, les responsabilités dites de famille (voir étude Arborus mars 2018 à laquelle je me suis associée). C'est un autre monde ​où l'individu, femme ou homme, a les mêmes perspectives avec des choix à faire et non pas "les sacrifices que vous avez faits dit Marine de Beaufort ayant elle-même choisi à 27 ans l'aventure improbable de la Startup à la confortable place de consultante senior dans un cabinet), on en veut pas garçons ou filles". On va tenter de se construire ensemble des parcours qui correspondent à nos valeurs et à nos aspirations personnelles d'individu. J'ai 57 ans et de ​plus belle leçon je n'ai pas !​

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 08/03/2018 - 20:16
Dire à un garçon de se conduire en homme,
Ce n'est pas rabaisser les filles, c'est l'intérêt de la société. Actuellement il y a plain de lavettes et cela ne fait pas le bonheur des femmes
Raymond75
- 08/03/2018 - 16:39
Laisser du temps au temps et éduquer
Jadis, les travaux étaient très durs physiquement, les couples avaient de nombreux enfants, et il n'y avait pas d'appareils ménagers, d'où une spécialisation des 'genres' dans la société (quand le couple en avait les moyens). Depuis la fin des années 60, tout cela a évolué, et permis des changements sociétaux, initiés par mai 68. Comme il est dit dans l'article, c'est acquis pour la génération Y;

En 1972, une femme a été major de Polytechnique. Elle a fait la démonstration qu'à la fin des années 60, une femme pouvait passer un bac scientifique, faire maths sup et maths spe, réussir des concours très difficiles, et devenir une ingénieure brillante. Elle était exceptionnelle, comme toutes les personnes pionnières, mais c'est depuis quelques années seulement que l'on voit environ 35% de jeunes femmes se présenter régulièrement aux concours d'accès aux grandes écoles d'ingénieurs : il a fallut plus de 40 ans, soit deux générations pour aboutir à cela. Deux générations, c'est le temps qui est nécessaire pour les profondes évolutions sociales, quand il n'y a pas d'évènements dramatiques qui bloquent cette évolution. Mais maintenant c'est fait !
ISABLEUE
- 08/03/2018 - 16:35
Paulquioroulenamassepamousse
excellent !! vous me rire !!! Mais c'est exactement cela !
Je rajouterais encore que on sature avec toutes ces histoires mises en place publique..
Ad nauseum.......