En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
Propositions alambiquée
Réforme de l’assurance chômage: Muriel Pénicaud va-t-elle bousculer la "démocratie sociale" ?
Publié le 03 mars 2018
Coincée par un accord interprofessionnel timoré, Muriel Pénicaud doit ruser pour concilier la "démocratie sociale" qui suppose de respecter les textes négociés par les partenaires sociaux, et les promesses de campagne du président Macron.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Coincée par un accord interprofessionnel timoré, Muriel Pénicaud doit ruser pour concilier la "démocratie sociale" qui suppose de respecter les textes négociés par les partenaires sociaux, et les promesses de campagne du président Macron.

Faut-il respecter la démocratie sociale ou le programme d’Emmanuel Macron? A cette question simple, Pénicaud apporte une réponse macronienne: il faut respecter les deux en même temps. Ses conclusions sur le chômage en constituent une belle illustration.

La démocratie sociale triomphe

D’où des propositions alambiquées qui figureront dans le projet de loi de réforme de l’assurance chômage. 

Par exemple, pour les démissionnaires, le droit à l’indemnisation sera ouvert tous les cinq ans pour les salariés qui ont un projet de reconversion professionnelle ou de création d’entreprise. C’est un peu différent du texte négocié par les partenaires sociaux, qui prévoyait un délai de sept ans et qui n’avait pas intégré le versement en cas de création d’entreprise. 

La ministre a toutefois validé le principe d’une indemnisation à taux plein. 

Par exemple, pour les contrats courts où le système de bonus-malus n’interviendra que dans les branches qui n’auront pas négocié un autre dispositif d’ici la fin de l’année. Là encore, on est dans un compromis entre la démocratie sociale et les promesses présidentielles. 

Des mesures tirées du chapeau

Pour le reste, Muriel Pénicaud a formulé quelques propositions sorties de son propre chapeau. En particulier, les indépendants auront droit à une assurance chômage réduite à 800 euros par mois pendant six mois, en cas de liquidation. Cette allocation très réduite serait financée par la seule augmentation de la CSG. 

On attend de voir le circuit financier qui sera suivi pour éponger cette innovation dont on mesure mal le coût à ce stade. 

Dans l’ensemble, le gouvernement fait d’ailleurs preuve d’une vraie prudence, puisqu’il annonce 400 contrôleurs de plus chez Pôle Emploi. Ce triplement des effectifs vise à lutter de façon intensive contre les fraudes. Preuve est faite que la chasse au gaspillage dans l’assurance chômage devient un enjeu. 

Reste-t-il un volet sur la gouvernance?

Dans cet ensemble, une question reste en suspens: l’Etat procèdera-t-il une étatisation complète du dispositif, ou se contentera-t-il du système actuel, où Pôle Emploi applique une politique de placement sous l’égide d’un conseil d’administration tripartite, avec des règles du jeu négociées tous les trois ans par les partenaires sociaux?

Dans la pratique, en tout cas, Muriel Pénicaud a toutes les armes en main pour faire évoluer le système. 

Un pas de plus vers la fin de la démocratie sociale

Ce projet de texte est jugé déceptif par beaucoup d’analystes. Ce point de vue mérite d’être nuancé. En effet, l’ensemble du projet de loi portera sur le chômage et la formation professionnelle.

Sur ce deuxième point, les annonces de Muriel Pénicaud devraient beaucoup plus bousculer la « démocratie sociale » que sur le chômage. Encore attend-on les arbitrages finaux. Mais les intentions affichées par la ministre laissent entendre que le texte présenté au parlement pourrait beaucoup s’éloigner du texte de l’accord interprofessionnel. 

Globalement, Muriel Pénicaud serait donc la première des ministres du Travail a violé les totems de la démocratie sociale en changeant substantiellement l’économie des textes négociés par les partenaires sociaux. Dans le paritarisme à la française, l’ère Macron se signalerait donc par une recentralisation autour de l’Etat.

Cet article a été initialement publié sur le site Décider & Entreprendre

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
02.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
03.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
04.
Tensions grandissantes en Algérie : Bouteflika n’est plus là, mais les généraux, si
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
"Les nationalistes stupides aiment leur pays… et n'aiment pas ceux qui viennent de loin" (Jean-Claude Juncker)
07.
Cannes : Abdellatif Kechiche s'emporte contre la question "imbécile" et "malsaine" d'un journaliste
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gilbert perrin
- 06/03/2018 - 07:46
la formation professionnelle doit être l'affaire des entreprises
les réformes de péricaud du bidon, encore du monopole d'état, une pompe à fric pur l'urssaf, des formations pour l'éducation nationale LAXISME, toujours laxisme ... sur le dos des entreprises et du privé... DICTATURE ....OBSERVATOIRE du TRAVAIL et de l'EMPLOI .....chargé de la formation gilbert perrin
gilbert perrin
- 05/03/2018 - 10:25
système médiatique et système politique = COMBINES ?????
système médiatique et système politique = COMBINES ?????
gilbert perrin
- 04/03/2018 - 10:00
pas de suspicion ... des constats justes et objectifs pour tous
oui nous sommes en DICTATURE, ce que depuis des dizaines d'années, les milieux autorisés appelaient "démocratie dirigée" OUI, MACRON veut avoir la main mise sur tout ....l'état veut tout gérer, il n'en a pas la compétence ni le savoir faire ???? voyons ce qu'il en est des entreprises nationalisées ? à cause d'une gestion laxiste du personnel et, de la trésorerie ?????