En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

07.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 24 min 51 sec
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 1 heure 58 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 3 heures 27 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 3 heures 42 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 4 heures 5 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 4 heures 26 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 4 heures 59 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 5 heures 23 min
décryptage > Economie
(R)évolution ?

Vers une ère d’efficacité turbo pour la politique monétaire ?

il y a 5 heures 52 min
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 6 heures 46 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 54 min 56 sec
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 3 heures 17 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 3 heures 38 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 4 heures 1 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 4 heures 25 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 4 heures 41 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 5 heures 3 min
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 5 heures 49 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 6 heures 29 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 6 heures 52 min
© Wikipédia commons
© Wikipédia commons
Société

Cambriolages : quand la défense de la propriété privée n’intéresse que moyennement la police

Publié le 08 mars 2018
Avec H16
Être propriétaire en France n’est pas toujours une chance. À mesure que les lois et les décrets s’empilent, cela devient même, tout doucement, un fardeau que beaucoup découvrent, amers, à la faveur d’une de ces désagréables aventures que les réseaux sociaux relaient parfois.
H16
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
H16 tient le blog Hashtable.Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Être propriétaire en France n’est pas toujours une chance. À mesure que les lois et les décrets s’empilent, cela devient même, tout doucement, un fardeau que beaucoup découvrent, amers, à la faveur d’une de ces désagréables aventures que les réseaux sociaux relaient parfois.
Avec H16
J’évoquais, il y a quelques semaines, le cas emblématique de ce retraité dont le bien immobilier se retrouvait squatté par une bande d’individus sans scrupules et qui avait heureusement pu bénéficier de la mobilisation d’un groupe de jeunes de cité voisine pour déloger les indésirables, pendant que la Loi et les forces de l’ordre se contentaient essentiellement de prendre des notes, de loin, en conservant une saine retenue apte à garder les esprits calmes et la paperasserie maigre.
 
Aujourd’hui, je vous propose le témoignage de M., une lectrice qui me relate ses péripéties récentes au sujet de la maison de ses beaux-parents. Comme on va le voir, les caractéristiques de la déconvenue sont étrangement similaires au cas précité, tout comme l’est l’abandon complet des autorités dans leur rôle d’assurer l’ordre, la paix et la protection des biens et des personnes.
 
Ce jeudi premier mars, le mari de M. l’appelle pour lui signaler que la maison de ses beaux-parents, en voyage et injoignables pour trois semaines, a été cambriolée, une première fois le mardi, et une seconde fois le mercredi.
 
Premier fait intéressant : directement suite à la première intrusion dans la nuit de mardi, le voisin a prévenu sa belle-sœur qui est allée porter plainte…
 
En pure perte puisqu’elle n’a pas procuration des propriétaires du lieu. Quand bien même le délit a été observé, personne ne se déplacera, parce que, vous comprenez, la propriété privée, c’est sacré, n’est-ce pas.
 
En pleine nuit de mercredi, vers trois heures du matin, le même voisin voit de la lumière puis deux hommes sortir de la maison déjà visitée. Ce voisin, décidément bien prévenant, appelle la belle-sœur qui ne sait toujours pas quoi faire, le commissariat l’ayant déjà « gentiment » envoyé promener la fois précédente (mesdames et messieurs, vos impôts au travail).
 
Au matin suivant, retournant voir la maison, elle n’a pu que constater que les cambrioleurs étaient revenus, en laissant la lumière allumée partout. Afin de sécuriser un tant soit peu la fenêtre défoncée par laquelle ils étaient entrés (deux fois), elle prévient le reste de la famille.
 
Il faut en effet agir vite : des individus qui viennent plusieurs fois de suite, qui bénéficient ainsi de l’absence de tout dépôt de plaine (forcément), tout cela peut conduire, après 48 heures, à une de ces situations fort désagréables où des squatteurs deviennent subitement indélogeables au pays des Droits de l’Homme et du Cambrioleur.
 
Voilà notre lectrice M. dans une bien fâcheuse position. Son mari envisage ainsi d’aller voir sur place afin de réparer les dégâts et expulser de lui-même les éventuels indésirables qui pourraient s’y trouver encore, mais cela pourrait poser de graves sentiments d’insécurité et une soirée aux urgences. Peut-être la voie légale reste-t-elle préférable ?
 
C’est donc au commissariat le plus proche qu’elle tente de déposer plainte. M. a en effet habité dans la maison de ses beaux-parents. Sur le passeport, c’est même encore l’adresse mentionnée. Elle y a encore des affaires. En tant qu’occupante des lieux, peut-être le dépôt de plainte sera-t-il possible ?
 
Que nenni : au commissariat, elle tombe sur un jeune homme charmant mais qui lui explique (tenez-vous bien) que, n’étant pas propriétaire, elle ne peut pas porter plainte. Étonnant, n’est-ce pas ? Il conseille d’appeler le 17.
 
Les surprises ne s’arrêtent pas là puisqu’au 17, M. tombe de façon inattendue sur un trou du cul un préposé qui lui explique ne rien pouvoir faire : malgré la recension complète des événements, malgré la présence d’individus potentiellement dangereux dans la maison, et bien qu’on puisse souhaiter qu’une patrouille de police se déplace (au moins pour constater les problèmes), notre préposé au 17, sans doute parfaitement conscient de sa position privilégiée, explique doctement qu’ « il n’est pas là pour l’assister », qu’elle le « fatigue avec son voisin », et qu’elle n’a qu’à rentrer dans la maison pour aller chercher les papiers de l’assurance, seule chose qui semble importer pour notre valeureux fonctionnaire.
 
M., dépitée, raccroche. Le flic du commissariat lui propose alors d’aller devant la maison, et d’appeler la police une fois sur place en disant qu’il y a quelqu’un dedans. Ils ne pourront alors pas refuser de venir.
 
Voilà donc M. retournant devant la maison et qui n’y voit personne mais y entend du bruit. Le volet, défoncé, est visible de l’extérieur ; le voisin y a mis du scotch qui a, depuis, été arraché. M. appelle les policiers.
 
… Qui, finalement, arrivent. Polis, sympathiques même, ils s’empresseront cependant d’expliquer qu’ils ne peuvent rien faire (à ce point du récit, l’étonnement doit commencer à s’estomper, n’est-ce pas).
 
M. n’étant pas propriétaire, il leur est impossible de rentrer pour voir, malgré le volet défoncé, malgré le voisin qui explique qu’il a vu deux gars d’une vingtaine d’année sortir la nuit et qu’il n’a rien fait car « il pensait qu’ils allaient le tuer, vu leur tête »… La loi est décidément bien inflexible pour les honnêtes gens.
 
Pour rentrer, il faut une clé. Par chance, le mari de M. en dispose d’une et, une heure plus tard, la police est rappelée pour rentrer dans la maison. Ce sera la police municipale qui se pointera.
 
Une fois à l’intérieur, il n’y a personne ; la rapidité d’intervention de l’ensemble des services d’ordre et de sécurité du pays ont probablement laissé quelques latitudes aux aigrefins pour agir, prendre deux fois des nouilles, se reposer et repartir tranquillement. M. constate les dégâts, et la police municipale, dans un grand geste auguste plein de cette fougue qui la caractérise, … repart car elle ne peut rien faire, seule la police nationale étant habilité pour ce genre de choses.
 
Le 17 sera donc à nouveau appelé. Et là, en quelques secondes moins de dix minutes deux heures plus tard, la police peut constater que, en effet, oui, c’est à présent confirmé, c’est certain, tout à fait, il y a bien eu cambriolage et ils repasseront (mettons demain) pour faire le relevé d’empreintes.
 
Bien sûr, ni M., ni son mari, ni personne ne peut porter plainte : personne ne sait exactement ce qui a été volé ou endommagé, n’est-ce pas ! Seuls les propriétaires, en voyage et injoignables, pourront le faire. Quant à la plainte pour squat, elle ne pourra pas être déposée non plus dans les 48 heures. Si, d’aventure, les intrus ont eu l’idée lumineuse de commander une pizza le mardi soir pour s’installer à nouveau le jeudi soir, tout ce petit monde l’aura dans l’os.
 
La morale de cette histoire est assez déprimante pour un pays qui se gargarise du respect de ses lois, de sa justice, et qui se permet régulièrement de distribuer des bons points d’humanisme aux autres.
 
En somme, si vous êtes témoins d’un cambriolage, ne vous enquiquinez ni à tenter de l’interrompre (vous risquez gros, pour rien), ni à prévenir la police : vous n’êtes pas le propriétaire et rien ne se passera de toute façon. Au mieux, ce qui arrive est la faute à pas de chance, et les services de l’État que vous payez pour assurer la sécurité de vos biens s’en tamponnent le coquillard aimablement, poliment, mais de façon consciencieuse. Au pire, ces mêmes services vous enverront paître dans les termes les plus clairs.
 
Peu importe les conséquences juridiques de votre incapacité à porter plainte, quand bien même l’infraction est constatée. Encore une fois, venir en aide à vos voisins est non seulement inutile mais, pire, découragé en République du Bisounoursland où tout le monde sait qu’il ne se passe jamais rien d’affreux de toute façon. Et arrêtez de nous emmerder avec votre sentiment de cambriolage de proximité, zut à la fin.
 
Une petite note d’espoir cependant : il apparaît, comme souvent, que là où les imbéciles douillettement installés dans leur fauteuil peuvent très bien vous encourager à rentrer dans une maison possiblement squattée (et en souffrir les conséquences dont eux se fichent éperdument), il n’en va pas de même pour les fonctionnaires qui sont au contact de la réalité de terrain, dont l’immobilité apparaît surtout comme la conséquence des lois idiotes que la République pond à rythme cadencé.
 
Ce témoignage pourrait être un cas particulier. Il n’en est rien, ce qui accroît le désarroi des gens honnêtes et qui ne manquera pas d’exacerber leurs réactions le jour où, devant l’inanité des politiques en place, ils se décideront spontanément à ne plus se laisser marcher dessus.
 
Je me demande combien de temps ce genre de clowneries dramatiques peut encore continuer…
 
 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Semper Fi
- 10/03/2018 - 00:16
Petit rappel de droit
Art 73 du code de procédure pénale : "Dans les cas de crime flagrant ou de délit flagrant puni d'une peine d'emprisonnement, toute personne a qualité pour en appréhender l'auteur et le conduire devant l'officier de police judiciaire le plus proche.". La vol par effraction (cambriolage) est puni de 7 ans de prison (max). Il est donc tout à fait envisageable de bloquer les individus en attendant que la police se déplace... et elle doit se déplacer (ne pas hésiter à leur ressortir l'art 73 du CPP).
Paul Emiste
- 09/03/2018 - 14:44
Experience personnelle.
Délégué commercial en bijouterie je me suis fait volé 4 marmottes (valises) de bijoux au centre bourse à Marseille (tiens tiens), c’était en 1996.
Je vais au commissariat du coin, je poirote une bonne demie heure et n'en pouvant plus d'attendre je vais voir le policier dans son bureau: réponse (texto!) "Mais monsieur on ne peut rien faire, à l'heure qu'il est vos bijoux sont déjà sur les marchés".
Il y avait toujours les lanières des valises dans mon coffre je leur ai donc demandé de prendre les empreintes... que nenni, il m'a juste demandé la valeur du contenu pour les assurances.
siger99
- 08/03/2018 - 21:54
2bout
2bout vous avez encore d'autres co.n.n.eries à dire?
Vous ne seriez pas député par hasard?