En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
L'incarcération

Réforme des prisons : ce très bon outil que pourrait être le dossier personnalisé

Publié le 08 mars 2018
Mardi 6 mars, le chef de l'Etat a dévoilé les pistes de sa "refondation pénale".
Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Raufer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mardi 6 mars, le chef de l'Etat a dévoilé les pistes de sa "refondation pénale".
L'état présent de la Justice est-il suffisamment prise en compte par le chef de l'Etat dans ses propositions ? 
 
Xavier Raufer : Débutons par cette question cruciale, qui engage l'avenir. En 1972, paraissait le "Rapport" de Pierre Arpaillange. Figure de l'ordre judiciaire, qui en occupa tous les grands postes - Garde des Sceaux y compris - Arpaillange adresse à son ministre, voici 46 ans, un texte majeur "Pour une réforme d'ensemble de la justice pénale". On y lit ceci : "« La sanction pénale est censée à la fois punir, intimider, éliminer ou neu¬traliser au moins provisoirement, amender et resocialiser le délinquant, tout en exerçant un effet de dissuasion sur d'éventuels imitateurs. Ces diverses fonctions ne sont en réalité guère compa¬tibles ; Les tribunaux prononcent des mesures, bien souvent ni intimidantes, ni rééducatrices. Les tribu¬naux n’osent plus punir, n’ont pas les moyens de traiter : ce mélange des genres rend l’intervention judiciaire équivoque, parfois aberrante et finalement peu efficace… ». 
Presque cinquante ans après, rien n'a changé - même après les mesures du président Macron. Toujours et encore, la justice fait du sur-place. Car au-delà des rustines et autres bricolages, son problème fondamental, celui de la philosophie du droit dans notre société, n'est jamais abordé ; n'est pas poussé par une vision d'abord, une décision, ensuite. Car gouverner c'est prévoir mais surtout, décider.
 
Martin Heidegger prévient ici celui qui élude, ne décide pas : 
 
"Les décisions ne s'obtiennent pas du fait de discourir à leur sujet, mais du fait qu'est créée une situation et sont appliquées des dispositions rendant la décision inéluctable, où toute tentative pour l'éluder revient en fait à la décision la plus grave" 
Or la pénitentiaire est au bout du processus judiciaire et accumule donc les retards, manques et dysfonctionnements. Après 60 ans de Ve République, dans la France de 2018, la pénitentiaire c'est ceci : 
 
- Nombre de détenus par surveillant : France (2017) 28 000 surveillants pour quelque 69 000 détenus, calcul simple à faire : 2.46 - au niveau de la Pologne, de la Roumanie ou de la Bulgarie,
 
- Nombre de détenus pour 100 places en cellule  France (2015) 113,4/100 au niveau (lisez bien) de la Moldavie et de l'Albanie.
D'où, des prisons-passoires ou l'on a confisqué (1e semestre 2017) 19 400 portables et accessoires pour 69 000 détenus ; d'où aussi, des prisons où, disent les syndicalistes "la violence physique devient toujours plus fréquente" : homicides, prises d'otages, agressions - en 2017, 11 surveillants attaqués par jour.
 
D'où des aberrations. En voici une parmi cent autres. En juin 2017, Kamal K poignarde un agriculteur du Tarn-et-Garonne pour le tuer, au cri de "Allah Akbar". l'homme est radicalisé, fiché S et assigné à résidence pour "détention de propagande djihadiste". Or il est libéré en janvier 2018, avant même toute confrontation devant le juge d'instruction. Au fou !
 
D'où enfin, une justice à la sauvette ou l'on dévalue les sanctions, faute de  moyens., Dans les compte-rendu d'audiences, on lit chaque jour ceci : "ces deux crimes auraient dû être jugés par une cour d'assises, mais pour rendre plus vite la justice, ils ont été correctionnalisés" ; ou "Initialement qualifiés de vols à main armée, crime passible des assises, les braquages ont été requalifiés en vol avec violence (délit)". Ainsi, le vrai problème de la justice n'est pas celui du nombre de places en prison, c'est la constante et sournoise pratique de balayer la poussière sous le tapis.
 
Au lendemain des annonces d'Emmanuel Macron sur la refondation pénale, il est critiqué par le syndicat de la magistrature qui dénonce un recul et par la droite, notamment par Eric Ciotti qui déclare  "Emmanuel Macron fait du Taubira, il se trompe, on est dans l'artifice"  "Aujourd'hui la société est toujours plus violente, il y a chaque jours 600 agressions, 700 cambriolages (...) Après ce plan il y aura moins de gens en prison, et plus de délinquants purgeant leur peine chez eux, ou en liberté". Comment faire la part des choses sur ces annonces ?
 
Faire la part des choses consiste d'abord à évaluer le réel. A se demander qui sont les criminels ? Où sont-ils sur le territoire et quels crimes commettent-ils ? Deuxième étape - pas toujours simple - est d'avoir en temps et heure les bons chiffres. A combiner ces deux paramètres, on réalise que supprimer les peines d'un mois libère moins de 400 places par an en prison ; même, supprimer la prison pour toute peine d'un an ne libère qu'environ 10 000 places (en stock). Or la surpopulation carcérale n'est pas conjoncturelle, mais structurelle.
 
N'oublions pas l'autre stock, lui plus important, des peines en attente d'exécution (condamnés à la prison ferme qui, faute de mandat de dépôt, attendent libres qu'on les incarcère ou aménage leur peine). Combien y en a-t-il vraiment ? Surtout : au delà du cours normal de la procédure pénale, combien d'individus dangereux, de prédateurs, restent ainsi dans la nature ? Difficile à savoir.
Faire la part des choses tient enfin à éviter l'incantation et l'idéologie. Voici peu, un brave aumônier de prison a ressorti le cliché du "tout carcéral". Rappelons au saint homme qu'en moyenne, les Etats de l'Union européenne comptent 115,5, détenus pour 100 000 habitants (dernières données disponibles). La France, elle, n'en compte que 98,3/100 000. Pas le goulag, quand même.
 
Sécurité, taux d'occupation des prisons, : comment le dossier de personnalité pourrait-il être utile ? Quel contenu pour que cette mesure soit efficace ? 
 
L'idée est bonne, si ce dossier n'est pas un recueil des âneries et bienséances de la "culture de l'excuse", mais bien plutôt, inclut les concepts de la criminologie contemporaine, tel celui de "prédateur violent", individu alcoolique, toxicomane et perturbé, plus brutal et violent que la moyenne, à neutraliser autant que la loi le permet. Ce pour protéger la population bien sûr. Voir le rapport Arpaillange "neutraliser au moins provisoirement".
 
Là encore, comment le faire intelligemment, en prenant le temps de réfléchir, avec des tribunaux au personnel squelettique et noyés sous les dossiers ? Récemment, le tribunal de Rennes crie au secours, à l'abandon. A minima, il lui manque sur le champ 30 (trente) postes et de ce fait, tout acte de justice y est frappé de retards immenses. En prime désormais, et par dessus le marché, les dossiers de personnalité. Comment feront dans le concret ces magistrats submergés ? 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

02.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

03.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

04.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

05.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

06.

Psychogénéalogie : comment les générations familiales qui nous précèdent laissent leur empreinte sur notre identité

07.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 08/03/2018 - 14:22
La surpopulation carcérale..
Pour réduire la surpopulation carcérale: il faudrait envoyer les taulards ''étrangers'' faire leur peine dans leur pays puisque le ministère de la Justice a révélé que 15.000 ressortissants ''étrangers'' se trouvaient dans nos prisons.. Il faut aussi chasser les djihadistes hors de France, supprimer la nationalité française aux délinquants qui ont une double nationalité..si on avait réglementé les ''arrivées étrangères'' on aurait davantage de places dans nos prisons puisque 80% de nos prisonniers sont des musulmans d'origine étrangère. .Cette population de prisonniers ''étrangers'' est entretenue à nos frais! Notre politique migratoire et pénale engendre violence, chômage et saturation de nos prisons.. Il est urgent que l'Etat défende la paix civile des ''vrais'' Français, les juges doivent condamner à des peines réelles et adaptées les délinquants.. ces délinquants qui ne respectent pas nos lois et les citoyens ''français''..