En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

03.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

04.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

05.

Brexit : en Grande-Bretagne, tout va donc changer pour que rien ne bouge

06.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

07.

Carla B. vole au secours de Brigitte M., Jenifer de son mari (mais là, c’est face à la mafia); Céline Dion ne vend plus, Kanye West vend tout (et n’importe quoi); Britney Spears veut qu’on lui laisse voir ses enfants; Kate Middleton enceinte du 4ème ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

04.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Avancées médicales

Un nouveau traitement capable de prévenir la moitié des cancers du sein produit des effets même longtemps après avoir été pris

il y a 34 min 21 sec
décryptage > Politique
Répartie

Retraites : on peut être de droite et préférer la répartition

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Politique
Déclaration d’intérêt

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

il y a 2 heures 25 min
décryptage > Politique
Triomphe électoral

Libéral, conservateur, insensible à la "raison des élites" : la recette Johnson pratiquée par la droite française… à son exact inverse

il y a 3 heures 8 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Carla B. vole au secours de Brigitte M., Jenifer de son mari (mais là, c’est face à la mafia); Céline Dion ne vend plus, Kanye West vend tout (et n’importe quoi); Britney Spears veut qu’on lui laisse voir ses enfants; Kate Middleton enceinte du 4ème ?
il y a 3 heures 34 min
pépite vidéo > Social
Main tendue
Grève : Jean-Pierre Farandou, patron de la SNCF, demande aux cheminots de "faire une pause" pendant les fêtes de Noël
il y a 14 heures 48 min
pépites > International
Réconciliation
Fin de la guerre commerciale ? : les États-Unis et la Chine annoncent un accord
il y a 18 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"De l'autre côté, la vie volée" de Aroa Moreno Duran : le soleil se lève à l'est

il y a 22 heures 30 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand coulent les heures de bronze et quand roulent les nanobilles dorées : c’est l’actualité des montres à la veille de l’hiver
il y a 23 heures 14 min
décryptage > Social
Réforme protéiforme

Docteurs Jekyll et Mister Hyde de la réforme des retraites : ces cerveaux de gauche qui l’ont conçue... avant de la vomir

il y a 23 heures 51 min
décryptage > Education
Négociations

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

il y a 1 heure 6 min
décryptage > Europe
Le retour de l'ennemi héréditaire

Macron a bien des malheurs : encore un lépreux à la tête d'un pays européen !

il y a 2 heures 13 min
décryptage > Economie
Vraie mère de toutes les réformes

Cette réforme monétaire sans laquelle aucune réforme d’ampleur ne pourra vraiment être réussie en France

il y a 2 heures 52 min
décryptage > Europe
Atlantico Business

Brexit : en Grande-Bretagne, tout va donc changer pour que rien ne bouge

il y a 3 heures 25 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 12 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 30 min
light > Social
Colère des usagers
Grève RATP : sera-t-il possible de se faire rembourser son pass Navigo ?
il y a 17 heures 43 min
pépites > Politique
Engagement
Retraites : Emmanuel Macron défend son projet, salue les efforts du gouvernement et évoque "une réforme historique pour le pays"
il y a 19 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Trois femmes (l'échappée)" de Catherine Anne : une interprétation séduisante

il y a 22 heures 54 min
décryptage > France
Réforme

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

il y a 23 heures 37 min
pépites > International
Algérie
Présidentielle algérienne : Abdelmadjid Tebboune, l'ancien Premier ministre de Bouteflika, est élu dès le premier tour avec 58,15% des voix
il y a 1 jour 11 min
© AFP
© AFP
Dernière chance

Iran : pourquoi Emmanuel Macron a raison de tout tenter pour sauver l’accord sur le nucléaire iranien

Publié le 06 mars 2018
Une visite officielle d'Emmanuel Macron à Téhéran serait à l'ordre du jour, ce qui serait une première pour un grand pays occidental depuis la révolution islamique de 1979.
Thierry Coville est chercheur à l’IRIS, spécialiste de l’Iran. Il est professeur à Novancia où il enseigne la macroéconomie, l’économie internationale et le risque-pays. Docteur en sciences économiques, il effectue depuis près de 20 ans des recherches...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Coville
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Coville est chercheur à l’IRIS, spécialiste de l’Iran. Il est professeur à Novancia où il enseigne la macroéconomie, l’économie internationale et le risque-pays. Docteur en sciences économiques, il effectue depuis près de 20 ans des recherches...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une visite officielle d'Emmanuel Macron à Téhéran serait à l'ordre du jour, ce qui serait une première pour un grand pays occidental depuis la révolution islamique de 1979.

Alors qu'une visite officielle d'Emmanuel Macron à Téhéran serait à l'ordre du jour, ce qui serait une première pour un grand pays occidental depuis la révolution islamique de 1979, comment expliquer cette volonté française d'obtenir une conciliation sur le dossier du nucléaire iranien ? Faut-il y voir une ambition économique d'ouverture se basant sur la réalité d'un commerce bilatéral franco-iranien étant passé de 515 millions d'euros en 2014 à 3.8 milliards d'euros au terme de l'exercice 2017, un plus haut depuis 2006, selon une note de la DG Tresor publiée le 14 février 2018 ? Cette approche économique peut-elle être une ambition raisonnable pour une orientation politique plus "favorable" du côté de Téhéran ?

Je ne pense pas que l'on peut expliquer la position de la France sur le nucléaire iranien par des considérations économiques. On peut rappeler que les exportations de l'UE vers l'Iran représentent que 0,5 % des exportations totales de l'UE (exportations extra-UE). La position française sur le nucléaire iranien est par ailleurs la même que celle des gouvernements allemand et anglais et que celle de l'UE. Tout d'abord, l'accord sur le nucléaire iranien est un traité international qui a été signé par l'Iran et les 5+1. L'Iran, d'après l'AIEA respecte ce traité. Il n'y a donc aucune raison pour les Etats-Unis d'en sortir. Deuxièmement, si les Etats-Unis sortent de cet accord, cela redonnera du crédit aux radicaux en Iran qui ont toujours été contre cet accord et qui souhaitent que l'Iran reprenne son programme d'enrichissement d'uranium sans respecter aucune limite posée par la communauté internationale. Certains parmi ces radicaux sont sans doute favorables à terme à une militarisation de ce programme nucléaire. Troisièmement, comment les Etats-Unis peuvent-ils être crédibles dans leur volonté de lutter contre la prolifération nucléaire en Corée du Nord s'ils ne sont pas capables de respecter l'accord iranien signé il y a 3 ans ? 

Par contre, il faut bien comprendre qu'il existe une déception en Iran quant au fait qu'ils n'ont pas eu toutes les retombées économiques qu'ils attendaient de l'accord. Ainsi, du fait des sanctions financières américaines, aucune grande banque européenne n'est revenue en Iran. Ceci signifie que si la France et les autres pays européens peuvent développer leurs relations économiques avec l'Iran tout en prenant en arrivant à limiter l'impact des sanctions extra-territoriales américaines sur les entreprises (en convainquant l'administration américaine ou en étant plus "offensif" vis-à-vis de cette dernière), cela pourrait "légitimer" encore plus l'accord sur le nucléaire en Iran. Cela pourrait donner des arguments aux modérés en Iran pour qu'ils puissent imposer l'idée de négocier avec les européens sur d'autres sujets comme les missiles ou le rôle régional de l'Iran.

 

En quoi peut-on considérer le contexte actuel iranien comme une fenêtre d'ouverture pour la poursuite de négociations ? Les manifestations iraniennes de décembre dernier ne peuvent-elles pas révéler une nécessite de réformer pour le régime ? 

Il est évident que ces manifestations et leur répression ont eu un très fort impact sur la scène politique iranienne. Même le Guide vient de demander des excuses pour l'incapacité du système à lutter contre la corruption. L'ancien président Ahmadinejad appelle lui à des élections libres ... Même s'il ne faut pas surestimer la capacité des pays occidentaux à utiliser les crises politiques iraniennes internes à leur profit, il faut noter que ces manifestations ont mis en évidence l'ampleur des problèmes sociaux (chômage, corruption) qui persistent en Iran. Ces difficultés donnent du grain à moudre en Iran à ceux qui disent que l'Iran n'a rien obtenu sur le plan économique suite à l'accord sur le nucléaire. On en revient à l'argument précédent. Si les européens arrivent à développer leurs relations économiques avec l'Iran et à limiter l'impact des sanctions américaines, cela permettrait au gouvernement iranien de démontrer que sa politique de normalisation avec l'occident a des retombées économiques favorables.

Il est vrai par ailleurs que la crise de décembre 2017 démontre à quel point les iraniens attendent des réformes économiques et politiques; Et pour l'instant, il semble que les radicaux privilégient la répression comme réponse à ces attentes ... Néanmoins, on peut aussi penser (ou espérer) que le gouvernement iranien arrivera à mener les réformes économiques nécessaires et notamment à mettre en place une réelle privatisation. Cela serait sans doute la meilleure manière de répondre au mécontentement populaire lié à la question du chômage. Mais là encore, on peut noter que si les Européens sont capables d'accroître leurs investissements en Iran, cela pourrait soutenir cette politique d'ouverture économique (puisque l'investissement étranger pourrait favoriser le développement du secteur privé iranien).

 

Quels sont les risques d'une telle stratégie dans un contexte suspendu à la prochaine décision de Donald Trump sur  le dossier nucléaire iranien ? Les échanges économiques entre Italie, France et l'Iran ne peuvent-ils pas être perçus que comme une approche purement commerciale dénuée de projet politique, comme cela peut-être dénoncé aux Etats-Unis ? 

Je pense au contraire que c'est tout à l'honneur des Européens d'intervenir comme ils le font pour préserver la stabilité au Moyen-Orient en essayant de préserver l'accord sur le nucléaire. J'ai parlé plus haut des risques encourus si les Etats-Unis sortaient de cet accord. La véritable difficulté pour les Français et les Européens est qu'ils doivent démontrer à leurs interlocuteurs iraniens qu'ils ne jouent pas, avec cette intervention, les "intermédiaires" pour Donald Trump. On a plutôt le sentiment que les européens ont bien perçu cet écueil. De ce fait, tout ce qui peut donner de la consistance à la politique iranienne de l'UE renforcera sa crédibilité en Iran.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

03.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

04.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

05.

Brexit : en Grande-Bretagne, tout va donc changer pour que rien ne bouge

06.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

07.

Carla B. vole au secours de Brigitte M., Jenifer de son mari (mais là, c’est face à la mafia); Céline Dion ne vend plus, Kanye West vend tout (et n’importe quoi); Britney Spears veut qu’on lui laisse voir ses enfants; Kate Middleton enceinte du 4ème ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

04.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gwirioné
- 07/03/2018 - 00:09
S'il vous plaît!
A part "s'il vous plaît" Le Drian a quels arguments pour influencer l'Iran? La France n'a plus aucune capacité dans la région, ni économique, ni militaire (cf en Syrie!) et vend des armements aux Arabes ennemis de l'Iran.On a là toute l'imposture du système Macron; qui n'est que postures.
Marie-E
- 06/03/2018 - 20:58
il n'est pas question du nucléaire
Le Drian est allé parler missiles balistiques et tentation d'hégémonie. Le Figaro a titré : la France peine à ouvrir un dialogue avec l'Iran ... évidemment il s'agit d'un monologue. On laisse faire l'Iran et les conséquences vont être catastrophiques. Même si je me doutais que Le Drian se verrait renvoyé dans ses 22, le 12 mai si le Congrès derrière le président Trump vote des sanctions que va t il se passer ? On peut se demander ce que va faire notre président le 24 avril à Téhéran : de la figuration parce que convaincre l'Iran d'arrêter sa politique agressive et plutôt s'occuper du bien être de sa population au lieu de donner l'argent récupéré de l'arrêt des sanctions par Obama aux Houthis, au Hezbollah, au Hamas....quel rôle stabilisateur .... et qu'ils sont gentils les ayatollahs, c'est bien cela qu'il faut dire ?